histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  LA PLUS BELLE ECOLE DU MONDE 2ième partie : La « Grande » école (18/02/2019)
  LA PLUS BELLE ECOLE DU MONDE 1ère partie : l’école maternelle (15/02/2019)
  au chant de l alouette fin (16/02/2019)
  au chant de l alouette 2 (16/02/2019)
  au chant de l alouette (16/02/2019)
  branque d' thym (10/02/2019)
  ch' torchon calendrier (09/02/2019)
  au coin del rue sur google maps (09/02/2019)
  dins ma rue sur google maps (09/02/2019)
  notre patois (09/02/2019)
  Du PATOIS ou du CHTI ? (06/02/2019)
  l' aprés midi dins ché commerces (03/02/2019)
  qu au matin dins ché commerces (03/02/2019)
  Mardi gras fais des crêpes (ou ben des gauffes) (01/02/2019)
  les chaussons aux pommes (26/01/2019)
  du qu' t as été en vagances ? (26/01/2019)
  ch'est comme aux ouatéres.... y a pu d' papier... (26/01/2019)
  Rondeau (21/01/2019)
  l arrivée des italiennes .... (19/01/2019)
  L’ cuisinière à carbon (Hommache postume) 2 (16/01/2019)
  L’ cuisinière à carbon (Hommache postume) 1 (15/01/2019)
  Bruay, aujourd hui et demain (13/01/2019)
  Bruay, la réaction face aux grands magasins (13/01/2019)
  Bruay, l'arrivée des grands magasins (13/01/2019)
  Bruay, sa géographie (13/01/2019)
  Bruay, sa géologie (13/01/2019)
  la Renault 12 (06/01/2019)
  Les étrennaches 2ième partie : chés sous (06/01/2019)
  ch' ruau (05/01/2019)
  Al boéte ed Noë 2e partie (04/01/2019)
  Les étrennaches 1ère partie : chés gins (01/01/2019)
  ch' vieux nounours ... (01/01/2019)
  Le catéchisme avec l’abbé Grard rue de Ranchicourt (29/12/2018)
  in l appelo poudingue al' mason (23/12/2018)
  la Noël (22/12/2018)
  cha vous fait pas ''drole'' (22/12/2018)
  Sapin et crêche de Noël (19/12/2018)
  Al boéte ed noë (19/12/2018)
  in s installo comme au cinéma (15/12/2018)
  vlà ch' garde ... (15/12/2018)
  ch' fourneau partie 4 (14/12/2018)
  ch' fourneau partie 3 (14/12/2018)
  ch' fourneau partie 2 (14/12/2018)
  ch' fourneau partie 1 (13/12/2018)
  er ou é (08/12/2018)
  cor un qui va passer à la trappe .... (06/12/2018)
  Le « lait concentré sucré Mont Blanc » (03/12/2018)
  ceci est mon testament (02/12/2018)
  au 20 000 ème artique (01/12/2018)
  19480 artiques vingt diux ! (28/11/2018)
  le carnet de chansons (28/11/2018)
  de Béthune à Bruay (26/11/2018)
  Arras ici Arras (26/11/2018)
  images et bons points (23/11/2018)
  Buvards (23/11/2018)
  porte plume et buvard fin (23/11/2018)
  porte plume et buvard partie 1 (23/11/2018)
  cor eune qui va passer à la trappe ... (23/11/2018)
  ém' première télé in couleurs (21/11/2018)
  ch'fourniau et chés pouchins (21/11/2018)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 Drit79 ( 08/02/2019)
Mon dernier écrit ic...
 michel.gervois@neuf.fr ( 07/10/2018)
Bonjour à tous les B...
 dufossez jean ( 24/09/2018)
Bonjour les potes J...
 bob 38 ( 22/09/2018)
Bonjour a tous , chu...
 Hervé62155 ( 24/12/2017)
Joyeux Noël et Bonne...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
qu au matin dins ché commerces
par minloute le, 03/02/2019  

dins Nos quartiers respectifs, in avo Nos commerçants, enfin ceux qui assurotent à la ménagère, d' quo faire à minger tous les jours ....

j a mis NOs commerçants,ch'éto des commerces de proximité, bin ouais début des années 60, yavo des carettes mais tant qu asteure, et pi comme diro l aute, in avo tout sous la main ....

et in éto loin d' connaite, à part d' vue, certains magasins situés dins ché zautes quartiers ...

j in arviens à min quartier, ché magasins rue anatole france, étotent tous situés , les zuns à coté des zautes, sur eune distance de 300 m

du boucher, au marchand de légueumes ,del framacie au boulanter, du bistrot à la mercerie , in avo tous ché produits du quotidien à coté d' chez nous

dans les années 60, dinch' coin, in pouvo les compter su ché dogts d' la main , ché femmes qui travaillotent en dehors del mason ...

alors, au matin, su ché 300 m d' commerce, yavo grinmint d' passaches ......

8 heures éto pas cor passé, qui yavo djà des zartraités qui étotent là al' porte del boulangerie pour acater ch' pain

ceux là i venotent aussi tot, pasqu i savotent que plus tard i faudra bin souvint faire la queue pour y rintrer ...

autant ché trottoirs pouvotent sembler vides l aprés midi, autant à partir d'9 heures passés, que chéto l 'coup d' feu ...

normal, ché femmes ale zavotent déposées ché tchiots à l école, et ale passottent alors dins ché commerces pour y faire ché courses

souvenirs d infance, que part momint té devo marcher sul' bord del route tel'mint qui yavo du monte....

in plus ché femmes agées faijotent leu courses avec leu caddie à roulettes que cha preno del plache, qui fallo aussi que té fasses gaffe à tes ch'villes sinon té pouvo printe des coups avec ché rolles ....

sans oublier toutes celles avec ché grands cabats du qu in voyo sortir les tiges des bottes d' porion, signe qu in allo minger del soupe dins pas longtimps

ch'éto le coup de feu, le "reuche" comme i dissent asteure les zaméricains, tout l' monte i s' dépécho d aller faire ses courses pi aussi d arvenir as' mason pour faire cuire tout cha ...

cha n in inmpécho pas quand meme certaines d' babeller au milieu d' ech trottoir , d' raconter leu problèmes d' tensions, d' artrosse, j in passe et des meilleures, et là chéto l embouteillache assuré ....

in rintro al' boulangerie, nan , ya trop d' monte qu ale dijo m' mère, j' devo avoir dans les 6 ans, et in allo chez monsieur lecigne, plus loin , chti qui vindo des légueumes ...

in passant in sinto l odeur lancinante du vin, quand qu in passo d'vant ché willaume ch'marchand d' boissons ...

plus loin , au hasard d' l ouverture del porte à battant dech' café, té sinto l odeur mélée del cigarette et d' la biere , tout cha dins in brouhaha d' conversations ....

m'mère ale faijo pas ses courses au hasard à que non, ale vo ses listes, ale teno sin budget d' main d' maitre

bon cha y est ale avo presque tout, resto la boulangerie du que tout l' monte i passo........

d ailleurs souvint ché femmes as dijotent "bin in s artrouffe" ou alors " bin in s' quitte pas " en s adressant à eune voisine qu ale faijo ses courses in meme temps ....

bon cha allo cor assez vite en définitive .... ch' plus long chéto ch'est ch' boucher ...

à mon Omer, cor que j a connu les dernieres années du que chéto Edouard ch' patron qui éto cor présent ......

j' me souviens qui allo querre dins l' champe froite qui yavo derriere, des grands quartiers d' viante , li qui m' paraisso bin viu, avec ses caveux blancs, et sin dos vouté, qui j'to presque l' viante sur s' tape un peu à l écart

après i prenno toutes sortes d instrumints d' torture pour la découper in morciaux plus petits ,qui allotent finir sur des esses dinch' magasin.....

fusil pour aiguiser ché zoutils, haches de différentes tailles, scie, coutiaux de toutes tailles , in se sero cru dins eune salle de torture du moyen ache ...

in plus cha faijo du bruit quand qui découpo l' viante, comme diro l aute, y a des momints " qu in s intind pu" ...

Omer chéto l employé, qui allo d ailleurs passer patron pas longtimps aprés, chéto li qui servo ché gins, et il le faijo bin ...

in mot par chi , in mot par là avec ché gins, i servo ché gins avec eune certaine grace j' trouvo...

ouais i virevolto entre du qui yavo coupé l' viante, pi emballée avec dextérité dins sin papier, déposé sul' balance, raviser l' poids, pris sin crayon qui éto au coin des' n orele , griffoné ch' prix ...

l' ménagère ale avo pas cor ouvré s' bouque qui rajoutto in parlant fort " ce s'ra tout ?"

c' que toutes les ménagères présentes dins l' magasin ale zespérotent que cha so l' cas pour enfin que cha so sin tour ......

j' sais pas si vous vous étiez fait la reflexion, y a deux zindrots , deux magasins du que ché femmes ale parlotent te pas grinmint entre elles ...

chéto la framacie et la boucherie, j' cro que ché gins avotent machinal'mint comme un certain respect pour ché magasins là

la framacie in in parlera un aut' coup, mais à mon dech' boucher, in allo acater la viante pour s' n homme, pi comme ch' boucher i travaillo

fallo pas trop l' distraire vu qui coupo l' viante , et in voyo qui s i appliquo

j avo toudis été interpellé par sa façon d' faire, autant i pouvo découper ché grands morciaux , autant i éto d eune grante délicatesse pour découper des escalopes ou récuperer ché tranches d' gambon qui passo à la machine ....

sans oublier , qui savo i faire, nous ché pitits in avo drot d' temps en temps à eune rondelle d' saucisson frais

mon diu Omer, qui éto VRAIMINT bon ,in peut dire EXCEPTIONNEL ch' saucisson que vous faiziotent

cha y est " in a tout " qu ale dit m' mère, direction l' mason

in fait au matin rue anatole france, chéto un peu comme eune ruche, ché zouvrieres ale zallotent querre à minger , pi d un coup la rue as' vido, pasque tout l' monte artourno as' barraque

enfin tout l' monte, yavo toudis celles qu ale zavotent eune lanque qu ale zin n étotent pas maites, qui restotent insempe à discuter

ale zétotent pas pas trop appréciés, ché femmes là ...

"bin faudra pas qui so pressé s' n' homme pour minger " ou "d' toute façon, ale fait qu' des pates et du bifsteak"

souvenirs d un passé à jamais disparu....





 


Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 3 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |