histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  d' la viante rouche .... (21/10/2019)
  ch' lapin et m' mère (19/10/2019)
  El dame blanque d'Esquelbeck (19/10/2019)
  BECS DE CORAL ET BENGALIS (16/10/2019)
  ché sms mms i zont bon dos (13/10/2019)
  PICHON ROUCHE ET BITACLÉ (11/10/2019)
  L BRADERIE D BRUAY (08/10/2019)
  devoir sur la braderie la correction (07/10/2019)
  braderie la fin (07/10/2019)
  au milieu de la braderie (07/10/2019)
  déchinte à la braderie (06/10/2019)
  départ à labraderie (06/10/2019)
  j a pinsé à ti Papa (30/09/2019)
  IN VA TUER CH COQ (29/09/2019)
  ché supporters d' footballe (29/09/2019)
  poésie en automne (28/09/2019)
  je coupe ... (28/09/2019)
  Émotion, notalgie, en revisitant les récits (24/09/2019)
  JUER AU FOOT À L' USB (23/09/2019)
  cité rigoulet et cité de l armentiou à Puyoo (21/09/2019)
  départ des arondes ...acoutez ché viux... (21/09/2019)
  DU FOOTBAL AU STADE DE LABUISSIÈRE (19/09/2019)
  Merlimont au soir partie 4 (15/09/2019)
  Merlimont au soir partie 3 rectification (13/09/2019)
  DU MARTINET OU DELLE CHEINTURE ? (13/09/2019)
  Merlimont au soir partie 3 (08/09/2019)
  Merlimont au soir partie 2 (08/09/2019)
  Merlimont au soir partie 1 (08/09/2019)
  RETOUR À BRUAY (La fin des vacances à Berck . Épilogue) (31/08/2019)
  CERF-VOLANTS ET AUTES AMUSEMINTS (Les vacances à Berck 10ième partie) (26/08/2019)
  Stade vélodrome de Bruay (26/08/2019)
  CHÉS CABINES (Les vacances à Berck 9ième partie) (21/08/2019)
  le Touquet Paris Plage (20/08/2019)
  LES VACANCES À BERCK (8ième partie : CH POSTE ÉD SECOURS) (17/08/2019)
  la fronde (15/08/2019)
  ché tétards (15/08/2019)
  LA JOURNÉE À STELLA (les vacances à Berck 7ième partie) (12/08/2019)
  in arvenant de Merlimont (11/08/2019)
  cor un ancien camarate d'école qui s'in est allé (08/08/2019)
  LA DUCASSE (Les vacances à Berck 6ième partie) (06/08/2019)
  LES VACANCES À BERCK (5ième partie : la baie de l’Authie) (02/08/2019)
  remonter le temps c'est possible (29/07/2019)
  LES VACANCES À BERCK (4ième partie : une journée à Bagatelle) (27/07/2019)
  Les démolitions des corons au 3 à Bruay (27/07/2019)
  LES VACANCES À BERCK (3ième partie : l'après-midi) (20/07/2019)
  y a 50 ans j'y a cru.... (20/07/2019)
  VACANCES À BERCK années 60 (2ième partie : au matin) (16/07/2019)
  les hommes volants (14/07/2019)
  cha sint l'iote ..... (14/07/2019)
  VACANCES À BERCK années 60 (1ère partie : départ et arrivée) (10/07/2019)
  la magie du cinéma 1 (06/07/2019)
  Casino ou Colisée ? (01/07/2019)
  LE PASSÉ (01/07/2019)
  faut l imager t' mason Bernard (30/06/2019)
  L’ FÊTE DES ÉCOLES (23/06/2019)
  les hortensias (23/06/2019)
  l' armontée du catéchisme (15/06/2019)
  le calendrier éphéméride (15/06/2019)
  Biêtises d'éfants partie 3/3 (12/06/2019)
  le budget de maman agenda 1953 (10/06/2019)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 Drit79 ( 08/02/2019)
Mon dernier écrit ic...
 michel.gervois@neuf.fr ( 07/10/2018)
Bonjour à tous les B...
 dufossez jean ( 24/09/2018)
Bonjour les potes J...
 bob 38 ( 22/09/2018)
Bonjour a tous , chu...
 Hervé62155 ( 24/12/2017)
Joyeux Noël et Bonne...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
J’voudros aller au cabinet
par berlens78 le, 08/03/2019  

- « Manman ! j’ voudros aller au cabinet !
- Attinds qu’ tin frère y’a fini ! »
Ben ouais, quand in s’lévot au matin fallot atteinde pour aller au cabinet ; passe qu’y n’avot qu’un et qu’un étot 7 à l’baraque : ém’ mère, min père, mes frères et pis mémère. Et au matin chétot un vrai défilé ; y aurot presque fallu mette eune machine avec des tickets comme à La Poste ! Sans compter qu’y n’avot qui z’y allotent plusieurs fos, pour élle pétite pis après pour l’grande commission .

In pouvot pas atteinde à l’porte passe que ch’famux cabinet y’étot déhors, dins l’frodure, au fond dé l’cour. Chétot comme eune pétite baraque in briques avec eune porte in bos qui fermot avec un verrou, que l’inhaut y étot ajouré sûrement pour laicher partir chés mauvaisses zodeurs ; pis accessoiremint chés fumées d’cigarettes. (vire chés 3 photos treuvées sur Internet).

Ed’ dins, chétot pas l’ confort trois étoiles : y’ avot comme eune sorte éd’ pétit mur in chimint, au d’sus duquel ètot posée eune grande planque in bos avec un trou au mitan, arcouvert d’un gros couverque in bos avec eune pognée. Par terre, un broque avec dé l’iau ; et accrochées à ch’mur, des feulles éd’ papier journal loyées avec un bout d’ fichelle.

A part raviser chés araignées qui zessayotent d’attrapper des mouques, y’ avot pas grand cosse à vire. In plus au début y’avot pas d’ lumière et quand y faijot noir, in y allot avec eune lampe éd’ poche. Mémère alle y allot pas quand y faijot noir alors dins s’ pièche alle avot un pot de chambre (nous in dijot un séau à pichatte …)

J’ min rappelle surtout quand qu’ chétot l’hiver et qu’y gelot à pierres feinde ou qu’y avot dé l’neiche par terre. Pour savoir si y’avot quéqu’in d’ dins, j’ravisot par ch’carreau dé l’porte éd’cuisine in tirant ch’rideau pis in essuyant l’buée ; d’là, jé n’veyot pas ch’ cabinet passe qu’y étot dins un rinfonchemint derrière l’baraque dé l’cour ; mais j’pouvos vire si y’avot délle finquère qui sortot.
Si y n’avot, chétot min père qui y étot ; si y n’avot pas, j’faijos rapidemint l’revue des effectifs dins l’cuisine, j’ouvros l’porte et j’y allos in courant in pyjama pantouffes avec min mantiau ouvert pis m’capuche. Mais quéque fos l’porte alle étot fermée à clé avec un qui dijot « y’a quéqu’un ! » ; j’crios « dépèche-te, j’ai fort invie ! » et j’arvénos dins l’cuisine arluquer à l’porte.

Quand qu’ éll’ porte alle étot ouverte, jé m’dépéchos d’rintrer d’ dins pis d’ fermer in tirant ch’ verrou. Pus personne y pouvot m’ dessaquer d’là, j’étos ch’prince des cabinets. J’accrochos min mantiau à l’pognée d’porte, j’m’ asseyos sur l’planque in bos et j’pouvos commincher l’traval. Chétot assez haut et y m’ semne que j’avos du maux à m’incrinquer d’sus quand qu’j’étos cor tiot. Ch’ trou pour mette sin cul y étot quand minme assez grand, y avot pas d’ talles intermédiaires, et jé m’ténot à chés rebords pour pas ête aspiré pis quère éd’ dins !

Y faijot frod là d’dins et j’ trainos pas. Des fos y’avot pus d’papier et chétot l’brin ! j’ m’avos tellemint dépéchè qu’ j’avos pas fait gaffe à cha in arrivant. Alors j’ crios « Mman ! y’a pus d’papier !!!! », pas trop fort quand minme à cause d’chés voisins ; mais souvint, m’mère dins l’cuisine alle intindot rien. Alors j’armontos m’marronne à mitan et j’allos dins ch’cagibi quère eune paire éd’ feulles éd’ journal. Nous, chétot « la Voix du Nord », la voix du mort qu’in dijot pour rigoler … J’ couros vite des fos qu’y n’aurot eu in qu’y n’aurot profité pour s’intiquer dins ch’ cabinet pendant que l’porte alle étot ouverte !

Après avoir jété chés feulles éd’ papier dins ch’tro, y fallot verser dé l’iau pour que ch’ mélanche y prenne dins l’fosse ; mais des fos, y faijot tellemint frod qu’ chétot dé l’ glache dins ch’broque. Mémère alle avot l’habitude dé l’rimplir à ras bord et quand qu’y gélot, y’avot un gros bouchon d’glache qui dépachot dé ch’ col. J’essayot dé l’casser avec min pied mais chétot trop dur. Alors tin pis, dins chés cas là, in mettot pas d’iau.

Pendant qu’in étot assis su ch’ trône, quéques fos y n’avot un qui étot pus préssé qué s’zautes et qui v’not clincher à l’porte in gueulant « dépèche-te, cha fait eune heure qu’ t’es là ! » alors qu’in vrai cha faijot chinq minutes mais bon, bon prince, in laichot l’plache toute caude.
Quand qu’ chétot cor des cabinets in bos, chétot jamais frod mais y pouvot y’avoir des échardes et cha piquot.

Pus tard, la compagnie y les avotent rimplachés par des cuvettes in céramique blanque. Chétot pus moderne, pus biau aussi, mais chétot frod quand qu’in y posot ses fesses ! tellemint frod l’hiver qu’in avot peur éd’ rester collés d’sus ! Chétot pas vraimint un progrès passe que y’avot pas d’ chasse d’iau, qu’y fallot après pousser l’tirette pour faire quère ch’papier pis l’reste dins ch’ tro ; pis surtout nettoyer avec élle brosse in versant l’iau dé ch’broque. Et cha devenot compliqué quand qu’y étot rimpli d’glache !...

L’fosse à brin alle étot accessipe dins ch’gardin (vire l’ photo du que j’sus dins ch’ gardin devant l’ lessiveusse à composse pis ch’trou avec ch’ rucheau et l’ fosse à brin) et eune ou deux fos dins l’année, chétot l’ grand jour, l’jour du vidache éd’ chés cabinets ! quand j’véyos min père sortir s’ n’espèche éd’ grande louque à brin avec un manche éd’ trois mètes, j’trouvos toudis quéque causse à faire : sortir juer au ballon dins l’rue, aller à l’pistache (in appelot l’piscine comme cha), rintrer ch’ carbon d’eune voisine, ou minme aller aider min camarate Joël à faire ses devoirs. Mais des fos élle dure réalité alle m’rattrappot par élle voix d’min père qui m’dijot : « Viens ichi, té va m’aider à arpiquer chés porions » !

Quand qu’ j’y arpinse, chétot quand minme incroyappe : min père y déchindot dins ch’rucheau qui partot d’not gardin jusqu’in bas dé ch’ coron ; là, y artirot un gros couverque in fonte, y s’mettot au d’sus dé ch’tro arqué sur ses deux gamppes et avec és’ grande louque à brin, y armontot d’l’ingrais in va dire, qui mettot dins un grand séyau. Quand chétot à mitan plein, j’ l’attrappot pour l’ armonter dins ch’gardin ; et là j’ trimpos d’ dins chés racines éd’ porions à arpiquer ; après j’ plantos chés porions dins l’ route qu’ min père y avot préparée à l’avanche, et pour finir j’versos ch’ séyau tout du long dé l’tranchée. Après cha, avec ch’ l’arbraquette, j’ramenos l’terre sur él’ rangée d’porions, j’tassos cha avec min pied (l’intervalle intre chés porions y’ étot bien calculé tout juste pour min pied !). Pis j’arvénot vire min père. Et in arcomminchot.

In faijot parel avec chés chrysanthèmes qu’ min père y plantot ses boutures dins ch’gardin. L’mitan dé ch’gardin, chétot pour chés chrysanthèmes qu’y vindot à l’ Toussaint. L’aut’ mitan, chétot chés fleurs pour ém’ mère (des glaïeuls, des Dahias, des jonquilles, des oeillets …) pis ch’ thym et ch’ persil pour faire à minger. Pour chés légumes, in avot un « camp » derrière élle perception à côté du stade-parc.

Quand qu’y a plus eu d’porions ni chrysanthèmes à arpiquer, y avot un camion qui vénot pour vider chés cabinets ; ch’ gros tuyau y traversot tout l’ baraque (l’salle à minger du diminche, ch’ pétit couloir avec élle porte éd’ caffe, l’ cuisine) et l’cour. Cha faijot un potin d’infer et cha sintot pas bon. Em’ mère alle étot « catastrophée » et alle allot s’ réfugier avec és’ mère dins l’pièche à mémère.

Bon cha y est, j’cros qu’ j’ai fait l’tour éd’ chés cabinets ! j’pourros cor in raconter gramint mais j’cros bien qu’ cha ira comme cha.

par URBACZKA BERNARD le, 10/03/2019

Manque un detail dins l'video d'berlens78! ch'grezyl !!!! cette odeur imcomparable je l'ai encor d'in l'nez!!! in badigeonnot chez murs des chi... pour tuer ch'es mouques et z'zaraignées! cette odeur est un souvenir d'enfance qu'on ne peut arracher de ma mémoire!!!


  ( 4 photos)  


Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 4 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |