histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  HOMMAGE à mon grand père et à tous les «Poilus» (10/11/2019)
  MIN MONONQUE (2ième partie) (09/11/2019)
  Au revoir Jean-Marc (08/11/2019)
  MIN MONONQUE (1ère partie) (06/11/2019)
  tour à la Toussaint (01/11/2019)
  L' TOUSSAINT (30/10/2019)
  faire un bec à Marie (27/10/2019)
  les bios mots d' la langue française .... (27/10/2019)
  RINTRÉE DES CLASSES (25/10/2019)
  d' la viante rouche .... (21/10/2019)
  ch' lapin et m' mère (19/10/2019)
  El dame blanque d'Esquelbeck (19/10/2019)
  BECS DE CORAL ET BENGALIS (16/10/2019)
  ché sms mms i zont bon dos (13/10/2019)
  PICHON ROUCHE ET BITACLÉ (11/10/2019)
  L BRADERIE D BRUAY (08/10/2019)
  devoir sur la braderie la correction (07/10/2019)
  braderie la fin (07/10/2019)
  au milieu de la braderie (07/10/2019)
  déchinte à la braderie (06/10/2019)
  départ à labraderie (06/10/2019)
  j a pinsé à ti Papa (30/09/2019)
  IN VA TUER CH COQ (29/09/2019)
  ché supporters d' footballe (29/09/2019)
  poésie en automne (28/09/2019)
  je coupe ... (28/09/2019)
  Émotion, notalgie, en revisitant les récits (24/09/2019)
  JUER AU FOOT À L' USB (23/09/2019)
  cité rigoulet et cité de l armentiou à Puyoo (21/09/2019)
  départ des arondes ...acoutez ché viux... (21/09/2019)
  DU FOOTBAL AU STADE DE LABUISSIÈRE (19/09/2019)
  Merlimont au soir partie 4 (15/09/2019)
  Merlimont au soir partie 3 rectification (13/09/2019)
  DU MARTINET OU DELLE CHEINTURE ? (13/09/2019)
  Merlimont au soir partie 3 (08/09/2019)
  Merlimont au soir partie 2 (08/09/2019)
  Merlimont au soir partie 1 (08/09/2019)
  RETOUR À BRUAY (La fin des vacances à Berck . Épilogue) (31/08/2019)
  CERF-VOLANTS ET AUTES AMUSEMINTS (Les vacances à Berck 10ième partie) (26/08/2019)
  Stade vélodrome de Bruay (26/08/2019)
  CHÉS CABINES (Les vacances à Berck 9ième partie) (21/08/2019)
  le Touquet Paris Plage (20/08/2019)
  LES VACANCES À BERCK (8ième partie : CH POSTE ÉD SECOURS) (17/08/2019)
  la fronde (15/08/2019)
  ché tétards (15/08/2019)
  LA JOURNÉE À STELLA (les vacances à Berck 7ième partie) (12/08/2019)
  in arvenant de Merlimont (11/08/2019)
  cor un ancien camarate d'école qui s'in est allé (08/08/2019)
  LA DUCASSE (Les vacances à Berck 6ième partie) (06/08/2019)
  LES VACANCES À BERCK (5ième partie : la baie de l’Authie) (02/08/2019)
  remonter le temps c'est possible (29/07/2019)
  LES VACANCES À BERCK (4ième partie : une journée à Bagatelle) (27/07/2019)
  Les démolitions des corons au 3 à Bruay (27/07/2019)
  LES VACANCES À BERCK (3ième partie : l'après-midi) (20/07/2019)
  y a 50 ans j'y a cru.... (20/07/2019)
  VACANCES À BERCK années 60 (2ième partie : au matin) (16/07/2019)
  les hommes volants (14/07/2019)
  cha sint l'iote ..... (14/07/2019)
  VACANCES À BERCK années 60 (1ère partie : départ et arrivée) (10/07/2019)
  la magie du cinéma 1 (06/07/2019)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 Drit79 ( 08/02/2019)
Mon dernier écrit ic...
 michel.gervois@neuf.fr ( 07/10/2018)
Bonjour à tous les B...
 dufossez jean ( 24/09/2018)
Bonjour les potes J...
 bob 38 ( 22/09/2018)
Bonjour a tous , chu...
 Hervé62155 ( 24/12/2017)
Joyeux Noël et Bonne...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
UN GRAND GARDIN – 2ième partie
par berlens78 le, 25/05/2019  

(suite délle 1ère partie)

Tout y’étot prêt ; y’avot pu qu’a planter. D’abord tracer chés routes : min père y plantot deux tiots piquets à chaque bout qu’y arliot avec eune fichelle ; in traçot l’route in suivant l’fichelle avec éch l’arbraquette qu’in ténot d’ biais, pour qu’y n’y ait que ch’coin qui rinte dins l’terre. Et après min père y mettot chés graines qu’y sortot délicatemint dé ch’paquet in les tamisant avec ses dogts. J’allos quère dé l’iau à ch’ puits, j’arrosos l’ ringée avec elle pomme d’arrosoir et min père y’ armuchot chés graines avec élle terre qui étot au-d’sus, avec ch’ratiau. Cor un passache in long et in travers pour bien égaliser tout cha ; et in arcomminchot eune nouvelle ringée.

Chés seminches, chétot des sachets avec des toutes pétites graines d’dins qu’au début y’ acatot à un marchand qui passot dins chés corons ; pis après in les zacatot à l’épicerie Marchand, qui vindotent chés légumes tout faits pis aussi chés seminches qu’alles zétotent sur un présentoir derrière élle caisse.

Pour chés pétotes, y allot les acater dins des cageots amont d’un sincier pour les planter ; y fallot qu’alles seuchent déjà germées et pas trop grosses. J’étos émerveillé qu’eune tiote pétote comme cha alle allot in faire plein d’autes pis des pus grosses qu’elle ! Y n’avot plein d’ variétés, pis des caudes, des demi-caudes, là j’m’in mêlos pas, mi j’ plantos chu qu’in m’donnot. Pour ché pétotes, y fallot tracer des pus gros sillons pus profonds et chétot min père qui les creusot. L’terre artirée alle servot à faire élle butée délle rangée d’avint. Mi j’plantos chés pétotes, avec un baton tous les 20 cm, in faijant bien attintion d’ mette chés germes in haut (d’toute façon, min père y arpassot pour vérifier et les bouger d’un mm, chétot normal, personne pouvot faire aussi bien qu’li). In armettot l’terre par au’ dsus duchemint pour pas casser chés germes in faijant eune butte . In faijot au moins 40 ringées d’pétotes, des fos plus. 40 fos 10 mètes, cha faijot presque un tour éd’ piste du stade parc éd’ pétotes mis bout à bout ! Y n’in restot des fos juqu’au mos d’juin d’ l’année d’après !

Que plaijis d’arvénir 15 jours après et d’vire ché tiotes feulles qui zavotent perché !... Dégager un tiot peu chés pieds pour faire des cuvettes et les arroser duchemint avec eune pétite castrolle…

Eune fos qu’tout cha chétot planté, y’avot pus qu’à atteindre que cha pousse ; enfin cha poussot pas tout seux, y fallot démarier chés carottes, désherber. L’pus dur chétot chés carottes à désherber passe que chés jeaunnes feulles éd’ carottes, alles zétotent étouffées dins chés mauvaisses herbes et in avot du maux à les distinguer. L’pus gros artiré, y fallot sarcler (cor avec eune aute espèce d’outil) pour laicher des espaces intre chaque légume. Y fallot désherber souvint, chés mauvaisses herbes alles zétotent inragées ! Té n’avot à peine artiré eune qu’y n’avot dix autes qu’arpoussotent à l’plache ! Eune fos désherbé, in mettot d’l’ingrais aussi, des pétites billes blanques dins des grands sacs. Mais d’l’ingrais , pas d’trop ; in faijot putôt déjà comme du bio, in désherbant, in armuant l’terre à ché pieds pour l’aérer avec éch’ l’outil à tros dints, casser par pétits coups l’ croûte éd’ terre séquie avec éch’ sarcloir, arroser juste chés pieds …

Tout cha cha nous ménot fin juin ; et in juillet chétot l’ branle bas d’combat ; tout l’ monde y’étot réquisitionné ; tous les 2 ou 3 jours, y’avot chés pos d’chuques à cueillir plié in deux in équilibe sur un pied dins chés rangées, chés pétits pos, chés carottes, chés cornichons ; in faijot des sacs et des sacs ; min père y ramenot tout cha à l’maison dins s’cariolle accrochée à s’ mobylette. Tout y rintrot pas d’dins alors des fos in in rajoutot sur l’bécane et in rintrot à pied in ténant chés sacs éd’ chaque côté. Cha chétot au matin, avant les grosses caleurs ; et l’après-midi, dins l’ cuisine avec chés rideaux fermés, j’faijos chés conserffes avec ém’ mère pis mémère : écosser chés pétits pos, équeuter chés zharicots verts, brosser chés cornichons … Em’ mère alle faijot bouillir chés bocaux pour les stériliser. Des pos d’chuques, y n’avot des sacs à n’in plus finir ; prinde deux trois pognées dins ch’sac et les poser sur’ l’tappe sur un viux journal, in prinde in et y’ouvrir sin vinte tout l’long in tirant su’ ch’fil pis faire glicher sin pouche tout du long pour faire quère chés graines dins l’passoire. Des fos y n’avot un qui s’sauvot délle tabe et qu’y arbondichot par terre comme eune balle in caoutchouc. J’essayos dé l’ rattrapper au vol. Ou alors, j’fermos un oeulle et avec l’autre, j’visos m’mère in poussant chés pos dins l’cosse avec min pouche à toute vitesse ; cha faijot mitraillette ; tout l’monde y rigolot. Après j’ramassos tout par terre in manquant pas d’énerver ch’ tchien qui étot toudis dins les paraches et in lavot tout cha dins l’évier (ché pétits pos, pas ch’ tchien…).
Quand mes grands frères y zétotent là, ch’poste y allot à tout casser et in acoutot « l’musique éd’ dégénérés » à radio caroline ; y’avot d’ l’ambiance. Mémère alle rimplichot chés bocaux avec chés gros zélastiques autour d’ chés couverques pis alle collot chés zétiquettes. Au début chétot des grands pis après des pus pétits. In déchindot tout cha à l’caffe sur des étagères du qui restot pus qu’ deux trois pots d’ confiture éd’ l’année d’avant avec des toiles d’araignée. A chinq heures j’avos fini m’journée et j’allos à l’pistache ou bien juer au ballon au stade parc.

Ch’ dernier grand momint à ch’ camp, chétot in arvénant d’vacances fin août ; fallot récolter chés patates ! d’abord artirer chés « verts » qui vénotent tout seux passe qui zétotent tout réchués d’caleur, et in faire un mont. Et après in attaquot : min père y creusot duchemint l’butte éd’ terre avec des pétits coups d’ fourquet in faijant attintion d’pas piquer chés pétotes avec chés dints et mi j’étos à côté à quatte pattes pour raviser dins ch’trou et dès qu’ j’in véyot eune qui passot s’tiête, fallot les déterrer, pis les mette su’l côté derrière nous. In les ramassot pas tout d’suite, in les laissot séquir au solel tout l’après-midi pour pas qu’alles prindent l’humidité dins chés sacs. Au bout d’3 ou 4 ringées, in in prénot chinq. Au miyeu d’ l’après-midi, j’ allos boire eune limonade pis min père un verre éd’ pinard amont dé ch’polonais. Des fos minger eune gauffrette. Et in arpartot à l’ouvrache. Au soir, in mettot eune paire éd’ patates armuchées avec délle terre in d’sous dé ch’ gros tas d’ verts et in y mettot l’fu par in’d-sous pour qu’cha n’fache pas des flammes, seulemint délle finquère. Cha sintot bon l’fumée d’pétotes et tout ch’ camp y étot infinqué. M’mère alle arrivot au soir avec min tiot frère et in les mingeot comme cha, assis par terre, in ravisant voler chés papillons gendarmes pis chés marionnettes.

Ch’ camp, chétot gramint d’traval ; mais surtout du plaijis. Faire des efforts, toudis essayer d’in faire éd plus, qu’in t’dise « ché bien ! t’as bien travaillé ! » ; j’demandos pas d’sous pour cha, ni rien d’aute ; chétot normal d’aider min père ; tout ch’minger là chétot pour élle famille. Aller à ch’camp, cha n’a jamais été eune corvée. Chétot comme faire du sport avant l’heure ; d’ailleurs souvint au soir, qu’ j’étos comme cha bien intrainé, au lieu d’rintrer à m’ maison avec min vélo, j’tournos à gauche pour aller monter pis déchinde élle cote d’houdain in pédalant comme un dératé pour monter l’aiguille éd’ min compteur à ch’ maximum 60 ; pis j’arvénos par ch’bos du vieux fort à Divion, l’rue délle république. Chétot l’bon momint pour batte des r’cords. Chés ampoules à ses mains, in s’in rindot compte qu’au soir in s’couchant…

Ch’ gardin délle maison, chétot surtout chés chrysanthèmes pis chés œillets, chés rosiers, dahlias et glaïeuls pour ém’ mère. A part aider min père à arpiquer chés porions, j’y faijos pas grand cosse ; j’avos quand minme un bout d’gardin à mi tout du long dé ch’poulailler, qu’min père y m’avot donné. J’avos comminché par y planter un marron (qu’des années pus tard y’étot devenu tellement grand qu’y avot fallu démolir ch’ poulailler pour y laisser l’plache). J’y avos aussi planté des groseillers (des vrais, pas des blettes) et in juillet j’avos des groselles ; alors j’faijos délle confiture pour mi ; enfin pas délle confiture, passe que j’avos pas quère chés pépins. Délle gelée. M’ mère alle m’donnot un vieux torchon proppe, j’mettos chés grains d’groselles éd’dins un par un, pis j’faijos un nœud in serrant pour faire couler ch’jus d’groselles dins eune casserole. Après in l’laichot mijoter des heures su ch’coin délle cuisinière avec du chuque. Pis arfrodir tout l’nuit. Et au matin, jé l’m’mettos dins des bocaux que là ché mi qui faijos chés zétiquettes !

Pour arroser ch’gardin, parelle, chétot l’ bon Dieu qui sé n’occuppot ; mais là aussi des fos y’étot occupé ailleurs. Alors in prénot l’iau à l’chiterne. Chétot un grand fût in tôle qu’ min père y’avot installé dins l’cour, in d’sous délle gouttière. L’iau qui quéyot su ch’tot alle arrivot direct éd’ dins. In bas, y’ avot perché un tro pour mette un robinet. Et y’avot pus qu’ à mette ch’ l’arrosoir in d’sous. (vire élle photo) . Bon , pour arroser chés chrysanthèmes, y fallot faire gramint d’voyaches ; mais chétot délle bonne iau, dé l’iau d’ pleuffe … Quand vraimint y faijot trop caud et que l’ chiterne alle étot à sec, in prénot l’iau à ch’ robinet délle cuisine, putôt quand m’mère alle étot partie faire ses commissions … Et in s’dépéchot après d’ passer l’wassingue su ch’ carrelache passe que chétot eune vraie épardrie.

Voilà pour ch’camp et ch’gardin ; y n’aurot core gramint à raconter mais j’vas pas tout dire tout d’suite. Faut in garder pour pus tard.


  ( 1 photos)  


Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 21 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |