histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  d' la viante rouche .... (21/10/2019)
  ch' lapin et m' mère (19/10/2019)
  El dame blanque d'Esquelbeck (19/10/2019)
  BECS DE CORAL ET BENGALIS (16/10/2019)
  ché sms mms i zont bon dos (13/10/2019)
  PICHON ROUCHE ET BITACLÉ (11/10/2019)
  L BRADERIE D BRUAY (08/10/2019)
  devoir sur la braderie la correction (07/10/2019)
  braderie la fin (07/10/2019)
  au milieu de la braderie (07/10/2019)
  déchinte à la braderie (06/10/2019)
  départ à labraderie (06/10/2019)
  j a pinsé à ti Papa (30/09/2019)
  IN VA TUER CH COQ (29/09/2019)
  ché supporters d' footballe (29/09/2019)
  poésie en automne (28/09/2019)
  je coupe ... (28/09/2019)
  Émotion, notalgie, en revisitant les récits (24/09/2019)
  JUER AU FOOT À L' USB (23/09/2019)
  cité rigoulet et cité de l armentiou à Puyoo (21/09/2019)
  départ des arondes ...acoutez ché viux... (21/09/2019)
  DU FOOTBAL AU STADE DE LABUISSIÈRE (19/09/2019)
  Merlimont au soir partie 4 (15/09/2019)
  Merlimont au soir partie 3 rectification (13/09/2019)
  DU MARTINET OU DELLE CHEINTURE ? (13/09/2019)
  Merlimont au soir partie 3 (08/09/2019)
  Merlimont au soir partie 2 (08/09/2019)
  Merlimont au soir partie 1 (08/09/2019)
  RETOUR À BRUAY (La fin des vacances à Berck . Épilogue) (31/08/2019)
  CERF-VOLANTS ET AUTES AMUSEMINTS (Les vacances à Berck 10ième partie) (26/08/2019)
  Stade vélodrome de Bruay (26/08/2019)
  CHÉS CABINES (Les vacances à Berck 9ième partie) (21/08/2019)
  le Touquet Paris Plage (20/08/2019)
  LES VACANCES À BERCK (8ième partie : CH POSTE ÉD SECOURS) (17/08/2019)
  la fronde (15/08/2019)
  ché tétards (15/08/2019)
  LA JOURNÉE À STELLA (les vacances à Berck 7ième partie) (12/08/2019)
  in arvenant de Merlimont (11/08/2019)
  cor un ancien camarate d'école qui s'in est allé (08/08/2019)
  LA DUCASSE (Les vacances à Berck 6ième partie) (06/08/2019)
  LES VACANCES À BERCK (5ième partie : la baie de l’Authie) (02/08/2019)
  remonter le temps c'est possible (29/07/2019)
  LES VACANCES À BERCK (4ième partie : une journée à Bagatelle) (27/07/2019)
  Les démolitions des corons au 3 à Bruay (27/07/2019)
  LES VACANCES À BERCK (3ième partie : l'après-midi) (20/07/2019)
  y a 50 ans j'y a cru.... (20/07/2019)
  VACANCES À BERCK années 60 (2ième partie : au matin) (16/07/2019)
  les hommes volants (14/07/2019)
  cha sint l'iote ..... (14/07/2019)
  VACANCES À BERCK années 60 (1ère partie : départ et arrivée) (10/07/2019)
  la magie du cinéma 1 (06/07/2019)
  Casino ou Colisée ? (01/07/2019)
  LE PASSÉ (01/07/2019)
  faut l imager t' mason Bernard (30/06/2019)
  L’ FÊTE DES ÉCOLES (23/06/2019)
  les hortensias (23/06/2019)
  l' armontée du catéchisme (15/06/2019)
  le calendrier éphéméride (15/06/2019)
  Biêtises d'éfants partie 3/3 (12/06/2019)
  le budget de maman agenda 1953 (10/06/2019)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 Drit79 ( 08/02/2019)
Mon dernier écrit ic...
 michel.gervois@neuf.fr ( 07/10/2018)
Bonjour à tous les B...
 dufossez jean ( 24/09/2018)
Bonjour les potes J...
 bob 38 ( 22/09/2018)
Bonjour a tous , chu...
 Hervé62155 ( 24/12/2017)
Joyeux Noël et Bonne...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
VACANCES À BERCK années 60 (1ère partie : départ et arrivée)
par berlens78 le, 10/07/2019  

Quand in n’avot pas core d’auto, à Berck in y allot qu’eune fos par an, in vacances au mois d’aôut, avec chés cars Dumont. Ché sûr qu’ chétot eune vraie expédition ; y’avot presque 5 heures éd’ bus !

In partot à 6 (mes parints pis mes 3 frères) à pied délle maison pour déchinde au cerque prinde l’autobus éd’ Berck qui partot à 7h du matin ; y’avot personne dins chés rues à ch’ t’heure là et chés magasins dé l’ rue alfred Leroy y zétotent pas core ouverts ; cha faijot drôle. Arrivés derrière Prisunic, in allot in face du lycée attinde éch’ car Dumont. Un biau bus éd’ couleur crême avec des appuie-tête arcouverts d’un drap blanc et des cendriers derrière chés sièges, qui zétotent inclinabes, él’ grand luxe. Ch’ matin là, in avot pas un coup d’oeulle pour chés zautobus artésiens ou chés citroëns qui zallotent à Lens : nous in allot à Berck ! à la mer ! …

Tous chés gins y zattindottent comme nous su’ ch’trottoir avec leus valisses ; y’ avot des jeaunnes qui zavotent déjà mis leur maillot d’ bain avec un pull over et qui ténotent dins eune main ch’ ballon dins sin filet , et l’pelle, ch’ l’épuisette et ch’ séau dins l’aute. Chés cars Dumont y zétotent jamais in retard ; ch’ chauffeur, y’avot eune belle quémiche blanque à manches courtes , eune cravate et des lunettes éd’ solelle et in pouvot pas l’confonde avec cheux des artésiens qui faijotent élle navette pour Béthune, avec leu tablier gris, leu bérêt et leu mégot dins l’coin d’ leur bouque… (vire photo 01)

Y arrivot in faijant l’tour d’ Prisunic, y s’garot tout duchemint ; y’ arrétot ch’moteur qui faijot comme un bourdonnement d’ mouques, qu’in n’intindot rien. Et y’ appuyot sur un bouton que l’portière alle s’dépliot tout grand in faijant un arc éd’ cerque et y déchindot chés marches ; y’ ouvrot chés coffes su’ l’côté pour mette chés valisses et chés sacs ; et des fos, y montot su’ ch’ l’équelle qui étot à l’arrière pour mette chés plus grosses sur éch’ toit. Tout cha durot quand minme un momint ; y’avot toudis des hommes pour y donner un coup d’ main, surtout pour li passer chés bagaches su ch’ toit.

Chés jours éd’ grand départ, des fos y avot deux autobus; in allot tout d’suite dins ch’ deuxième qu’ souvint y’avot pas core personne éd’ monté d’dins. Nous, chés jeaunnes, in s’dépéchot d’monter pour prinde chés meilleures plaches ; comme à l’école, chétot chés plaches du fond ; qu’in pouvot prinde ses aises et faire élle carmagnole ; et après, chés plaches à côté d’chés carreaux, pour raviser chés paysaches . Y avot aussi chés deux plaches derrière éch’ conducteur, pour l’ raviser conduire sin volant, pis les deux zautes à côté delle portière, qu’y avot personne devant et qu’in pouvot raviser défiler l’ route comme au cinéma. Eune fos j’avos réussi à l’avoir elle plache là mais y’avot draché tout l’ long dé ch’ trajet et j’avos vu qu’ chés essuie glaches qui zavottent lavé ch’ pare brise tout du long…

L’pire, quand in arrivot dins les derniers ou bien qu’y avot trop d’ monde, chétot d’ s’artrouver assis sur chés strapontins au miyeu délle ringée : chétot comme des planques in bos qu’in artirot d’chés accoudoirs et qu’in rabattot pour s’assir éd’ sus ; y’avot pas d’dossier, cha faijot maux à ses fesses et in pouvot pas allonger ses gambes …

Quand tou y’étot querqué et qu’ tous chés gins y zétotent monté, ch’ bus y démarrot : que silence ! in intindot minme pas ch’ moteur ; et in sintot pas chés trous sur élle route. Ch’ conducteur y’avot armis s’cravate bien drot et ses lunettes éd’ solelle qu’in aurot dit un aviateur. Souvint aussi, y’ avot eune grosse monte un or sur sin pognet, eune chevallière à sin dogt et eune gourmette à l’aute bras. Chés conducteurs là, y zétotent décidémint pas comme és’ zautes. Y zavotent aussi eune radio avec un micro qu’y pouvotent parler comme cha avec des gins dins un central…

Premier arrêt : Saint Pol. Y s’arrêtot pas in route ; peut-ête eune fos ou deux ; in tout cas chétot pas pour faire monter des sinciers avec des cages à poules. A St pol, ch’ bus y restot sur l’ plache délle mairie ¼ d’heure. Pour faire monter et déchinde des gins. Et querquer cor’ des sacs et des valisses. Deuxième étape, Hesdin ; pour y aller y roulot vite pour monter et déchinde elle route à 3 voies qui faijot des montannes russes. A Hesdin, in arrivot sur l’grand plache qu’ chés marchands d’frites y zétotent déjà à l’ouvrache à 10h du matin ; in s’arrêtot ½ heure. Y n’a qui z’in profitotent pour aller boire un verre. Pis Montreul ; là aussi, ¼ d’heure d’arrêt ; y’étot 11h, élle solelle y comminchot à taper, y’avot des fleurs tout partout, des guirlandes avec des drapeaux , des gins habillés in diminche. In déchindot chinq minutes pour prinde l’air et in avanchot ses niflettes pour sintir l’air éd la mer , du sabe, et délle crème à bronzer… Sur él’ grand plache, y’avot des bus qui vénotent éd’ tout partout, minme éd’ Lille et d’ Belgique ; chés belches y zavotent des bus core pus biaux qu’ chés cars Dumont ; des à deux étaches, avec des waters éd’ dins pis l’radio qu’in pouvot acouter avec des écouteurs derrière chés sièches … (Vire photos 02 à 06)

Dernière étape : Montreul – Berck ; j’cros qu’in passot devant Bagatelle, pis ch’ camp d’aviation ; in pouvot vire décoller chés viux coucous qui trainotent des banderoles avec des mots écrits in grandes lettes : « Bonnes vacances à tous ! », « Lisez la voix du nord !» . Et après in tournot à l’église éd’ Berck ville pour passer par chés grandes avenues à l’intrée d’ Berck qu’y avot du sabe sur chés trottoirs ; chés gins in short ou maillot d’bains avec leus serviettes qui s’in allotent à la plache … Ch’car y faijot des tours et des ratatours avant d’ vénir s’garer sur s’n’implachemint devant l’gare routière in marche arrière. Tout l’ monde y dépavot pour déchinde ; fallot pas perde eune minute, récupérer chés sacs dins ché filets pis chés valisses dins chés coffes et su ch’toit ; tout l’monde y donnot un coup d’main ; et quand in avot tout, in restot là debout intre chés zautobus : tout l’monde y est là ? in a tout ? chés pelles et chés zépuisettes ? et ch’ballon ? allez in y va… (vire photos 07 et 08)

In sortant d’ la gare, in avot cangé d’ planète ! des belles baraques avec des balcons, des terrasses qu’in aurot dit des catiaux; chés magasins avec chés store étalés tellemint qu’ in étot inondés d’solelle, chés odeurs mélangées d’ gatiaux, d’poulets rôtis, et d’sabe … Avec nos valisses in passot devant chés gins attablés à chés terrasses qui prénotent l’apéritif ; in nous aurot pris pour des pieds noirs qui rintrotent d’Algérie, sauf qu’in étot blancs comme des linches… et in s’in allot arjoinde note location rue Estienne d’Orves, eune pétite rue in face éd’ l’église, à côté délle rue d’l’impératrice, qui étot à peine à dix minutes d’ la mer. Y’avot pas d’surprise passe que tous les ans in allot dins l’minme location, au 1er étache.

Après avoir poussé l’porte in verre et in fer forgé, in introt dins un vestibule qu’y faijot pas clair et qui sintot l’ rinfermé, avec au fond, derrière ch’ l’escalier in bos qui montot à chés zétaches, eune espèce d’arrière cour avec chés poubelles. Chés propriétaires y zétotent pas causants ; y nous donnotent l’ clé et in montot chés escaliers in claquant bien nos godasses sur chés marches in bos pour faire vire qu’in étot arrivés. In étot tout seux su ch’ pallier ; min père y’ouvrot l’porte et in s’intiquot à 6 là d’dins : eune cuisine et deux pétites chambes. Mes grands frères y zallotent tout d’suite vire à l’ferniette délle cuisine qui donnot su’ l’ rue passe qu’in fache y’avot eune maison qui faijot aussi délle location, avec eune grande terrasse comme chés maisons mexicaines qu’in véyot à l’ télé dins Zorro, dû qu’y avot toudis des maguettes qui s’ faijotent bronzer in maillot d’ bain ou qui faijotent leur vernis à onques, ou qui s’ mettotent in peinture… Alles faijotent tout cha comme si qu’alles z’aurotent été tout seux dins l’rue. Mes frères y restotent à ch’ l’appui d’ ferniette comme cha des heures à raviser leu manèche… (vire photos 09 et 10)

Bon, in étot arrivés ; tout y’allot bien : chés maguettes y zétotent là, l’boutelle éd’ gaz alle étot pleine, et y’avot dé l’iau à ch’robinet. Chés waters, y zétotent in bas dins l’cour. Y restot pus qu’à ringer ses affaires dins chés armoires mais cha allot vite passe qu’in n’avot pas grand cosse. Em’ mère alle allot acater à minger, nous in allot faire un tour sur l’esplanatte et l’rue Carnot. Là aussi tout y’allot bien ; y’avot rien d’ cangé : ch’ marchand d’ glaces Dandréa au bout délle rue, l’ patisserie à ch’ coin d’ l’église qui vindot des néluzco et des meringues au café, ch’ cornet d’amour, chés magasins d’juets délle rue Carnot, la mer, tout y’ étot in plache.

Et surtout au miyeu d’ l’esplanatte ch’ drapeau qui étot planté devant ch’ cente éd’ secours y flottot gaiemint au vint au mitan d’ chés cerf-volants et y’ étot vert. Y restot pus qu’à s’ dépècher d’ rintrer mette sin caleçon d’ bain. Chés vacances à Berck, y pouvotent commincher . (vire photos 11 et 12)


  ( 12 photos)  


Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 2 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |