histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  LES ATTRAPES A SOURIS (20/10/2020)
  coureurs cyclistes mauvais souvenirs (17/10/2020)
  coureurs cyclistes bon souvenir (17/10/2020)
  MEMERE EUNE VIE 2ieme partie (12/10/2020)
  la montée en classe (07/10/2020)
  MEMERE EUNE VIE 1ere partie (06/10/2020)
  la boite à pharmacie partie 2 (04/10/2020)
  la boite à pharmacie partie 1 (04/10/2020)
  Tutur (02/10/2020)
  Luis Mariano... (02/10/2020)
  TELEPHONE et FACTEURS partie 2 (29/09/2020)
  Papa et sin gardin (26/09/2020)
  LA POSTE de BRUAY partie 1 (22/09/2020)
  Firestone (20/09/2020)
  départ en carette (20/09/2020)
  LES NOUNOURS (11/09/2020)
  BERCK 2020 SOUVENIRS (03/09/2020)
  ESCURSION IN BELGIQUE (27/08/2020)
  au temps du bio, du qui sont ... (25/08/2020)
  pour alimenter radio coron ... (23/08/2020)
  MIN PREMIER PICHON 3ieme partie (14/08/2020)
  PEQUE A SAINT VALERY partie 2 (07/08/2020)
  PEQUE A SAINT VALERY 1ere partie (04/08/2020)
  Cocu (03/08/2020)
  LES COUPS (31/07/2020)
  Bruay en Artois 1935 (26/07/2020)
  bibilolo de Saint Malo (26/07/2020)
  VOYETTES partie 2 (23/07/2020)
  VOYETTES partie 1 (20/07/2020)
  EPILOGUE : LES COMMERCANTS (08/07/2020)
  PARFUMERIE DELERCE (02/07/2020)
  Jacqueline la bienfaitrice (28/06/2020)
  VETEMENTS MARCHAND FRERES (26/06/2020)
  LE CINÉMA CASINO (22/06/2020)
  IN ARRIVANT AU CERCLE (19/06/2020)
  cha a bien cangé (16/06/2020)
  DU BALATUM OU DU LINO (13/06/2020)
  IN VA CANGER L TAPISSERIE (08/06/2020)
  DERNIERS COMMERCANTS AVANT LE LYCEE (01/06/2020)
  LIBRAIRIE POINT VIRGULE (28/05/2020)
  VERMELLE et DUCOURANT (23/05/2020)
  El doctor et s'passiente (20/05/2020)
  PATISSERIE BOUCLY (19/05/2020)
  Sujet fille de : retour de Merlimont 72 fin (11/05/2020)
  El confinemint (10/05/2020)
  retour Merlimont fin aout 1972 fin (09/05/2020)
  retour Merlimont fin aout 1972 (09/05/2020)
  100 ZARTIQUES (02/05/2020)
  siffler ou siffloter ? (26/04/2020)
  La lampe au chapeau (23/04/2020)
  MEDICAMINTS D AVANT partie 2 (22/04/2020)
  la télé et le confinache ... (22/04/2020)
  Abalourd a les pieds lourds (18/04/2020)
  ch' confinache (15/04/2020)
  PHARMACIE DUBOIS (14/04/2020)
  CONFINACHE (08/04/2020)
  Quo qu in mingeot dins ches corons partie 2 (04/04/2020)
  Quo qu in mingeot dins ches corons partie 1 (31/03/2020)
  asquident à mobylette (30/03/2020)
  à vos masons (29/03/2020)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 mememarie ( 02/08/2020)
Bonjour, Je découvr...
 Drit79 ( 08/02/2019)
Mon dernier écrit ic...
 michel.gervois@neuf.fr ( 07/10/2018)
Bonjour à tous les B...
 dufossez jean ( 24/09/2018)
Bonjour les potes J...
 bob 38 ( 22/09/2018)
Bonjour a tous , chu...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
Min Tien
par berlens78 le, 19/04/2019  

En relisant cet article, je me suis souvenu d’un poème en patois « Min Tien » que j’avais lu un jour de Achille Saletzki. Alors j’ai fait des recherches et retrouvé ce poème dans le n° spécial qui lui a été consacré par la revue « HORIZONS 21 » de Jean-Claude BAILLEUL en 1988 (Achille SALETZKI, Poèmes retrouvés en patois, « Les chants de l’abîme », supplément au n° 58 d’HORIZONS 21).

J’ai feuilleté fiévreusement ce recueil, me demandant ce qu’il avait pu écrire sur son chien à cette époque (Mineur poète patoisant, il est décédé en 1904 à l’âge de 23 ans). En fait il était au tout début du recueil et je me suis assis pour le lire avec attention. Et plus les strophes défilaient et plus mes yeux se brouillaient. Alors je ne résiste pas à l’envie de vous faire découvrir (ou redécouvrir pour certains ) ce magnifique hommage à son chien en le mettant en ligne sur Histoires de Chtis.

C’est un texte qui date de plus d’un siècle, à une époque où les chiens étaient encore souvent attachés à une chaine dans la cour et y demeuraient toute leur vie durant. Le patois usité est lui aussi différent de celui qu’on connaît dans son expression actuelle. Il a un petit air exotique (si on peut parler d’exotisme en matière de charbon et de pays noir), lointain, comme si Achille SALETZKI nous parlait de très loin, de là-haut, lui aussi certainement du paradis où il a retrouvé son chien, « déloïé » pour l’éternité.


Min Tien

I n’est pa biau, min tien : in n’peut point pus laid’ biête !
Il a des court’ s é patt’s, un long corps, unn’ gross’ tiête ;
Il a des longu’ z’oreill’s qui li donn’nt un drôl’ d’air ;
I-est poilu comme un ours ; souvint sal’ comme un peine ;
Sin poil arsann’ putôt à d’l’étoup’ qu’à dé l’laine…
Infin, il est affreux ! – Mais n’impêche, ej’ l’ai quer.

Nous l’appélons Roquette. In li-a fait unn’ cabaine
Dins un coin sombr’ dé l’cour ; in li-a mis unn’ gross’ chaine,
Unn’ chain’ qu’i n’ quitt’ra fauque el jour qu’i séra mort.
Et l’hiver comm’ l’été, qu’i pleuve o bin qu’i vinte,
Incore assez souvint sans rien avoir dins l’vinte,
Il est là, prisonnier … et heureux dins sin sort.

J’ n’ai qu’à sortir dins l’cour : aussitôt, l’chain’ cliquète.
Et j’n’ai qu’à dir’ deux mots, tout bas : « t’es là, Roquette ? »
Tonnerre ! I cass’rot s’ chain’ pou v’nir ém’ caresser !
I s’étrann’ dins s’collier pou’ m’toucher unn’ miette ;
I-aboe, i m’dit bonjour dins sin langage ed biète ;
I saute, I s’roul’ par terr’ pour qué j’vach’ l’agacer.

J’ m’approche ; ej’ gliche ém’ main tout du long d’sin corps maique…
Ah ! comme il est contint ! … I m’pourlèque ! I m’pourlèque !
Comm’ si j’étos in chuc !! … I danse ! I s’frott’ contr’ mi !
I m’raviss’ dins les yeux pindant qué s’queu’ s’agite…
Ah ! min tien ! ti, t’mas quer ; ti, t’n’es pas hypocrite ;
Ti, té n’mé tromp’ras point : t’es min meilleur ami !

M’tien, ch’est m’consolation ! Aussi, cha m’fait dé l’peine
Dé l’vir toudis loïé. Pour qu’in l’délivr’ dé s’ chaine
Tous les jours ej’ dispute et j’tracass’ mes parints.
Car, jé n’mintirai point, si quéqu’ chose ém’ tourminte
Ch’est d’là vir inchainer unn’ pauv’ biète innochinte
Quand y-a tant d’criminels qui cueurtent pa les qu’mins.

Pourquoi ténir un tien si ch’est pou l’rinde esclave ?
In m’dira qu’in l’l’as mis dins l’cour parc’ qu’il est brave,
Parc’ qué contr’ les voleurs ch’est un fidèl’ gardien…
Mais quoiss qué des voleurs, à m’ maison, vérott’nt faire ?
Quoi qu’ch’est qu’in vérot bin nous voler ? La misère ?
Pou l’reste après, allez ! laissons courir not tien.

Dins l’temps, in l’déloïot quéqu’fos unn’ démi-heure.
Mais, i montot su l’tape, i mettot s’nez dins l’beurre ;
I grimpot su les chais’s ec ses patt’s plein d’mortier ;
I buvot au séau dins l’iau qu’in allot boire ;
Quéqu’fos, i déposot quéqu’ chose edzous l’armoire …
Aussi, à ch’t’heur’, ch’est tout : défins’ dé l’déloïer !

Pourtant, quand jé l’vos là, solitaire et tout trisse,
Quand, d’un œil suppliant, l’pauve inchainé m’ravisse,
Et m’démande in brayant un momint d’liberté,
Jé n’peux point m’impécher : su l’point’ du pied j’m’approche,
J’guett’ si qu’in n’mé vot point, j’saisis l’chain’, jé l’décroche,
Et, comme un malfaiteur, bin vit’ mé v’là trotté.

Quand j’arviens, l’pauv’ Roquette est cor toudis à l’chaine,
Et in m’traite ed grand sot. – Oh ! ch’n’est point cha qui m’gêne !
Jé m’console ed ém’ tien dé c’qu’in dit après mi.
J’li cont’ tous mes chagrins, tous les maux qué j’supporte …
J’ress’ quéqu’fos bin longtemps à li parler d’la sorte :
Un jour, in m’a r’trouvé dins s’cabaine, indormi.




 


Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 6 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |