histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  CHA S MERITE (12/04/2021)
  au bruit du moteur (12/04/2021)
  orage oh désespoir ... (08/04/2021)
  la difficile cuisson dans le four du fourneau (08/04/2021)
  Étretat marée haute et basse (05/04/2021)
  mon lit en fer (02/04/2021)
  PAQUES Partie 2 (01/04/2021)
  dimanche des rameaux (31/03/2021)
  samedi après midi partie 3 ou le passage du Cap Horn (30/03/2021)
  PAQUES Partie 1 (29/03/2021)
  samedi après midi partie 2 (22/03/2021)
  au coin de la rue de la gare (22/03/2021)
  marché Place Marmottan (22/03/2021)
  la vieille tour (14/03/2021)
  la montée au château (14/03/2021)
  abattoirs sur cartes postales (14/03/2021)
  les rénovations de 1978 (07/03/2021)
  le bon jambon (06/03/2021)
  au matin le petit déjeuner suite (03/03/2021)
  au matin le petit déjeuner (03/03/2021)
  bataille autour du bouillon (02/03/2021)
  finquée dins l' cuisine (02/03/2021)
  le mimosa (21/02/2021)
  les lulus à Manman (14/02/2021)
  samedi après midi partie 1 (07/02/2021)
  la toile cirée (31/01/2021)
  excusez me j éto trop jone (23/01/2021)
  chapelle Sainte Barbe (17/01/2021)
  dins s' baraque ... (10/01/2021)
  avec le hachoir au coin del' tabe (10/01/2021)
  cha y est j' su viu (03/01/2021)
  eune bonne et eune heureusse (01/01/2021)
  LE PETIT CHIMISTE (22/12/2020)
  DIMINCHE IN VA AU COLISEE (11/12/2020)
  y a rien au courrier ? (06/12/2020)
  Foot féminin à Bruay (04/12/2020)
  Alle est pas morte Sainte Barbe (B.Cocq-S.Colliez) (03/12/2020)
  Bonne fête de Sainte Catherine (25/11/2020)
  Bonne fête de Sainte Cécile (22/11/2020)
  CHANTEURS ET CHANSONS D AVANT (19/11/2020)
  CANTEUX D AVANT (18/11/2020)
  HOMMAGE à mon grand père et à tous les ''Poilus'' (10/11/2019)
  commint ch'est fait eune fille suite (01/11/2020)
  El nœumint d’aiguiliette (01/11/2020)
  COMMINT CHE FAIT EUNE FILLE (31/10/2020)
  Première descente (29/10/2020)
  l'os à moelle (25/10/2020)
  ch' bouillon (25/10/2020)
  dans la rubrique coup de coeur (24/10/2020)
  du coté du Cap Horn (23/10/2020)
  LES ATTRAPES A SOURIS (20/10/2020)
  coureurs cyclistes mauvais souvenirs (17/10/2020)
  coureurs cyclistes bon souvenir (17/10/2020)
  MEMERE EUNE VIE 2ieme partie (12/10/2020)
  la montée en classe (07/10/2020)
  MEMERE EUNE VIE 1ere partie (06/10/2020)
  la boite à pharmacie partie 2 (04/10/2020)
  la boite à pharmacie partie 1 (04/10/2020)
  Tutur (02/10/2020)
  Luis Mariano... (02/10/2020)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 mememarie ( 02/08/2020)
Bonjour, Je découvr...
 Drit79 ( 08/02/2019)
Mon dernier écrit ic...
 michel.gervois@neuf.fr ( 07/10/2018)
Bonjour à tous les B...
 dufossez jean ( 24/09/2018)
Bonjour les potes J...
 bob 38 ( 22/09/2018)
Bonjour a tous , chu...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
les vendanges d'antan
par PAILLART André le, 10/09/2010  

Chaque année au début de l'automne, des vendangeurs saisonniers, venus du Bassin du Nord Pas de Calais, réunis en " hordons " de 30 à 50 personnes, prenaient d'assaut les 20 000 hectares du vignoble champenois pour une durée de 12 à 15 jours.
La cueillette du raisin commençait environ 100 jours après la sortie de la fleur.
Bon nombre de mineurs et leur conjoint, voir leurs enfants, consacraient ainsi deux semaines de leurs congés d'été à cette activité champêtre de groupe à la fois ludique et pénible.
Les vendangeurs étaient recrutés par des affiches d'organisateurs régionaux que l'on trouvait sur les vitrines des cafés, commerces et parfois même sur les panneaux d'affichage des Comité d'entreprise des
fosses.
Mon grand père Léon d'Haillicourt, à la retraite était un de ces organisateurs.
Au début de l'été, il prospectait et visitait les vignerons de la région de Reims pour connaître leurs besoins en effectifs, en salaire proposé; mais aussi des conditions d'hébergement et de restauration.
Le vendangeur était logé et nourri par l'exploitant vigneron, une partie de son salaire était prélevée à cet effet.
Les transports aller et retour s'effectuaient par bus au départ de nos villes minières, ces derniers étaient à charge de la société d'exploitation.
Si les journées de travail étaient bien souvent pénibles, l'ambiance des repas du soir étaient très festive.
Les vignerons aimaient beaucoup les gens du Nord, la mine était garant de leur amour du travail et savaient que leur convivialité n'était pas légendaire.
A la fin de la campagne, bien souvent chaque vendangeur repartait chez lui avec plusieurs bouteilles de champagne offertes par le viticulteur.

En photos, quelques clichés qui remémoreront bien des souvenirs à tous celles et ceux qui connurent les vendanges d'antan.


  ( 3 photos)  


Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 7 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |