histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  l arrivée des italiennes .... (19/01/2019)
  L’ cuisinière à carbon (Hommache postume) 2 (16/01/2019)
  L’ cuisinière à carbon (Hommache postume) 1 (15/01/2019)
  Bruay, aujourd hui et demain (13/01/2019)
  Bruay, la réaction face aux grands magasins (13/01/2019)
  Bruay, l'arrivée des grands magasins (13/01/2019)
  Bruay, sa géographie (13/01/2019)
  Bruay, sa géologie (13/01/2019)
  la Renault 12 (06/01/2019)
  Les étrennaches 2ième partie : chés sous (06/01/2019)
  ch' ruau (05/01/2019)
  Al boéte ed Noë 2e partie (04/01/2019)
  Les étrennaches 1ère partie : chés gins (01/01/2019)
  ch' vieux nounours ... (01/01/2019)
  Le catéchisme avec l’abbé Grard rue de Ranchicourt (29/12/2018)
  in l appelo poudingue al' mason (23/12/2018)
  la Noël (22/12/2018)
  cha vous fait pas ''drole'' (22/12/2018)
  Sapin et crêche de Noël (19/12/2018)
  Al boéte ed noë (19/12/2018)
  in s installo comme au cinéma (15/12/2018)
  vlà ch' garde ... (15/12/2018)
  ch' fourneau partie 4 (14/12/2018)
  ch' fourneau partie 3 (14/12/2018)
  ch' fourneau partie 2 (14/12/2018)
  ch' fourneau partie 1 (13/12/2018)
  er ou é (08/12/2018)
  cor un qui va passer à la trappe .... (06/12/2018)
  Le « lait concentré sucré Mont Blanc » (03/12/2018)
  ceci est mon testament (02/12/2018)
  au 20 000 ème artique (01/12/2018)
  19480 artiques vingt diux ! (28/11/2018)
  le carnet de chansons (28/11/2018)
  de Béthune à Bruay (26/11/2018)
  Arras ici Arras (26/11/2018)
  images et bons points (23/11/2018)
  Buvards (23/11/2018)
  porte plume et buvard fin (23/11/2018)
  porte plume et buvard partie 1 (23/11/2018)
  cor eune qui va passer à la trappe ... (23/11/2018)
  ém' première télé in couleurs (21/11/2018)
  ch'fourniau et chés pouchins (21/11/2018)
  le grésil (21/11/2018)
  chrysanthèmes (20/11/2018)
  précision sur réponse à JPP , questions à ches bruaysiens rue des soupirs (20/11/2018)
  la télévision... et pi s' in va .. (19/11/2018)
  la télévision good morning oslo (19/11/2018)
  les informations régionales (15/11/2018)
  la télévision fin horloge et speakrine (15/11/2018)
  expression d' quo qu as' mele ... (14/11/2018)
  la règle de trois et la division (14/11/2018)
  la télévision l'horloge ORTF (13/11/2018)
  la télévision le générique ORTF (12/11/2018)
  après nous .... (11/11/2018)
  HOMMAGE à mon grand père et à mon père fin (11/11/2018)
  HOMMAGE à mon grand père et à mon Papa (11/11/2018)
  HOMMAGE à mon grand père et à tous les «poilus» (11/11/2018)
  la télévision la mire (10/11/2018)
  l' art d accommoder ché restes .... (10/11/2018)
  Olivier Bayart photographie (10/11/2018)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 michel.gervois@neuf.fr ( 07/10/2018)
Bonjour à tous les B...
 dufossez jean ( 24/09/2018)
Bonjour les potes J...
 bob 38 ( 22/09/2018)
Bonjour a tous , chu...
 Hervé62155 ( 24/12/2017)
Joyeux Noël et Bonne...
 LYLY ( 23/12/2017)
Bonjour à tous, je r...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
De Merlimont à Stella 1
par minloute le, 07/12/2017  

cha y est j arrivo sul' sape, j' prenno l allure du trot du bidet, je deveno éclaireur , partant devant comme dans ché flimes de jone ouaine, restant attentif au moindre danger qui pouvo arriver, tout cha pour protéger la « caravane » qui me suivo, mes parints avinchant bras dessus bras dessous

j'raviso d abord si in s ingageo pas dans du sabe mou, que cha auro pu coincher les charriots de la caravane ,,,

quand qui fallo traverser les baches , fallo trouver l endroit du que ch' courant i éto l' moins fort, comme qui faijotent ché coboles pour faire passer ché troupiaux au niveau du rio grande ,,,,,, en bon éclaireur averti, j' vérifio les alentours, savez bin que chéto justemint quand que ché troupeaux i comminchotent à traverser les rivieres que ché zindiens i zin profitotent pour attaquer le convoi à ch'momint là plus vulnérape ,,,,,
bon j' cacho aussi l' passache du qui yavo l'moins d iau pour qu in puisse passer avec les zortiaux au sec ,,,

et surtout surtout éviter ché zindrots du qui yavo d' la vase

j' parto en avant mais j arveno d' temps en temps vers l arrière, j' faijo la navette pour les prévenir de du qui fallo s' diriger ,,

fallo toudis rester vigilants, essayer d' approcher le plus près possipe des tribus ennemies sans qu ale s in aperçoivent ou qu au moins ché mouettes qui faijotent ch' t office là , ale s involent qu au dernier momint ,,,,,

ch'éto des grands momints d' tensions, fallo toudis rester sur ses gardes, Stella Plage chéto pas si loin de Merlimont, mais pour mi, plus jone, chéto comme si in s ingageo dans la vallée de la mort, et qu in devo toudis s'méfier des zapaches, les pires zindiens possipe,,,,

s engager sul la plage chéto rintrer en territoire ennemi, j' raviso pas que sur la plage , j' raviso aussi les alentours

à mi ch'min des 2 stations balnéaires, j' em méfio du reste de bloquausse qui s' trouvo du qui yavo un ruisso d évacuation qui veno de garden plage

quequ'fo même quand que chéto marée haute, j' m y dirigeo , en suivant bin les recommandations d 'em mère que j' connaisso par cœur, mais cha m impecho pas d' monter sul' dessus, que cha avo du servir de poste d observation et de support pour eune mitrailleuse allemante durant la seconde guerre mondiale

j' m in méfio aussi de chte fort, fallo pas baisser la garde , pasque de là pouvotent surgir d un seul coup toute eune troupe de mescalleros , les pires zindiens, pire que les zapaches , couverts de peintures de guerre et montés sur des mustangues

zavez vu que j éto bin renseigné, au lieu de mescalleros, j auro pu parler de shoshones, de nez perchés,,,

faut dire aussi quand qui faijo pas si bio à Merlimont pendant eune paire d' jours, m' mère ale m acato un « Rintintin », et d' dins yavo bin sur des bandes dessinées, mais aussi des documents plus poussés sur les différentes tribus indiennes

eune fo passé ch' fameux bloquausse, j'em méfio cor plus, in s éloigno d' plus en plus de merlimont et d' son clocher

j' raviso toudis le haut des dunes du qui yavo souvint des jones d'mon age , qui ravisotent la mer , pour mi chéto forchémint des indiens hostiles ,,,,

autre danger, mais là m' mère ale veillo, chéto c'que la mer avo pu déposer au plus haut des grandes marées sur des centaines de mètres ,,,,

un mélange d algues , savez celles avec des boules noires, des morceaux d' bo patinés par la mer, que j avo ker ramener, mais que m'mère ale voulo pas que j m approche d' trop d' cha, vu qui yavo souvint des restes d' pichons qui avotent l eule plutot vitreux ,,,, sans parler des mouques, et surtout des puches d' mer qui arrêtotent pas d' sauter tout autour

un coup j avo fait eune « découverte » un panneau d' bo de tchiote taille qui avo du et' accroché à l entrée d un port de plaisance, chéto marqué àl' peinture rouche «  entrée sas avant »

mais chéto souvint bin moins poétique, vu qui yavo djà pas mal d' bouteles in plastique qui trainotent tout au long ,,,,

j' m approcho précautieuneus'mint, j' avo ker i raviser de du que cha pouvo venir, souvint chéto anglais ou allemand, mais yavo djà des bouteles qu ale venotent de pays asiatiques

aut' plaiji aussi quand qui yavo fait vraimint mauvais, savez quand que la mer ale est de couleur noire mais noire ,,, et qui a d' l écume qui courro tout le long d' la plage et que j' sauto à chaque coup pour l éviter ,,,,

sans oublier le sape, savez quand qui yavo grinmint d'vint et que cha fouetto ché gampes, qu in pouvo même y a des coups in pouvo essayer d' lutter contre li, et que ch' kaouay qu in avo du devoir enfiler, i faijo plus office de cerf volant, claquant sous l effet des bourrasques,,,,

à avoir l' tiete toudis penchée à essayer de trouver la « perle rare » dans ses amas là , j avo pas vu qu in approcho , qu in toucho presque à Stella

y commincho à y avoir plus d' monte, alors j allo pas continuer à faire semblant d' ete sur un bidet d'vant ché gins qui pourrotent s' moquer, alors commint vous dire, «dins m'tiete, j' déchindo d' min bidet »

j' raviso mes parints au loin, leur demindo par signe si in armonto par la droite ou par l escalier central, ch' est par l escalier central

j' monto ché marches, j arrivo sur l esplanate et de là j attindo mes parints arriver tranquil'mint, vu qui zétotent quand meme sous ma protection d' éclaireur déguisé en jone garchon ,,



 


Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 1 visiteur connecté - Qui est connecté ? |