histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  TELEPHONE et FACTEURS partie 2 (29/09/2020)
  Papa et sin gardin (26/09/2020)
  LA POSTE de BRUAY partie 1 (22/09/2020)
  Firestone (20/09/2020)
  départ en carette (20/09/2020)
  LES NOUNOURS (11/09/2020)
  BERCK 2020 SOUVENIRS (03/09/2020)
  ESCURSION IN BELGIQUE (27/08/2020)
  au temps du bio, du qui sont ... (25/08/2020)
  pour alimenter radio coron ... (23/08/2020)
  MIN PREMIER PICHON 3ieme partie (14/08/2020)
  PEQUE A SAINT VALERY partie 2 (07/08/2020)
  PEQUE A SAINT VALERY 1ere partie (04/08/2020)
  Cocu (03/08/2020)
  LES COUPS (31/07/2020)
  Bruay en Artois 1935 (26/07/2020)
  bibilolo de Saint Malo (26/07/2020)
  VOYETTES partie 2 (23/07/2020)
  VOYETTES partie 1 (20/07/2020)
  EPILOGUE : LES COMMERCANTS (08/07/2020)
  PARFUMERIE DELERCE (02/07/2020)
  Jacqueline la bienfaitrice (28/06/2020)
  VETEMENTS MARCHAND FRERES (26/06/2020)
  LE CINÉMA CASINO (22/06/2020)
  IN ARRIVANT AU CERCLE (19/06/2020)
  cha a bien cangé (16/06/2020)
  DU BALATUM OU DU LINO (13/06/2020)
  IN VA CANGER L TAPISSERIE (08/06/2020)
  DERNIERS COMMERCANTS AVANT LE LYCEE (01/06/2020)
  LIBRAIRIE POINT VIRGULE (28/05/2020)
  VERMELLE et DUCOURANT (23/05/2020)
  El doctor et s'passiente (20/05/2020)
  PATISSERIE BOUCLY (19/05/2020)
  Sujet fille de : retour de Merlimont 72 fin (11/05/2020)
  El confinemint (10/05/2020)
  retour Merlimont fin aout 1972 fin (09/05/2020)
  retour Merlimont fin aout 1972 (09/05/2020)
  100 ZARTIQUES (02/05/2020)
  siffler ou siffloter ? (26/04/2020)
  La lampe au chapeau (23/04/2020)
  MEDICAMINTS D AVANT partie 2 (22/04/2020)
  la télé et le confinache ... (22/04/2020)
  Abalourd a les pieds lourds (18/04/2020)
  ch' confinache (15/04/2020)
  PHARMACIE DUBOIS (14/04/2020)
  CONFINACHE (08/04/2020)
  Quo qu in mingeot dins ches corons partie 2 (04/04/2020)
  Quo qu in mingeot dins ches corons partie 1 (31/03/2020)
  asquident à mobylette (30/03/2020)
  à vos masons (29/03/2020)
  UN VIUX pinsées filozofiques (25/03/2020)
  BOITE A TOUBAQUE (23/03/2020)
  BRIQUETS (20/03/2020)
  TINCHON quincaillerie (11/03/2020)
  SPAR INGELAERE le billet a commissions (04/03/2020)
  LEROY Tissus et Rideaux (29/02/2020)
  Précisions concernant des messages trouvés dans le livre d'or (25/02/2020)
  i vont arvenir ch'est sur .... (23/02/2020)
  CHALMIN (22/02/2020)
  un joyeux anniversaire (20/02/2020)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 mememarie ( 02/08/2020)
Bonjour, Je découvr...
 Drit79 ( 08/02/2019)
Mon dernier écrit ic...
 michel.gervois@neuf.fr ( 07/10/2018)
Bonjour à tous les B...
 dufossez jean ( 24/09/2018)
Bonjour les potes J...
 bob 38 ( 22/09/2018)
Bonjour a tous , chu...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
CHÉS CABINES (Les vacances à Berck 9ième partie)
par berlens78 le, 21/08/2019  

Quand in déchindot chés escaliers pour aller à la plage, in quéyot d’abord sur chés cabines qui n’avot des dizinnes et des dizinnes à l’époque (vire chés cartes postales) ; et après sur des ringées et des ringées d’ tentes bariolées avec des rayures éd’ tous les couleurs. Chés cabines, alles zavotent pas vraimint des couleurs comme asteure, ou alors des couleurs qui zavotent passé d’ pis belle lurette. Chés gins qui zhabitotent là d’ dins, in les ravisot pas, chétot des parigots ou bien des riches. Mi j’ connaichos personne qui avot eune cabine. J’ véyos minme pas à quoi cha pouvot servir : à mette chés séiaux, chés pelles et chés zépuisettes ? J’ faijos la route avec tous les jours, chétot pas lourd et j’in mourros pas ; à s’ mette à l’abri quand y pleuvot ? Nous, in allot s’abriter délle pleuve dins chés magasins d’ l’esplanatte ou à l’intrée dé ch’ lavatory ; à mette pis à artirer sin maillot d’ bain ? In faijot cha avec eune grande serviette qu’in inroulot autour d’ sin vinte. Nan, vraimint j’ véyos pas à quoi cha pouvot servir. (Vire chés 2 cartes postales avec des cabines).

Enfin si, quand j’ avos invie pressée d’ picher et qu’ j’avos pas d’ sous pour aller au lavatory, (ou matériellemint pas l’ temps), j’ faijos cha vite fait intre 2 cabines du que ch’ passache y’ étot assez larche pour pouvoir s’intiquer, des fos pas pus larche qu’eune feulle éd’ papier à cigarettes ; su’ l’ pointe des pieds, in mettant m’ tête éd’ profil in rintrant min nez, pis in écartant mes gambes cha passot tout jusse… ; mais fallot pas s’ faire vire par chés propriétaires ! Ch’ sabe y veyot jamais l’ solelle dins chés passaches là et y’ étot tout frod et humide …
Cha servot aussi à s’ mucher quand in juot à cache cache. Ou cor pour és’ sauver après avoir imbêté chés grands qui pouvotent pas nous suiffe par là… Mais surtout à s’ mette à l’abri du vint quand cha soufflot fort et que ch’ sabbe y volot tout partout qu’in n’avot plein ses ziux ! Chés jours là y fallot arriver d’ bonne heure passe qu’y avot pas délle plache pour tout l’ monde ! D’ toute façon in restot jamais longtimps passe qu’in pouvot pas faire grand cosse : ch’ ballon y s’involot à perpète, in pouvot pas aller pêquer ni s’ baigner que ch’ drapeau y’ étot rouche. Et chés trous y zétotent armuchés au fur et à m’ sure qu’in les creusot. In pouvot s’amuser à monter l’ digue à pieds nus et à l’ ardéchinde in glichant sin cul sur du sabe qu’in in jétot des poignées d’ sus.
In rintrant dins l’ location in avot du sabe plein ses ziux, ses narines, ses dints et ses zorelles ; y’ avot pas d’ salle de bains pis cor moins d’ douche, alors in s’ lavot comme cha dins eune bassine avec un gant. In n’avot plein ses cavux aussi et in in mettot plein chés zoreillers…

Y’ avot des cabines qui zétotent tellemint d’ berzinque qu’in s’demandot commint qu’ chés gins y pouvotent s’ ténir debout là d’dins ; pis des zautes in équilibe au’ d’ sus d’ des trous qu’ in pouvot vire in d’sous des papiers, des boutelles vides et minme des fos des grosses souris … ; d’ timps in temps, ch’ tracteur y vénot n’artirer eune pour l’immener in savot pas dû, pétête à ch’ cimetière des cabines. Nan, minme si in m’in aurot donné eune pour rien, j’ l’ auros pas pris. Chés gins qui n’avotent eune y devotent y rester tout l’ journée, ou jusse à côté ; pour aller s’ baigner y fallot toudis qu’ y in reste un pour surveiller chés zaffaires. Pis y risquotent éd’ perde chés clés dins ch’ sabe et d’ s’ artrouver infermés dehors ! ... In plus cha sintot l’ rinfermé là d’ dins, et il y faijot frod.

A l’mi septembe, y comminchotent à z’ artirer avant chés grandes marées ; d’un seul coup l’ plage alle étot tout nue, y’avot pus rien d’sus : pus d’ cabines, pus d’tentes, et ch’ bar Rivet y étot tout rintouré avec des planques devant chés grandes baies vitrées. In véyot pus à l’infini qu’ des fantômes in sabe qui volotent intre chés bâches ; pus personne non pus, pas un tchien, tout l’ monde y’étot su l’ esplanatte à raviser. A chés grandes marées, l’iau alle pouvot monter par d’sus l’ digue et arroser chés gins su ch’ trottoir (vire elle photo delle digue à l’ baie d’ l’Authie). Là, cha sintot la fin, l’automne, et l’ rintrée. Et au soir devant ch’ Cornet d’Amour , in mingeot putôt des gauffes que des glaches

et in avot arsorti chés pulls.


  ( 3 photos)  


Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 4 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |