histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  HOMMAGE à mon grand père et à tous les «Poilus» (10/11/2019)
  MIN MONONQUE (2ième partie) (09/11/2019)
  Au revoir Jean-Marc (08/11/2019)
  MIN MONONQUE (1ère partie) (06/11/2019)
  tour à la Toussaint (01/11/2019)
  L' TOUSSAINT (30/10/2019)
  faire un bec à Marie (27/10/2019)
  les bios mots d' la langue française .... (27/10/2019)
  RINTRÉE DES CLASSES (25/10/2019)
  d' la viante rouche .... (21/10/2019)
  ch' lapin et m' mère (19/10/2019)
  El dame blanque d'Esquelbeck (19/10/2019)
  BECS DE CORAL ET BENGALIS (16/10/2019)
  ché sms mms i zont bon dos (13/10/2019)
  PICHON ROUCHE ET BITACLÉ (11/10/2019)
  L BRADERIE D BRUAY (08/10/2019)
  devoir sur la braderie la correction (07/10/2019)
  braderie la fin (07/10/2019)
  au milieu de la braderie (07/10/2019)
  déchinte à la braderie (06/10/2019)
  départ à labraderie (06/10/2019)
  j a pinsé à ti Papa (30/09/2019)
  IN VA TUER CH COQ (29/09/2019)
  ché supporters d' footballe (29/09/2019)
  poésie en automne (28/09/2019)
  je coupe ... (28/09/2019)
  Émotion, notalgie, en revisitant les récits (24/09/2019)
  JUER AU FOOT À L' USB (23/09/2019)
  cité rigoulet et cité de l armentiou à Puyoo (21/09/2019)
  départ des arondes ...acoutez ché viux... (21/09/2019)
  DU FOOTBAL AU STADE DE LABUISSIÈRE (19/09/2019)
  Merlimont au soir partie 4 (15/09/2019)
  Merlimont au soir partie 3 rectification (13/09/2019)
  DU MARTINET OU DELLE CHEINTURE ? (13/09/2019)
  Merlimont au soir partie 3 (08/09/2019)
  Merlimont au soir partie 2 (08/09/2019)
  Merlimont au soir partie 1 (08/09/2019)
  RETOUR À BRUAY (La fin des vacances à Berck . Épilogue) (31/08/2019)
  CERF-VOLANTS ET AUTES AMUSEMINTS (Les vacances à Berck 10ième partie) (26/08/2019)
  Stade vélodrome de Bruay (26/08/2019)
  CHÉS CABINES (Les vacances à Berck 9ième partie) (21/08/2019)
  le Touquet Paris Plage (20/08/2019)
  LES VACANCES À BERCK (8ième partie : CH POSTE ÉD SECOURS) (17/08/2019)
  la fronde (15/08/2019)
  ché tétards (15/08/2019)
  LA JOURNÉE À STELLA (les vacances à Berck 7ième partie) (12/08/2019)
  in arvenant de Merlimont (11/08/2019)
  cor un ancien camarate d'école qui s'in est allé (08/08/2019)
  LA DUCASSE (Les vacances à Berck 6ième partie) (06/08/2019)
  LES VACANCES À BERCK (5ième partie : la baie de l’Authie) (02/08/2019)
  remonter le temps c'est possible (29/07/2019)
  LES VACANCES À BERCK (4ième partie : une journée à Bagatelle) (27/07/2019)
  Les démolitions des corons au 3 à Bruay (27/07/2019)
  LES VACANCES À BERCK (3ième partie : l'après-midi) (20/07/2019)
  y a 50 ans j'y a cru.... (20/07/2019)
  VACANCES À BERCK années 60 (2ième partie : au matin) (16/07/2019)
  les hommes volants (14/07/2019)
  cha sint l'iote ..... (14/07/2019)
  VACANCES À BERCK années 60 (1ère partie : départ et arrivée) (10/07/2019)
  la magie du cinéma 1 (06/07/2019)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 Drit79 ( 08/02/2019)
Mon dernier écrit ic...
 michel.gervois@neuf.fr ( 07/10/2018)
Bonjour à tous les B...
 dufossez jean ( 24/09/2018)
Bonjour les potes J...
 bob 38 ( 22/09/2018)
Bonjour a tous , chu...
 Hervé62155 ( 24/12/2017)
Joyeux Noël et Bonne...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
Ém MÈRE – 1ère partie
par berlens78 le, 02/06/2019  

A chaque fos qu’ jé m’sers d’eune louche ou d’eune écumette, j’arpinse à m’mère ; j’ l’arvos dins l’cuisine debout avec sin tablier à carreaux, in train d’servir tout l’monde à tabe. Min père y ténot l’ soupière et alle versot chés louches dins chés assiettes. Alle sortot ch’ rôti dé ch’four ou bien sin rassacache dé ch’fu, alle le posot su’ l’tabe ; et pendant qu’ min père y découpot l’viande avec un grand coutiau , alle servot chés patates. J’attindos qu’alle passe derrière mi et j’saquos dins sin dos su’ l’ cocarde éd’ sin tablier à carreaux pour élle défaire. Alle rouspétot mais pas trop fort ; « Ah ch’ti là y peut pas s’impêcher ché plus fort que li ! té continues té vas l’avoir hein !! » … mais j’ l’ai jamais eue … chétot un ju intre nous.

Ses journées y comminchotent éd’ bonne heure ; à 6h. Alle mingeot s’tartine in jétant un oeulle su’ l’ Voix du Nord délle veille, après alle faijot s’toilette, et alle préparot l’tabe pour ch’pétit-déjeuner : ch’pain d’700, chés bols, élle confiture, ch’ beurre qui avot passé s’nuit à l’cour su ch’ l’appui d’ fenête, ch’ banania, faire cauffer ch’ lait. Pis alle criot après nous in bas dé ch’ l’escalier « MichelGérardBernardMarc !!! Ché l’heure !!! » qu’in dormot in haut, pour s’léver. Si cha trainot, alle arvénot deux minutes après « té t’lèves tizautes ou faut qué j’monte ?!!! » .. ; In étot quat’ garchons. Après chés deux premiers alle voulot eune fille mais ché mi qu’y avot pris l’plache ; alle avot essayé cor un coup 5 ans pus tard mais parelle, ché min tiot frère qu’y avot gagné à l’arrivée. Alors alle in étot restée là.

Chés deux grands y z’allottent au lycée, mi à l’école Pasteur pis ch’ dernier à l’maternelle qu’alle allot l’ conduire à pied au matin. Eune fos rintrée alle faijot chés lits et chés chambes in haut , alle balayot pis alle lavot ch’carrelache ; l’mardi chétot l’ lessive alle avot pas l’ temps d’faire la cuisine alors in mingeot des pâtes avec des steacks hachés. L’mercredi alle faijot du minger long à préparer dins ch’ faitout : rassacache, rata carottes, ragoût d’mouton, … L’ jeudi chétot des plats au four, des rôtis, des gratins d’ choux fleurs, ou bien in mingeot chés restes, du récauffé, chétot cor meilleux. L’vendredi alle allot à ch’marqué du cente acater du pichon et in mingeot délle roussette avec des frites et délle mayonnaise qu’alle faijot dins un bol avec eune fourchette. Des fos, alle tournot, in savot pas pourquoi ; quand y’ a eu ch’batteur éléctrique , ché mi qui l’ faijot comme cha j’pouvos ronguer chés fouets… L’samedi chétot délle purée ou aute cosse et l’diminche, ch’famux rosbeef ou ben du poulet (des fos du lapin avec des pruneaux, mais cha j’in mingeos pas passe que ch’ lapin jé m’doutos bien d’ du qu’y vénot…).

In rintrot d’ l’école à midi et demi, l’tabe alle étot mis et y’avot pus qu’à s’assir pour s’in mette plein la lampe (sauf él’mardi qu’ j’arsortos in courant acater des bifteaks àmont Nippert). In s’dépéchot d’minger pour artourner à l’école qu’y avot un bon 20 minutes pour faire la route. Em’ mère alle débarrassot, faijot l’vaisselle tout cha et après alle pouvot enfin s’assir ; boire sin café tranquille et lire sin journal : élle pache éd’Bruay pis chés naissances mariaches et interremints. L’après-midi, alle faijot d’l’arpassache, d’ l’arprisache, du raccomodache, délle couture, d’ l’ asticache et chés poussières. Alle faijot aussi des bords d’rideaux avec s’ machine à coeude à pédales Singer pour ch’ magasin d’Madame Leroy…

Des commissions, alle in faijot pas gramint passe que dins ch’temps là in avot tout sur plache , chés pétotes dins l’caffe avec chés conserves d’pos d’ chuque et d’pétits pos ; chés légumes frais dins ch’gardin. Chés œufs dé ch’poulailler. Y’avot des marchands ambulants qui passotent dins chés corons in klaxonnant : l’ marchande éd’ beurre et d’ fromaches, ch’ boucher, ch’ marchand d’ bière et d’pinard, … Et pour él’ reste in avot tout dins un rayon d’ 100 mètes : des boucheries, des charcuteries, des magasins d’alimentation, des marchands d’légumes, … Alors in acatot au jour le jour. Si j’rintros d’ l’école, qu’chétot mardi et qu’y avot pu d’râpé pour mette sur chés macaronis, j’allos n’acater àmont Ingelaere (après chétot devenu SPAR) qui étot à 20 mètes délle maison. In pouvot pas stocker, in n’avot pas d’ frigo.

L’ jeudi après-midi alle passot deux heures, des fos plus, avec ésse voisine, eune fos à s’maison, eune fos à l’ sienne ; cha comminchot duchemint par eune tasse éd’ café, des fos pusieurs; pis un verre éd’ grenache, des fos pusieurs, aussi… L’boite à biscuits alle étot aussi dé l’ fête. J’allos l’arjoinde in rintrant d’l’ école ; l’conversation alle étot animée, surtout quand l’voisine alle ouvrot eune boutelle éd’ Kriter in sortant chés boudoirs ! .. « allez, in va pas s’ laisser mourir ! in n’a qu’eune vie ! » et alle faijot péter ch’ bouchon… Chétot s’récréation délle semaine. Les zautes jours, y’avot souvint aussi délle visite à l’ maison : des cousins, des neveux, qui passotent dins l’coin et qui rintrotent dire bonjour. Ses belles-sœurs ; Pépère aussi des fos qui vénot in auto à 80 ans avec és’ 4 CV ; li y rintrot sans buquer à l’porte et in l’veyot débouler dins l’cuisine avec és’ canne in l’air in gueulant « Ché MI !!! » …

Au soir in rintrot d’ l’école et alle nous surveillot pour chés devoirs ; l’hiver, ch’linche y pindot sur chés fils dins l’cuisine au-d’sus délle cuisinière à carbon et in pouvot juer à cache cache. Cha sintot bon l’ lessive et l’amidon. Alle préparot à souper, pis minger, débarrasser, l’vaisselle tout cha. Du temps qu’y avot pas d’télé, in s’dépéchot d’ringer l’tabbe éd’ cuisine au soir après souper et in juot avec elle aux bidets, au mikado, à l’ batalle ; pus tard au « mille bornes » aussi … Et cor pus tard au yam’s et au 8 américain ; mais cha qu’alle préférot chétot chés bidets, les culbuter pis « rintrer » dins chés cases qu’alle risquot pus rien. In juot pour des sous jé m’ rappelle, 20 centimes dé ch’ bidet culbuté …

A neuf heures et demie in allot s’coucher. Y l’y restot eune heure pour s’arposer et lire sin magazine « Confidences » au coin dé ch’ fu, avec ch’ tchien couché sur ses pantouffes… Pis alle s’déshabillot dins l’ cuisine, alle s’ lavot dins l’évier passe qu’y avot pas d’salle de bain et cor moins d’ lavabo. Et alle montot s’coucher in quémiche éd’ nuit.

Quand in l’intindot monter dins l’escalier, in faijot semblant d’ dormir in ronflant comme des sonneurs ; et dès qu’alle avot arfermé l’porte dé s’ chambe, chés lancers d’nounours y zarprénotent éd’ pus belle. In dormot à quat’ dins deux grands lits et chés grands y nous prénotent nos nounours pour les lancer d’un lit à l’aute. Alors in criot « rinds me min nounours », eux y rigolotent in d’sous d’ chés couvertures et ché nous qu’in s’ faijot inguirlander ; in intindot d’abord ém’ mère « ché l’heure éd’ dormir ! si jé m’ lève, cha va barder ! ». Quand cha suffijot pas, min père, si y’étot pas d’ nuit, y dijot juste « cha va ête élle cheinture !... ». Ch’ mot là y sonnot la fin des hostilités…


 


Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 13 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |