histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  ANCIENS COMMERCANTS DE BRUAY (04/12/2019)
  El mariache d’Anatole et Pauleine (30/11/2019)
  CH MARQUE D BRUAY (29/11/2019)
  l' arrivée à Merlimont (25/11/2019)
  instrument de musique de notre infance (24/11/2019)
  Merlimont Barcarolle..... (23/11/2019)
  PICHOTIERES (23/11/2019)
  ANNIVERSAIRE (21/11/2019)
  Merlimont les gauffres (21/11/2019)
  pour ceux qui ne vont pas sur facebook (21/11/2019)
  Merlimont c'était un pauv' gars (20/11/2019)
  Merlimont le magasin de souvenir (19/11/2019)
  Merlimont, L Ambiance (18/11/2019)
  Merlimont le Dé d' Argent (17/11/2019)
  LE PATRONAGE (14/11/2019)
  HOMMAGE à mon grand père et à tous les «Poilus» (10/11/2019)
  MIN MONONQUE (2ième partie) (09/11/2019)
  Au revoir Jean-Marc (08/11/2019)
  MIN MONONQUE (1ère partie) (06/11/2019)
  tour à la Toussaint (01/11/2019)
  L' TOUSSAINT (30/10/2019)
  faire un bec à Marie (27/10/2019)
  les bios mots d' la langue française .... (27/10/2019)
  RINTRÉE DES CLASSES (25/10/2019)
  d' la viante rouche .... (21/10/2019)
  ch' lapin et m' mère (19/10/2019)
  El dame blanque d'Esquelbeck (19/10/2019)
  BECS DE CORAL ET BENGALIS (16/10/2019)
  ché sms mms i zont bon dos (13/10/2019)
  PICHON ROUCHE ET BITACLÉ (11/10/2019)
  L BRADERIE D BRUAY (08/10/2019)
  devoir sur la braderie la correction (07/10/2019)
  braderie la fin (07/10/2019)
  au milieu de la braderie (07/10/2019)
  déchinte à la braderie (06/10/2019)
  départ à labraderie (06/10/2019)
  j a pinsé à ti Papa (30/09/2019)
  IN VA TUER CH COQ (29/09/2019)
  ché supporters d' footballe (29/09/2019)
  poésie en automne (28/09/2019)
  je coupe ... (28/09/2019)
  Émotion, notalgie, en revisitant les récits (24/09/2019)
  JUER AU FOOT À L' USB (23/09/2019)
  cité rigoulet et cité de l armentiou à Puyoo (21/09/2019)
  départ des arondes ...acoutez ché viux... (21/09/2019)
  DU FOOTBAL AU STADE DE LABUISSIÈRE (19/09/2019)
  Merlimont au soir partie 4 (15/09/2019)
  Merlimont au soir partie 3 rectification (13/09/2019)
  DU MARTINET OU DELLE CHEINTURE ? (13/09/2019)
  Merlimont au soir partie 3 (08/09/2019)
  Merlimont au soir partie 2 (08/09/2019)
  Merlimont au soir partie 1 (08/09/2019)
  RETOUR À BRUAY (La fin des vacances à Berck . Épilogue) (31/08/2019)
  CERF-VOLANTS ET AUTES AMUSEMINTS (Les vacances à Berck 10ième partie) (26/08/2019)
  Stade vélodrome de Bruay (26/08/2019)
  CHÉS CABINES (Les vacances à Berck 9ième partie) (21/08/2019)
  le Touquet Paris Plage (20/08/2019)
  LES VACANCES À BERCK (8ième partie : CH POSTE ÉD SECOURS) (17/08/2019)
  la fronde (15/08/2019)
  ché tétards (15/08/2019)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 Drit79 ( 08/02/2019)
Mon dernier écrit ic...
 michel.gervois@neuf.fr ( 07/10/2018)
Bonjour à tous les B...
 dufossez jean ( 24/09/2018)
Bonjour les potes J...
 bob 38 ( 22/09/2018)
Bonjour a tous , chu...
 Hervé62155 ( 24/12/2017)
Joyeux Noël et Bonne...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
LE PATRONAGE
par berlens78 le, 14/11/2019  

In ch’ temps là, chétot l’jeudi qu’y avot pas d’école. Mais in faijot pas l’ grasse matinée pour autant ; d’ailleurs, ch’mot là i existot pas. In s’ lévot pas aussi d’ bonne heure qu’ les zautes jours qu’y avot école ou catéchisse, mais pas lon. Après déjeuner j’faijos mes d’voirs pis des fos j’aidos m’ mère à éplucher des carottes et des pétotes, à écosser des p’tits pos, ou bien j’ allos juer par terre su ch’ balatum dé l’salle à minger avec mes zautos NOREV, DINKY TOYS, ou avec mes soldats que j’faijos des zarmées d’chevaliers qui s’ battotent conte des zarmées d’indiens pis des zarmées d’ soldats américains ; intre chés bidets, chés zarmures, chés tanks et chés cow boys, chétot pas facile à mette in plache, chés grandes batalles … sans compter chés parachutisses qui quéyotent éd’ chés téléphériques in carton qui glichotent sur des fils tindus intre l’ commode et chés cayelles autour délle tabe…

Y’ a eu eune année que m’ mère alle m’avot inscrit au patronache, l’année dé m’ communion qu’ j’étos rintré in sixième au lycée Carnot. Jé n’sais pus pourquoi qu’alle m’avot inscrit, in tous cas mi j’avos rien d’mandé. Cha m’ plaijot pas trop mais comme tous mes camarattes i z’y allotent aussi, j’ cros bien qu’ chétot obligatoire. Chétot organisé par chés curés, qui zétotent pas méchants, et j’ai pinsé qu’in allot bien rigoler.

Donc chétot tous les jeudi après-midi, à 4h, à l’églisse Sainte Barbe. J’y allos avec ém’ bande éd’ l’école Pasteur, souvint avec un ballon. In arrivot dins l’ cour qu’y avot derrière l’églisse et qui donnot sur l’école éd’ l’Administration, qu’y avot qu’ des filles. In arrivot avant l’heure comme cha in pouvot juer au foot dins l’cour avec des qu’in connaichot pas, qui vénotent des zautes zécoles éd’ Bruay. Souvint in comminchot par é n’ imbêter un, eune tête de turc que tout l’ monde i s’ mettot sur li ; cha comminchot qu’in li prénot s’ malette avec sin goûter par exempe, ou bien sin cache-nez, qu’in s’ passot d’ l’un à l’aute pou l’ faire courir après. Y’ avot aussi l’ momint qu’ chés filles alles sortotent in récréation (pourquoi qu’alles zavottent école l’ jeudi ?) et in les poursuivot pour leu tirer leurs couettes ou leur queue d’ bidet, ou cor défaire leus tabliers… In étot des méchants, des sauvaches, des zapaches … Ché pour cha sûremint qu’in devot aller à confesse, raconter pis expier tous nos péchés d’ sales pétits jeaunes éd’ rues…

Souvint, in restot un bon momint comme cha à juer dins l’ cour passe qu’avant nous y’ avot des réunions des JEC (jeunesses étudiantes chrétiennes) et des JOC (jeunesses ouvrières chrétiennes) que cha discutot sec. Pis ch’ curé i sortot dins l’ cour et i vénot nous quère pour rintrer dins l’ salle éd’ patronache. Ed’ dins, chétot comme à l’ kermesse, avec des liffes et des bandes dessinées plein chés tabes, des guirlandes et des dessins à chés murs, des mantiaux qui trainotent par terre, bref, un biau bazar ; cha s’ véyot qu’ y avot pas d’ femme là-d’dins !...

Quo qu’in faijot au patronache ? Ben pas grand cosse ; chétot comme un cente éd’ loisirs qu’in dirot aujourd’ hui ; in pouvot faire chu qu’in voulot : juer au mikado, aux bidets, à l’ batalle, et lire des Fripounet-Marisette, des Sylvain et Sylvette (avec chés compères renard, loup, sanglier et ours), des Perlin et Pinpin, Roudoudou et Riquiqui les belles images, Bécassine, Cœur Vaillant (vire chés photos) … Les « pieds nickelés» i zétotent interdits d’ séjour passe que chétot des bandits, des malélevés ; et « Bibi Fricotin » parelle, eune racalle pas fréquentabe. Et in apprenot aussi des canchons d’ messe et tous chés répliques qu’in devrot dire à l’ communion « le seigneur est toujours avec vous » « et avec votre esprit » ; « allez dans la paix du christ ! » « nous rendons grâce à Dieu .. » ; chelle lalle, j’ l’avos pas quère passe que ch’ curé i nous dijot d’ s’in aller et au lieu dé s’ dépécher d’ sortir in dijot qu’in voulot core rester là pour dire merci qu’in n’avot pas cor assez … Pis des zautes in latin « dominousse vobis coum » « ètte coum spiritou tou wohh.. », etc .. Bon, in s’amusot bien quand minme.

Quand in sortot d’ là, i faijot noir alors in s’éclairot dins l’ cour avec des lampes éd’ poque ; in s’ muchot dins chés coins pour faire peur à chés garnoulles qui sortotent éd’ l’Administration. In s’ dépéchot d’armonter l’ rue Charles Marlard qu’alle étot pas fort éclairée non pus, pour rattraper l’ rue Henri Cadot avec tous chés lumières, chés vitrines éd’ magasins ; in étot tous seux, sans nos parints , et in pouvot raviser tout chu qu’in voulot ; ch’ magasin d’ soutiens gorches in face des nouvelles galeries, chés vindeusses à quate pattes amont Bata (ch’ magasin d’ godasses), chés circuits 24 et chés trains électriques dins ch’ magasin d’ juets du cerque, chés zaffiches d’ cinéma au Colisée … Et quand qu’ y avot chés zilluminations d’ Noël, que spectaque !!! Tout l’ rue chétot comme un sapin d’ noël, avec chés guirlandes suspindues au d’zeur delle route qui montotent jusqu’in haut des grands bureaux, chés zétoiles filantes accrochées au mitan et dins chés zarbes , chés lumières et décorations dins chés vitrines du prisunic avec ch’ grand sapin d’ Noël tout décoré devant chés portes vitrées …

Ch’ l’année là , qu’ j’étos donc in 6ième « moderne », i m’ont fait un coup d’ vache. J’avos trop bien travaillé au premier trimeste alors du coup in janvier i m’ont mis in « classique », du qu’ jé m’ sus artrouvé avec tous chés fayots et jeaunnes éd’ professeurs. Et in « classique », in apprénot du latin. Quand chés curés i zont su cha au patronache, i s’ sont mis in tête que j’ pouvos faire « infant d’ chœur » ! Cha m’a pas trop plu mais d’un aute côté, cha m’a senné comme un privilèche, in m’avot sorti du lot, j’étos un « élu » du bon dieu … Alors j’ai pas dit nan, mais pas ouais non pus, que j’ voulos bien essayer, pour vire..

A partir dé ch’ momint là, j’étos pus traité comme és’ zautes ; au liu d’ juer ou d’ lire des Fripounet, j’allos avec ch’ curé dins eune pièche à part pour apprinde des mots pis des phrasses in latin ; et répéter tout ch’ barnum qu’i fallot faire pour servir l’office et ch’ curé pendant l’ messe, i compris savoir du qu’i muchot s’ boutelle éd’ vin d’ messe pour li verser un verre. L’ première fos, j’ l’avos rimpli à ras-bord ! « Non, non !mon petit, il faut en mettre juste un fond pour tremper les lèvres ! » . Ah bon ? A m’ maison, in rimplichot toudis chés verres à ras bord …

Ch’ l’histoire là alle comminchot quand minme à m’ prinde sérieuzemint m’ chervelle … Du qu’ j’avos mis les pieds ?.. Pourquoi faire tout cha ? J’allos passer mes diminches matin à l’églisse à servir ch’ curé ? Pis des fos aussi l’ jeudi pour des interremints, ou chés jours saints avant Pâques ? Hou iaïe iaïe …Mi cha m’ rapportot rien et jé m’ sintos pas trop d’ l’avant, pris au pièche comme un pichon qui s’ débat dins eune épuisette. Cha a continué comme cha eune paire éd’ jeudis après-midi à Sainte Barbe , pis un jour, ch’ curé i m’a cor pris à part pour ém’ dire que l’ fos chi cha y étot, qu’ j’étos prêt, et qu’ j’allos pouvoir servir élle messe l’ diminche d’après !

Quand j’ sus rintré au soir, j’ai comminché à avoir délle fiève ; et l’ lendemain j’étos malate et m’ mère alle a dû appeler ch’ docteur « Oginstrèque » (Augenstreich) ; j’avos atrappé l’ coqueluche et j’ai dû rester couché eune semaine. Du coup, j’ai pas pu aller servir elle messe et ch’ curé i’ est vénu l’ lundi vire mes parints. I savotent douté que cha m’ plaijot pas alors i z’i ont dit que j’étos for malatte et que j’ pourros pas artourner au patronache avant un bon bout d’ temps, au moins un mos, que j’ devos rester au caud. Alors ch’ curé i’ est arparti bredoulle ; ch’ bon diu i’avot pas voulu d’ mi, tant miux. j’ai poussé un gros soupir éd’ soulagemint et j’ sus resté dins ch’ divan au caud qu’ min père i m’avot installé dins l’salle à minger pour pas contagioser mes frères in haut dins chés lits.

Après cha, du temps i a passé, j’ sus pas artourné au patronache, j’ai fait m’ communion, et in m’a pus jamais imbété avec chés zhistoires d’infant d’ chœur. Heureusemint ; car pétête que cha m’aurot donné l’ vocation et qué j’ séros rintré dins les zordes ! ... Et qu’ ch’ aurot été un grand malheur pou’ m’ déchindanche; et pétête aussi pou’ m’ femme mais cha j’in sus pas sûr …


  ( 7 photos)  


Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 4 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |