histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  er ou é (08/12/2018)
  cor un qui va passer à la trappe .... (06/12/2018)
  Le « lait concentré sucré Mont Blanc » (03/12/2018)
  ceci est mon testament (02/12/2018)
  au 20 000 ème artique (01/12/2018)
  19480 artiques vingt diux ! (28/11/2018)
  le carnet de chansons (28/11/2018)
  de Béthune à Bruay (26/11/2018)
  Arras ici Arras (26/11/2018)
  images et bons points (23/11/2018)
  Buvards (23/11/2018)
  porte plume et buvard fin (23/11/2018)
  porte plume et buvard partie 1 (23/11/2018)
  cor eune qui va passer à la trappe ... (23/11/2018)
  ém' première télé in couleurs (21/11/2018)
  ch'fourniau et chés pouchins (21/11/2018)
  le grésil (21/11/2018)
  chrysanthèmes (20/11/2018)
  précision sur réponse à JPP , questions à ches bruaysiens rue des soupirs (20/11/2018)
  la télévision... et pi s' in va .. (19/11/2018)
  la télévision good morning oslo (19/11/2018)
  les informations régionales (15/11/2018)
  la télévision fin horloge et speakrine (15/11/2018)
  expression d' quo qu as' mele ... (14/11/2018)
  la règle de trois et la division (14/11/2018)
  la télévision l'horloge ORTF (13/11/2018)
  la télévision le générique ORTF (12/11/2018)
  après nous .... (11/11/2018)
  HOMMAGE à mon grand père et à mon père fin (11/11/2018)
  HOMMAGE à mon grand père et à mon Papa (11/11/2018)
  HOMMAGE à mon grand père et à tous les «poilus» (11/11/2018)
  la télévision la mire (10/11/2018)
  l' art d accommoder ché restes .... (10/11/2018)
  Olivier Bayart photographie (10/11/2018)
  terri ou terril ? (04/11/2018)
  L'abattoir de Bruay suite (04/11/2018)
  L'abattoir de Bruay (02/11/2018)
  allouine (31/10/2018)
  Il éteut une fos à Berlencourt el Cauroy suite et fin (28/10/2018)
  in carette vers Merlimont 20 ans après (28/10/2018)
  L'abbé Toulotte (28/10/2018)
  in carette vers Merlimont 6 (28/10/2018)
  in carette vers Merlimont 5 (28/10/2018)
  la bonbonnière à Bruay (25/10/2018)
  la télévision (20/10/2018)
  derrière ché portes des courettes (15/10/2018)
  bourreau, fais ton office la fin (14/10/2018)
  bourreau, fais ton office (14/10/2018)
  in a pas d' pétrole ... (12/10/2018)
  mauvais indiens (12/10/2018)
  fin de saison dins ché gardins (12/10/2018)
  hantise d'armonter (11/10/2018)
  j' l a ti vu ? (11/10/2018)
  à l' arrière d' ché gardins (10/10/2018)
  comme Marcel, vers Merlimont (06/10/2018)
  tout in haut dech'terril , eune canchon d avenir (06/10/2018)
  d'vant ché grands magasins ... (29/09/2018)
  du porte plume à la liste des courses (23/09/2018)
  Il éteut une fos à Berlencourt el Cauroy partie 2 (23/09/2018)
  à l inspiration (16/09/2018)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 michel.gervois@neuf.fr ( 07/10/2018)
Bonjour à tous les B...
 dufossez jean ( 24/09/2018)
Bonjour les potes J...
 bob 38 ( 22/09/2018)
Bonjour a tous , chu...
 Hervé62155 ( 24/12/2017)
Joyeux Noël et Bonne...
 LYLY ( 23/12/2017)
Bonjour à tous, je r...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
fin de saison dins ché gardins
par minloute le, 12/10/2018  

au bout d' la rue Leverrier, yavo des parcelles d' grands gardins, pour ché carnassiers du jardinache .....

souvint leu gardin leur suffiso pas, j in connaisso qui venotent même d la rue d' Denain, avec leu brouette carquée d outils , d arrosoirs ou d' plants à arpiquer......

mais quand que l automne éto bin entamé, que les g'lées ale zarrivotent, yavo pu grinmint d' raisons à aller "au champ" comme i disottent

bon fallo fuir la terre un dernier coup, pour qu ale so pas trop tassée pour l hiver, même si in savo d avinche qu in devro l arfaire au printemps

j' me souviens d' min père qui passo ch' louchet, et qui s emerveillo, l' terme est pététe trop fort, mais qui éto contint d' vire l' nompe d' vers de terre qui yavo cor....

"ch'est d' la bonne terre" qui dijo ....

"ale colle cor ach' louchet" qui m 'dijo, mi qui devo avoir eune dizaine d années au plus, dont la présence ichi n éto due non pas à un amour du jardinache, mais à eune mission confiée par m' mère qui éto , vers 16h, d aller apporter l'musette à min père

dins l' musette, pas grand cosse, eune pomme , eune serviette et un coutiau ......

"in l' sint qu' la terre ale est lourte" et i preno eune tchiote motte et i l' am'no à sin nez

mi j' voyo cha plutot avec éton'mint, si s'n'éto pas du dégout ...
que idée d' et' contint d' vire des viers de terre qui s' intortillotent à rintrer dins l' motte pour s' camucher d' la lumière ?

que idée d ' aller sintir la terre ? mi j avo plutôt l'impression que cha sinto sinon pas bon, au miu eune odeur que j' trouvo acre

dins ché parcelles tout autour d' celle à min père, la plupart des jardiniers étotent cor là ..

fini l été, pas question d aller s' geler ses écalettes au matin dins ché camps

nan, in attindo l après midi, ché rayons d' solel qui allotent récauffer leu dos , mais pas assez fortemint pour ameublir la terre ....

in fait , aller au champ à chte périote, j' diro pas que ch'éto pas nécessaire, mais in sinto que ché jardiniers i zétotent pas pressés

faijotent durer l' plaiji, ou tout du moins, prétexter à leur retour à mason, qui faudro cor i artourner ...

savez y avo plusieurs raisons d avoir ker ch' jardinache

sur , comme diro l aute , que cha allo, ch'est l' cas del dire, "pouvoir récauffer la marmitte", enfin au moindre frais ...

un moyen aussi d' ete à la nature....

faut l' dire aussi pour certains , d' pas avoir grand mère su leu dos à longueur d' journée........

pi savez, intr'hommes, i zétotent bin aussi pour babeler ....

cha travaillo dins ché camps, cha ramasso ché mauvaises herpes, ou tout c' qu in avo laissé "monter" pour pouvoir récupérer ché graines .....

pas d' déchetteries à ch' momint là, in les voyo faire des tas à differents coins d' leu terrain, en ramassant ché mauvaises herpes avec leu fourches

"dis p'pa, pourquo ti, t as eune bêche et monsieur untel i fait cha avec eune fourche bêche ? " que j' poso comme question

"bin li, i fait cha avec cha pasqu i fait des pétotes dans la saison, alors i s' sert d' cha, pi l' terre là bo, juste aprés l' butte , ale est plus molle"


avec l' courbure du terrain, cha suffijo , si i s' pincho en avant , à disparaite à mes zius, mi assis au bord du ch'min

pi d' réapparaite juste après , toudis avec s' gapette sus'tiete , et d'"arplonger" ensuite pour ramasser aut'cosse ..

min père li i utiliso un louchet, mais aussi eune fourche à dents fines pour ramasser ché mauvaises herpes et les mette en tas

pour mi, j avo ker ch' momint là, quand que ché jardiniers i mettotent l' fu à ché tas ...

in se sero cru au ouesterne, ou plutôt in territoire indien, mon diu, que finquée cha faijo ...

souvint chéto un sine d' ralliemint pour ché jardiniers, i v'notent discuter un momint avec chti qui avo fait ch' fu, bon ins' mettant pas face au vint , comme mi j avo ker l' faire

j avo ker l' faire dem' mette dans l' sens du vint, et printe l' finquée , avant qu' min père i m' rappelle en m' dijant que j allo m' faire disputer par em' mère en rintrant , pasque mes vêt'mints i sintirottent l' finquée

i discutotent intre eux, d ailleurs ché zinfants étotent pas invités à rester à coté d eux ach' momint là ..

quo qui s' raconto à ché momints là ? cor un mystère ..

in tout cas quéquosse que ché jones devotent pas intinte ...

cor que un coup, j avo bin compris d' quo et surtout d' qui i parlottent

i n' avo un , d' "jardinier" , j' mets ch' mot là entre parenthèse , pasque pour eux chéto pas un vrai jardinier ...

bref i n avo un qui teno pas sin gardin comme i auro du ..

savez chéto l époque que tout l' monte i faijo sin gardin et chti qui laisso l' sien à l'abandon ou mal entretenu, i éto comme in dijo "rhabillé pour l hiver"

ch'éto presque un crime d' pas entretenir sin gardin, et même quequ'zannées plus tard, j avo plus d' 20 ans , in avo un voisin qui avo été l' premier à mette del pelousse dins sin gardin ...

bin i éto considéré comme un fate .....

j' les zarvois ché jardiniers, un peu comme ché zindiens en définitiffe, ch' fu allumé, et eusses sul' coté, à discuter intre eux

n' a un qui s'plaigno qui avo laissé monter intr' aute ché porions , pas ramassé ché mauvaises herpes ...

ch' est ti pas malheureux qui dijo l un, pi intre eux , à mots à peine couverts, in sinto que chtilale , même si i avo eune parcelle ici, i éto à peine accepté, ou tout du moins toudis ravisé du coin d' l'eule

"pi aprés ché graines i vont aller tout partout" que j avo intindu ....

pi, ché gins étotent arpartis à leu parcelles, certains pour continuer ch' traval tout duch'mint, d'autes déjà qui allotent armonter ....

ché jurs i raccourcissent grinmint vite qui constatotent

mi j éto pas mécontent qu'on armonte à mason, j avo ker sortir del mason pour v'nir ichi tout seu, mais au bout d'un momint j'en n'avo un peu marre

min père i donno l' signal du départ, i armonto l' pente avec s' brouette

en passant i donno un dernier salut à ceusses qui restotent ....

pour ma part j'attindo qu in so arvenu sul' route goudronnée pour pouvoir porter l' brouette su quequ' dizaines d' metes , j'in éto fier ...

dins ché gardins, y a asteure plus de 50 ans...



 


Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 4 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |