histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  Carnet des salaires du fond Fosse 6 de Bruay (13/06/2018)
  la méthode assimil (12/06/2018)
  Lens, fresque d'un mineur pont Cézarine (05/06/2018)
  La Poste (04/06/2018)
  Montreuil sur mer (01/06/2018)
  Fortuné et sin patois qui canto (29/05/2018)
  le bébé rose (26/05/2018)
  Pourquo qui drache au mos d’mai ? (21/05/2018)
  Colbert Bonaventure mineur de fond (20/05/2018)
  épluchage d' la Voix du Nord 2 (13/05/2018)
  épluchage d' la Voix du Nord 1 (13/05/2018)
  fin des multiplex le samedi au soir (07/05/2018)
  ouf merci Aspro in a pas tout perdu (01/05/2018)
  ch' pain (01/05/2018)
  la Piscine Salengro (29/04/2018)
  el piscine ed Bruay din l'commissaire Magellan (29/04/2018)
  ch'est du gardin (22/04/2018)
  dins zin gardin à Bruay y a queques temps partie 1 (14/04/2018)
  a sunday in hell (08/04/2018)
  te radotes (03/04/2018)
  Il y a 70 ans...déjà... (02/04/2018)
  ne jette pas ça malheureusse (30/03/2018)
  le rassaquache (29/03/2018)
  un souvenir des mutilés de guerre (25/03/2018)
  les mutilés de guerre (23/03/2018)
  Eul marchand d'carbon (23/03/2018)
  chanson Eum' petit' Brouette (23/03/2018)
  la porte de la pièce de devant (19/03/2018)
  le jeu d'bidets (17/03/2018)
  in pouvo pas finir ch' sujet comme cha (14/03/2018)
  vlà la terreur (14/03/2018)
  ch' buffet (12/03/2018)
  ché pinsions et l' facteur (10/03/2018)
  Al bonne fay ed Berlincourt-el Cauroy (09/03/2018)
  Le passé (08/03/2018)
  le boulodrome suite et fin (08/03/2018)
  le boulodrome (06/03/2018)
  des gouettes (05/03/2018)
  un autre fourneau à buée (04/03/2018)
  fourneau de buée cité des Électriciens (01/03/2018)
  ch' carbon in sac ou en vrac (27/02/2018)
  l'amicale des anciens de Carnot fête ses 80 ans (26/02/2018)
  plaque commémorative (26/02/2018)
  la plus pitite mason des houillères (24/02/2018)
  au cimetière du 3. (24/02/2018)
  finir ses jours à Beauséjour (21/02/2018)
  Soldat d'élite, le soldat MARCHE de Bully-les-Mines (21/02/2018)
  à Bruay, y a pu d'trous (min coup d'gu...) (13/02/2018)
  en arrivant au cimetière du 3 (19/02/2018)
  Eugène Tahon (18/02/2018)
  les abattoirs en carte postale (15/02/2018)
  la tchiote bobine d' ficelle (13/02/2018)
  du bidet (12/02/2018)
  un bouquin à conseiller (11/02/2018)
  djà à l époque ... (10/02/2018)
  photo de la page de garde (10/02/2018)
  la ratatouille (06/02/2018)
  ch' éto hier (04/02/2018)
  on recherche (28/01/2018)
  le mineur du Pas de Calais (25/01/2018)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 Hervé62155 ( 24/12/2017)
Joyeux Noël et Bonne...
 LYLY ( 23/12/2017)
Bonjour à tous, je r...
 Drit79 ( 18/12/2017)
Un Grand Bravo et un...
 Alain62 ( 20/09/2017)
Bonjour tertous, hi...
 clarinette61 ( 09/09/2017)
Bonjour à tous Fill...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
du rififi à l impasse Toupy fin
par minloute le, 14/02/2017  

bon zavez compris que l impasse Toupy à l époque chéto un peu comme un coupe gorche

au coin , yavo eune grante mason, que j a toudis connu freumée, là j va avoir besoin d ' l avis d' Marcel, vu que j in su pu sur mais bon vla l' sentimint que j avo

eune grante mason au coin, en brique, pi après eune espèce d' portal de couleur verte ,portal qui donno sur eune cour du qui yav od' l herbe folle

après chéto chez plouvier et tarvene, enfin i vindotent des artiques ménagers, moulinex et compagnie

et ch' fils y éto handicapé et i léquo souvint l' vitrine d' l intérieur

après chéto ch' magasin d' boissons , eune femme qu ale teno cha , ale porto eune blouse blanque

bon, nous vla chi such' trottoir en face , et yavo un monte , mais un monte, in se s'ro cru au passache du tour de France

tout l' monte i discuto, en attendant l' grand even'mint, Omer ch' boucher ,i éto là, j' in a gardé l' souvenir vu que cha m' faijo bizarre del vire ichi, alors qui auro du et' "à sin poste" ,et non pas à attinte avec ché gins

cha l impécho pas d' entamer la conversation avec ses clientes, tout cha pour faire passer l' temps vu que yallo avoir un ev'nmint extraordinaire, l abattache del mason du coin ....

cha devo ch' faire avec eune grue et eune espéce d' boule in ferale , qui allo v'nir taper su ché murs et faire querre toute l habitation

tout l' monte éto là, ché gendarmes ou ché policiers j' sais pu, mais l' route ale allo et' bouclée, ché gins i pourrotent pu passer l' temps d' la démolition ...

tout l' monte éto concentré, cha allo s' faire non pas dans la mineute, mais dans les chinq , chéto sur

tout l' monte avo ses yux rivés sul' mason et l' grue qui v'no d' printe plache ...

ch' cordon d' sécurité i v'no det' mis en place par les forces de l orte, lorsque soudain ...

lorsque soudain ,j' vo rintrer dins min champ d' vision, "ma tante Marie" , que chéto plutôt ma grand tante Marie, épousse d' Octave, dit "mononc'octaff" , frère de ma grand mère

ma tante Marie, commint vous in parler .... dans s' vie et dans l orte des préférences y avo ses tchiens, pi ses tchiens, pi cor ses tchiens, pi Octaffe, bon si j éto méquant j' diro ses tchiens, ché zapéritifs avec Octaffe ...et pi chéto tout ...

l' reste i l intéresso pas, t avo l impression qu ale vivo dans un aut' monte, comme in diro asteure, ale éto pas toudis connectée ...

chéto l' cas ach' momint là, du que, le plus naturel'mint possipe, sans s' poser d' questions, ma tante Marie, ale passe intre ché gins et ché policiers, comme cha , sans faire d' bruit, sans manifester quo qu'che cho, nan ale éto dins sin monte

et avo qu eune idée en tiete, chéto d' rintrer as' mason en arvenant d' ché courses ..............

et j' el vo passer comme cha d'vant ché policiers, passer d' vant l' mason, et y a pas personne qui a bronché ,chéto comme chi chéto un ovni qui éto passé ....

l' vlà au coin del rue, et là j' sins l' drame arriver, pasque là , mes gins , miraque d' ché miraques, vla ti pas que j' vo , tout au bout de l impasse toupy, mon 'onc octaffe , à pied, en train d' guetter l arrivée d' Marie

mon onc' octaffe, i éto tout pitit ,chéto pas chti qui allo parler l' plus fort, àh nan , i avo été chef comtabe et am' mote i avo gardé le gout pour parler que l' essentiel ...

et quand que j' dis miraque d' ché miraques, pas mononc' octaf , tel voyo rar'mint à pied

quand qui avo des déplach'mints à faire i appelo Narcisse, son ancien chauffeur, comme li à la retraite, et qui l immeno du qui voulo quand qui avo besoin

vlà l' tante Marie qu ale rinte dins l impasse, cabas à la main d' chaque coté, comme pour équilibrer s' fine silhouette

j auro pu dire eune silhouette d' méguerlo mes gins ..

ale avincho, et ale a été surprisse d' vire Octaffe dans la rue face à elle

mi j a suivi ch' drame là , in direque, sans pouvoir intinte c'qui s' dijotent tous les deux , j avo l' version sans l' son et ch in in éto cor plus impressionnant

l' tante Marie qu ale rinte dins l' rue, qu ale vo Octaffe au bout qui li fait des sines...

elle qui s artourne pour vire si yavo pas quéqu un derriere elle, c' qui auro pu et' l explication pourquo octaffe éto au bout del rue à faire des grands gestes

ma tante Marie avec sin visache imperturbape , qu ale savo pas quo pinser, qu ale tourno sur elle même avec ses sacs qu in auro dit un derviche tourneur

et mi qui voyo qu el' grue ale allo commincher à abatte ché murs , chéto l affaire d' secontes asteure

et la tante Marie qu ale allo vers Octaffe qui "crio" , enfin j a mis "crio" entre parenthèses, pasque in pouvo pas dire que mon onc' octaffe i avo eune vo qui porto , cha s'ro plutôt l' contraire ...

j'el voyo faire des gestes d énervemint ,et la tante Marie qui s artourno cor avec sin air ébahi, au mitan d' l impasse toupy

j' les voyo tous les deux d un coté , seuls dans l impasse et l' monte autour d' mi qui n avo d' yeux que pour l' démolition ...

ale est quand meme arrivée , la tante Marie à hauteur d' mononc'octaff qui l a pris par l' bras et la diriger vers leu mason

am' mote que ses explications ale devotent pas et' bin claires, que la tante ale s artourno vers nouzautes au loin ,mais mon onc' octaffe, i a réussi à l' faire rintrer à mason , mais j' su pas sur qu ale avo compris à quo ale avo échappé

et voyez , y a pas fallu longtimps après pour que ché murs i dégringolent au sol , dans un nuache d ' poussières

asteure si vous venez in pélerinache à bruay pour vire les lieux du drame , j va vous donner des renseignemints

d abord si vous ravisez sur gogole maps et buquez impasse toupy bruay ... nan j a cor miu fait j a fait eune capture d écran

en 1 ch'est là qu habito mononqu' octaffe, en 2 ch'est là qui yavo eune grante habitation démolie , en 3 du qui yavo l ateyer de Léon ch' matelassier ...

asteure devant l ancienne habitation, y a un arrêt d' bus, et là j' cro bin que du que chéto l' magasin d artiques ménagers, ch'est là que Omer Ducrocq y avo installé eune boucherie , arprisse après par sin fils Daniel, pi par sin pitit fils

voilà mes gins savez tout du rififi qui a failli s'dérouler à mon d' l impasse Toupy, bruay les berdoules, tout début des années 70

par loumarcel le, 15/02/2017

Minloute, si mes souv'nirs sont bons l'maison qui est abattue ch'jour là cha dot ête l'maison dû qu'un jour dins l'nuit (ch'est rigolo d'dire cha) la dame qui était déjà âgée et veuve je crois a entendue son chien crier car le sol de sa cuisine s'était affaissé et le chien s'était retrouvé à la cave, ça s'est passé aux alentours de l'année 1960 (avant ou après)

c'est cette maison qui se trouvait sur la faille de Ruitz, plus tard la maison de mes voisins et celle d'en face ont été abattues aussi car elles aussi se trouvaient dans le prolongement de cette faille et se retrouvaient "tout d'zinque".
Il me semble que j'en avais déjà parlé sur le site.

Si Daniel ou Nadine se souviennent de cette épisode peut être pourront ils mettre un mot.
Bonne journée à tous


  ( 1 photos)  


Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 11 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |