histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  CONFINACHE (08/04/2020)
  Quo qu in mingeot dins ches corons partie 2 (04/04/2020)
  Quo qu in mingeot dins ches corons partie 1 (31/03/2020)
  asquident à mobylette (30/03/2020)
  à vos masons (29/03/2020)
  UN VIUX pinsées filozofiques (25/03/2020)
  BOITE A TOUBAQUE (23/03/2020)
  BRIQUETS (20/03/2020)
  TINCHON quincaillerie (11/03/2020)
  SPAR INGELAERE le billet a commissions (04/03/2020)
  LEROY Tissus et Rideaux (29/02/2020)
  Précisions concernant des messages trouvés dans le livre d'or (25/02/2020)
  i vont arvenir ch'est sur .... (23/02/2020)
  CHALMIN (22/02/2020)
  un joyeux anniversaire (20/02/2020)
  les 15 ans du site suite (19/02/2020)
  LES 15 ANS DU SITE ! (19/02/2020)
  L'églisse ed Berlancourt (14/02/2020)
  30 ans de mariage ... (09/02/2020)
  AUTOS NOREV ET BAIN DU SAMEDI (09/02/2020)
  UN CORDONNIER D L ANCIEN TEMPS (05/02/2020)
  LA GOURMETTE EN ARGENT (03/02/2020)
  Merlimont sous la pluie fin (02/02/2020)
  Merlimont sous la pluie 3 (02/02/2020)
  Merlimont sous la pluie 2 (02/02/2020)
  Merlimont sous la pluie 1 (02/02/2020)
  PETARDS Pleinvol partie 2 (31/01/2020)
  PLEINVOL Partie 1 : Bonbons, jouets (27/01/2020)
  feu d artifice merlimont partie 1 (26/01/2020)
  feu d artifice merlimont partie 4 (26/01/2020)
  feu d artifice merlimont partie 3 (26/01/2020)
  feu d artifice merlimont partie 2 (26/01/2020)
  NIPPERT ET LOSSIGNOL (23/01/2020)
  Les parlaches (22/01/2020)
  PETIT DETOUR PAR BERCK (21/01/2020)
  retour par les dunes partie 2 (17/01/2020)
  retour par les dunes partie 1 (17/01/2020)
  MADRIGAL mercerie (17/01/2020)
  CH DEBIT D TOUBAQUE (14/01/2020)
  de Stella à Merlimont par la route (12/01/2020)
  BOULANGERIE CASTEELE ET PATINS A ROULETTES (09/01/2020)
  RUE NOUVELLE et COIFFEURS (07/01/2020)
  de Merlimont à Stella par la plage (04/01/2020)
  départ promenade stella plage (04/01/2020)
  au gui l an neuf (01/01/2020)
  Retrouvaille (01/01/2020)
  drapeau orange (28/12/2019)
  Conte ed Noë (25/12/2019)
  NOEL D AVANT (23/12/2019)
  le shampoing aux oeufs (22/12/2019)
  le shampoing FA (22/12/2019)
  les chocolats à la liqueur (22/12/2019)
  le paté Caby (22/12/2019)
  AU GALIBOT Chaussures PEUVREL (20/12/2019)
  ALIMENTATION GENERALE MARCHAND (17/12/2019)
  NICOLAS Epicerie Fine (13/12/2019)
  MARCHAND DE VELOS (10/12/2019)
  PHOTOGRAPHE CRENDAL (07/12/2019)
  LearningApps (07/12/2019)
  ANCIENS COMMERCANTS DE BRUAY (04/12/2019)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 Drit79 ( 08/02/2019)
Mon dernier écrit ic...
 michel.gervois@neuf.fr ( 07/10/2018)
Bonjour à tous les B...
 dufossez jean ( 24/09/2018)
Bonjour les potes J...
 bob 38 ( 22/09/2018)
Bonjour a tous , chu...
 Hervé62155 ( 24/12/2017)
Joyeux Noël et Bonne...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
MADRIGAL mercerie
par berlens78 le, 17/01/2020  

L’ dernier magasin qu’ jé m’ rappelle avant l’rue d’Ourton, chétot Madrigal. Là aussi, que régal !... Tout étot in bos là d’dins ; in rintrant, eune fos poussée l’porte, in étot intouré d’étalaches in bos vernis, avec des tiroirs , et des grandes vitres par au d’ sus qu’in pouvot vire à travers des casiers rimplis d’ rubans, d’ fleurs fantaisie , d’ bobines éd’ fil, d’ boutons, d’ agrafes, éd’ fermetures éclair…; derrière chés comptoirs y’avot au moins 4 ou 5 vindeusses ; et derrière elles, des murs éd’ tiroirs rimplis d’boutons, avec chés modèles collés sur chés façades, pis jé n’sais pus quoi ; l’ nombe éd’ tiroirs qu’y avot dins l’boutique là cha donnot l’ tournis ; pis y n’avot core aussi derrière chés comptoirs in bas qu’in n’véyot pas. Y’ avot qu’des femmes là-d’ dins, forchémint. Qui vénotent quère du fil, délle laine, des boutons, des canevas, des rubans fantaisie… (photo 1 tiroirs avec boutons)

Quand j’y allos tout seux, chétot pour acater des bobines éd’ fil pour ém’ mère, s’ machine à coeude ; du fil chinois ou bien pour artrouver un bouton parelle à un qu’ j’avos perdu à l’école à l’ récréation. J’ montros ch’ modèle et alle m’ sortot des grands tiroirs rimplis d’ toutes sortes éd’ boutons à peu près parels ; alle comparot l’couleur, l’talle, chés trous (si y n’avot 2 ou 4), l’épaisseur … Y’ avot tous les sortes d’boutons possibes et imaginabes . Finalemint alle trouvot min bonheur (ou rapprochant) , qu’alle mettot dins eune pétite pochette in papier qu’alle arpliot in l’ fermant avec un pétit bout dé scotch pour pas qu’ jé l’ perde in route … Quand j’y allos tout seux, j’étos intimidé avec tous chés femmes qui m’ dévisageotent, alors j’y faijos pas long fu. Quand j’y allos avec ém’ mère, cha pouvot durer eune éternité alors j’ m’asseyos dins in coin sur un tabouret (in bos li aussi). Ch’ magasin là chétot comme eune fourmillère, avec és’ reine, l’patronne, pis tous chés ouvrières qui courotent partout autour dé ch’ comptoir pis cor derrière, dins l’arrière boutique pis dins l’ réserffe… Pis comme tous chés femmes alles s’connaissotent, chétot des parlotes sans fin, des éclats d’ rire, chaqueune qui racontot chés nouvelles et chés derniers cancans … bref quand j’sortos d’ là, j’avos comme él’ tournis et j’ prénos un cachet d’aspirine in rintrant.

J’ai dû y aller aussi eune paire éd’ fos pour racater eune « canette » ou eune « fusée » pou s’ machine à coeude SINGER à pédale (vire elle photo). Alle s’in servot gramint dé s’ machine passe qu’alle faijot couturière pour Madame Leroy qui ténot ch’ magasin d’ rideaux après Chalmin, ou pour Madame Crendal. Alle passot souvint ses après-midi à coeude des rideaux, des voilaches, à faire chés bords et chés ourlets…J’ l’ arvos pinchée su s’ machine, ténant d’eune main ch’ tissu in l’ guidant in d’ sous dé ch’ l’ aiguille, et aillonnant d’ l’aute main ch’ volant tout in pédalant (alle avot pas cor éd’ machine électrique). Cha allot à toute vitesse, jé l’ ravisos faire et j’avos toudis peur qu’ ses dogts i s’artreuvent cousus avec ch’ tissu ! … Des fos, l’ machine alle s’ coinchot, ch’ fil i s’inroulot autour dé ch’ l’ aiguille et i fallot tout démonter l’ boite in d’ sous. Ou l’ courroie qui déraillot. Ou ch’ l’aiguille qui s’ cassot in deux. Alors alle ouvrot ch’ tiroir in d’sous du qu’y avot chés tournevis et chés aiguilles d’archange et alle réparot cha tout seule ; l’ pus dur chétot à la fin qu’ alle devot intiquer ch’ fil dins ch’ trou dé ch’ l’aiguille passe qu’alle i véyot pas fort clair ; si j’étos dins les paraches, alle m’ demandot dé l’ faire ; mouiller ch’ fil, l’ torde eune paire éd’ fos intre mes dogts, et l’intiquer dins ch’ trou , cha s’ faijot pas du premier coup ; alle commandot la manoeuffe et finalemint, à deux, in y arrivot quand minme. (vire photo 2 délle machine)

L’ machine, alle est cor dins min sous-sol ; j’avos essayé d’ l’arvinde y’ a eune vingtaine d’années mais chés antiquaires i n’in voulotent pas, qui n’ étotent inondés, qu’ i aurot bétot fallu leur donner des sous avec ! J’ vas p’ tête réssayer un d’ chés jours, cha a pétête pris délle valeur. Ou bien l’arvinde à chés chinois ….

Madrigal… D’abord, quo qu’ cha voulot dire, ch’ nom là ? Eune poésie ? Un morciau d’ musique ancienne ? Que rapport avec des boutons pis des fermetures éclairs ? In l’a jamais su ; Madrigal, cha voulot dire mercerie, minme si chétot pas dins ch’ dictionnaire ! Quand j’ y arpinse, j’ai du mau à croire qu’un magasin comme cha , cha a pu exister à Bruay ; si in trouvot pas chu qu’in cachot, chétot pas la peine d’aller vire ailleurs, cha n’existot pas. Cha aurot dû s’appeler « Au bonheur des dames ». Y’ a pas d’ photo naturellemint et chés imaches i vont s’ évaporer et disparaîte avec chés derniers souvenirs. Alors j’ai fait un « patchwork » avec des photos trouvées comme cha sur Internet, pour essayer dé s’ faire eune idée … (photo 3).

Madrigal… in peut pus s’imaginer ; l’ dernière fos qu’ j’ y ai été, qu’ j’ai arfermé l’ porte, j’ pouvos pas m’ douter que j’sortos pas d’un magasin ordinaire mais d’un musée, d’un monumint du passé, d’un roman qu’ Zola y’ avot comminché à raconter eune pétite centaine d’années avant ; et qui allot s’ arrêter net ; là ; juste in fermant l’ porte derrière mi. Ch’ magasin y’ allot s’ vider pétit à pétit, des vindeusses, i n’aurot pus qu’ eune ou deux, des clientes aussi ; et un jour y’ aurot pus personne pour ouvrir chés tiroirs, mesurer et couper chés rubans avec l’ grosse règle in bos, mette chés boutons et chés aiguilles dins des pétits sachets fermés délicatemint avec un bout de scotch. Chés histoires, chés rires, chés disputes des fos, in les intindrot plus ; chés lumières alles zallotent s’éteinde les eunes après les zautes. Et l’ clochette à l’ porte d’intrée in l’intindrot pus jamais.

Madrigal que régal …


  ( 3 photos)  


Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 5 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |