histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  leuropevueduciel (28/09/2014)
  Lens, la gare (26/09/2014)
  Bruay, la Fosse 3 (19/09/2014)
  Bruay: La Gare din l'temps et ach-teur (17/09/2014)
  Oignies, 20ème festival au Centre Denis Papin (17/09/2014)
  Serge Gouillart (11/09/2014)
  des explications (06/09/2014)
  Le pantalon rouge (02/09/2014)
  Gabriel Chevallier la peur (01/09/2014)
  Les vieilles photos de Bruay : exposition (31/08/2014)
  pu qu' eune semaine (26/08/2014)
  Les baraquements des Mines (26/08/2014)
  quand qu in les intind pas (24/08/2014)
  que bel été (24/08/2014)
  la journée la plus sanglante de l histoire de france (24/08/2014)
  Marcinelle le 8 août 2014, hommage (2) (23/08/2014)
  L' dernier jour à l'fosse (18/08/2014)
  Bruay a-t-il changé: La Poste (suite) (13/08/2014)
  Marcinelle le 8 août 2014, hommage (1) (13/08/2014)
  le C E P (03/08/2014)
  ch' est pas cor terminé (07/08/2014)
  Les pénitents ou les sacrifiés du grisou (07/08/2014)
  El rue Buquet à Divion :Coup d' G..... (03/08/2014)
  prochain Mining (02/08/2014)
  y a cent ans, le 1 er aout 1914 (01/08/2014)
  Il y a cent ans, le 1er août 1914 (01/08/2014)
  au revoir madame Titren (30/07/2014)
  ch'est fait , in va commincher à prier (28/07/2014)
  avis favorable pour le RC Lens (25/07/2014)
  RC Lens in Ligue 2 ! (15/07/2014)
  in aura un derby (15/07/2014)
  passage devant la commission (14/07/2014)
  l' loterie Oscar (12/07/2014)
  VA in Lique 2 ! (11/07/2014)
  El passage d'conseil (suite du 07/11/2006) (11/07/2014)
  j'in tiens cor mes côtes (10/07/2014)
  conférence de presse de Gervais Martel (09/07/2014)
  El touillache des régions (08/07/2014)
  du grand cirque (06/07/2014)
  rope et voile ed'mariée (04/07/2014)
  amateurs chez les pros (29/06/2014)
  Ches espadrilles (suite du 20/05/2008) (23/06/2014)
  nos coups de coeur (22/06/2014)
  Cérémonie à Notre-Dame-de-Lorette le 08/06/2014 (21/06/2014)
  un dictionnaire azéri (18/06/2014)
  donner et archevoir (15/06/2014)
  el lecture (14/06/2014)
  La route des vacances 2014, le départ de Lens (11/06/2014)
  La route des vacances 2014, l'arrivée à Berck (10/06/2014)
  té pouvo pas et' miu plaché ....... (06/06/2014)
  Fosse 3 d'Vermelles in 1963 (suite) (04/06/2014)
  Liévin, ma famille à St Amé (02/06/2014)
  Min père (02/06/2014)
  chés cafés asteur à Bruay (01/06/2014)
  6 juin 1944 à Bruay (31/05/2014)
  Fosse 3 d'Vermelles in 1963 (31/05/2014)
  brouillard et enseignes (31/05/2014)
  bin quo asteure ? (29/05/2014)
  chés après match (29/05/2014)
  Bruay a-t-il changé ? La Poste avant 1938 (28/05/2014)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 Serge Demassieux ( 04/08/2014)
je suis un gosse de ...
 marianna ( 26/01/2014)
j ai été scolarisée ...
 dufossez .jean ( 28/11/2013)
Histoires de ch'tis ...
 adelob ( 24/10/2013)
J'ai habité, en fami...
 jpp ( 30/07/2013)
j'tiens à saluer ma ...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
ch' tas d' carbon
par minloute le, 03/08/2011  

in savo l' jur que ch' marchand d' carbon i allo livrer, par conte in savo pas l heure, cha dépindo des' tournée, et comme in l a djà dit , i carquo pas l' meme carbon dins sin camion bennes du qui avo des compartimints qui séparotent l'fournée d' carbon d' l un ou d' l aute

paradoxal'mint in simplifiant, "plus té travaillo près du carbon, moins t avo du bon carbon" , l' preuffe chéto l ingénieur qui avo ch' meilleu qualité, agrémentée d' morciaux d' bos qu in auro dit des vieles raccourches ......

d 'ailleurs quand qui v'no livrer al' mason, min père i raviso l' chargemint, nan ché pas vrai, i ralo d' abord, mais enfin chéto s' fachon d' s' exprimer

i ralo, alors qui éto djà al' retraite, mais là chéto pour dire que là i avo un enter'mint à tel' heure ou que cha s'ro juste pour ringer et nettoyer l' emplac'mint du carbon avant midi ....

ch' chauffeur qui connaisso min père, i éto j' allo pas dire dans ses tchiots souliers, mais i savo pas si min père i rigolo ou si i ralo vraimint

min père i dijo au chauffeur, "t as livré qui avant ?" alors si l aute i avo livré un ingénieur ou un cadre des mines, et qu in plus l' chauffeur i dijo que cha avo pas été facile à rintrer dins s' cour pour déquarquer, min père i li répondo qui auro du livrer ch' bon carbon ichi, et donner chti qui allo nous baller à "l aut' con"

ou si min père i voyo que dans l' benne un peu plus haut chéto du meilleu carbon ,i li dijo, acoute j' peux pon l' ringer ch' matin, arviens ch't aprés midi

l' aute i le raviso d un air malicieux, d' toute fachon comme ché carbons étotent pas d' la meme qualité dins tout ch' camion, et qui ballo par l arriere , i devo respecter s' tournée et l' nom d' ché clients

nous in n avo pas à nous plaintre, dins l' rue leverrier comme sul'rue Anatole France, ché masons ale zétotent sul devant du trottoir et ch' camion i ballo juste devant l' soupiral del caffe

j' va pas vous ardécrire l' préparation qui avo eu lieu avant dans l' caffe, vu que chéto là qui yavo aussi l' garte minger, pi les pétotes, etc , et que ché d'dins l' meme indro qu in allo baller ch' carbon

min père i avo tout arcouvert avec des sacs d' jute, j a d'ailleurs décrit tout cha dans d autes zarticles qui doivent asteure dater d eune paire d années

eune fo ch' soupirail ouvert , fallo printe l' pelle , certains avotent des vieiles escoupes "réformées" del mine, ché pelles avec eune paire d' cotes que cha rigidifio sacrémint la pelle
min père li y faijo cha avec 2 pelles , eune pour infourner, chéto ni plus ni moins eune pelle à neige, ale servo aussi bin à infourner ou a rassembler ché derniers morciaux d' carbon qui étotent au sol

y avo aussi eune pelle comme eune pelle d' cantonnier, souvint pour ram'ner sul' dessus du tas l' carbon qui éto su ché coté
chte pelle ale servo aussi eune fo ch' carbon ballée au fond del caffe , à " l' armonter" chta dire l' mette bin dins zin coin et laisser l'reste del caffe al' partie nourriture et bouteles

d' autes un peu plus loin su la rue Anatole France, dins des masons qui étotent pas des Corons, d' ailleurs j' auro bin voulu savoir qui a construit ché masons tout l' long del nationale d' la rue Leverrier jusqu al' cité des electriciens , du qui yavo tous ché commerces, pasque chéto plutot disparate , chéto destiné à y faire ché commerces

eux i zavotent la chance d' avoir eune plaque in fonte carrée such' trottoir, que d ailleurs quand que té marcho d' sus l' reste d' l année, cha faijo du bruit vu que l' plaque ale reposo sur un cadre metallique ou un fonte et qui devo i avoir un tchiot peu d' jeu

d' ailleurs quand qu in allo querre ch' pain avec m' mère ou si in passo avec min père, ouais plus min père ,m'mère ale auro pas oser dire quéquosse, mais min père qui connaisso ché gins i avo toudis l' mot pour rire

"té va pas m' dire qu' té mate, avec eut'trappe au milieu dech' trottoir, cor heureux qu' ché pas des boulets, i déchinderotent tout seu dinch' trou"

ou alors " ti té vraimint l' partisan du mointe effort, me dit pas qu' t as rintré tin carbon, i s' rinte tout seu ...."

mais j' do vous dire qu in avo pas à nous plainte ,j' me souviens d' mes camarates qui habitotent rue de Denain ou rue Raymond Deruy...

ch' carbon i éto vidé d' vant l' porte ché sur, mais faut préciser que chéto l' porte dech' gardin .

et d' là , à traverser ch' gardin, t avo bin cor plus d eune vingtaine d' metes pour arriver à ché barraques

in les voyo ché gins rintrer leur carbon et faire d' zallées et r'tours incessants entre l' rue , ch' gardin et ché barraques, du que là , fallo arvider l' brouette et ringer ch' carbon

là chéto eune affaire de spécialiste , j' la vu faire rue Raymond Deruy
ch' gars qui rintro sin carbon , eune fo l' brouette pleine qui arrivo dans s' tchiote cour, i faijo un arc de cerque avec sin chargemint, pour printe d' l élan, arriver as' barraque à toute blinte, et en meme temps arléver , avec l élan qui veno l' printe l' brouette, pour que ch' carbon i ale au plus loin et au plus haut such' tas qui s arconstituo
cha l impécho pas d' devoir par momints l' armonter aussi pour qui so l' plus haut possipe et que tout y puisse rintrer dins l' barraque

mais yavo cor pire, j in connaisso que ché barraques ale zétotent derriere ché masons et qui devotent rintrer cha dins des siaux , là chéto l' bagne

l' plus grand danger de chti qui rintro ch' carbon, chéto ché vigins , bon yavo ché gins qui passotent, i avo dro aux memes reflexions

"saque d'dins" "baisse l' tiete t aura l air d un courreu" " t as rintré qu' cha d' puis taleure ? " "faudro ptete canger d' cadence" "si té travale aussi vite al' fosse, té do pas et' grinmint payé" etc etc

cha cha allo incore, d' ailleurs y a des coups i "s'vingeo" meme, j' me souviens , parel j éto à mon d' in d'mes camarates, et sin père i avo les bras bin noirs, et i s ato frotté l' guiffe, c' qui fait qui yavo eune trace, et i n avo un qui éto passé et qui li avo fait eune reflexion

et y avo pas apprécié, et i li avo répondu, "té f'ro tin traval , j'sro pas dins ch' t état là" ...l aute i travaillo aux lavoirs

d' ailleurs pour mi quéqu un qui travaillo aux lavoirs, quand que j éto tchiot, chéto pas quéqu un d' sérieux, pour mi chéto quéqu un qui devo juer toute l' journée avec un tuyau d arrosache pour laver ch' carbon


mais l' pire chéto l' vigin qui avo sin diplome in babéologie, et qui v'no s installer juste à coté d' ti, pas assez pres pour géner l' rintrée du carbon, mais assez près pour raconter s' vie, celle des' niece, ché problemes d' santé d untel, l' communion d un aute

alors que sin interlocuteur li y peino d abord à rintrer sin carbon, d' devoir cor tende l oreille pour intinde c' qui dijo l aute, et quequefo devoir attinte que l aute i finisse s' phrasse pour l' couper pour li dire qui devo s'dépécher à rintrer ch' carbon

souvint d ailleurs l aute i l intindo pas, i éto persuadé d' tenir compagnie , eune compagnie agréape à chti qui rintro ch' carbon alors que l aute ché plutot du calme, ou del concentration qui archercho

souvint yavo l épousse de chti qui rintro ch' carbon, ale voyo que cha n allo pas assez vite, ale sorto et al'dijo ach' bavard " zavez pas du traval à vous mason? " l aute i bougeot pas souvint, "voulez eune pelle pour donner un coup d' main pour rintrer ch' carbon alors ?"

là cha avo des chances d' marcher et que ch' vigin eune mineute aprés, ouais fallo pas partir tout d'suite et donner l impression d obéir à ché femmes, i arparto as' mason
par conte té pouvo avoir l effet inverse, i allo expliquer tous les maux qui avo et qui l impecho d' rintrer ch' carbon ,et bin sur d'pouvoir donner un coup d' main

eune image et un son pour terminer

eune imache, ché gins courbés d'vant ch' tas d' carbon , pelle à la main, en train d' carquer ché brouettes ,dont in distinque à peine ché silhouettes dans un brouillard épais et collant

un son ou plutot des sons, l' bruit del pelle qui rinte dins ch' carbon, l' bruit du carbon qui arquet dins l' brouette ou par ch' soupirail

pi l' bruit à la fin quand qu on intind l' raclage dech' trottoir et qu on rassempe ché derniers morciaux avant d' les baler, printe ch' ramon pi enfin passer un coup d io pour nettoyer d' vant s' mason, et pas laisser d' traces d' poussieres noires d'vant son intrée, cha s' faijo pas cha ............


 


Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 6 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |