histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  la préparation du gardin (18/05/2019)
  LESSIVE ET ARPASSACHE (17/05/2019)
  le rechauffement climatique (12/05/2019)
  MIN CERTIFICAT D ETUDES (10/05/2019)
  Biêtises d'éfants partie 2/3 (09/05/2019)
  IN COLO A FITZ JAMES (3ième partie et FIN) (04/05/2019)
  IN COLO A FITZ JAMES (2ième partie) (03/05/2019)
  IN COLO A FITZ JAMES (1ère partie) (02/05/2019)
  gitane mais maïs (01/05/2019)
  porions facebook (01/05/2019)
  pour Annie et France (28/04/2019)
  L' PISTACHE (La piscine) (25/04/2019)
  Biêtises d'éfants partie 1/3 (22/04/2019)
  le gouter , ouais mais ch'est pratique (21/04/2019)
  min tien, confirmation .... (20/04/2019)
  hier ch'est déjà bin loin, aujourd hui ch'est déjà demain (20/04/2019)
  Min Tien (19/04/2019)
  Olhain la fin (14/04/2019)
  toudis au bois d' Olhain (13/04/2019)
  changemints au bois d' Ohlain (13/04/2019)
  ch' bos d' Olhain la suite (12/04/2019)
  ch'bos d' Olhain (12/04/2019)
  EUNN VIE D TCHIEN (12/04/2019)
  Au MONT NOIR avec mes parints (suite et fin) (08/04/2019)
  Un diminche au MONT NOIR à LUNA PARC (06/04/2019)
  Marie-Louisse chal gasconneuse (06/04/2019)
  la magie du persil (06/04/2019)
  la nostalgie , c'est plus ce que c était (31/03/2019)
  UN DIMINCHE A LA MER 2ième partie : la plache (23/03/2019)
  UN DIMINCHE A LA MER 1ère partie : éll’ pêque (22/03/2019)
  Min père que bio texte ... (19/03/2019)
  Min père (19/03/2019)
  ché poubelleux (17/03/2019)
  ch' calendrier de la poste partie 2 (17/03/2019)
  ch' calendrier de la poste partie 1 (17/03/2019)
  Y’A QUEU DE L’ NEICHE ! (13/03/2019)
  la Voix du Nord la fin (10/03/2019)
  la Voix du Nord la suite (10/03/2019)
  J’voudros aller au cabinet (08/03/2019)
  La Voix du Nord chétot aussi cha (10/03/2019)
  décés de Jacques Bodoin (10/03/2019)
  la Voix du Nord à travers les ages (09/03/2019)
  À l’école Pasteur dins les années 60 (60-64) (05/03/2019)
  Raoul et Ronny (03/03/2019)
  la boutele d' gasse (02/03/2019)
  Él’ pus belle école du monte (in patois d’ par ichi) (24/02/2019)
  du sac à malice de Clara, le mimosa (24/02/2019)
  douceur du temps (24/02/2019)
  Nos racines (24/02/2019)
  école Pasteur 1955-1956 (23/02/2019)
  LA PLUS BELLE ECOLE DU MONDE 4ième partie : La neige (Suite et FIN) (23/02/2019)
  le dernier jour à l école , avec monsieur Pruvost (23/02/2019)
  les derniers jours à l école (23/02/2019)
  les bidasses en folie (22/02/2019)
  tomates du maroc 1 roro 29 le kilo en février (21/02/2019)
  LA PLUS BELLE ECOLE DU MONDE 3ième partie : La cour de récré (20/02/2019)
  LA PLUS BELLE ECOLE DU MONDE 2ième partie : La « Grande » école (18/02/2019)
  LA PLUS BELLE ECOLE DU MONDE 1ère partie : l’école maternelle (15/02/2019)
  au chant de l alouette fin (16/02/2019)
  au chant de l alouette 2 (16/02/2019)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 Drit79 ( 08/02/2019)
Mon dernier écrit ic...
 michel.gervois@neuf.fr ( 07/10/2018)
Bonjour à tous les B...
 dufossez jean ( 24/09/2018)
Bonjour les potes J...
 bob 38 ( 22/09/2018)
Bonjour a tous , chu...
 Hervé62155 ( 24/12/2017)
Joyeux Noël et Bonne...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
Y’A QUEU DE L’ NEICHE !
par berlens78 le, 13/03/2019  

Quand qu’y avot queu dé l’neiche dins l’ nuit, jé l’savos tout d’suite in ouvrant mes yiux dins min lit : y’ avot eune lumière dins l’champpe qui étot pas parelle que chés zautes jours ; chés rideaux y zétotent comme éclairés alors que normalemint à ch’ t’ heure là y faijot noir et que ch’ solel y étot cor loin dé s’rassaquer.

Surtout, j’intindos rien dins l’rue , pas d’autos, et cha chétot pas comme d’habitute. J’intindos passer des gins qui parlotent avec eune voix étouffée. J’ prénos minme pas l’temps d’mette mes pantouffes et j’allos vire à l’ferniette ; j’veyos pas grand cosse à travers passe qu’alle étot arcouverte éd’ giffe , in aurot dit comme des feulles éd’ fougère et chétot biau. Mais j’véyos quand minme sans avoir b’soin d’ gratter gramint qu’ chétot tout blanc et qu’y avot neigé dins l’nuit ! (vire élle photo du giffe).

J’déchindos 4 à 4 chés escaliers, eune baisse à m’mère et j’ouvros l’porte éd’ cuisine qui donnot su l’cour : chétot tout blanc et des fos y n’avot eune sacrée couche : 20, des fos minme 40 chintimètes ! A part chés traces éd’ pieds tout sales qui zallotent à chés cabinets, tout y’étot blanc ; et y’in quéyot cor ! j’ravisos déchinde chés flocons comme des tiots parachuttes, avec l’air éd’ pas savoir du qu’y zallotent atterrir. Su’ l’ barrière dé ch’gardin in pouvot vire que épaisseur qu’y avot queu pis aussi su’ ch’ toit dé ch’poulailler ; chés glinnes y zétotent anichées les zeunes conte les zautes à côté dé ch’nid du qu’in rammassot chés zoeufs. Et au bord dé ch’toit délle baraque, y avot des glachons d’ toutes les talles qui faijotent comme des stalactites.

- « Mman, j’peux aller juer dins l’neiche ?!...
- D’abord té prinds tin pétit déjeuner pis après cha in verra »

J’avalos min bol éd’ banania à toute blinte, j’infilos mes gants pis des botillons, un cache nez autour d’min cou pour pas prinde frod et j’ sortos dins l’cour. L’neiche alle étot « imaculée », personne y avot marché d’sus ; j’allos duchemint jusqu’à l’ barrière dé ch’gardin in mettant mes pieds dins chés traces qu’y zallotent à chés cabinets ; j’balayos l’neiche in bas dé l’ barrière et j’ l’ouvros tout grand : là y’avot pas cor personne qui avot marché dins l’neiche ; chétot tout blanc à perte éd vue, j’veyos tous chés gardins in infilade jusqu’in bas dé l’rue d’ Divion. Y avot qu’ eune paire éd’ têtes ed ‘ porions qui dépachottent. J’marchos pas dins l’voyette mais sur chés bordures pour pas salir élle neiche.

J’auros bien resté là tout l’journée à raviser quère chés flocons, chés merles qui cachottent à minger, chés fumées qui sortotent éd’ chés quéminées, ch’ ciel qu’in aurot pas su dire d’ quelle couleur qu’y étot … Mais souvint y’avot l’école.

Si y’ avot l’école, ém’ mère alle criot « allez, rintes, faut t’habiller pour aller à l’école ». Jé m’dépéchot passe que j’ savos qu’ min camaratte Jojo y allot v’ nir buquer à l’porte pus d’bonne heure. Et cha manquot pas. In s’dépéchot d’armonter l’rue Alfred Leroy passe que l’neiche alle étot déjà tout sale, pour arriver dins l’rue des Alpes, dû qu’y avot pas d’autos ni d’magasins, et qu’in pouvot faire des boules éd’ neiche ; souvint in quéiot sur nos camarattes du bas délle rue des Alpes qui zavotent déjà préparé eune embuscatte derrière un mur éd’ neiche avec des munitions. Y zétotent trop nombreux, in pouvot pas s’définde alors in courot sous la mitralle pour arriver dins l’rue du Jura du qu’y avot pus rien à crainde. Là in marchot dins l’neiche toute fraiche, in courot, in glichot pis in arrivot à l’école que l’ porte alle restot ouverte pus tard chés jours là, in sait pas pourquoi.

A l’ récré, in faijot des bonhommes ou des batalles éd’ boules ; des fos, y n’avot eune qui s’écrasot su ch’dos d’un maitte mais souvint y dijot rien ; sauf eune fos, qu’tous chés maittes qui zétotent au mitant dé l’cour in train d’ discuter y zavottent décidé d’nous mette eune rinchée in nous lançant des boules !

Si chétot jeudi, diminche ou cor miux les vacances, ém’ mère alle criot « allez rintes mette eune cagoule pis tin mantiau ». Fallot pas mé l’dire deux fos. J’dépavos tellemint qu’ des fos j’mettos mes bottillons à l’invers ! J’comminchos par balancer des boules sur chés glinnes dins ch’poulailler à travers ch’grillage … pis dins ch’gardin in les lançant l’pus loin possippe ; y’ avot min camaratte jojo qui habitot 5 gardins pus bas et y’étot li aussi déjà à la maneuffe. In s’ lançot des boules mais comme chétot pas tout près, in rajoutot des caillots d’dins ! …

Après cha, j’faijos un bonhomme éd neiche dins l’cour avec min tiot frère (vire élle photo) ; là y’ avot pas assez d’neiche alors j’ comminchos in faijant eune boule au bout dé ch’ gardin qué j’roulos jusqu’à l’barrière pour faire ch’ vinte dé ch’bonhomme. Mais au bout dé ch’ l’allée y’avot deux trois marches pour dechinde dins l’cour et chétot souvint fatal pour li. Alors y fallot tout arcommincher . Pour chés yiux, in mettot des mappes mais l’pus dur, chétot d’ trouver eune carotte. J’allos vire dins l’caffe si y’in restot pas eune sans l’dire à m’ mère et in l’muchant dins min dos pour traverser l’cuisine . Pour ch’ capiau, j’ prénos in passant l’béret d’ min père qui étot accroché à ch’ mur. In li donnot aussi un balai, pétète pour s’apoyer d’sus pis s’arposer. Après cha, y’ avot pu qu’à l’contempler, y lancer deux ou trois boules dins s’guiffe pour li apprinde à viffe ; pis in attindot qu’y fonte. (vire élle photo du que j’ sus avec min tiot frère)

A midi y comminchot à y avoir des autos qui voulotent armonter l’côte dé l’rue Alfred Leroy et qui restotent souvint coinchées dins ch’virache qu’y avot devant m’maison ; in intindot chés roues déraper su’ l’ glache pis des gins crier alors in sortot avec mes frères pour aller pousser chés autos. Enfin pour chés zautos qui montotent. Pour cheux qui déchindotent, y’avot rien à faire ; y valot miux minme pas sortir chétot pus prudent passe que souvint, y n’avot un qui allot trop vite ou qui glichot dins ch’virache et y allot atterrir dins l’ vitrine dé ch’magasin Chalmin. Quand cha arrivot in intindot un grand BOUM avec un déluche d’verre cassé pis des cris ; ém’ mère alle dijot « cha y est, y n’ar a un qui est rintré dins l’vitrine Chalmin ». Cha arrivot quand minme souvint passe qu’ après y zavotent plaché devant l’vitrine un espèce éd’ gros piquet jaune pour l’protéger (vire élle photo dé ch’magasin Chalmin).

L’après-midi, in faijot des batalles éd’ boules de neiche dins l’rue d’divion ; ch’ coup chi, in juot à domicile et in pouvot préparer ch’terrain pour atteinde cheux qui v’ notent dé l’rue d’ Ranchicourt ou d’la comté. Cha durot jusqu’au soir, qu’y faijot noir. In faijot des glichades aussi. Y avot qu’dins chés corons qu’in pouvot y faire cha passe que chés mineurs y zavotent pas d’autos alors in avot l’route pour nous tous seulx. Bon, y zavotent pas d’autos mais y zavotent des chindes et chés femmes y zin mettotent d’abord sur chés trottoirs pis après seulemint su’ l’route si y’in restot; cha nous laichot un tiot churchis …

Après eune paire éd’ jours y restot pus grand cosse à faire ; cha sintot la fin. In pouvot cor trouver un tiot tas d’neiche bien blanque pour picher d’sus in faijant un tro au miyeu et l’raviser fonde in d’venant tout jaune. Ou cor in trouver dins chés camps ou ben au stade parc mais là y’avot ch’garde. Bon fallot s’faire eune raison, pis atteinde qu’y n’ar qué eune couche.

Ch’ paradis blanc, cha devot arsonner suremint à cha.


  ( 4 photos)  


Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 4 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |