histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  ANCIENS COMMERCANTS DE BRUAY (04/12/2019)
  El mariache d’Anatole et Pauleine (30/11/2019)
  CH MARQUE D BRUAY (29/11/2019)
  l' arrivée à Merlimont (25/11/2019)
  instrument de musique de notre infance (24/11/2019)
  Merlimont Barcarolle..... (23/11/2019)
  PICHOTIERES (23/11/2019)
  ANNIVERSAIRE (21/11/2019)
  Merlimont les gauffres (21/11/2019)
  pour ceux qui ne vont pas sur facebook (21/11/2019)
  Merlimont c'était un pauv' gars (20/11/2019)
  Merlimont le magasin de souvenir (19/11/2019)
  Merlimont, L Ambiance (18/11/2019)
  Merlimont le Dé d' Argent (17/11/2019)
  LE PATRONAGE (14/11/2019)
  HOMMAGE à mon grand père et à tous les «Poilus» (10/11/2019)
  MIN MONONQUE (2ième partie) (09/11/2019)
  Au revoir Jean-Marc (08/11/2019)
  MIN MONONQUE (1ère partie) (06/11/2019)
  tour à la Toussaint (01/11/2019)
  L' TOUSSAINT (30/10/2019)
  faire un bec à Marie (27/10/2019)
  les bios mots d' la langue française .... (27/10/2019)
  RINTRÉE DES CLASSES (25/10/2019)
  d' la viante rouche .... (21/10/2019)
  ch' lapin et m' mère (19/10/2019)
  El dame blanque d'Esquelbeck (19/10/2019)
  BECS DE CORAL ET BENGALIS (16/10/2019)
  ché sms mms i zont bon dos (13/10/2019)
  PICHON ROUCHE ET BITACLÉ (11/10/2019)
  L BRADERIE D BRUAY (08/10/2019)
  devoir sur la braderie la correction (07/10/2019)
  braderie la fin (07/10/2019)
  au milieu de la braderie (07/10/2019)
  déchinte à la braderie (06/10/2019)
  départ à labraderie (06/10/2019)
  j a pinsé à ti Papa (30/09/2019)
  IN VA TUER CH COQ (29/09/2019)
  ché supporters d' footballe (29/09/2019)
  poésie en automne (28/09/2019)
  je coupe ... (28/09/2019)
  Émotion, notalgie, en revisitant les récits (24/09/2019)
  JUER AU FOOT À L' USB (23/09/2019)
  cité rigoulet et cité de l armentiou à Puyoo (21/09/2019)
  départ des arondes ...acoutez ché viux... (21/09/2019)
  DU FOOTBAL AU STADE DE LABUISSIÈRE (19/09/2019)
  Merlimont au soir partie 4 (15/09/2019)
  Merlimont au soir partie 3 rectification (13/09/2019)
  DU MARTINET OU DELLE CHEINTURE ? (13/09/2019)
  Merlimont au soir partie 3 (08/09/2019)
  Merlimont au soir partie 2 (08/09/2019)
  Merlimont au soir partie 1 (08/09/2019)
  RETOUR À BRUAY (La fin des vacances à Berck . Épilogue) (31/08/2019)
  CERF-VOLANTS ET AUTES AMUSEMINTS (Les vacances à Berck 10ième partie) (26/08/2019)
  Stade vélodrome de Bruay (26/08/2019)
  CHÉS CABINES (Les vacances à Berck 9ième partie) (21/08/2019)
  le Touquet Paris Plage (20/08/2019)
  LES VACANCES À BERCK (8ième partie : CH POSTE ÉD SECOURS) (17/08/2019)
  la fronde (15/08/2019)
  ché tétards (15/08/2019)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 Drit79 ( 08/02/2019)
Mon dernier écrit ic...
 michel.gervois@neuf.fr ( 07/10/2018)
Bonjour à tous les B...
 dufossez jean ( 24/09/2018)
Bonjour les potes J...
 bob 38 ( 22/09/2018)
Bonjour a tous , chu...
 Hervé62155 ( 24/12/2017)
Joyeux Noël et Bonne...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
MIN MONONQUE (2ième partie)
par berlens78 le, 09/11/2019  

Alors ché pas passe qu’i parlot pas gramint qui n’étot pas intéressant, au contraire. Mais y’ avot pas quère és’ mette in avant. Né in 1912, i avot eu eune éfanche pas trop gaie, que s’ mère alle étot morte qu’ i étot tout jeaunne et qu’ après cha sin père, qui étot chef-porion, i s’étot armis avec eune qui avot déjà trois gosses , qui l’ avot pas quère et i faijot tout vire. Sin père et ses d’mi frères i juotent dins l’ fanfare d’Haillicourt alors i avot appris li aussi à juer délle clarinette pis d’ l’ accordéon. Et à 13 ans i travaillot déjà au fond à l’ fosse 2bis.

A 20 ans i a pu quitter s’ baraque pour aller viffe amont dé s’ grande soeur. I juot avec s’ n’ orcheste « Meloddy Jazz » dins chés bals du samedi soir. In 32 i a fait sin service militaire d’un an à Metz, avec eune piqûre éd’ rappel in 36. Après i a rincontré s’ femme et i s’ sont mariés qu’alle avot 17 ½ ans et li 24 , i z’ont eu un garchon in 38 juste avant la guerre, pis i a été mobilisé in 39 et sur sin carnet d’route, in vot qu’ i étot déjà à Metz in août 39 ; pis d’ là, i a dû crapahuter pendant près d’un an tout l’hiver dins chés camps, l’ frodure et ch’ brouillard, in passant par Reims jusque du côté d’ Troyes dù qu’i a été fait prisonnier le 17 juin 40 et infermé dins ch’ camp d’ Mailly, juste eune paire éd’ jours avant l’armistice du 22 juin … Vraimint pas d’ bol min mononque !

Avant cha, i avot dû faire des exploits passe qu’in trouve dins ses papiers eune citation à l’orde éd’ sin régimint pour avoir créé eune « tête de pont sur la Seine » (photo 1). Pis i a dû ête immené dins un camp d’ prisonniers du côté d’ Doullens. Là-bos i’ a cor failli y rester passe que chés boches, pour faire des représailles qu’un soldat à eux y’ avot été bousillé, i zavotent décidé d’in fusiller 10 sur eune liste et min mononque i étot onzième !... Là aussi, cor eune fos, ché pas passé lon …

Dins l’ journée i travaillot comme prisonnier dins eune ferme à Flixecourt et au soir i rintrot dins ch’ camp. S’ femme alle est v’nue deux trois fos in vélo d’ Haillicourt i rinde visite à l’ ferme pis un coup alle avot manigancé s’ n’évasion qu’alle avot pris eune valisse avec des loques civiles d’ dins sur sin porte-bagaches ; à l’ ferme i zont trouvé un deuxiinme vélo que ch’ sincier i’ a fait sennant d’ rien vire, Mononque i s’a cangé, et i s’a évadé comme cha in rintrant à vélo avec és’ femme à Haillicourt. Cha chétot l’ 9 novembe 40, i aura bétôt 80 ans comme aujourd’hui…

A peine rintré, i’ a arpris sin traval au fond au 2bis mais y a été dénonché trois mos après à chés boches par un qui voulot toucher l’récompinse : chétot l’ 31 mars 41 et sur sin carnet militaire ché écrit « VENDU ET REPRIS » !... Ch’ coup là i a été déporté in allemane du côté d’ Kassel jusqu’ à s’ libération l’ 5 avril 45, pendant 4 ans. Là-bos, i travaillot dins eune ferme comme dins ch’ film « la vache et le prisonnier ». … Pendant tous chés zannées là, s’ femme alle touchot pus d’allocation passe que comme i s’étot évadé, i n’étot pus considéré comme un prisonnier d’ guerre mais comme un « droit commun » ; alors alle s’a débrouillé comme alle a pu avec sin jeaunne, in travaillant à l’ cantine dé l’ mairie d’Haillicourt. In Allemane, i n’a pas réussi à s’ arfaire la belle : sans papiers sans rien, i s’rot pas allé lon. Quatre ans après, quand chés russes et chés zaméricains i sont arrivés qu’i les ont libérés pis laissés comme cha, i’ est rintré in France à pied jusqu’ à Metz, eune belle trotte éd’ pas lon d’ 500 kilomètes, avec sin camaratte (qui est dév’nu pus tard l’ parrain dé s’ fille) in tirant un viux carriot polonais avec leus zaffaires d’ dins et surtout s’ n’ accordéon ...

Quand i est rintré à Haillicourt, ché l’ voisine qui l’a vu arriver au bout délle rue et qui a couru l’ dire à s’ femme et sin garchon qu’ i avot déjà 7 ans, que l’ dernière fos qu’i l’avot vu i comminchot seulemint à peine à parler . Y’ a arpris sin traval à l’ fosse au 2 bis comme avant la guerre ; pis s’vie d’famille (photos 2 et 3 du 2 bis à Haillicourt). Cha a cor duré quéques zannées pis s’ femme alle a décidé dé s’ lancer dins l’ commerce et i zont arpris l’ gérance d’ eune « Ruche » (magasin d’alimentation) à Liévin. Les premiers mos, i continuot à faire ses postes à l’ fosse d’Haillicourt alors i faijot la route éd Lièvin tous les jours à vélo. Pis après y’ a eu sin cangemint pour eune aute fosse à Liévin. Quand i étot pas au fond, i s’occupot délle Ruche avec és’ femme et i’ a aussi comminché à faire des tournées avec eune camionnette qu’i avot artapée pour vinde des légumes pis d’ l’épicerie dins chés villaches aux zalintours. Min mononque, i’ arrêtot jamais !!!

Après cha a été leur garchon André qui aidot à faire chés tournées pis qui les a fait tout seux. I avot pas cor’ sin permis mais i savot déjà conduire d’pis longtemps. Et l’ jour qui l’a passé pour du vrai, qui étot allé à l’examen avec él’ 203 d’ sin père, l’inspecteur qui i’ a donné sin permis i li avot d’mandé à qui chétot l’ 203 ; i’ a répondu « ché à min père » et i’ est arparti avec !

Pis y’a eu l’ guerre d’Algérie et sin garchon i a dû partir li aussi 3 ans in 58 faire sin service ; du coup, minme si s’ fille Mauricette qu’alle avot qu’ onze ans alle i donnot un coup d’ main, cha devenot trop dur pour li d’ tout faire, ch’ magasin, chés tournées, tout cha. Alors in 1959 i z’ont quitté la Ruche pour racater un fonds d’commerce à Pont-à-Vendin, un bar toubaque, pis réussi à avoir eune licence pour ouvrir ch’ PMU. Ch’ PMU dû qu’in allot les vire à nouvel an. (vire élle photo 4 d’ mononque et matante derrière ch’ comptoir).

Ch’ PMU, i l’ont gardé 7 ans jusqu’in 66 mais là aussi i’ a travaillé dur et i’ arrêtot pas eune minute pour mette des sous d’ côté pis prinde enfin s’ retraite. Mais in ché temps là, prinde és’ retraite cha voulot pas dire arrêter d’ travailler, au contraire ! Li y a comminché par bâtir li-minme eune belle baraque à l’ Bussière avec sin biau-frière qui étot machon ; pis à donner un coup d’ main aux zuns et aux zautes, à chés vivants comme à chés morts passe qu’i étot rintré dins l’ confrérie des Charitabes, eune association caritative qu’in dirot aujourd’hui, mais qui datot du Moyen Ache (1188), qu’alle avot été créée pour interrer chés malheureux morts dins chés zépidémies qu’ souvint personne voulot z’approcher pour pas ête contaminé, et qui n’avot souvint à l’époque. Chés charitabes i zavotent él’ don d’ête immunisé conte tous chés maladies. Asteure, i continutent d’assister à tous chés zinterremints in accompagnant ch’ macchabée jusqu’à l’églisse et au cimetière jusqu’à la fin, quand chés croque morts i mettent éch’ cerqueulle dins ch’ trou. (Vire élle photo 5 des Charitabes avec René lors d’un interremint).

Quand i’ est mort d’eune tumeur à Lille l’ 28 avril 79, chés charitabes i s’ sont relayés pour porter sin cerqueulle à pied jusqu’ au cimetière dé l’ Bussière. Chétot leur « Mayeur » (distinction dins l’ confrérie pour dire « confrère parfait »).

J’ai eu invie d’ raconter ch’ l’histoire là passe qu’ y n’a eu des milliers comme li, qui zont vécu des vies qu’in n’imagine pus aujourd’hui, et qui sont morts comme cha qu’ pus grand monde i s’ rappelle d’eux. L’ temps d’eune histoire, i est sorti dé s’ photo pour arviffe un tiot peu parmi nous, sans s’ faire vire, sans dire grand cosse, discrètemint comme i avot toudis été.

Tous chés gins là, qui sont nés d’avant guerre et qui zont vécu l’infer des privations, des guerres, délle fosse, i méritent d’ rester à jamais vivants dins nos mémoires. Et minme si i ne bougent pas gramint su’ chés vielles photos in noir et blanc posées sur chés zarmoires, ou bien au caud tout au fond d’ chés viux zalbums photos, nous in a cor nos souvenirs bien vivants pour les animer, leur ardonner la vie.

Alors voilà mononque, j’ai pas pu té l’ dire éd’ tin vivant alors j’ té l’ dis asteure, in espérant qu’ té m’intinds là bos in haut quéque part dins ch’ paradis d’ chés musiciens : minme si té parlos pas gramint et qu’ jé n’savos pas grand cosse dé t’ vie, j’arsintos gramint d’ respect pis d’admiration pour ti, mononque, et j’ai toudis argretté d’ pas t’avoir connu d’ plus, qu’ té m’auros raconté tout cha qu’ t’as vécu, qu’ jé n’ai artrouvé qu’ des morchiaux par chi par là, mais qui in reste cor sûremint gramint d’autes, oubliés pour toudis.

Alors vous qui zavez eu des vies d’ tchiens ou des vies d’ milords, et minme des vies qu’ vous pinsez qu’ cha pourrot pas intéresser personne, racontez-tout cha à vos éfants et pétits- éfants, faites des liffes, des romans, marquez cha sur des bouts d’ papier collés sur des viux carnets, mais racontez vos vies, vos zhistoires, chés belles et chés moins belles. Ché toudis intéressant eune vie, cha a tellemint d’ valeur ; et un liffe ché gramint miux qu’eune tombe avec jusse un nom marqué d’sus …


  ( 5 photos)  


Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 3 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |