histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  Merlimont le Dé d' Argent (17/11/2019)
  LE PATRONAGE (14/11/2019)
  HOMMAGE à mon grand père et à tous les «Poilus» (10/11/2019)
  MIN MONONQUE (2ième partie) (09/11/2019)
  Au revoir Jean-Marc (08/11/2019)
  MIN MONONQUE (1ère partie) (06/11/2019)
  tour à la Toussaint (01/11/2019)
  L' TOUSSAINT (30/10/2019)
  faire un bec à Marie (27/10/2019)
  les bios mots d' la langue française .... (27/10/2019)
  RINTRÉE DES CLASSES (25/10/2019)
  d' la viante rouche .... (21/10/2019)
  ch' lapin et m' mère (19/10/2019)
  El dame blanque d'Esquelbeck (19/10/2019)
  BECS DE CORAL ET BENGALIS (16/10/2019)
  ché sms mms i zont bon dos (13/10/2019)
  PICHON ROUCHE ET BITACLÉ (11/10/2019)
  L BRADERIE D BRUAY (08/10/2019)
  devoir sur la braderie la correction (07/10/2019)
  braderie la fin (07/10/2019)
  au milieu de la braderie (07/10/2019)
  déchinte à la braderie (06/10/2019)
  départ à labraderie (06/10/2019)
  j a pinsé à ti Papa (30/09/2019)
  IN VA TUER CH COQ (29/09/2019)
  ché supporters d' footballe (29/09/2019)
  poésie en automne (28/09/2019)
  je coupe ... (28/09/2019)
  Émotion, notalgie, en revisitant les récits (24/09/2019)
  JUER AU FOOT À L' USB (23/09/2019)
  cité rigoulet et cité de l armentiou à Puyoo (21/09/2019)
  départ des arondes ...acoutez ché viux... (21/09/2019)
  DU FOOTBAL AU STADE DE LABUISSIÈRE (19/09/2019)
  Merlimont au soir partie 4 (15/09/2019)
  Merlimont au soir partie 3 rectification (13/09/2019)
  DU MARTINET OU DELLE CHEINTURE ? (13/09/2019)
  Merlimont au soir partie 3 (08/09/2019)
  Merlimont au soir partie 2 (08/09/2019)
  Merlimont au soir partie 1 (08/09/2019)
  RETOUR À BRUAY (La fin des vacances à Berck . Épilogue) (31/08/2019)
  CERF-VOLANTS ET AUTES AMUSEMINTS (Les vacances à Berck 10ième partie) (26/08/2019)
  Stade vélodrome de Bruay (26/08/2019)
  CHÉS CABINES (Les vacances à Berck 9ième partie) (21/08/2019)
  le Touquet Paris Plage (20/08/2019)
  LES VACANCES À BERCK (8ième partie : CH POSTE ÉD SECOURS) (17/08/2019)
  la fronde (15/08/2019)
  ché tétards (15/08/2019)
  LA JOURNÉE À STELLA (les vacances à Berck 7ième partie) (12/08/2019)
  in arvenant de Merlimont (11/08/2019)
  cor un ancien camarate d'école qui s'in est allé (08/08/2019)
  LA DUCASSE (Les vacances à Berck 6ième partie) (06/08/2019)
  LES VACANCES À BERCK (5ième partie : la baie de l’Authie) (02/08/2019)
  remonter le temps c'est possible (29/07/2019)
  LES VACANCES À BERCK (4ième partie : une journée à Bagatelle) (27/07/2019)
  Les démolitions des corons au 3 à Bruay (27/07/2019)
  LES VACANCES À BERCK (3ième partie : l'après-midi) (20/07/2019)
  y a 50 ans j'y a cru.... (20/07/2019)
  VACANCES À BERCK années 60 (2ième partie : au matin) (16/07/2019)
  les hommes volants (14/07/2019)
  cha sint l'iote ..... (14/07/2019)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 Drit79 ( 08/02/2019)
Mon dernier écrit ic...
 michel.gervois@neuf.fr ( 07/10/2018)
Bonjour à tous les B...
 dufossez jean ( 24/09/2018)
Bonjour les potes J...
 bob 38 ( 22/09/2018)
Bonjour a tous , chu...
 Hervé62155 ( 24/12/2017)
Joyeux Noël et Bonne...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
Él’ pus belle école du monte (in patois d’ par ichi)
par berlens78 le, 24/02/2019  

Avec mes camarates dé l’ rue d’divion, in allot à l’école Pasteur à Bruay; in féjot l’route 4 fos par jour : au matin pour y aller, à midi pour rintrer minger et aussitôt fini in ar partot ; pi le soir in rintrot à 5h (ou à 6h30 pour cheux qui zallotent à l’étude). Chétot pas à coté, y’ avot pus d’un kilomète et in mettot un bon quart d’heure pour faire ch’ trajet.

In armontot él’rue Alfred Leroy du qu’y avot tous chés commerçants, pis in passot l’portillon dé ch’ passage à niveau aux alouettes (des fos, y fallot atteinde pour laisser passer ch’train) ; pas trainer din l’ rue des pyrénées qu’in nous dijot qu’alle étot « mal famée », pi in déchindot l’ rue des Alpes.
Souvint in juot aux mappes din ch’caniveau ; chétot pratique parce que l’route alle dévalot. In avot des billes in terre, pi après des billes in verre, éd plusieurs sortes : des transparentes, des pétites, des grosses, des qui zavotent des reflets d’dins comme des arc en ciel. Des fos, y n’avot un qui débarquot avec des billes in fer, des biscayens, et sin plaisir ch’étot d’viser chés billes in verre pour les faire éclater.

L’hiver, in féjot des glichades dins l’déchinte quand y avot dé l’neige ; chés jours là, m’mère al avot pas bsoin d’ crier pour qu’in s’dépèche. In courot jusqu’à l’rue des Alpes pour faire luire chés glichades ; in passot et in arpassot su’l glache et in glichot d’ plus in plus long. Chétot comme un miroir ; in prénot s’n’ élan in haut dé l’rue, in lançot sin pied in avant, pis in glichot des fos jusqu’in bas. Y n’a qui lançotent leurs carnasses in avant, pis y courotent pour s’incrinquer d’sus mais souvint cha finichot dins ch’caniveau. Pis in courot comme des dératés pour pas arriver in artard à l’école.

A midi, in s’dépéchot cor in sortant d’ l’école pour aller glicher ; pis au soir aussi ; là ch’étot cor mieux passe qu’y féjot noir et l’glache al féjot des reflets bleus avec chés lampadaires.
In rintrot à l’maison tout frèques avec nos bouts d’dogts tout rouches qui zétotent tellemint gelés qu’ cha nous brûlot ; alors in les mettot au quaud dins l’cuisine in ouvrant l’porte dé ch’four pour les rékauffer. Mais cha faijot cor plus maux pis après in avot des fourmis.

In s’couchot au soir in pinchant à chés glichades qu’in allot cor faire él lendemain ; mais souvint, in n’étot pas bénaches passe que chés gins qu’y zhabitotent el’ rue des Alpes y zavotent mis des chinnes su’ l’ route pis sur chés trottoirs ; alors cha glichot pu et pis l’neige al étot tout marron…
In allot à l’école tous les jours sauf él’ jeudi. Minme él’ samedi, in y allot.
L’diminche chétot repos mais in devot aller à l’messe et cha chétot eune vraie corvée passe qu’ in devos s’ taire pis rester tranquille ; et y’ avot pas d’récréation.

El’ samedi, in allot aussi à l’école ; in étot loin dé l’seminne éd’ quat’ jours ! mais l’samedi, chétot pas un jour comme les zautes. Au matin in féjot souvint des révisions pis l’après-midi, chétot pas quartier libre mais presque ; après l’distribution d’ chés liffes éd’ bibliothèque pis d’ chés bons points et imaches, y’avot l’récré qui durot plus longtimps qu’ d’habitude, des fos minme tellemint longtimps qu’in allot l’dire à chés maîtes : chétot pas passe qu’in voulot artourner travailler mais passe que après l’récré du samedi, in allot juer au football sur chés terrains d’intrainemint du stade parc.
Ch’maîte y allot quère un grand filet avec chés ballons amont dé ch’directeur et in s’in allot in rangs plus ou moins par deux (des fos 3 ou 4) au stade parc.

Chétot in face éd’ l’école, in n’avot pour deux minutes à y’ aller ; des fos in mettot pus longtimps passe que ch’maîte, in passant devant s’baraque, y ‘in profitot pour aller …. (in savot pas pour quoi faire et pis in n’auro pas osé l’y d’mander). Dins chés cas-là, y’ in désignot un pour l’rimplacher pis nous surveiller, mais pour ch’ l’heureux zélu, chétot plus eune punition qu’eune promotion…

Arrivés su l’pelousse, in mettot nos baskets ou ben nos tennis ; in faijot 2 ou 3 fos l’tour dé ch’terrain pour s’écauffer ; pis ch’maite y’in kusichot deux pour faire chés équipes. Chétot l’épreuffe éd’vérité ; du qu’t’es savos si t’étos eune brèle ou un crack ; si t’étos quéque cosse ou rien. Chés deux « capitaines » y nous zapelotent à tour de rôle. In appelant d’abord chés méyeux ; pis chés moins bons pis à la fin cheux qu’ personne y’in voulot dins s’ n’équipe. Y n’avot aussi qui voulotent pas juer avec un tel ou un tel ou qu’y voulotent rester avec leur camarate. Cha discutot, cha s’énervot, cha criot ; alors ch’maite, y décidot. Chétot comme cha et pis ché tout.

In comminchot l’partie. In étot tout rouches et in nache. Après cha, in allot à chés sortes d’lavabos qui zétotent su ch’grand terrain ; in lavot ses godasses, pis des fos aussi ses mains pis sin nez. Et in arpartot à l’école in rangs par deux (ou par 6 ou par 8) ; in arfaijot ch’match, in accusant les zuns pis les zautes, souvint chétot l’faute dé ch’ goal. In arpassot à l’école pour prinde nos affaires pis in s’in allot in weekind. Nan, ch’mot là y n’existot pas cor ; pis d’abord in parlot pas l’inglais.

In rintrot à l’maison souvint in tapant dins un ballon qu’y n’avot toudis un qu’y avot apporté. Pis chétot l’rituel du bain dins l’bassine, et souvint, si in n’avot pas été punis, in avot l’drot d’aller vire « la piste aux étoiles » su l’télé dé l’voisine (eune télé qu’in mettot des pièches d’dins pour vire chés programmes).

L’diminche, chétot l’messe, ch’rosbif, chés visites éd’ famille pis chés d’voirs. Et l’lundi, in arprénot ch’quémin d’ l’école. Jé m’rappelle pas des vacances ; jé m’rappelle que d’ l’école. L’école Pasteur. Qui étot l’pus belle école du monde.


 


Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 6 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |