histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  du musiau ... (01/05/2022)
  le patois du quotidien (24/04/2022)
  ch' zelections partie 2 (24/04/2022)
  ch' zelections partie 1 (24/04/2022)
  charte pour la sauvegarde du patois (21/04/2022)
  le lilas du jardin (20/04/2022)
  au bout de la rue, aux champs (19/04/2022)
  El misseron rouche (16/04/2022)
  arrivée à la maison (20/03/2022)
  de Béthune à Bruay (20/03/2022)
  de Lens à Béthune (20/03/2022)
  arrivée à Lens (20/03/2022)
  d Arras à Lens (20/03/2022)
  arrivée gare d Arras (20/03/2022)
  la mère caresmelle (15/03/2022)
  ché soeurs à cornette .... (06/03/2022)
  les terrils du pays à part (13/02/2022)
  ché cintres in bo (12/02/2022)
  allo allo y a du brin dinch' tuyau (06/02/2022)
  té vo m' neule ? (06/02/2022)
  les ouatères (06/02/2022)
  la ficelle dech' facteur (06/02/2022)
  RINTRER CH CARBON (11/11/2020)
  devant s' n' école primaire (30/01/2022)
  au ''Cercle'' (23/01/2022)
  m' grand tante (23/01/2022)
  rénovation .... (23/01/2022)
  la toise (23/01/2022)
  résistance durant la seconde guerre mondiale (15/01/2022)
  récupération .... (15/01/2022)
  prendre des photos .... (15/01/2022)
  em' rue .... (15/01/2022)
  la jacinthe, fleur du mois de janvier (08/01/2022)
  Maurice et le bizutage (08/01/2022)
  la bonne année (03/01/2022)
  Maurice et le patois (03/01/2022)
  accident à la mine (02/01/2022)
  El Noë d'Eloué (27/12/2021)
  Monsieur c'est le nom d'un cochon (26/12/2021)
  la femme du mineur (25/12/2021)
  capio bas Maurice ... (21/12/2021)
  CH PAIN DE 700 (27/04/2021)
  y est où Saint Nicolas ? (07/12/2021)
  Sainte Barbe in chti : s'vie, traditions (04/12/2008)
  jour de neige 3 (01/12/2021)
  MIN PERE (19/03/2019)
  jour de neige 2 (29/11/2021)
  jour de neige 1 (29/11/2021)
  Bonne fête de Sainte Catherine (25/11/2020)
  LE PATRONAGE (14/11/2019)
  le biftèque (23/11/2021)
  du fin fond de ma mémoire (21/11/2021)
  RETOUR À BRUAY (La fin des vacances à Berck . Épilogue) (31/08/2019)
  CERF-VOLANTS ET AUTES AMUSEMINTS (Les vacances à Berck 10ième partie) (26/08/2019)
  CHÉS CABINES (Les vacances à Berck 9ième partie) (21/08/2019)
  LES VACANCES À BERCK (8ième partie : CH POSTE ÉD SECOURS) (17/08/2019)
  LA JOURNÉE À STELLA (les vacances à Berck 7ième partie) (12/08/2019)
  LA DUCASSE (Les vacances à Berck 6ième partie) (06/08/2019)
  LES VACANCES À BERCK (5ième partie : la baie de l’Authie) (02/08/2019)
  LES VACANCES À BERCK (4ième partie : une journée à Bagatelle) (27/07/2019)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 alens ( 05/05/2022)
C'est Bernard (Berle...
 mememarie ( 02/08/2020)
Bonjour, Je découvr...
 Drit79 ( 08/02/2019)
Mon dernier écrit ic...
 michel.gervois@neuf.fr ( 07/10/2018)
Bonjour à tous les B...
 dufossez jean ( 24/09/2018)
Bonjour les potes J...


Liens

IN COLO A FITZ JAMES (3ième partie et FIN)
par berlens78 le, 04/05/2019  

troisième partie (suite et fin)

L’samedi soir , chétot l’corvée d’douche ; cha durot un momint ! Chétot l’samedi passe que l’ lendemain, y fallot ête propes pour aller à l’messe. Y nous rassemblotent dins l’ cours d’ chés anciennes écuries qui zavotent transformées et aménagées in salles éd’douches collectives ! mais tout l’ monde y pouvot pas y’ aller in minme temps. J’cros qu’ chétot par groupes éd’ chinq ou d’dix. Alors in attendot sin tour comme cha assis par terre et in juot aux osselets avec des cailloux ou au mappes… Chés plus malins y passotent in premier comme cha après y pouvotent aller juer. Chés douches y zétotent froides et j’avos pas quère cha ; j’préféros m’laver dins l’bassine à m’maison avec l’iau caude que m’mère alle versot d’dins . In plus in étot tout nus, y’avot pas d’rideaux et tout le monde y pouvot vire tin zizi. (vire chés 2 photos dé s’ zécuries trinsformées in salles éd’ douches)

L’diminche matin, in allot à l’messe à l’église d’Clermont. In partot à pied in cantant « un kilomète à pied cha use, cha use… » (y n’avot bien 4 ou 5 ..) et in sortant d’l’églisse , in avot l’drot d’aller dins chés magasins acater des cartes postales pis l’dernier jour, des cadeaux pour nos parints. Quand qu’y avot comme cha des dizaines d’gosses qui rintrotent dins ch’magasin, chétot la panique ; après chétot mieux organisé : in rintrot par pétits groupes mais les zautes y zattindotent su’ ch’trottoir et chétot long… (vire chés 2 photos du centre ville des années 50 et asteure).

In arvénant, in cantot cor pour passer l’temps que ch’ trajet y durot presqu’eune heure ; y n’avot eune que j’avos quère, l’canchon « deux dans ma chaumière » :

« dedans ma chaumiè-ère
pour y vivre heu..reux
combien faut-il ê-être
il faut être deux

oui ma chaumiè-ère
je-e la prèfè-ère
avec toi oui avec toi
avec toi oui avec toi

au palais d’un … roi »

J’ai jamais su si chétot « dedans » ou « deux dans » … et j’préfère pas l’savoir . Quand in cantot cha, à part deux trois qui pouvotent pas s’impêcher d’faire éllé sinche, in étot comme saisis par la grâce, in marchot moins vite, in véyot aute cosse que ch’ trottoir ou bien l’route, et quand chétot fini in intindot comme un grand silence…

Cha qui faijot rêver tout l’monde, chétot d’partir avec Jeannot 3 jours « au Camp » … In y allot chacun sin tour, par pétits groupes. Là-bos, chétot comme un villache éd’ gaulois au miyeu d’eune clairière, avec des tentes canadiennes pour dormir à pusieurs pis un grand chapiteau in toile avec tous chés affaires , élle cuisine, chés marmites, chés lits d’camp, tout cha ; pis minme des tabes posées sur des tréteaux avec des bancs in bos qu’in pouvot minger d’dins quand y pleuvot. Ch’ Camp, chétot que pour chés grands, qui savotent prinde des responsabilités et s’ démerder tout seux; in n’étot pas là pour s’amuser. Au matin fallot préparer à minger (souvint des corvées d’patates à éplucher) ; jé m’rappelle des patacons qu’in faijot cuire avec des oignons dins eune grande marmite sur un feu d’camp (qu’les zautes y zétotent aller quère des branques dins ch’ bos pendant ch’ temps-là pour faire éch’ fu). Après minger, chétot l’vaisselle dins ch’rucheau, pis des marches à pied avec nos boutelots qui pindotent à nous chintures ;... Au soir in mingeot autour dé ch’fu d’camp et après in faijot eune veillée jusqu’à des 11h …

L’deuxième diminche, mes parints y vénotent m’vire, comme in va rinde visite à un prisonnier. Y zarrivotent in carette avec ch’ l’R8 à 11h et j’ m’in allos avec eux, sans raviser mes camarattes qui z’in bavottent éd jalousie. In allot in ville à Clermont à l’boulangerie acater des gâtiaux, pis délle charcuterie à ch’traiteur avec du roti d’porc. Et in allot pique niquer au bord d’un étang ou d’eune rivière. In mingeot par terre sur eune couverture et enfin j’pouvos boire délle bière ; mais y fallot surtout pas l’dire à min frère qu’y n’aurot fait eune jaunisse … (tous parelles, pas d’chouchous, tout cha …). Après in allot s’promener, juer au ballon , et y m’ramenotent à 4h pour ch’gouter. Quand y partotent, j’avos min cœur serré et des fos j’allos braire un coup dins un coin. Pis mes camarattes y vénotent ém’ quère pour juer au ballon et tout cha chétot oublié …

L’ veille du dernier jour, in attindot qu’y fache noir et in allot quère chés lampions dins l’baraque au fond dé ch’bos ; in les avot fabriqués avec du balsa pis du papier crépon d’ couleurs différintes ; après avoir allumé chés bougies d’dins, in accrochot chés lanternes sur un crochet au bout d’un bâton et in comminchot l’ artraite aux flambeaux jusqu’à l’intrée dé ch’catiau. Après chétot la fête et in allot s’coucher. Enfin pas tout d’suite passe que souvint in faijot semnant d’dormir quand qu’ ch’ mono d’service y passot avec és’ lampe éd’poque et après in allot foute élle brin dins ch’ dortoir du qu’ chés moniteurs y dormotent et cha finichot par eune grosse batalle éd’ polochons ! … In risquot pus rien, in étot libérabbes ! …

In s’in allot in colo l’samedi et in y restot 3 semaines. Au matin du départ, y fallot ringer ses armoires pis nettoyer chés chambes, faire chés valisses. Chés bus y zétotent déjà arrivés dins l’cour ; tout ch’personnel éd’ service y étot rassemné sur chés marches pour nous dire arvoir ; y’avot des cuisinières qui zavotent l’larme à l’oeulle ; chelles lalles, in leur faijot 2 grosses baisses… Pis in montot dins chés bus et in restot debout contre chés carreaux in faijant aller nos mouchoirs. Ch’retour y’étot pas trisse comme à l’aller ; tout l’monde y cantot ; in avot pris des couleurs, in rigolot avec chés moniteurs pis chés chauffeurs. Là y’avot pus personne qu’y étot malade et in mettot gramint moins longtemps pour faire élle route.

Et enfin chétot l’arrivée triomphale dins l’cour du numéro un du qu’ tous chés parints y zattindotent. In déchindot in courant, in criant ; imbrasser nos parints, dire arvoir à nos camarattes, jéter un dernier coup d’oeulle à chés filles. J’ portos minme pas m’ valisse, j’ couros tout partout comme un tchien fou ; contint d’rentrer, d’artrouver m’ baraque, min coron, mes camarattes d’école. Raconter mes zaventures à mémère, courir avec min tchien, aller vire dins ch’gardin tout cha qui avot poussé d’pis qu’in étot partis. Cha paraichot eune éternité.

Et ch’ gardin, in aurot dit la forêt vierche !...


  ( 4 photos)  


Contact | ©2005-2021 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 2 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |