histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  PHOTOGRAPHE CRENDAL (07/12/2019)
  LearningApps (07/12/2019)
  ANCIENS COMMERCANTS DE BRUAY (04/12/2019)
  El mariache d’Anatole et Pauleine (30/11/2019)
  CH MARQUE D BRUAY (29/11/2019)
  l' arrivée à Merlimont (25/11/2019)
  instrument de musique de notre infance (24/11/2019)
  Merlimont Barcarolle..... (23/11/2019)
  PICHOTIERES (23/11/2019)
  ANNIVERSAIRE (21/11/2019)
  Merlimont les gauffres (21/11/2019)
  pour ceux qui ne vont pas sur facebook (21/11/2019)
  Merlimont c'était un pauv' gars (20/11/2019)
  Merlimont le magasin de souvenir (19/11/2019)
  Merlimont, L Ambiance (18/11/2019)
  Merlimont le Dé d' Argent (17/11/2019)
  LE PATRONAGE (14/11/2019)
  HOMMAGE à mon grand père et à tous les «Poilus» (10/11/2019)
  MIN MONONQUE (2ième partie) (09/11/2019)
  Au revoir Jean-Marc (08/11/2019)
  MIN MONONQUE (1ère partie) (06/11/2019)
  tour à la Toussaint (01/11/2019)
  L' TOUSSAINT (30/10/2019)
  faire un bec à Marie (27/10/2019)
  les bios mots d' la langue française .... (27/10/2019)
  RINTRÉE DES CLASSES (25/10/2019)
  d' la viante rouche .... (21/10/2019)
  ch' lapin et m' mère (19/10/2019)
  El dame blanque d'Esquelbeck (19/10/2019)
  BECS DE CORAL ET BENGALIS (16/10/2019)
  ché sms mms i zont bon dos (13/10/2019)
  PICHON ROUCHE ET BITACLÉ (11/10/2019)
  L BRADERIE D BRUAY (08/10/2019)
  devoir sur la braderie la correction (07/10/2019)
  braderie la fin (07/10/2019)
  au milieu de la braderie (07/10/2019)
  déchinte à la braderie (06/10/2019)
  départ à labraderie (06/10/2019)
  j a pinsé à ti Papa (30/09/2019)
  IN VA TUER CH COQ (29/09/2019)
  ché supporters d' footballe (29/09/2019)
  poésie en automne (28/09/2019)
  je coupe ... (28/09/2019)
  Émotion, notalgie, en revisitant les récits (24/09/2019)
  JUER AU FOOT À L' USB (23/09/2019)
  cité rigoulet et cité de l armentiou à Puyoo (21/09/2019)
  départ des arondes ...acoutez ché viux... (21/09/2019)
  DU FOOTBAL AU STADE DE LABUISSIÈRE (19/09/2019)
  Merlimont au soir partie 4 (15/09/2019)
  Merlimont au soir partie 3 rectification (13/09/2019)
  DU MARTINET OU DELLE CHEINTURE ? (13/09/2019)
  Merlimont au soir partie 3 (08/09/2019)
  Merlimont au soir partie 2 (08/09/2019)
  Merlimont au soir partie 1 (08/09/2019)
  RETOUR À BRUAY (La fin des vacances à Berck . Épilogue) (31/08/2019)
  CERF-VOLANTS ET AUTES AMUSEMINTS (Les vacances à Berck 10ième partie) (26/08/2019)
  Stade vélodrome de Bruay (26/08/2019)
  CHÉS CABINES (Les vacances à Berck 9ième partie) (21/08/2019)
  le Touquet Paris Plage (20/08/2019)
  LES VACANCES À BERCK (8ième partie : CH POSTE ÉD SECOURS) (17/08/2019)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 Drit79 ( 08/02/2019)
Mon dernier écrit ic...
 michel.gervois@neuf.fr ( 07/10/2018)
Bonjour à tous les B...
 dufossez jean ( 24/09/2018)
Bonjour les potes J...
 bob 38 ( 22/09/2018)
Bonjour a tous , chu...
 Hervé62155 ( 24/12/2017)
Joyeux Noël et Bonne...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
LES VACANCES À BERCK (3ième partie : l'après-midi)
par berlens78 le, 20/07/2019  

A 3 heures ½ , in s’in allot tous à la plage : min père, ém’ mère, min tiot frère pis mi. Au bout délle rue devant l’ plache éd’ l’églisse, in artrouvot nos amis ; les Gosselin ; chétot pas des vacanciers, y zhabitotent à Berck dins eune pétite baraque pas loin délle rue d’ l’impératrice. Li y’étot cuisinier au Cottage des Dunes alors y vénot à la plage qu’ ses jours éd’ congé (vire l’ photo n° 1). Mais s’ femme alle vénot souvint avec nous, cha faijot délle compagnie pour ém’ mère. Alle avot deux grands garchons du même âche qu’ mes grands frères et ché comme cha qui s’étotent connues. Mais chés grands, y’ avot longtemps qu’y vénotent pus à la plage avec nous.

In armontot l’esplanade et in arrivot à chés escaliers devant ch’ bar RIVET ; nous, in déchindot in glichant l’ long dé l’rampe. Chétot risqué passe que si in partot d’ coin et qu’in accrochot un piquet délle fameusse rampe, in pouvot valdinguer su’ l’ digue in pierre et s’artrouver in sang in bas avant minme d’avoir réalisé chu qui nous étot arrivé ! … Alors in y allot quand minme duchemint . In bas in artirot ses claquettes et ses soquettes. Si y’avot du vint, in s’installot derrière chés cabines. Sinan, in allot s’assir su’ ch sabe sec, à côté d’ chés tentes.

Souvint, à not’ plache in artrouvot des amis d’Bruay, les Masson ; y zavotent aussi 3 garchons, deux du même ache qu’ mes grands frères et un aute du mien ; y s’appelot Jean Pierre ; y lijot toudis des lives que j’avos jamais vu : des zhistoires éd’ géants (Gargantua et Pantagruel), Gilgamesh, des noms bizarres ; y zétotent témoins d’Jéhovah … Et après in artrouvot chés grands qui vénotent nous arjoinde. Des fos, in étot eune bonne quinzaine assis comme cha su’ ch’ sabe. Claude et Gérard, chétot des taquins, toudis in train d’ cacher à m’ faire des misères. Jé m’ mettos vite in colère, y l’ savotent alors y zarrétotent pas d’ m’énerver … Et comme y zétotent pus grands et qu’y courotent pus vite que mi, j’arrivos jamais à les rattrapper…(vire chés photos 2 et 3 et 4)

Quand j’étos tranquille, qu’in m’imbétot pas, in arrivant j’ comminchos par creuser un trou avec ém’ pelle ; un biau trou d’un bon mète éd’ profond, qu’ y avot pus qué m’ tiète qui dépassot. Des fos, au fond, in trouvot dé l’iau si chétot marée haute . Après, ch’ faijos eune banquette au miyeu pour s’assir et eune tablette à ras devant ch’trou. Eune fos fini, j’allos quère dé l’iau dins eune bâche avec min séau, et cacher aussi des coquillaches. Avec cha, j’ fabriquos des boules éd sabe mouillé, que j’creusos avec min canif fantaisie (qu’ j’avos acaté au Mont Noir) pour in faire des paniers ou bien aut’ cosse; que j’décoros après avec des coquillaches et délle poude éd’ couleur qu’in acatot à ch’ marchand d’ juets délle rue Carnot dins des pétits sachets.
Ou alors in faijot dégouliner des macarons d’ sabe sur chés boules, tout chu qu’in voulot. Après, in mettot chés boules à l’étalache devant ch’ trou su’ l’ tablette et y’avot pus qu’à atteinde chés clients. Chés boules, in les vindot intre 2 et 10 coquillaches, pour chés pus belles. In étot au moins eune dizaine éd’ jeaunnes à juer à cha ; chacun y’ avot sin trou et y vindot ses boules . In apprenot à marchander, à faire des affaires. Après, avec mes coquillages gagnés, j’allos vire chés zautes trous pour acater des boules. Tout cha cha durot bien 2 heures. Et après y n’avot toudis un qui donnot l’signal pour tout casser : alors in allot s’jéter dins chés trous des zautes pour tout casser, chés boules, tout. Et après cha qu’in étot déjà in nache, in pouvot aller s’baigner.

In faijot la course pour arriver à la mer ; in traversant chés baches, in in profitot pour éclabousser chés filles et chés jeaunnes nasiers qui barbototent dins l’iau caude ! … Des fos la mer alle étot tellemint lon qu’in devot s’arrêter pour arprinde sin souffe… Y avot aussi des passaches que ch’ sabe y étot comme delle tôle ondulée et cha faijot maux à ses pieds. Arrivés à la mer, in courot core pus fort pour s’ jéter tout d’ suite dins chés vagues ; fallot pas passer pour des nunuches. Cha faijot un grand coup d’ frod mais tant pire, in s’ récauffot vite et après in voulot pus sortir. Dins l’iau, in nageot, in juot au ballon. Pis in arféjot la course pour arvénir à nos parints ; qui nous zattindotent avec chés tartines éd’ confiture … Y’ avot pas intérêt à l’ laisser quère dins ch’ sabe passe que chés tartines chétot calculé au pus juste et y’avot pas d’ rabiot.

Des fos, in intindot des pimpon et in véyot l’ambulance éd’ chés pompiers qui filot à toute vitesse vers la mer ; pis des attroupemints tout autour ; souvint cha n’étot un qui s’avot noyé et y z’y faijotent élle respiration artificielle. Si l’ambulance alle arpartot in faijant pimpon, ch’ noyé y’ étot immené à l’hôpital ; si alle armontot duchemint la plage avec sin drapeau qui pindot , cha voulot dire qu’ y zavottent rien pu faire.

J’arrive pas à m’ rappeler qu’ des fos y drachot ; Berck chétot que du solelle, jamais un nuache ; in in véyot des fos à l’horizon qui étot du côté d’ Montreul ou Boulonne … Quand y’ avot un gros zorache, chétot putôt l’après- midi, su l’coup d’chinq heures. Mes parints y zarmontotent s’ mette à l’abri derrière chés cabines ou devant chés magasins d’ l’esplanatte qui zavotent des grands stores. Et avec mes frères in allot s’ baigner comme cha in étot déjà frèques. Que bonheur d’ête dins l’iau jusqu’à sin cou avec chés gouttes qui quéyotent tout autour in faijant des éclaboussures. Et si cha durot trop longtimps, chés maites nageurs y mettotent ch’ drapeau rouche, ch’dinky y vénot nous dire éd’ sortir, les zautes au bord y souflotent dins leus sifflets à tous vints alors in armontot arjoinde nos parints et s’ séquir à l’abri.

Sinan, après cha, in juot au foot su’ ch’ sabe mouillé ; quand y’ avot du vint, mes frères y m’ mettotent gardien d’ but comme cha chétot mi qui courot après ch’ballon quand y tirotent à côté (cha arrivot souvint !...) ; pis in faijot eune partie d’boules avec chés parints su ch’ sabe sec. Min père y lançot ch’ cochonnet dins un trou pis s’ boule juste après qu’alle vénot s’coller d’sus ; « nan alle est pas collée » « si alle est collée » « nan y’a un grain d’sabe intre les deux !! » ; alors j’allos vire éd’ tout près, in courant, pis m’ jéter à g’noux juste à côté dins un nuache éd’ sabe ! Et après cha, l’ boule alle étot pus collée ! « j’ té l’avos dit ! alle est pas collée !!... ». In étot cuits du solel, rouches comme des écrevisses. In ramassot chés zaffaires et in armontot in s’trainant comme des limuchons ; pus d’forches ; claqués ; ratiboisés. In arrivot minme pus à monter chés marches …

In passant devant l’ pharmacie centrale, à ch’ coin délle rue Carnot et délle rue d’l’impératrice, min père y manquot jamais d’ raviser ch’ baromète qui trônot dins l’ vitrine : chétot un gros cylinde in laiton avec eune aiguille qui traçot deux linnes, eune bleue et eune rouche, sur du papier graphique : si alle déchindot, chétot pas bon sinne pour chés jours à vénir … Mi j’y comprenos rien alors j’ravisos juste élle tête éd’ min père. (photo 5 et 6)

In s’arposot au soir dins l’ location in soupant ; in n’allot jamais au bistrot, jamais sur eune terrasse ; chés sous y zétotent comptés et in pouvot pas s’permette. Et y fallot in garder pour ch’ meilleux momint délle soirée : l’ glache.

Là aussi y’avot deux choix possibes : soit in juot aux cartes ou au milles bornes (y’avot pas d’ télé bien sûr) dins l’ location ; et y z’in désignotent un pour aller quère chés glaches amont Dandréa . Et cha quéyot toudis sur mi passe que j’étos ch’ pus jeaunne et min tiot frère li y’ étot trop pétit. Mais cha m’déringeot pas. Dandréa, chétot ch’ glacier rue d’l’impératrice qui étot au bout délle rue, in face éd’ l’églisse. L’ boutique alle étot étroite mais chétot chés meilleures glaces éd’ Berck, cor meilleures qu’au Cornet d’Amour ; chelles à la fraise y’avot des vrais morchiaux d’ fraises éd’ din ; et au praliné, jé n’ n’ai pus jamais mingé des zaussi bonnes éd’ tout’ m’ vie ! J’acatos chés cornets pis des gelco pour min père et m’mère. Et jé m’ dépéchos d’ rintrer in courant pour pas qu’ cha fonde. Mes frères y m’ravisotent arriver par l’ ferniette et y n’avot toudis un qui vénot quand minme m’ouvrir elle porte in bas, qu’ j’avos des glaces plein mes mains. In les mingeot assis autour dé l’ tappe éd cuisine, avec chés f’nêtes ouvertes ; et chés glinnes in face su’ ch balcon….

L’ deuxième choix, chétot d’arsortir pour aller faire un tour sur l’esplanate ; tout le monde y sortot au soir ; y’ avot un monde fou ; chés gins y zétotent in maillot d’ corps et in veillot chés coups d’solelle dins leur dos pis sur leus bras. Y n’avot qui zétotent violets !... Après deux trois zallers retours su’ l’ digue, in allot faire la queue au Cornet d’Amour ; enfin, in, souvint chétot cor mi qui étot d’ corvée pendant qu’ les zautes y restotent assis su’ ch’mur délle digue. Et in mingeot note glace, praliné pour mi (pus tard cha s’ra raisins au rhum), in ravisant passer chés gins qui mingeotent des glaces eux aussi. Tout le monde chuchot des glaces. Minme chés tchiens qui léquotent par terre chés cornets qu’y n’avot qui zavotent laissé quère ; souvint cheux là, in les veyot braire passe qu’ y zavotent passé leu tour ; au prix qu’ cha coutot, y’étot pas question d’in racater eune aute …

Après cha y fajot noir ; mais tous chés lumières y restotent allumées ; chés terrasses alles zétotent pleines ; quéquefos y’avot des animations d’ la Voix du Nord, d’ Nord Matin et minme dé ch’ Parisien qui étot sorti d’prijon… Ou cor des fêtes, des ducasses…. In rintrot à pied dins note rue qui étot calme passe que y’avot pas d’ commerçants ni d’ bistrots. Et in allot s’ coucher.

Au d’sus d’ chés couvertures. Et sans mette éd’ pyjama…


  ( 6 photos)  


Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 4 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |