histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  HOMMAGE à mon grand père et à tous les «Poilus» (10/11/2019)
  MIN MONONQUE (2ième partie) (09/11/2019)
  Au revoir Jean-Marc (08/11/2019)
  MIN MONONQUE (1ère partie) (06/11/2019)
  tour à la Toussaint (01/11/2019)
  L' TOUSSAINT (30/10/2019)
  faire un bec à Marie (27/10/2019)
  les bios mots d' la langue française .... (27/10/2019)
  RINTRÉE DES CLASSES (25/10/2019)
  d' la viante rouche .... (21/10/2019)
  ch' lapin et m' mère (19/10/2019)
  El dame blanque d'Esquelbeck (19/10/2019)
  BECS DE CORAL ET BENGALIS (16/10/2019)
  ché sms mms i zont bon dos (13/10/2019)
  PICHON ROUCHE ET BITACLÉ (11/10/2019)
  L BRADERIE D BRUAY (08/10/2019)
  devoir sur la braderie la correction (07/10/2019)
  braderie la fin (07/10/2019)
  au milieu de la braderie (07/10/2019)
  déchinte à la braderie (06/10/2019)
  départ à labraderie (06/10/2019)
  j a pinsé à ti Papa (30/09/2019)
  IN VA TUER CH COQ (29/09/2019)
  ché supporters d' footballe (29/09/2019)
  poésie en automne (28/09/2019)
  je coupe ... (28/09/2019)
  Émotion, notalgie, en revisitant les récits (24/09/2019)
  JUER AU FOOT À L' USB (23/09/2019)
  cité rigoulet et cité de l armentiou à Puyoo (21/09/2019)
  départ des arondes ...acoutez ché viux... (21/09/2019)
  DU FOOTBAL AU STADE DE LABUISSIÈRE (19/09/2019)
  Merlimont au soir partie 4 (15/09/2019)
  Merlimont au soir partie 3 rectification (13/09/2019)
  DU MARTINET OU DELLE CHEINTURE ? (13/09/2019)
  Merlimont au soir partie 3 (08/09/2019)
  Merlimont au soir partie 2 (08/09/2019)
  Merlimont au soir partie 1 (08/09/2019)
  RETOUR À BRUAY (La fin des vacances à Berck . Épilogue) (31/08/2019)
  CERF-VOLANTS ET AUTES AMUSEMINTS (Les vacances à Berck 10ième partie) (26/08/2019)
  Stade vélodrome de Bruay (26/08/2019)
  CHÉS CABINES (Les vacances à Berck 9ième partie) (21/08/2019)
  le Touquet Paris Plage (20/08/2019)
  LES VACANCES À BERCK (8ième partie : CH POSTE ÉD SECOURS) (17/08/2019)
  la fronde (15/08/2019)
  ché tétards (15/08/2019)
  LA JOURNÉE À STELLA (les vacances à Berck 7ième partie) (12/08/2019)
  in arvenant de Merlimont (11/08/2019)
  cor un ancien camarate d'école qui s'in est allé (08/08/2019)
  LA DUCASSE (Les vacances à Berck 6ième partie) (06/08/2019)
  LES VACANCES À BERCK (5ième partie : la baie de l’Authie) (02/08/2019)
  remonter le temps c'est possible (29/07/2019)
  LES VACANCES À BERCK (4ième partie : une journée à Bagatelle) (27/07/2019)
  Les démolitions des corons au 3 à Bruay (27/07/2019)
  LES VACANCES À BERCK (3ième partie : l'après-midi) (20/07/2019)
  y a 50 ans j'y a cru.... (20/07/2019)
  VACANCES À BERCK années 60 (2ième partie : au matin) (16/07/2019)
  les hommes volants (14/07/2019)
  cha sint l'iote ..... (14/07/2019)
  VACANCES À BERCK années 60 (1ère partie : départ et arrivée) (10/07/2019)
  la magie du cinéma 1 (06/07/2019)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 Drit79 ( 08/02/2019)
Mon dernier écrit ic...
 michel.gervois@neuf.fr ( 07/10/2018)
Bonjour à tous les B...
 dufossez jean ( 24/09/2018)
Bonjour les potes J...
 bob 38 ( 22/09/2018)
Bonjour a tous , chu...
 Hervé62155 ( 24/12/2017)
Joyeux Noël et Bonne...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
les mains de Manman
par minloute le, 11/12/2015  

j a écrit "Manman " d' abord avec eune majuscule pasque eune manman in n' a qu eune dins s' vie et pi chéto comme cha qu in l appelo quand qu in éto tchiot, Manman ou M' man ...

l' souvenir qui m'avo l' plus impressionné quand que j éto tchiot, chéto les mains d' Manman eune fos qu ale avo fait l' buée .....
savez l' buée, l iau qu in met à cauffer dans eune grosse lessiveusse, sul' coin du fourneau l' diminche au soir, afin d' pouvoir tout laver ch' linche à partir du lundi matin

j' arvo souvint m' mère s' passer del pommate grasse su ché mains pleines d' crevasses

as'plaigno vraimint pas souvint , là in voyo que cha li faijo du bin d' la passer délicat'mint , en silence

mi j el ravison sans trop rin dire à part " t as mal Manman ?" et ale acciesso discret'mint , comme si ale voulo pas que cha se sache , ou au moins ale éto pas du ginre à s appitoyer sur elle meme

plus tard l' machine à laver ale est arrivée, et là, que progrès , et quand qu in li d' mindo en l' taquinant si ale voulo arfaire des buées comme avant, in avo dro à " mon dieu nan" tout in ravisant ch' plafond

par GJD le, 14/12/2015

Les mains de mon père sujet fils de Les mains de Manmam par Minloute

Vaste sujet que les mains. Elles peuvent souligner le discours, le cacher chez les timides, le trahir chez les inquiets, marquer l’assurance, être LE langage que soulignent les mimiques chez les muets etc…
Même lorsqu’elles ne s’agitent pas elles sont souvent un indice sur ce qu’est la personne.

Dans l’évocation des mains de sa mère Minloute exprime simplement la chaleur, l’amour et la reconnaissance qui lui porte. Comme lui je voudrais évoquer les mains, non pas de ma mère, mais de mon père.
Des mains non, des paluches, des battoirs à linge, larges, grandes, fortes. Pour vous donner une idée, son petit doigt était plus long que mon majeur (plus de dix centimètres).

Certes, j’ai connu une pianiste qui avait des mains aux longs doigts fins qui lui permettaient, avec le seul pouce, de barrer les six cordes d’une guitare tout en formant l’accord avec les quatre autres doigts, et les guitaristes comprendront la difficulté de la chose.

Mais rien à voir chez mon père. La distance pouce petit doigt, main écartée (empan), était pratiquement de trente centimètres. Ce qui lui permettait de prendre sans difficulté, dans cette pince pouce petit doigt, un carrelage de vingt centimètres par ses deux côtés opposés.
Apprentis carreleur à douze ans, maçon, mineur, il aurait dû avoir des mains calleuses, cornées, rongées par le ciment, marquées par le charbon, mais rien de cela, elles étaient douces, chaudes.

Chaudes au point que, lorsqu’en hiver l’haleine sort en buée de la bouche, ses mains fumaient lorsqu’il les sortait des poches. Il faut dire que c’était une véritable chaudière. Petit, lorsqu’au matin je sautais dans le lit des parents pour faire un câlin dans leurs bras, je ne pouvais pas tenir plus d’une minute dans ceux de mon père.

Chaleureux il l’était aussi dans sa façon de nous étreindre dans ses bras musculeux en disant « j’t’ai kher » et lorsqu’il nous donnait une tape amicale dans le dos il y avait de quoi décoller les poumons. Pas un de ses petits enfants n’a pas cédé un jour au besoin de mesurer sa menotte perdue dans la paume ainsi tendue et qui n’attendait que cela.


 


Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 3 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |