histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  d' la viante rouche .... (21/10/2019)
  ch' lapin et m' mère (19/10/2019)
  El dame blanque d'Esquelbeck (19/10/2019)
  BECS DE CORAL ET BENGALIS (16/10/2019)
  ché sms mms i zont bon dos (13/10/2019)
  PICHON ROUCHE ET BITACLÉ (11/10/2019)
  L BRADERIE D BRUAY (08/10/2019)
  devoir sur la braderie la correction (07/10/2019)
  braderie la fin (07/10/2019)
  au milieu de la braderie (07/10/2019)
  déchinte à la braderie (06/10/2019)
  départ à labraderie (06/10/2019)
  j a pinsé à ti Papa (30/09/2019)
  IN VA TUER CH COQ (29/09/2019)
  ché supporters d' footballe (29/09/2019)
  poésie en automne (28/09/2019)
  je coupe ... (28/09/2019)
  Émotion, notalgie, en revisitant les récits (24/09/2019)
  JUER AU FOOT À L' USB (23/09/2019)
  cité rigoulet et cité de l armentiou à Puyoo (21/09/2019)
  départ des arondes ...acoutez ché viux... (21/09/2019)
  DU FOOTBAL AU STADE DE LABUISSIÈRE (19/09/2019)
  Merlimont au soir partie 4 (15/09/2019)
  Merlimont au soir partie 3 rectification (13/09/2019)
  DU MARTINET OU DELLE CHEINTURE ? (13/09/2019)
  Merlimont au soir partie 3 (08/09/2019)
  Merlimont au soir partie 2 (08/09/2019)
  Merlimont au soir partie 1 (08/09/2019)
  RETOUR À BRUAY (La fin des vacances à Berck . Épilogue) (31/08/2019)
  CERF-VOLANTS ET AUTES AMUSEMINTS (Les vacances à Berck 10ième partie) (26/08/2019)
  Stade vélodrome de Bruay (26/08/2019)
  CHÉS CABINES (Les vacances à Berck 9ième partie) (21/08/2019)
  le Touquet Paris Plage (20/08/2019)
  LES VACANCES À BERCK (8ième partie : CH POSTE ÉD SECOURS) (17/08/2019)
  la fronde (15/08/2019)
  ché tétards (15/08/2019)
  LA JOURNÉE À STELLA (les vacances à Berck 7ième partie) (12/08/2019)
  in arvenant de Merlimont (11/08/2019)
  cor un ancien camarate d'école qui s'in est allé (08/08/2019)
  LA DUCASSE (Les vacances à Berck 6ième partie) (06/08/2019)
  LES VACANCES À BERCK (5ième partie : la baie de l’Authie) (02/08/2019)
  remonter le temps c'est possible (29/07/2019)
  LES VACANCES À BERCK (4ième partie : une journée à Bagatelle) (27/07/2019)
  Les démolitions des corons au 3 à Bruay (27/07/2019)
  LES VACANCES À BERCK (3ième partie : l'après-midi) (20/07/2019)
  y a 50 ans j'y a cru.... (20/07/2019)
  VACANCES À BERCK années 60 (2ième partie : au matin) (16/07/2019)
  les hommes volants (14/07/2019)
  cha sint l'iote ..... (14/07/2019)
  VACANCES À BERCK années 60 (1ère partie : départ et arrivée) (10/07/2019)
  la magie du cinéma 1 (06/07/2019)
  Casino ou Colisée ? (01/07/2019)
  LE PASSÉ (01/07/2019)
  faut l imager t' mason Bernard (30/06/2019)
  L’ FÊTE DES ÉCOLES (23/06/2019)
  les hortensias (23/06/2019)
  l' armontée du catéchisme (15/06/2019)
  le calendrier éphéméride (15/06/2019)
  Biêtises d'éfants partie 3/3 (12/06/2019)
  le budget de maman agenda 1953 (10/06/2019)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 Drit79 ( 08/02/2019)
Mon dernier écrit ic...
 michel.gervois@neuf.fr ( 07/10/2018)
Bonjour à tous les B...
 dufossez jean ( 24/09/2018)
Bonjour les potes J...
 bob 38 ( 22/09/2018)
Bonjour a tous , chu...
 Hervé62155 ( 24/12/2017)
Joyeux Noël et Bonne...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
l'eau courante
par André le, 16/09/2004  

Dans les corons, de notre temps, il n'y avait pas l'eau sur l'évier, il n'y avait même pas d'évier.
Pour avoir de l'eau, il fallait aller au bout de la rue, où il y avait une pompe.
Par exemple, le lundi comme c'était le jour de la lessive, on faisait la queue. Les femmes allaient avec deux seaux accrochés à ce qu'on appelait un joug. D'autres y allaient avec deux grands brocs ou bien une lessiveuse sur une brouette.
Il y avait deux sortes de pompe: l'une où il suffisait d'appuyer sur une espèce de champignon et puis l'autre où il fallait tourner une manivelle à toute vitesse.
A l'approche de l'hiver, les ouvriers venaient entourer les pompes avec des espèces de coffres en bois, où il y avait juste le bec de sortie de l'eau et la manivelle qui sortaient. Et ils bourraient de paille pour isoler du froid.
Il y avait toujours des pertes d'eau et quand il commençait à geler ça finissait par faire dans les ruisseaux, puis quelque fois jusqu'au milieu de la route, des patinoires qui faisaient la joie de tous les enfants.
Il n'y avait que les mères qui ne trouvaient pas cela drôle, surtout quand elles se retrouvaient par terre avec leurs seaux renversés sur elles. Nous les enfants on rigolait, ça avait encore agrandi la patinoire. On n'en a usé des bottines! Mais le soir quand il fallait faire raccommoder son pantalon déchiré, ce n'était plus la même chanson.

C'est qu'à cette époque là on s'amusait d'un rien, on jouait aux billes, à la guise, au cercle, à la toupie et puis à la cule pour les filles. On n'avait pas de télé ni de game boy ni d'Internet.
Malgré tout, je pense qu'on était heureux.

par LouMarcel le, 17/09/2004

Il y avait aussi le samedi matin, le garde qui ouvrait avec une grosse clé, une sorte de robinet dans le trottoir, en haut de la rue et l'eau coulait dans les ruisseaux.
Le garde allait frapper à toutes les portes et les femmes sortaient pour nettoyer le ruisseau.
Avec un balai on faisait couler l'eau chez le voisin en ayant la politesse de remonter chez soi tout le reste (reste de charbon, crottes de chevaux qu'on n'avait pas ramassé pour mettre dans le jardin), sinon la voisine rouspétait et on ramassait tout cela avec un ramasse-poussière.
Les ruisseaux étaient faits avec des pavés et pour qu'ils soient bien nettoyés, il fallait frotter fort parce que les pavés n'étaient pas joints.
Le samedi c'était obligatoire mais on le faisait aussi la semaine quand c'était sale, comme le lundi avec les restes de lessive. Bref, il fallait que la rue soit propre.

par Marie-Claire le, 08/09/2004

J'ai quitté Grenay en 1968 pour arriver à Enquin les Mines, c'était la campagne et il n'y avait pas l'eau courante. Il n'y avait qu'un café en bas de notre rue qui était raccordé. Alors on allait chercher l'eau avec une charrette et des bidons (les charrettes des agriculteurs pour mettre les bidons de lait). On y allait quand on voulait, ils avaient le robinet dans la cour et je me demande comment cela leur était facturé parce que nous on ne payait jamais rien !
Cette eau là c'était pour la consommation et la cuisine. Pour le reste il y avait une pompe qui fournissait l'eau de pluie.
L'ensemble du village a été raccordé au réseau d'eau en 72 ou 73, cela ne fait que trente ans !

par Minloute le, 08/09/2004

Nous à Bruay, nous avons eu les cabinets dans la maison en 1978 avec une chasse d'eau !
Puis nous avons eu la baignoire.
Et le téléphone l'année suivante.

par La Clo le, 13/10/2004

Nous avons eu l'eau dans la maison vers 1951 (Sallaumines). Vous ne pouvez pas savoir ce qu'il fallait d'eau pour le linge ! Il y avait deux pompes en fonte pour tout le coron. On tournait le dessus du couvercle pour l'arrivée de l'eau. Tous les jeunes étaient de corvée. L'hiver avec tous les voisins on surveillait si il allait geler ou pas pour bien protéger la pompe et avoir de l'eau le lendemain. Quand il gelait on faisait de belles glissades.
Quand l'eau a coulé au robinet de la cuisine, tout le monde avait prévu de faire un beau carrelage sur l'évier. C'était la chose la plus importante de la maison.

par Margouillat le, 01/09/2007

Chez Mémère, longtimps y'a pas eu l'iau courante. Y'avot eine pompe juste à l'porte d'intrée.
Mais y'avot aussi l'tonneau d'200 lites rempli par l'déchinte del'gouttière. Comme y'étot vieux, y'étot percé d'partout. Alors min grind père y avot bouché chés tros avec des bouts d'bos.
Y avot toudis des larves ed'moustiques ed'dins.
Cha, ch'étot quetcosse que j'aimos pas chez m'grind mère ; em'laver dins l'bassine.


 


Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 9 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |