histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  PARFUMERIE DELERCE (02/07/2020)
  Jacqueline la bienfaitrice (28/06/2020)
  VETEMENTS MARCHAND FRERES (26/06/2020)
  LE CINÉMA CASINO (22/06/2020)
  IN ARRIVANT AU CERCLE (19/06/2020)
  cha a bien cangé (16/06/2020)
  DU BALATUM OU DU LINO (13/06/2020)
  IN VA CANGER L TAPISSERIE (08/06/2020)
  DERNIERS COMMERCANTS AVANT LE LYCEE (01/06/2020)
  LIBRAIRIE POINT VIRGULE (28/05/2020)
  VERMELLE et DUCOURANT (23/05/2020)
  El doctor et s'passiente (20/05/2020)
  PATISSERIE BOUCLY (19/05/2020)
  Sujet fille de : retour de Merlimont 72 fin (11/05/2020)
  El confinemint (10/05/2020)
  retour Merlimont fin aout 1972 fin (09/05/2020)
  retour Merlimont fin aout 1972 (09/05/2020)
  100 ZARTIQUES (02/05/2020)
  siffler ou siffloter ? (26/04/2020)
  La lampe au chapeau (23/04/2020)
  MEDICAMINTS D AVANT partie 2 (22/04/2020)
  la télé et le confinache ... (22/04/2020)
  Abalourd a les pieds lourds (18/04/2020)
  ch' confinache (15/04/2020)
  PHARMACIE DUBOIS (14/04/2020)
  CONFINACHE (08/04/2020)
  Quo qu in mingeot dins ches corons partie 2 (04/04/2020)
  Quo qu in mingeot dins ches corons partie 1 (31/03/2020)
  asquident à mobylette (30/03/2020)
  à vos masons (29/03/2020)
  UN VIUX pinsées filozofiques (25/03/2020)
  BOITE A TOUBAQUE (23/03/2020)
  BRIQUETS (20/03/2020)
  TINCHON quincaillerie (11/03/2020)
  SPAR INGELAERE le billet a commissions (04/03/2020)
  LEROY Tissus et Rideaux (29/02/2020)
  Précisions concernant des messages trouvés dans le livre d'or (25/02/2020)
  i vont arvenir ch'est sur .... (23/02/2020)
  CHALMIN (22/02/2020)
  un joyeux anniversaire (20/02/2020)
  les 15 ans du site suite (19/02/2020)
  LES 15 ANS DU SITE ! (19/02/2020)
  L'églisse ed Berlancourt (14/02/2020)
  30 ans de mariage ... (09/02/2020)
  AUTOS NOREV ET BAIN DU SAMEDI (09/02/2020)
  UN CORDONNIER D L ANCIEN TEMPS (05/02/2020)
  LA GOURMETTE EN ARGENT (03/02/2020)
  Merlimont sous la pluie fin (02/02/2020)
  Merlimont sous la pluie 3 (02/02/2020)
  Merlimont sous la pluie 2 (02/02/2020)
  Merlimont sous la pluie 1 (02/02/2020)
  PETARDS Pleinvol partie 2 (31/01/2020)
  PLEINVOL Partie 1 : Bonbons, jouets (27/01/2020)
  feu d artifice merlimont partie 1 (26/01/2020)
  feu d artifice merlimont partie 4 (26/01/2020)
  feu d artifice merlimont partie 3 (26/01/2020)
  feu d artifice merlimont partie 2 (26/01/2020)
  NIPPERT ET LOSSIGNOL (23/01/2020)
  Les parlaches (22/01/2020)
  PETIT DETOUR PAR BERCK (21/01/2020)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 Drit79 ( 08/02/2019)
Mon dernier écrit ic...
 michel.gervois@neuf.fr ( 07/10/2018)
Bonjour à tous les B...
 dufossez jean ( 24/09/2018)
Bonjour les potes J...
 bob 38 ( 22/09/2018)
Bonjour a tous , chu...
 Hervé62155 ( 24/12/2017)
Joyeux Noël et Bonne...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
PHOTOGRAPHE CRENDAL
par berlens78 le, 07/12/2019  

M’ baraque, alle faijot ch’ coin dé l’ rue d’ Divion avec él’ rue Alfred LEROY ; comme un trait d’union intre chés corons et chés commerçants. Alle étot collée à ch’magasin d’photos Crendal. Ch’mur dins l’cour in face dé l’remise, chétot l’arrière dé ch’magasin ; y’avot des ferniettes in haut mais qui s’ouvrottent jamais. Des fos, j’veyos l’tête dé ch’propriétaire, Monsieur Heinguez, qui m’ravisot pas trop contint passe que j’passos min temps à juer au ballon dins l’cour in tapant d’toutes mes forches conte sin mur … j’croyos qu’y avot personne ; alors que derrière chés briques, cha devot ête sin laboratoire pour chés photos.

Tout Bruay y’a été dins sin studio s’ faire photographier ; i’ étot connu pour chés photos d’ baptinme, éd’ communion pis d’ mariache (pas d’chés zinterremints, in faijot pas d’ photos !). Té prinds n’importe que photo d’mariache des années 50, té ravisses in bas l’signature et té vos « Crendal, Bruay ». Chétot un « Monsieur » , eune célébrité locale. Sin nom chétot Heinguez (Gérard ?) mais comme ch’magasin y’ étot pas à li mais à s’belle mère, Madame Crendal, i pouvot pas signer d’ sin nom à li. Et alle habitot avec eux.

Chétot un artiste et i pouvot minme pas signer ses photos d’ sin vrai nom ! Eune photo « Crendal », ché éternel ; mi j’ai cor m’ photo d’ baptême, qu’alle a 65 ans et pas un pétit défaut. Bien à l’abri dins s’ pochette in carton gaufré et protégée d’eune feulle éd’ cellophane, alle a pas jauni. Dins sin studio, Monsieur Heinguet i faijot l’ mise in scène, avec des accessoires. Et tout un traval su’ l’ éclairage, élle lumière. Chés photos i les prénot avec un viel apparel à soufflet posé sur un pied qu’ l’image éd’ dins alle étot à l’invers, sûremint un Zeiss ou un Leica. Ses photos alles zétotent toudis réussies. Avoir eune photo signée « Crendal » ché comme avoir un œuvre d’art… (Photo Crendal : mi in 1954)

I z’avotent eune fille, Colette, qui étot à peu près dé m’n’âche. In n’étot pas du minme monde et pourtant j’ai passé mes 3 , 4 premières années à juer avec elle dins m’cour, avant d’aller à l’maternelle. (Vire 2 photos d’ Colette et mi in train d’ juer dins ch’ terrain vague, rue Giffard, à bidet sur mes grands frères (Cha dot ête Monsieur Heinguez qui a pris l’ photo))

Pour vénir juer avec mi, chétot pratique : y’avot l’ porte derrière dé s’maison qui donnot dins not’ gardin, à coté dé ch’poulailler ; alors alle arrivot par là ; s’ mère alle passot Colette par au’d’zeur délle balustrate pis in juot dins ch’ gardin et dins l’cour ; à 4h in mingeot eune tartine dins l’ cuisine in s’ mettant délle confiture éd’ groselle plein nos figures, pis in juot par terre, à côté délle cuisinière avec chés pouchins ou bien avec des mappes ou des zautos miniatures su ch’ balatum dins l’ salle à minger. Des fos alle amenot ses poupées. Au soir, és’ mère alle vénot l’arquère par élle porte éd’ devant qui donnot su’ ch’ coron. (vire chés 2 photos)

Mes parints i pouvotent pas ête amis avec des gins comme cha, qu’ chétot des riches mais pas seulemint, qui zavotent aussi d’ l’ instruction, du patrimoine et qui fréquentotent des gins d’ la haute société. I zétotent pus jeaunes aussi qu’ mes parints, 10 ans d’ moins. Eux i parlotent pas patois et quand Colette alle étot là, m’ mère et mémère alles parlotent un français impeccabe. Pas un gros mot, pas un mot d’ travers. Et alles zétotent aux pétits soins pour él’ tiote ; si jamais qu’alle s’ coupot avec un ciseau in faijant des découpaches ou qu’alle brayot à cause d’eune épine d’ rosier, chétot un drame. Minme mi, qu’ j’étos déjà sûremint un sale gosse, j’ devos surtout faire attintion d’ pas i faire du maux. Chétot eune tiote princesse. Et comme alle m’avot quère, et qu’alle demandot toudis à s’ mère pour vénir juer avec mi, à défaut d’ête un prince mi aussi, quéque part j’étos adoubé chevalier…

I devotent avoir des sous mais chétot pas des fiers culs, loin d’ là ; et aussi gramint d’estime pour mes parints. Madame Heinguez, alle s’appélot Alice, et chétot eune belle femme, élégante, distinguée, toudis bien habillée. Em’ mère alle faijot des travaux d’couture pis d’arpassache pour elle ; et mémère, alle faijot souvint dame éd’ compagnie dé s’mère, madame Crendal, qui avot du maux à s’déplacher. Et pour nous armercier, Monsieur Heinguez i prétot à min père un apparel photo avec des pellicules pour aller tous les ans in vacances à Berck ; cha qui fait qu’j’ai délle chance d’avoir des photos d’mi tous les ans à la mer, éd’ pis m’naissance ! Mais pas gramint du reste éd’ l’année, malheureusemint ; mais ché déjà eune sacrée chance passe que si in n’avot pas été voisins avec eux, j’auros qu’ deux photos d’min jeaune ache : min baptème pis m’ communion ! Et incore …

J’ cros bien aussi que ch’ famux camp d’ min père, dù qu’in faijot pousser des pétotes et des légumes, derrière élle percheption, chétot à Madame Crendal qui l’ i avot prêté (passe que sin gardin chétot pour chés chrysanthèmes et y’ avot pus assez d’ plache pour chés légumes). Et que ch’ terrain là qui li servot à rien, autant l’donner à quéqu’un. Plus que prêté minme passe que min père i’ a dû l’ cultiver pendant pus d’ vingt ans ! Et qu’i a pu nourrir tout l’ famille avec..

Monsieur Heinguez y avot eune belle auto, eune « Chambord » j’ cros bien (ou eune « Versailles » …) et eune fos, je n’sais pus pour que raison, pétête qu’in avot manqué ch’ car Dumont, i nous avot conduit tous à Berck dins s’ belle auto qu’ in n’étot pas trop serrés, in rien d’temps …Là aussi, j’ pinse que chétot s’ belle mère qui l’avot obligé. Alle étot fort amie avec ém’ grand-mère, mais j’ai jamais su pourquoi. (vire photo d’eune Chambord 1958)

Gramint pus tard, avec és’ femme, y s’étotent séparés j’ cros bien , mais li i’ avot gardé sin magasin d’photos et elle, alle avot ouvert un magasin d’ juets BABYREVE rue Jules Guesde au n° 6 (vire élle photo). Colette alle étot devenue infirmière, alle s’étot mariée, alle avot eu un garchon, Arsène ; et ché m’mère, qu’alle habitot cor toudis l’rue d’ Divion, qui a fait l’nounou d’ sin jeaune pendant des années.

Colette, jé l’ai jamais arvue ; et s’ mère, Alice, alle est décédée in 1988 ; alle étot pas vielle , 56 ans … Et ses deux garchons nés in 56 et in 61, alle aura eu l’ malheur d’ les vire mourir accidentellemint avant elle (l’un in 80 à 19 ans l’aute à 27 ans in 83)… Que tristesse ! …

Monsieur Heinguez, li, jé n’sais pas quo chu qu’i est dév’ nu. A la fin des années 70, ch’ magasin i a été vindu à des qui l’ont trinsformé in magasin d’nippes (et in 2018 chétot un coiffeur); chés travaux y z’avotent duré pus d’un an ; m’ mère alle les appelot les « tapedur » ; chétot déjà pus des gins comme nous ou Monsieur Madame Heinguez, mais des sans-gêne, qui zont jamais caché à vénir s’escuser ni minme s’ présinter. In y arpinsant, ché l’ première fos qu’y a eu un cangemint dins min quartier, qu’ cha a été l’ début délle dégringolade. Jusque là, tout y étot resté à peu près parelle d’pis qu’ j’étos vénu au monde, qu’ j’avos ouvert mes ziux. Et après cha, tout y’ s’a fissuré, année après année ; m’n ancien monde y’ a comminché à disparaîte pétit à pétit. Jusqu’à ch’ dernier coup d’ grâce, que m’ maison pis tout min coron i zont disparu à jamais dins l’ finquère des bulldozers …

Sur elle photo, in vot déjà pus m’maison qu’alle a été abattue aussi y’a plus d’vingt ans avec tout ch’coron. Jé n’ai pas d’ pus anciennes … Mais l’ maison de Madame Crendal et des Heinguet, qui a dû ête rénovée eune paire éd fos , alle est cor là. J’ sus jamais rintré d’ dins.


  ( 9 photos)  


Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 5 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |