histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  LE PATRONAGE (14/11/2019)
  HOMMAGE à mon grand père et à tous les «Poilus» (10/11/2019)
  MIN MONONQUE (2ième partie) (09/11/2019)
  Au revoir Jean-Marc (08/11/2019)
  MIN MONONQUE (1ère partie) (06/11/2019)
  tour à la Toussaint (01/11/2019)
  L' TOUSSAINT (30/10/2019)
  faire un bec à Marie (27/10/2019)
  les bios mots d' la langue française .... (27/10/2019)
  RINTRÉE DES CLASSES (25/10/2019)
  d' la viante rouche .... (21/10/2019)
  ch' lapin et m' mère (19/10/2019)
  El dame blanque d'Esquelbeck (19/10/2019)
  BECS DE CORAL ET BENGALIS (16/10/2019)
  ché sms mms i zont bon dos (13/10/2019)
  PICHON ROUCHE ET BITACLÉ (11/10/2019)
  L BRADERIE D BRUAY (08/10/2019)
  devoir sur la braderie la correction (07/10/2019)
  braderie la fin (07/10/2019)
  au milieu de la braderie (07/10/2019)
  déchinte à la braderie (06/10/2019)
  départ à labraderie (06/10/2019)
  j a pinsé à ti Papa (30/09/2019)
  IN VA TUER CH COQ (29/09/2019)
  ché supporters d' footballe (29/09/2019)
  poésie en automne (28/09/2019)
  je coupe ... (28/09/2019)
  Émotion, notalgie, en revisitant les récits (24/09/2019)
  JUER AU FOOT À L' USB (23/09/2019)
  cité rigoulet et cité de l armentiou à Puyoo (21/09/2019)
  départ des arondes ...acoutez ché viux... (21/09/2019)
  DU FOOTBAL AU STADE DE LABUISSIÈRE (19/09/2019)
  Merlimont au soir partie 4 (15/09/2019)
  Merlimont au soir partie 3 rectification (13/09/2019)
  DU MARTINET OU DELLE CHEINTURE ? (13/09/2019)
  Merlimont au soir partie 3 (08/09/2019)
  Merlimont au soir partie 2 (08/09/2019)
  Merlimont au soir partie 1 (08/09/2019)
  RETOUR À BRUAY (La fin des vacances à Berck . Épilogue) (31/08/2019)
  CERF-VOLANTS ET AUTES AMUSEMINTS (Les vacances à Berck 10ième partie) (26/08/2019)
  Stade vélodrome de Bruay (26/08/2019)
  CHÉS CABINES (Les vacances à Berck 9ième partie) (21/08/2019)
  le Touquet Paris Plage (20/08/2019)
  LES VACANCES À BERCK (8ième partie : CH POSTE ÉD SECOURS) (17/08/2019)
  la fronde (15/08/2019)
  ché tétards (15/08/2019)
  LA JOURNÉE À STELLA (les vacances à Berck 7ième partie) (12/08/2019)
  in arvenant de Merlimont (11/08/2019)
  cor un ancien camarate d'école qui s'in est allé (08/08/2019)
  LA DUCASSE (Les vacances à Berck 6ième partie) (06/08/2019)
  LES VACANCES À BERCK (5ième partie : la baie de l’Authie) (02/08/2019)
  remonter le temps c'est possible (29/07/2019)
  LES VACANCES À BERCK (4ième partie : une journée à Bagatelle) (27/07/2019)
  Les démolitions des corons au 3 à Bruay (27/07/2019)
  LES VACANCES À BERCK (3ième partie : l'après-midi) (20/07/2019)
  y a 50 ans j'y a cru.... (20/07/2019)
  VACANCES À BERCK années 60 (2ième partie : au matin) (16/07/2019)
  les hommes volants (14/07/2019)
  cha sint l'iote ..... (14/07/2019)
  VACANCES À BERCK années 60 (1ère partie : départ et arrivée) (10/07/2019)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 Drit79 ( 08/02/2019)
Mon dernier écrit ic...
 michel.gervois@neuf.fr ( 07/10/2018)
Bonjour à tous les B...
 dufossez jean ( 24/09/2018)
Bonjour les potes J...
 bob 38 ( 22/09/2018)
Bonjour a tous , chu...
 Hervé62155 ( 24/12/2017)
Joyeux Noël et Bonne...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
perdre sa vie à la gagner
par kiki le, 03/10/2007  

La voix du Nord 22 Déc 1990

Perdre sa vie à la gagner

Le dernier puits ferme et 27 000 silicosés cherchent leur souffle, de leur respiration sifflante. Vingt sept mille ! La population d’une ville comme Hénin-Beaumont est atteinte de silicose, cette maladie incurable, sournoise et évolutive.

La vraie catastrophe minière c’est elle. Elle ne fait pas (plus ?) De bruit mais tue bien plus que le grisou. Environ 1500 mineurs silicosés meurent chaque année dont la moitié directement de leur maladie professionnelle, la plus répandue dans le monde.

Nous avons une dette vis-à-vis de tous ces mineurs. Et on n’est souvent pas très reconnaissant… Ainsi parlait le Dr Delepoulle est médecin à Laennec, le service de pathologie thoracique du Centre hospitalier de Lens. Son service accueille 30 % de silicosés.

Ils y viennent au cours de séjours plus ou moins longs, pour soigner une des principales complications de cette maladie.

« Il y en a surtout trois. La tuberculose qui se soigne très bien de nos jours, le pneumothorax qui est la rupture brutale d’un poumon. C’est un accident grave mais que l’on rencontre quotidiennement dans ce service. Il est très anxiogène car la personne à l’impression d’étouffer. On sauve néanmoins les personnes qui en sont atteintes par un geste chirurgical simple. La troisième complication est d’ordre cardiaque, le cœur ayant des défaillances en raison de l’insuffisance respiratoire. »

L’oxygénation à domicile grâce à ADAIR , service mis en place par les houillères, soulage beaucoup de patients. « Certains doivent être branchés 12h voir 24h », précise le Dr Delepoulle.


Douze fois hospitalisé

M. Sauvage, dès qu’il sortira de Laennec, pourra en bénéficier. Il est à la retraite depuis 1962. C’est cette année là, après 23 ans de fond, que l’on a découvert, à la faveur d’un examen de routine, ses 25 % de silicose ( les taux s’échelonnent de 5 %0 100 %). Sa santé s’est brusquement dégradée il y a deux ans.

« J’ai été hospitalisé douze fois depuis 1988. Je reste parfois une semaine, parfois deux, parfois plus d’un mois ». Entre chaque phrase, M Sauvage marque une pause, cherche son souffle. L’air trop rare siffle dans sa tranchée. Il est essoufflé. « Pour faire les dix mètres qu’il y avait de ma maison à la voiture qui m’a conduite ici j’ai du m’arrêter dix fois. Trop essoufflé ».

« C’est la présence dans les poumons de nodules qui signale la silicose, » explique le Dr Delepoulle. « Le moyen de diagnostic le plus répandu reste la radio pulmonaire. Le poumon épure tout ce que l’on respire et quand il est débordé il fabrique ces nodules. Elles vont continuer à évoluer en grossissant, en s’amalgamant. Mais il arrive aussi que, pour des raisons inconnues, la maladie arrête d’évoluer. »

Tout comme il arrive que certains mineurs travaillant au fond, parfois à des postes exposés comme l’abattage, le traçage, la bowette se retrouvent sans silicose. « Nous avons souvent, dans le service, des patients qui souffrent d’empoussiérage. Ils ont les poumons empoussiérés mais pas de nodules. Ils ne peuvent donc pas être reconnus silicosés malgré des difficultés respiratoires certaines. »

Pas de silicose reconnue, pas de pension !. Il a fallu beaucoup de luttes aux mineurs et à leurs représentants syndicaux pour faire attribuer aux mineurs malades des pensions décentes.

A suivre.


 


Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 7 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |