histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  HOMMAGE à mon grand père et à tous les «Poilus» (10/11/2019)
  MIN MONONQUE (2ième partie) (09/11/2019)
  Au revoir Jean-Marc (08/11/2019)
  MIN MONONQUE (1ère partie) (06/11/2019)
  tour à la Toussaint (01/11/2019)
  L' TOUSSAINT (30/10/2019)
  faire un bec à Marie (27/10/2019)
  les bios mots d' la langue française .... (27/10/2019)
  RINTRÉE DES CLASSES (25/10/2019)
  d' la viante rouche .... (21/10/2019)
  ch' lapin et m' mère (19/10/2019)
  El dame blanque d'Esquelbeck (19/10/2019)
  BECS DE CORAL ET BENGALIS (16/10/2019)
  ché sms mms i zont bon dos (13/10/2019)
  PICHON ROUCHE ET BITACLÉ (11/10/2019)
  L BRADERIE D BRUAY (08/10/2019)
  devoir sur la braderie la correction (07/10/2019)
  braderie la fin (07/10/2019)
  au milieu de la braderie (07/10/2019)
  déchinte à la braderie (06/10/2019)
  départ à labraderie (06/10/2019)
  j a pinsé à ti Papa (30/09/2019)
  IN VA TUER CH COQ (29/09/2019)
  ché supporters d' footballe (29/09/2019)
  poésie en automne (28/09/2019)
  je coupe ... (28/09/2019)
  Émotion, notalgie, en revisitant les récits (24/09/2019)
  JUER AU FOOT À L' USB (23/09/2019)
  cité rigoulet et cité de l armentiou à Puyoo (21/09/2019)
  départ des arondes ...acoutez ché viux... (21/09/2019)
  DU FOOTBAL AU STADE DE LABUISSIÈRE (19/09/2019)
  Merlimont au soir partie 4 (15/09/2019)
  Merlimont au soir partie 3 rectification (13/09/2019)
  DU MARTINET OU DELLE CHEINTURE ? (13/09/2019)
  Merlimont au soir partie 3 (08/09/2019)
  Merlimont au soir partie 2 (08/09/2019)
  Merlimont au soir partie 1 (08/09/2019)
  RETOUR À BRUAY (La fin des vacances à Berck . Épilogue) (31/08/2019)
  CERF-VOLANTS ET AUTES AMUSEMINTS (Les vacances à Berck 10ième partie) (26/08/2019)
  Stade vélodrome de Bruay (26/08/2019)
  CHÉS CABINES (Les vacances à Berck 9ième partie) (21/08/2019)
  le Touquet Paris Plage (20/08/2019)
  LES VACANCES À BERCK (8ième partie : CH POSTE ÉD SECOURS) (17/08/2019)
  la fronde (15/08/2019)
  ché tétards (15/08/2019)
  LA JOURNÉE À STELLA (les vacances à Berck 7ième partie) (12/08/2019)
  in arvenant de Merlimont (11/08/2019)
  cor un ancien camarate d'école qui s'in est allé (08/08/2019)
  LA DUCASSE (Les vacances à Berck 6ième partie) (06/08/2019)
  LES VACANCES À BERCK (5ième partie : la baie de l’Authie) (02/08/2019)
  remonter le temps c'est possible (29/07/2019)
  LES VACANCES À BERCK (4ième partie : une journée à Bagatelle) (27/07/2019)
  Les démolitions des corons au 3 à Bruay (27/07/2019)
  LES VACANCES À BERCK (3ième partie : l'après-midi) (20/07/2019)
  y a 50 ans j'y a cru.... (20/07/2019)
  VACANCES À BERCK années 60 (2ième partie : au matin) (16/07/2019)
  les hommes volants (14/07/2019)
  cha sint l'iote ..... (14/07/2019)
  VACANCES À BERCK années 60 (1ère partie : départ et arrivée) (10/07/2019)
  la magie du cinéma 1 (06/07/2019)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 Drit79 ( 08/02/2019)
Mon dernier écrit ic...
 michel.gervois@neuf.fr ( 07/10/2018)
Bonjour à tous les B...
 dufossez jean ( 24/09/2018)
Bonjour les potes J...
 bob 38 ( 22/09/2018)
Bonjour a tous , chu...
 Hervé62155 ( 24/12/2017)
Joyeux Noël et Bonne...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
IN VA TUER CH COQ
par berlens78 le, 29/09/2019  

In véyant l’aut’ jour sur Internet élle photo avec ch’ l’ hache et ch’ billot, j’ai arpinsé qu’ min père i s'in servot des fos aussi l'samedi ; et l' diminche y' avot du poulet au menu ... (Photo n° 1 hache et billot sur internet)

Quand jé l’ véyos l’ samedi après-midi aiguiser s’ n’ hache et qu’in étot in été, que chétot pas pour couper du bos, j’ savos bien chu qui allot arriver. Chés glinnes, elles, dins ch’poulailler, alles s’doutotent de rien : alles picorotent chés cailloux comme si de rien n’étot , y n’avot toudis eune qui couvot quéque part su’ l’ paille, et ch’ coq i faijot sin malin comme d’habitude ; ch’ ciel y’ étot bleu, chés moniaux i juotent à cache-cache dins ch’ marronnier, pas un nuage à l’ horizon , jamais in aurot pu s’ douter du drame qui allot s’ juer là dins chinq minutes …

Quand y’ avot pusieurs coqs et qu’ i s’ battotent, l’ choix d’min père y étot vite fait ; cha s’rot du coq au vin l’ diminche, mais i fallot s’y prinde à l’avanche passe que ch’ coq i devot trimper dins du vin rouge un bon momint, au moins tout l’ nuit. J’ m’in foutos d’ chés coqs, jé z’avos pas quère, i zétotent trop méchants ; quand j’ rintros dins ch’ poulailler pour aller quère chés zoeufs, i m’ donotent des coups d’ bec et mi j’leur donnos des coups d’ pieds, chétot toudis la bagarre ; alors qu’avec chés glinnes, cha s’ passot bien ; y n’avot minme qu’in pouvot caresser : alles s’ ajouquotent avec leu tête rintrée dins leus zépaules et j’ cros bien qu’alle ronronnotent (j’in jureros pas)…. Y n’avot aussi qu’in avot connu tout tiotes, quand chétot cor des pouchins qu’in élevot dins l’ boite à cauchures à côté délle cuisinière et qu’in les zavot vu grandir …. Chelles- lalles, in les zappelot par leu nom et chétot des chouchoutes qu’in leur donnot chés pus belles zépluchures. (vire élle photo n° 2 d’ mes frères assis dins l’ cour à côté dé ch’ poulailler)

Alors quand j’ véyos min père rintrer dins ch’ poulailler avec s’ n’ hache dins s’ main, j’essayos d’ intercéder (ché du patois ch’ mot là ?) in faveur éd’ telle ou telle glinne, mais chétot souvint peine perdue : sin sort y’ étot scellé d’avinche. Du coup j’ préféros m’in aller ; j’ voulos pas assister au carnache et j’rintros dins l’ cuisine. Mémère alle sortot pour donner un coup d’ main, enfin, ténir élle bestiole pou ch’ coup fatal. In intindot caqueter, glousser, des fos un juron, pis un coup sourd et sec … des fos 2 ; et l’ silince. Mémère alle rintrot rimplir un séiau d’iau, pis alle allot quère ch’ balai dins ch’ garache, et j’ l’intindos nettoyer l’ scinne du crime. Des fos, j’avos l’ courache d’ jéter un oeulle par l’ ferniette et j’ véyos un rucheau d’iau tout rouche qui s’in allot dins ch’ caniveau du côté d’ chés cabinets.

Y’ a eu un coup qu’ cha s’ étot mal passé : eune fos s’ tiête coupée, ch’ coq i avot réussi à s’ sauver et à courir dins l’ cour comme cha, sans tiête, in pichant l’ sang, pis in s’ butant tout partout (forchémint i véyot pus clair !!!...) ; min père et mémère i zavotent eu du maux à l’rattrapper ! et jé n’ sais pas commint qu’i zavotent fait après pou l’ faire arvénir à la raison vu qu’i n’avot pus … Cha paraissot incroyabe mais y n’ avot dins ch’ coron qui dijotent que cha arrivot d’ timps zin temps.

Sin sale ouvrache fini, min père, li, i lavot s’ n’ hache pis sin billot avec un coup d’arrosoir, et i allot les ardéchinde alle caffe, qu’ chétot normal’mint leu plache pour couper du bos. Et mémère, alle arvénot dins l’ cuisine in ténant l’ glinne par ses pattes, enfin chu qui in restot, et alle allot l’ plonger dins l’ marmite d’iau bouillante que m’ mère alle avot fait cauffer pendant ch’ temps là. Un vrai traval d’équipe ! Inne vraie bande d’assassins ..

Pus tard dins l’après-midi, eune fos que l’ bète alle avot bien bouilli pis comminché à arfroidir, mémère alle prénot eune cayelle et eune bassine d’iau caude, alle allot s’assir dins l’ cour, toudis in ténant s’ glinne par ses pattes comme si qu’ alles zétotent dev’nues inséparabes, et alle comminchot à l’ plumer ; chés plumes i volotent tout partout et cha sintot l’ lessiffe. Eune odeur éd’ poule frèque. Cha devot ête s’ spécialité passe que j’ai jamais vu min père ou m’mère faire cha ; ché vrai qu’ mémère alle étot délle campanne, qu’ alle avot grandi dins des sinces et qu’alle avot dû faire cha souvint dins sin jeaune temps …

L’ diminche matin, in m’ lévant, j’ veyos ch’poulet in train d’ cuire dins sin faitout et cha sintot bon les zognons roussis. In allot s’ régaler à midi.

Du temps qu’y avot cor des lapins, qui zavotent pas cor été tous estourbis par l’ mixomatosse, y pouvot y’ avoir aussi du lapin à ch’ menu dominical. In avot des garinnes dins l’ cour, des caisses in bos avec delle palle au fond et des portes avec du grillache. Là aussi, souvint, in les zavot vu grandir, pas dins l’ cuisine, mais avec leu mère, anichés dins l’ palle dins un coin qui tétotent à qui mieux mieux; jé m’ méfios d’ chés lapins, qu’ des fos in voulot les caresser et in s’ faijot morde … j’ caressos putot chés cochons d’inde qui zétotent pus av’nants et pus biaux. I zétotent éd’ trois couleurs, marron clair, noir et blanc, avec des grosses têtes ed’ nounours. Cheux là, in les mingeot pas ; jé n’ sais pas à quoi qu’y servotent ; pétête à mette un tiot peu d’ couleur là d’ dins…

Pour chés lapins, min père i n’avot pas b’soin d’ personne et i sortot pas ch’ billot ni s’ n’ hache ; nan, cha s’ faijot à la loyale, au coutiau ; à la loyale si in veut, passe que ch’ lapin j’ l’ai jamais vu gagner … . Min père i l’attrapot par ses zorelles et i’ allot l’ pinde par ses pattes éd’ derrière à l’intrée dé l’ porte éd’ garache ; ch’ lapin i gesticulot comme si y’étot possédé du démon ; pis d’un seul coup i bougeot pus ; min père i v’not d’y donner un coup d’ masse derrière és’ tiête. Cha s’ passot in silence, et y’avot pas du sang tout partout comme avec chés glinnes.

Après ch’ coup fatal, ch’ lapin i pindot comme cha, tout flasque ; alors min père i sortot sin coutiau, découpot délicatemint à sin collier et i tirot su l’ piau qui s’artirot comme eune cauchette ; après, i lavot l’ piau et i l’ laissot séquir in l’accrochant su’ l’ corde à linche dins l’ cour (ém’ mère alle ravisot pas toudis cha d’un bon oeulle) ; quant à ch’ lapin dépiauté, i s’in allot direct dins l’marmite dins l’cuisine dû que m’ mère alle prénot ch’ relais pou l’suite des zopérations … Y’avot pas cor éd frigo, in pouvot pas l’ laisser comme cha à l’air, chés mouques i se s’rotent mis d’ dins et in aurot eu in plus des zasticots in hors d’oeuffe. Alors i fallot l’ faire cuire tout d’ suite.

L’piau d’ lapin, eune fos séquie, alle allot arjoinde les zautes dins un coin dé ch’garache, à l’abri délle lumière ; quand in intindot dins l’ rue un qui passot in criant d’ tous ses forches « peaux d’ lapins peaux ! peaux d’ lapins peaux ! … », in allot dins ch’ garache quère chés piaux et in sortot dins l’ rue in courant rattrapper ch’ l’ homme qui les ramassot. I allot pas vite, à pied, in tirant s’ carette à deux roues ou bien un viux vélo. Jé n’ sais pus si i donnot des sous pour cha. Jé n’ cros pas ; ou alors pas grand cosse. Y’ avot rien qui s’ perdot in ch’ temps là. Minme chés zoches, in les donnot à ch’ tchien. Ché plumes éd’ chés poules aussi, mémère alle les mettot dins un sac et y’ avot aussi quéqu’un qui passot pour les ramasser. (vire éllé photo n° 3)

L’ diminche matin, ém’ mère alle continuot à faire mijoter ch’ lapin in rajoutant dins l’ marmite des pruneaux qu’ j’allos acater amont Delerue et cha sintot vraimint bon. Mais du lapin j’in mingeos pas, j’avos pas quère cha, chétot plein d’ pétits zoches et j’avos peur dé n’ avaler un et d’attrapper l’appindicite. J’ donnos l’ viande à minger à ch’ tchien qui étot toudis in d’sous dé m’ cayelle, et j’ mingeos qu’ chés deux zoeufs noirs ( in fait chétot chés reins…) et chés pruneaux qu’ cha donnot un goût chucré à chés frites qu’ in les trimpot dins l’ sauce.

Voilà ; finalemint, in mingeot bien l’ diminche, tout le monde y’ étot contint. Chu qui s’étot passé l’ samedi, in n’avot rien vu, in s’ rappelot de rien ; y’ avot vraimint pas d’ quoi in faire eune histoire.

(vire elle photo n° 4 d’chés garinnes à lapin avec ch’ l’ assassin (pas ch’ pétit, ch’ grand !))


  ( 4 photos)  


Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 3 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |