histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  le Touquet Paris Plage (20/08/2019)
  LES VACANCES À BERCK (8ième partie : CH POSTE ÉD SECOURS) (17/08/2019)
  la fronde (15/08/2019)
  ché tétards (15/08/2019)
  LA JOURNÉE À STELLA (les vacances à Berck 7ième partie) (12/08/2019)
  in arvenant de Merlimont (11/08/2019)
  cor un ancien camarate d'école qui s'in est allé (08/08/2019)
  LA DUCASSE (Les vacances à Berck 6ième partie) (06/08/2019)
  LES VACANCES À BERCK (5ième partie : la baie de l’Authie) (02/08/2019)
  remonter le temps c'est possible (29/07/2019)
  LES VACANCES À BERCK (4ième partie : une journée à Bagatelle) (27/07/2019)
  Les démolitions des corons au 3 à Bruay (27/07/2019)
  LES VACANCES À BERCK (3ième partie : l'après-midi) (20/07/2019)
  y a 50 ans j'y a cru.... (20/07/2019)
  VACANCES À BERCK années 60 (2ième partie : au matin) (16/07/2019)
  les hommes volants (14/07/2019)
  cha sint l'iote ..... (14/07/2019)
  VACANCES À BERCK années 60 (1ère partie : départ et arrivée) (10/07/2019)
  la magie du cinéma 1 (06/07/2019)
  Casino ou Colisée ? (01/07/2019)
  LE PASSÉ (01/07/2019)
  faut l imager t' mason Bernard (30/06/2019)
  L’ FÊTE DES ÉCOLES (23/06/2019)
  les hortensias (23/06/2019)
  l' armontée du catéchisme (15/06/2019)
  le calendrier éphéméride (15/06/2019)
  Biêtises d'éfants partie 3/3 (12/06/2019)
  le budget de maman agenda 1953 (10/06/2019)
  le recopiage des recettes, agenda 1953 (09/06/2019)
  il reste du gigot , agenda 1953 (08/06/2019)
  l agenda Dunlop de maman (06/06/2019)
  Ém MÈRE 2ième partie (04/06/2019)
  L'Étoile d'Amour (02/06/2019)
  Ém MÈRE – 1ère partie (02/06/2019)
  UN GRAND GARDIN – 2ième partie (25/05/2019)
  le bouquet de persil de Maman (25/05/2019)
  le nom de la rose (22/05/2019)
  sur le site et sur Facebook (21/05/2019)
  UN GRAND GARDIN – 1ère partie (21/05/2019)
  la préparation du gardin (18/05/2019)
  LESSIVE ET ARPASSACHE (17/05/2019)
  le rechauffement climatique (12/05/2019)
  MIN CERTIFICAT D'ÉTUDES (10/05/2019)
  Biêtises d'éfants partie 2/3 (09/05/2019)
  IN COLO A FITZ JAMES (3ième partie et FIN) (04/05/2019)
  IN COLO A FITZ JAMES (2ième partie) (03/05/2019)
  IN COLO A FITZ JAMES (1ère partie) (02/05/2019)
  gitane mais maïs (01/05/2019)
  porions facebook (01/05/2019)
  pour Annie et France (28/04/2019)
  L' PISTACHE (La piscine) (25/04/2019)
  Biêtises d'éfants partie 1/3 (22/04/2019)
  le gouter , ouais mais ch'est pratique (21/04/2019)
  min tien, confirmation .... (20/04/2019)
  hier ch'est déjà bin loin, aujourd hui ch'est déjà demain (20/04/2019)
  Min Tien (19/04/2019)
  Olhain la fin (14/04/2019)
  toudis au bois d' Olhain (13/04/2019)
  changemints au bois d' Ohlain (13/04/2019)
  ch' bos d' Olhain la suite (12/04/2019)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 Drit79 ( 08/02/2019)
Mon dernier écrit ic...
 michel.gervois@neuf.fr ( 07/10/2018)
Bonjour à tous les B...
 dufossez jean ( 24/09/2018)
Bonjour les potes J...
 bob 38 ( 22/09/2018)
Bonjour a tous , chu...
 Hervé62155 ( 24/12/2017)
Joyeux Noël et Bonne...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
Les étrennaches 1ère partie : chés gins
par berlens78 le, 01/01/2019  

Inne fos passées chés fêtes, qu’in étot bien rassasiés, chétot l’momint d’chés étrennaches. Dins ch’temps là, in allot à pied pis à l’autobus passe qu’in n’avot pas d’carette.
Chétot pas pus mal passe que comme cha in risquot pas d’quère in panne pis d’ête in artard ; des fos y’avot dé l’neiche, chés autobus y pouvotent pas rouler alors in allot à pied ; quéques fos minme jusqu’à Hesdigneul ou à Fouquières.
Y fallot pas ête in artard passe que l’usache y voulot qu’cha seuche chés pus jaunes qui devotent aller étrenner chés pus viux. Y fallot bien calculer tout cha pi ête à l’heure.

El diminche matin dé l’nouvelle année (chétot pas toudis un diminche mais dins min souvenir si ; p’tête passqu’in s’habillot in diminche), in comminchot par pépère ; Pépère, chétot l’père éd min père, ch’patriarche, chti qu’y avot fait chés 2 guerres. In plus, li y avot pas eu d’pot passe que y’avot fait sin service militaire éd trois ans in 1911 et quand qu’y auro dû ête libéré, élle guerre 14 alle avot éclaté et y n’avot arpris pour 4 ans ! Et y n’étot arsorti vivant ! Y avot fait Verdun pis ch’quémin des dames et l’batalle éd la somme ! Y ‘avot servi dins un régimint avec des bidets, des « chasseurs à cheval » j’cros bien ; y avot fait la guerre avec des bidets comme in veyot dins chés liffes d’histoire à l’école.

Alors pour nous chétot eune espèce d’héros et in s’ténot à carreaux ; y dijot jamais grand cosse mais quand y donnot un coup d’casquette su l’table, in intindot chés mouques voler. Y parlot pas gramint, y bourrot s’pipe in bos et y s’esprimot putôt avec des gestes dé s’main. Mais y donnot des belles étreinnes. Et surtout ch’jour là à s’mason, in veyot du monde, chés mononques et chés matantes, pis surtout chés tiots cousins pis chés tiotes cousines. Cha criot et cha courot tout partout ; y avot d’l’ambiance !

Après cha in rintrot à pied pour minger. Pi in s’dépéchot d’débarrasser l’tappe pis d’ mette chés cayelles dins ch’salon. Passe que l’après-midi, in archuvot. Chétot pas passe que min père y étot l’ plus âgé dé s’fratrie, nan, chétot ch’ pus jaune ! Chétot passe que mémére, élle mère dé m’mère, allé habitot note maison et qu’allé étot l’ainée dé s’famile à elle.
Alors tous chés neveux, nièches, pétits neveux, cousins … tout chés gins là y défilotent tout l’diminche après-midi à l’maison. Chétot tous des bons vivants, des cousins dé m’mère ; chétot minme un tiot peu ses frères et sœurs passe qu’allé étot file unique et qu’alle avot été élevée avec eux dins chés sinces d’Hesdigneul et d’Fouquières et pis des alintours.
Y comminchotent à arriver à 2h et cha durot jusqu’à des 8h 9h du soir ; et des fos y minjotent là. Y n’a qui arpartotent à l’autobus pis des autes in auto. Heureusemint qu’y avot pas d’controles d’alcoolémie à ch’t’époque là passe que chés ballons y zaurotent pris fu !

Él ‘lendemain in allot étrenner chés grands tantes du côté dé m’mère ; pis là rebelote, in artrouvot les minmes qui zétotent vénus à l’maison pis des autes, des qu’in connaichot pas gramint pis minmes des qu’in avot jamais vus. Ém grand-tante éd Fouquières alle avot eune grande since pis eune bonne douzaine d’éfants, qui zétotent mariés pis qui zavotent aussi des jaunes et tout cha chétot cor des cousins.

Au fond dél ‘cuisine, à coté dé ch’buffet du qu’y avot tous chés photos d’mariache et d’communion, in poussot eune vielle porte in bos, qu’y fallot baisser s’tiête pour pas prinne élle poutre in pleine guiffe, et in quéyot nez à nez avec chés vaques din ch’l’étappe. Y avot eune grande cour pleine éd fien avec un grand tien au miyeu qui étot loyé et qui gueulot toudis.
Pis des hangards rimplis avec des grands ballots d’palle à coté dé ch’tracteur. Y féjot noir et cha faijot un tiot peur.

Alors in rintrot dins l’maison du qu’y avot tellemint d’monde qui zétotent debout des fos et qu’in pouvot minme pus passer ; pis tellemint d’finquère qu’in y véyot pus clair . Su l’tabe y’avot des boutelles éd genièffe, éd pinard, éd rhum avec des chuques pour mette dins ch’café, du triple sec pour chés femmes (passe que chétot moins fort) et jé m’rappelle pas qu’y avot des boutelles d’iau.

Après cha in prénot l’autobus à Fouquières (chétot pratique passe que l’arrêt y étot d’vant l’maison). In pouvot pas l’manquer passe que chés autobus à ch’t’époque là y zétotent toudis à l’heure et avec élle grande pindule qui étot such’ mur au d’sus d’élle quéminée, in risquot pas d’ête farcés. Pis in allot étrenner eune aute matante qui habitot à Hesdigneul.
Chétot eune ferme aussi mais plus pétite ; y’avot jamais grand monte ; alle avot eu qu’un seul garchon qui étot resté célibataire. La in restot moins longtemps mais par conte jé m’rappelle qu’y avot dé l’iau passe que j’allos in quère dins l’cour à l’pompe : y fallot l’ayonner eune paire éd fos pis in intindot un gargouillis pis cha crachotot des gouttes et d’un coup l’iau alle coulot à flot dé ch’ robinet et y fallot s’arculer à temps pour pas fréquir sin pantalon pis ses godasses.
J’ rimplichot l’boutelle pis j’ rintrot tout fier d’avoir réussi ! (« fier comme un coq qui traine un boyau » qui dijot min père).

Là aussi y n’avot plein l’tappe : du vin pour chés hommes, du café, dé l’bistoulle pis des pousse café pour mes parints ; nous in avot dé l’limonate pis des gaufrettes toutes caudes qué m’ tante alle faijot cuire su l’cuisinère à carbon.
Pis des fos in avot l’drot d’trimper un chuque dins ch’café avec délle bistoulle passe que déhiors, y faijot tellemint frod qu’y fallot pinser à bien s’réquauffer avant d’arpartir.
Pis in s’in allot pour arpreinte l’autobus cor eune fos; chés rues y zétotent pas éclairées et in passot par eune voyette du qu’y faijot pus noir qu’dins l’trou d’cul d’eune vaque et in s’éclairot avec eune lampe éd poche.

Chés étrennaches, cha continuot ainsi pendant tout ch’mos d’janvier. Chés jours pis chés seminnes d’après chétot chés cousins germains, pis chés pas germains, pis chés amis.
Y avot aussi m’marraine qui m’avot quère ; là j’y allot tout seu à vélo. Alle habitot l’cité des électriciens in haut dé l’cote éd chés grands bureaux. Y faijot noir dins l’cité là. Chés maisons y zétotes toutes pétites. Jé m’rappelle minme pus si y’avot un tiot gardin.

Ém’ marraine, alle m’adorot ; ses yux y zétotes tout fraiques rien qu’à m’raviser ; alle avot eu eune fille mais aussi un garchon qui étot mort tout jaune ; alors j’étos un tiot peu sin garchon qu’alle avot perdu. S’n’homme y’étot gramint pus viux qu’elle, à moitié aveugle et y pouvot presque pu bouger ; y travaillot pu d’pis longtimps et y’étot invalide.
Alle avot eu aussi un cancer dé l’thyroide pis cor plein d’autes malheurs. Alle avot des grosses poques violettes sous ses yux tellemint qu’alle avot brai. Mais mi j’l’avos jamais vu braire, au contraire, allé étot toudis pleine éd vie, pleine d’attintions, toudis in train d’sourire et d’rigoler, des fos tellemint fort qu’in savot pu si qualle riot ou qu’alle brayot.
Ém ‘marraine, j’voudros mette eune photo d’elle in souvenir sur éch’ site. Chétot l’amie d’infance dé m’mère, y zétotes allées à l’école ménagère insenne ; chétot eune très belle femme, alle aurot pu faire du cinéma
(photo)


  ( 1 photos)  


Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 2 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |