histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  min tien, confirmation .... (20/04/2019)
  hier ch'est déjà bin loin, aujourd hui ch'est déjà demain (20/04/2019)
  Min Tien (19/04/2019)
  Olhain la fin (14/04/2019)
  toudis au bois d' Olhain (13/04/2019)
  changemints au bois d' Ohlain (13/04/2019)
  ch' bos d' Olhain la suite (12/04/2019)
  ch'bos d' Olhain (12/04/2019)
  EUNN VIE D TCHIEN (12/04/2019)
  Au MONT NOIR avec mes parints (suite et fin) (08/04/2019)
  Un diminche au MONT NOIR à LUNA PARC (06/04/2019)
  Marie-Louisse chal gasconneuse (06/04/2019)
  la magie du persil (06/04/2019)
  la nostalgie , c'est plus ce que c était (31/03/2019)
  UN DIMINCHE A LA MER 2ième partie : la plache (23/03/2019)
  UN DIMINCHE A LA MER 1ère partie : éll’ pêque (22/03/2019)
  Min père que bio texte ... (19/03/2019)
  Min père (19/03/2019)
  ché poubelleux (17/03/2019)
  ch' calendrier de la poste partie 2 (17/03/2019)
  ch' calendrier de la poste partie 1 (17/03/2019)
  Y’A QUEU DE L’ NEICHE ! (13/03/2019)
  la Voix du Nord la fin (10/03/2019)
  la Voix du Nord la suite (10/03/2019)
  J’voudros aller au cabinet (08/03/2019)
  La Voix du Nord chétot aussi cha (10/03/2019)
  décés de Jacques Bodoin (10/03/2019)
  la Voix du Nord à travers les ages (09/03/2019)
  À l’école Pasteur dins les années 60 (60-64) (05/03/2019)
  Raoul et Ronny (03/03/2019)
  la boutele d' gasse (02/03/2019)
  Él’ pus belle école du monte (in patois d’ par ichi) (24/02/2019)
  du sac à malice de Clara, le mimosa (24/02/2019)
  douceur du temps (24/02/2019)
  Nos racines (24/02/2019)
  école Pasteur 1955-1956 (23/02/2019)
  LA PLUS BELLE ECOLE DU MONDE 4ième partie : La neige (Suite et FIN) (23/02/2019)
  le dernier jour à l école , avec monsieur Pruvost (23/02/2019)
  les derniers jours à l école (23/02/2019)
  les bidasses en folie (22/02/2019)
  tomates du maroc 1 roro 29 le kilo en février (21/02/2019)
  LA PLUS BELLE ECOLE DU MONDE 3ième partie : La cour de récré (20/02/2019)
  LA PLUS BELLE ECOLE DU MONDE 2ième partie : La « Grande » école (18/02/2019)
  LA PLUS BELLE ECOLE DU MONDE 1ère partie : l’école maternelle (15/02/2019)
  au chant de l alouette fin (16/02/2019)
  au chant de l alouette 2 (16/02/2019)
  au chant de l alouette (16/02/2019)
  branque d' thym (10/02/2019)
  ch' torchon calendrier (09/02/2019)
  au coin del rue sur google maps (09/02/2019)
  dins ma rue sur google maps (09/02/2019)
  notre patois (09/02/2019)
  Du PATOIS ou du CHTI ? (06/02/2019)
  l' aprés midi dins ché commerces (03/02/2019)
  qu au matin dins ché commerces (03/02/2019)
  Mardi gras fais des crêpes (ou ben des gauffes) (01/02/2019)
  les chaussons aux pommes (26/01/2019)
  du qu' t as été en vagances ? (26/01/2019)
  ch'est comme aux ouatéres.... y a pu d' papier... (26/01/2019)
  Rondeau (21/01/2019)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 Drit79 ( 08/02/2019)
Mon dernier écrit ic...
 michel.gervois@neuf.fr ( 07/10/2018)
Bonjour à tous les B...
 dufossez jean ( 24/09/2018)
Bonjour les potes J...
 bob 38 ( 22/09/2018)
Bonjour a tous , chu...
 Hervé62155 ( 24/12/2017)
Joyeux Noël et Bonne...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
Du PATOIS ou du CHTI ?
par berlens78 le, 06/02/2019  

Le CHTI ? Quo qu’ch’est qu’cha ??? nous in a toudis parlé l’PATOIS. In parlot patois. Enfin disons qu’in aurot eu quère parler patois mais qu’in n’avot pas l’drot.
In n’avot pas l’drot à l’maison ; mes parints y m’ parlotent in patois mais j’devos réponte in français. Si j’répondos in patois j’avos eune claque. Parler patois, chétot comme dire des gros mots. Pis d’abord tous chés mots in patois chétot des gros mots.

A l’école chétot parelle ; ch’ maite y étot vigilant : té dijot un mot in patois, chétot direct eune punition ou à ch’coin avec chés mains su l’tiète. Des fos minme privé d’récréation pis rester tout seul dins l’classe à picher des linnes « je ne dois pas parler patois ». Cha rigolot pas avec cha. Jé m’ rappelle cor d’eune punition passe que j’avos dit « carnasse » in parlant d’min cartappe …

Not patois, chétot comme eune langue sale ; l’parler, chétot montrer qu’in v’not des corons. Qu’in étot des coroniers. Comme si chétot honteux d’ête des fils d’ouvriers.

In trouvot pusieurs sortes éd’ patois. Dins min coron, tous chés gins y parlotent l’minme ; du haut jusqu’in bas. Amont d’ chés commerçants dé l’rue Alfred Leroy, chétot déjà pus parelle : ch’ Boucher, Monsieur Nippert, y parlot un mélanche éd français pis d’patois selon chés gins qui devot servir. Mais à mi y parlot toudis in français impeccape. Parelle à l’boulangerie Casteele ou l’épicerie Marchand. Mais pus bas, chés commerçants du Cercle eux, y parlotent que l’français ; pour aller amont Delerce ou Marchand Frères ou à l’bonbonnière, ché tout juste si in s’habillot pas in diminche. Et quand in sh’abillot in diminche, in parlot aussi l’langue du diminche, comme à l’messe à Sainte Barbe… quoique là, chétot ni du patois ni du français , chétot du latin ! in étot déjà polyglotte sans l’savoir.

Cha ch’étot à Bruay, enfin ch’quartier du 4 ; passe que chés autes quartiers comme ch’3 ou ben ch’5, chétot comme des pays étrangers, in n’y allot jamais et in y connaichot personne. Si in étot du 4, in restot au 4 tout’ not vie.

Sorti d’Bruay, chétot l’campanne, chés camps. Pis chés habitants des sinciers ; eux y parlotent un patois « rapiéché », à mitan français, un patois coloré qui respirot l’grand air ; y dijotent quand minme « du brin » comme tout le monde mais y étot pas imballé parelle. Pis y sintot pas chés cabinets, y sintot l’bouse éd’ vaque. Comme pour chés commerçants, chétot aussi un mélanche éd’ français pis d’patois mais avec des mots qu’in connaichot pas comme « seuche » (une soue, porcherie).

Cor pus lon, y’avot Béthune ; là in parlot pas patois du tout ; d’abord y avot pas d’corons pis cor moins d’mineurs ; y avot qu’ des gins « bien ». Quand in y allot avec chés autobus artésiens, in dijot pas qu’in v’not d’Bruay pis in s’ténot drot. Em’ mère alle mettot sin deux pièches avec sin biau sac à main. In avot quand minme des cousins qui zhabitotent la ZUP, qui zétotent ouvriers, et quand y venotent à l’maison, y zessayotent éd’ parler patois comme mes parints, mais chétot pas vraimint cha, cha rindot pas comme y faut…

Donc in n’avot pas l’drot d’ parler patois ; mais in aurot pu ; d’abord in comprenot tout, chés mots pis chés phrasses. Pis surtout in rigolot. In français, in souriot seulemint … Tout y’étot pus gros, pus fort in patois : chés histoires, chés rires, chés fou-rires, chés gins, chés émotions. Chés malheurs dé zautes racontés in patois, cha nous faijot rire aux larmes.

Dins chés maisons dû qu’in parlot français, in s’innuyot ; in savot pas commint s’ténir, in nsavot pas quoi dire ; fallot réfléchir avant d’parler pis si in dijot eune connerie pour rigoler , in étot jamais sûr dé ch’ résultat. Quand in parlot français amont d’nos mononques pis d’nos matantes, in avot l’sentimint d’ête « prétentieux », différint, fier cul ; des pétits sinches savants…

In réalité, parler français, chétot l’prix d’ l’ascenseur social : cheux qui parlotent patois in les arveyot pas au lycée, ou pas longtimps. Chés là, y restotent à l’école Pasteur pour passer ch’certificat d’études ou y z’allotent in apprintissage dins un garache, ou travailler amon Faret (chétot eune usine qui m’faijot peur passe que chétot l’menace suprinme après l’pinsion : « si té fous rien à l’école, à 14 ans t’iras travailler à l’usine , amont Faret ! »).

Dins min coron, gramint d’mes cmarattes d’école y sont pas allés au lycée. Mi j’ai eu du pot qu’mes parints y m’ forchottent à parler français, mais chétot pas comme cha dins tous chés maisons. Pis surtout d’habiter tout in haut dé ch’coron et donc à côté d’chés commerçants. Cheux qui zavottent des sous, in chés temps là ; des bijoux ; des carettes. Chétot comme des phares, et y avot qu’à suiffe chés lumières ; et in s’rindot bien compte qu’y parlotent pas l’patois, minme si y faijotent semblant pour leus clients d’chés corons. Alors él’ conclusion alle étot simpe : pour gagner des sous, avoir eune belle auto, aller dins l’monde, y fallot parler français.

J’ arpinse cor à un aute aussi, que j’connaichos pas, qu’j’avos jamais vu, et qui vivot dins un grand parc avec des grandes grilles tout autour in haut dé l’côte d’chés grands bureaux ; eune maison avec un bos in pleine ville ! Chétot eune maison d’ingénieur des mines. Et li non pus, y parlot sûremint pas patois. Alors ém’ vocation alle étot toute faite : mi aussi pus tard j’seros ingénieur et j’parleros pu jamais patois !

J’ai ténu m’promesse ; j’ai eu min diplôme d’ingénieur aux arts et métiers à Lille à 33 ans, après 10 ans d’cours du soir (pis du samedi) mais malheureusemint j’ai pas eu l’batisse in haut des grands bureaux qui devot aller avec… J’ai pu jamais parlé patois ; sauf des fos avec mes frères, pour rigoler.


Cha chétot pour le patois ; mais le CHTI, d’dû qu’ cha sort ? A Bruay in connaichot pas ch’mot là ; enfin, si, des fos, pour dire « Chti là ». Mais ché tout. J’cros bien qu’ ché in faijant min service à Paris qu’ j’ai intindu parler d’ cha l’première fos. Quand j’ai dit que j’vénos du Pas-de-Calais, y n’a qui zont dit qu’j’étos un CHTI ; pis des plus sournois qui zont rectifié « boyau rouche ».
J’comprenos pont, j’avos jamais intindu parler d’tout cha ! Alors jé m’sus rinseigné et in m’a fait comprinde que chés habitants du nord, enfin du pôle nord, chétot les CHTIS. Mais mi j’voulos pas ête un CHTI, j’étos pas du Nord, j’étos du Pas-de-Calais !

Cha in est resté là pendant des zannées ; pis y’a eu ch’ film pis tout l’reste. Le CHTI, ché devenu eune mode, pis eune identité. Et d’dins, in y a mis tout « les Hauts de France ». Mais pour mi, le CHTI, ch’est pas comme du patois, et cha l’sera jamais. Min patois, ché à mi, ché m’langue maternelle, min péché originel. Comme un tiot frère qui s’rot pas biau, mal foutu et infirme mais qu’in aurot quère quand minme, passe que ché not famille.

Le CHTI, pour mi, ch’est un patois qui est pas sale, pas vulgaire ; cha s’rot comme qui dirot un patois littéraire, presque eune langue offichielle asteure. Eune langue avec sin dictionnaire, ses écrivains, ses « exégètes » … Eune langue que presque tout l’monde y comprint finalemint.
Alors comme cha y’a pus personne qui parlerot patois, cha aurot été rimplaché par le CHTI ; comme si qu’in aurot été invahis et forchés d’parler eune langue d’occupation. Ptête minme qu’un l’apprind à l’école asteure !

Laichez-me avec min patois dins min coin, dins min quartier du 4, dins min tiot pays. Min tiot coron. Ém’tiote baraque. Dû qu’ des fos j’rigolos tout seu comme un babache ; ém’mère, alle m’ravisot avec des grands zyux et alle dijot « Ben y’ar est sot chti là, y rit tout seu ! ».
J’rios tout seu passe que j’pinsos à des histoires in PATOIS et cha, in pouvot pas me l’interdire.

par Marie-Claire le, 06/02/2019

Depuis le rapport Cerquiglini de 1999, le chti est reconnu officiellement comme une langue de France, tout comme le basque, le breton, le corse etc ...

Le chti est resté plus discret que les autres langues régionales mais n'en est pas moins encore bien vivant.
Parlé quotidiennement par les chtis qu'ils habitent ou non d'ailleurs dans le Nord Pas de Calais. Preuve en ai donnée sur ce site ou la plupart des contributeurs ont quitté leur région mais prennent beaucoup de plaisir à la faire revivre et à parler chti quotidiennement.

Belle revanche, car souvenez-vous, pour la plupart d'entre nous, in avot pas l'drot parler patois quind in étot jone.


J'en profite pour remettre en lien divers sujets évoqués sur le site concernant le chti, le chtimi, le rouchi, les boyaux rouches

Chti- Chtimi-Rouchi

Pourquoi boyaux rouges

par Drit79 le, 09/02/2019

Mon dernier écrit ici-même est paru depuis un an mais je me dois d'y faire un retour afin de toutes et tous vous remercier pour vos publications et plus récemment Berlens78 de son excellent et touchant texte "Du Patois ou du Chti" en date du 06/02/2019. N'étant ni du Nord ni du Pas-de Calais, mais connaissant bien la région, je l'ai beaucoup apprécié et je pense qu'il peut s'appliquer en grande partie à chacun de nos patois régionaux. Merci à vous!
-
PS: je n'oublierai jamais l'expression d'André Dufour reprise un jour par minloute: "Pourquoi parlez-vous patois / Parce qu'on ne peut pas toujours vivre dans des souliers vernis; le patois, pour moi, c'est comme mes pantouffes". Chéti pas bio cha, comme l'écrivait minloute! (chez nous, en parlanghe de gâtine, y dirions "Ah cheu, o lé bin vrai! / Chez nous, en patois de gâtine poitevine, on dirait, ah çà, c'est bien vrai!)


 


Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 3 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |