histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  ANCIENS COMMERCANTS DE BRUAY (04/12/2019)
  El mariache d’Anatole et Pauleine (30/11/2019)
  CH MARQUE D BRUAY (29/11/2019)
  l' arrivée à Merlimont (25/11/2019)
  instrument de musique de notre infance (24/11/2019)
  Merlimont Barcarolle..... (23/11/2019)
  PICHOTIERES (23/11/2019)
  ANNIVERSAIRE (21/11/2019)
  Merlimont les gauffres (21/11/2019)
  pour ceux qui ne vont pas sur facebook (21/11/2019)
  Merlimont c'était un pauv' gars (20/11/2019)
  Merlimont le magasin de souvenir (19/11/2019)
  Merlimont, L Ambiance (18/11/2019)
  Merlimont le Dé d' Argent (17/11/2019)
  LE PATRONAGE (14/11/2019)
  HOMMAGE à mon grand père et à tous les «Poilus» (10/11/2019)
  MIN MONONQUE (2ième partie) (09/11/2019)
  Au revoir Jean-Marc (08/11/2019)
  MIN MONONQUE (1ère partie) (06/11/2019)
  tour à la Toussaint (01/11/2019)
  L' TOUSSAINT (30/10/2019)
  faire un bec à Marie (27/10/2019)
  les bios mots d' la langue française .... (27/10/2019)
  RINTRÉE DES CLASSES (25/10/2019)
  d' la viante rouche .... (21/10/2019)
  ch' lapin et m' mère (19/10/2019)
  El dame blanque d'Esquelbeck (19/10/2019)
  BECS DE CORAL ET BENGALIS (16/10/2019)
  ché sms mms i zont bon dos (13/10/2019)
  PICHON ROUCHE ET BITACLÉ (11/10/2019)
  L BRADERIE D BRUAY (08/10/2019)
  devoir sur la braderie la correction (07/10/2019)
  braderie la fin (07/10/2019)
  au milieu de la braderie (07/10/2019)
  déchinte à la braderie (06/10/2019)
  départ à labraderie (06/10/2019)
  j a pinsé à ti Papa (30/09/2019)
  IN VA TUER CH COQ (29/09/2019)
  ché supporters d' footballe (29/09/2019)
  poésie en automne (28/09/2019)
  je coupe ... (28/09/2019)
  Émotion, notalgie, en revisitant les récits (24/09/2019)
  JUER AU FOOT À L' USB (23/09/2019)
  cité rigoulet et cité de l armentiou à Puyoo (21/09/2019)
  départ des arondes ...acoutez ché viux... (21/09/2019)
  DU FOOTBAL AU STADE DE LABUISSIÈRE (19/09/2019)
  Merlimont au soir partie 4 (15/09/2019)
  Merlimont au soir partie 3 rectification (13/09/2019)
  DU MARTINET OU DELLE CHEINTURE ? (13/09/2019)
  Merlimont au soir partie 3 (08/09/2019)
  Merlimont au soir partie 2 (08/09/2019)
  Merlimont au soir partie 1 (08/09/2019)
  RETOUR À BRUAY (La fin des vacances à Berck . Épilogue) (31/08/2019)
  CERF-VOLANTS ET AUTES AMUSEMINTS (Les vacances à Berck 10ième partie) (26/08/2019)
  Stade vélodrome de Bruay (26/08/2019)
  CHÉS CABINES (Les vacances à Berck 9ième partie) (21/08/2019)
  le Touquet Paris Plage (20/08/2019)
  LES VACANCES À BERCK (8ième partie : CH POSTE ÉD SECOURS) (17/08/2019)
  la fronde (15/08/2019)
  ché tétards (15/08/2019)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 Drit79 ( 08/02/2019)
Mon dernier écrit ic...
 michel.gervois@neuf.fr ( 07/10/2018)
Bonjour à tous les B...
 dufossez jean ( 24/09/2018)
Bonjour les potes J...
 bob 38 ( 22/09/2018)
Bonjour a tous , chu...
 Hervé62155 ( 24/12/2017)
Joyeux Noël et Bonne...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
MIN MONONQUE (1ère partie)
par berlens78 le, 06/11/2019  

S’ vie alle a pas été aussi drôle que dins ch’ film « Mon Oncle » ; alle aurot pu ête tragique mais cha n’a pas non pus toudis été l’ cas. Juste eune vie dé ch’ temps là, du temps qu’ chés garchons i zallotent travailler à l’fosse à 14 ans pis essayer dé s’ sortir vivant d’ des guerres qui z’y étotent pour rien. Et d’ continuer à viffe, à avincher, coûte que coûte, toudis vers l’ avenir sans jamais s’ plainde…

In lijant ch’ liffe sur él Bussière (« Labuissière », éditions Alain SUTTON, collection Mémoire en images (photo1)), d’un seul coup j’ qué su l’ photo d’un orcheste, les Meloddy Jazz, que j’arconnos d’ sus min mononque René in train d’ juer du saxophone ! (Photo n° 2). Min sang y fait qu’un tour ! Y’ a eu des musiciens dins l’ famille ? du jazz in plus ? Fanfare municipale, cha passe incore, j’in connaichos dins ch’ coron qui z’in fajotent partie et qu’y défilotent le 11 novembre à ch’ monumint aux morts du cerque in tapant sur des grosses caisses. Mais du Jazz ? Du qu’i avot pu apprinde cha ? In acoutant des émissions d’ TSF sur sin poste à galène ? ou bien des 78 tours sur un gramophone ? I’ avot sûremint dû voillager, vire du pays, et pétête minme aller à Paris ?

Ché là qu’jé m’sus rindu compte que je n’ savos pas grand cosse finalemint sur min mononque ; ché vrai qu’ i étot effacé et qu’i parlot pas gramint passe que s’ femme alle parlot pour deux. Alle faijot pas qu’ parler d’abord, quand alle étot là alle prénot tout l’ plache ! Y’ a des gins comme cha, qui n’ont eune pus grande qué z’autes. Suremint qu’au début y’ avot du essayer dé s’ faire eune plache mais j’ cros qu’i avot vite compris qui aurot pus vite fait d’in trouver eune à l’ cour ou bien dins sin commerce putôt qu’à s’ baraque.

Quand j’étos tiot, in les véyot pas souvint passe qui z’ habitotent pas à Bruay mais à Pont-à-Vendin ; comme in n’avot pas d’auto, chétot eune expédition pour y aller. In y allot in janvier à chés zétrennaches pis eune ou deux fos dins l’année, souvint l’ diminche. In prénot l’autobus au cerque à Prisunic jusqu’à Lens à l’ gare routière dù qu’i fallot canger. J’avos pas quère elle ville-là, y’ avot plein d’ nord africains ; i zétotent pas méchants, nan, mais in comprénot rien à leus baragouinaches, i s’habillotent comme des malheureux et i s’ mettotent toudis à l’écart dins l’autobus ; à Bruay i n’avot pas. Des fos in attindot bien eune heure pou’ l’ correspondance et in arrivot à Pont-à-Vendin su l’ coup d’ midi. (photos 3 et 4 gare routière de Lens dans les années 60)

Em’ tante et min mononque, i ténotent un café PMU ; quand in arrivot qu’in poussot l’ porte vitrée, chétot noir éd’ monde ; in avot pas trop l’ temps dire bonjour à Mononque et à m’ cousine qui zétotent occupés à servir tous chés clients et in rintrot tout d’ suite dins l’ cuisine par élle porte derrière ch’ comptoir. Et là y’ avot m’ tante qui préparot à minger. Cha faijot drôle d’intinde tout ch’ boucan à côté. L’ diminche, chétot jour éd’ tiercé et y’ avot des caissiers qui vénotent s’installer au fond dé ch’ café derrière des guichets pour inregistrer chés paris dins des machines. Y’ avot la queue pour cha et ch’ comptoir y désimplichot pas non pus. Cha fermot à 2h et là i comminchotent à respirer et in pouvot s’ mette à tabe. Min mononque i arrivot souvint in dernier passe qu’i fermot tout pis nettoyer l’ salle tout cha.

Après-minger, pendant qu’ chés parints i s’ racontotent chés dernières nouvelles, nous chés jeaunnes in allot juer dins l’ salle dé ch’ café qui étot vidée et cha faijot drôle ; chés cayelles alles zétotent posées sur chés tabbes, ch’ comptoir i étot tout prope et y’ avot pus rien d’sus. In juot à cache cache ou aux mappes su ch’ carrelache ou avec des pétites zautos Norev ou Dinky toys. Pis in allot faire un tour dins chés rues, qu’ des fos y’ avot l’ ducasse. Après in arvénot goûter et arprinde l’autobus éd’ chinq heures pour Lens. Pis l’ citroën pour Bruay.

In les véyot aussi à chés mariaches et chés zinterremints. Em’ matante surtout passe que li, i devot souvint rester pour ténir ch’ café PMU. Comme chétot ouvert l’ diminche, pis tous les zautes jours aussi j’ cros bien, min mononque i’ étot toudis su ch’ pont. Mais cha i plaijot, i restot tout seux et i pouvot faire à s’ mode.

Quand i zont pris leur artraite, i sont arvénus habiter à l’ Bussière dins eune belle maison qu’ min mononque y’ avot bâti li’minme avec sin biau-frère qui étot machon, à coté délle sablière (photo n° 5). Et là in les veyot pus souvint, surtout qu’ leur maison alle étot jusse in face délle baraque à pépère, alors in les véyot à chaque fos qu’in allot l’ vire tous les jeudis après-midi. Mononque René i travaillot pus mais in l’ véyot pas plus pour autant : i’ étot toudis dins sin gardin ou sin poulailler ou dins sin garache à bricoler; ou à artourner les gardins des zins et des zautes qu’i avot acaté un motoculteur.. I arrivot des fos jusse pour boire eune tasse éd’ café et i restot assis au bout délle tabe souvint sans rien dire. D’ toute façon i’ aurot pas pu in placher eune … I continuot à s’ occuper dé ch’ PMU d’ Bruay à la gare les diminches pis après les jeudis quand i zont rajouté chés quartés et chés quintés. Et minme in vacances, qu’i vénot camper à Rang-du-Fliers, i donnot des fos un coup d’ main l’ diminche à ch’ PMU d’ Berck. Et i allot souvint à chés zinterremints passe qu’i avot été pris dins l’confrérie des charitabes dé l’ Bussière et cha i faijot eune occupation.

Pis après y’ est mort in 79 qu’ j’avos 25 ans qu’ j’allos bétôt commincher m’vie d’ famille à mi. I étot pas viux, li i n’avot qu’ 67 ans. Et in s’a croisés juste comme cha, qu’ chux qui zarrivent i croisent chux qui s’in vont. Et finalemint, j’auros rien su d’ li si j’avos pas vu l’ photo dins min liffe. Alors jé m’sus rinseigné à ses éfants et v’là tout chu qu’ j’ai appris sur li ...

(fin délle 1ère partie)



  ( 5 photos)  


Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 3 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |