histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  L'églisse ed Berlancourt (14/02/2020)
  30 ans de mariage ... (09/02/2020)
  AUTOS NOREV ET BAIN DU SAMEDI (09/02/2020)
  UN CORDONNIER D L ANCIEN TEMPS (05/02/2020)
  LA GOURMETTE EN ARGENT (03/02/2020)
  Merlimont sous la pluie fin (02/02/2020)
  Merlimont sous la pluie 3 (02/02/2020)
  Merlimont sous la pluie 2 (02/02/2020)
  Merlimont sous la pluie 1 (02/02/2020)
  PETARDS Pleinvol partie 2 (31/01/2020)
  PLEINVOL Partie 1 : Bonbons, jouets (27/01/2020)
  feu d artifice merlimont partie 1 (26/01/2020)
  feu d artifice merlimont partie 4 (26/01/2020)
  feu d artifice merlimont partie 3 (26/01/2020)
  feu d artifice merlimont partie 2 (26/01/2020)
  NIPPERT ET LOSSIGNOL (23/01/2020)
  Les parlaches (22/01/2020)
  PETIT DETOUR PAR BERCK (21/01/2020)
  retour par les dunes partie 2 (17/01/2020)
  retour par les dunes partie 1 (17/01/2020)
  MADRIGAL mercerie (17/01/2020)
  CH DEBIT D TOUBAQUE (14/01/2020)
  de Stella à Merlimont par la route (12/01/2020)
  BOULANGERIE CASTEELE ET PATINS A ROULETTES (09/01/2020)
  RUE NOUVELLE et COIFFEURS (07/01/2020)
  de Merlimont à Stella par la plage (04/01/2020)
  départ promenade stella plage (04/01/2020)
  au gui l an neuf (01/01/2020)
  Retrouvaille (01/01/2020)
  drapeau orange (28/12/2019)
  Conte ed Noë (25/12/2019)
  NOEL D AVANT (23/12/2019)
  le shampoing aux oeufs (22/12/2019)
  le shampoing FA (22/12/2019)
  les chocolats à la liqueur (22/12/2019)
  le paté Caby (22/12/2019)
  AU GALIBOT Chaussures PEUVREL (20/12/2019)
  ALIMENTATION GENERALE MARCHAND (17/12/2019)
  NICOLAS Epicerie Fine (13/12/2019)
  MARCHAND DE VELOS (10/12/2019)
  PHOTOGRAPHE CRENDAL (07/12/2019)
  LearningApps (07/12/2019)
  ANCIENS COMMERCANTS DE BRUAY (04/12/2019)
  El mariache d’Anatole et Pauleine (30/11/2019)
  CH MARQUE D BRUAY (29/11/2019)
  l' arrivée à Merlimont (25/11/2019)
  instrument de musique de notre infance (24/11/2019)
  Merlimont Barcarolle..... (23/11/2019)
  PICHOTIERES (23/11/2019)
  ANNIVERSAIRE (21/11/2019)
  Merlimont les gauffres (21/11/2019)
  pour ceux qui ne vont pas sur facebook (21/11/2019)
  Merlimont c'était un pauv' gars (20/11/2019)
  Merlimont le magasin de souvenir (19/11/2019)
  Merlimont, L Ambiance (18/11/2019)
  Merlimont le Dé d' Argent (17/11/2019)
  HOMMAGE à mon grand père et à tous les «Poilus» (10/11/2019)
  MIN MONONQUE (2ième partie) (09/11/2019)
  Au revoir Jean-Marc (08/11/2019)
  MIN MONONQUE (1ère partie) (06/11/2019)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 Drit79 ( 08/02/2019)
Mon dernier écrit ic...
 michel.gervois@neuf.fr ( 07/10/2018)
Bonjour à tous les B...
 dufossez jean ( 24/09/2018)
Bonjour les potes J...
 bob 38 ( 22/09/2018)
Bonjour a tous , chu...
 Hervé62155 ( 24/12/2017)
Joyeux Noël et Bonne...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
AUTOS NOREV ET BAIN DU SAMEDI
par berlens78 le, 09/02/2020  

L’ temps qu’in est dins chés vielles carettes avec l’ Ariane à Minloute et ch’ salon Retromobile à Paris, j’ vas parler mi aussi mécanique et carrosserie …

Tout l’ monde i n’avot pas eune auto dins l’ temps ; pou n’avoir eune, i fallot soit ête d’ eune famille éd’ riches, soit bien gagner s’ vie, soit mette éd’ côté pendant des années ; minme pour é’ n’acater eune d’occasion, i’ in fallot des années et des années d’ quinzainnes… Alors, comme tout chu qui étot inaccessibe, des zautos cha faijot rêver. Surtout chés belles et chés grosses.

Des belles zautos, in n’in véyot pas gramint ; à Bruay in tous cas. Sûremint qu’ à Béthune, i n’avot d’ plus. Chés commerçants qui n’avotent eune, i l’ laichotent pas dormir dins chés rues ; i zavotent des garages ; et ch’ l’auto alle sortot que l’ diminche pour aller dins leu maison d’ campanne du côté d’ Hesdin ou d’ Hardelot. Y’ avot pas cor vraimint d’ concessionnaires, jé m’ rappelle éd’ Bondu in haut délle côte des grands bureaux, et Lourme in bas du n° 2, du qu’in pouvot in vire in vitrine. Chés zautos neuves, i fallot les commander pis atteinde des mos et des mos avant d’ les avoir. In pouvot aussi in vire à l’ braderie d’ Bruay, su ch’ parking devant la mairie, qu’ tous chés garaches i zétalotent au mois d’ octobe chés nouviaux modèles d’ l’ année d’après. Des belles zautos, in devot aussi in vire gramint au Touquet pis à Hardelot mais là in n’y allot jamais.

Mais bon, des belles zautos, in pouvot n’acater (presque) autant qu’in voulot, in miniatures : des NOREV ; et comme alles zétotent tous au minme prix, in cusichot chés pus belles : des Beaulieu, des Chambord, des Mercedes, des DS, des Porsche, des zautos d’ course italiennes … Pour cha, j’allos amont Teisserre, au cercle, dù qu’ y n’avot plein d’esposées in vitrine, dins leus boites transparentes. I n’avot qu’ chés portes alles s’ouvrotent pas, ou bien chés coffes. Alors i fallot bien raviser pis, tans qu’à faire, n’ acater eune que tout i s’ouvrot ; minme ch’ toit des fos (j’avos eune Taunus comme cha)… ; souvint jé n’avos eune pou Noël, pou m’ n’ anniversaire ou l’ saint Nicolas, ou cor pour un bon classemint. Chés Norev alles zétotent in plastique, et moins quère que chés DINKY TOYS, in fer ; alors j’ pouvos n’acater pus souvint.

A l’ maison avec mes frères, chacun i’ avot les siennes et minme si alles zétotent toutes mélangées dins des boites à cauchures, chétot comme si chés noms i zaurotent été marqués d’ sus. L’ samedi après midi, avec min tiot frère, après avoir astiqué ch’ balatum par terre avec des vielles loques, j’allos quère chés boites, su ch’ l’étagère in bas dé ch’ l’escalier, pour juer avec li à faire la course. In s’ajouquot par terre dins l’ salle à minger, chacun d’un côté, et in comminchot par récupérer chacun ses zautos. « Ché à mi chelle-là ! t’as pas l’ drot d’ juer avec ! » « Pis d’abord ché pas à ti, chétot à Gérard, et i m’ l’a donnée ! » « Ché pas vrai, ché papa qui m’ l’a acatée ! » … Bon, fallot qu’ cha s’ mette in plache. Eune fos réglées chés zhistoires d’ ché-à-mi-ché-pas-à-ti, in les faijot rouler in les lançant l’ pus fort possibe in line droite. Là, ché sûr qu’ chés DINKY TOYS, qu’alles zétotent pus lourdes, alles roulotent pus vite et pus lon. Au début in les lançot chacun sin tour, pis après in minme temps, pour faire des accidints, des « collisions frontales », des « crash tests » in dirot aujourd’hui. Quand chétot réussi, chés deux carettes alles s’ rintrotent éd’ dins à toute blinte et alles zarculotent éd’ deux mètes après… Mais chétot du solide et y’ avot jamais d’ dégâts ni d’ blessés. Pus cha allot et pus in in lançot, à toute vitesse, deux d’un coup avec nos deux mains, chés zautos i volotent tout partout, in d’sous délle tabe, in d’sous d’ chés armoires … Des fos i n’avot eune qui perdot sin capot ou eune portière ; mais in avot vite fait d’ l’ y armette.

In juot comme cha tout l’samedi après-midi, avant d’ prinde sin bain. In pouvot faire aussi des routes in alignant des Lego, des carrefours avec des feulles éd’ journal ; pis mette des panneaux un plastique : des STOP à chés croisemints, des passaches piétons, des sens giratoires … (pus compliqués à faire !...). Chés signaux, in les zacatot amont Pleinvol dins des sacs in plastique qui n’ avot plein d’ dins. Cha permettot aussi d’ les apprinde pou s’ préparer au Junicode … Quand in avot ch’ panneau « passage à niveau » , in rajoutot un ral par terre au mitan délle route ; « traversée d’animaux sauvages », in allot quère un leu ou un mouton dins l’ crèche… In avot des camions aussi, un camion lance fusées, toudis utile pou l’ dissuasion et armette un tiot peu d’orde, un camion DINKY TOYS qui transportot des grands tuyaux, et un camion Berlier orange et bleu avec eune benne qu’in pouvot monter et déchinde avec eune tiote manivelle. Un ou deux autobus CHAUSSON. Pis des ambulances, eune auto d’ police « MAJORETTE » avec un girophare qui faijot PIMPON quand in appuyot d’ sus, ch’ panier à salade, eune paire éd’ motards et d’ vélos. Des autos à friction aussi qu’in armontot avec eune clé à arsort ou qu’in appuyot d’ sus in marche arrière, et qui démarotent comme des bolides. Deux trois soldats pour faire chés piétons ; et in avot arfait tout un monde in miniature.


Min frère y’ a eu un garache aussi, eune station service, avec un pont qu’in aillonnot avec un levier pour soulever ch’ l’auto ; pis eune rampe pour les garer su ch’ toit ; et un toboggan pour ardéchinde. Eune ou deux pompes à essence ; et ch’ l’atelier avec sin rideau in plastique. In pouvot juer des heures comme cha, ajouqués par terre ; in étot jeaunnes, in avot des bons g’ noux !

Pis m’ mère alle arrivot in dijant « allez, vous ringez tout cha ! in va s’ laver ! qui ché qui comminche ? » ; In armettot tout cha dins chés boites in haut dé ch’ l’escalier et in allot dins l’ cuisine, qui étot pleine éd’ finquère, avec chés bassines d’iau caude qui bouillotent sur l’ cuisinère. In s’ déshabillot, pis in sortot in courant tout nus dins l’ cour in pantoufes pour aller dins l’ remise dù qu’y avot l’ baignoire in zinc. Là d’ dins in i véyot cor moins clair, à cause aussi dé l’iau qui cauffot su ch’ fourniau et qu’y avot pas d’ ferniette et pas d’ aération. Souvint l’iau alle étot pas fort transparente passe qu’in étot pas chés premiers ; avant nous y’ avot eu min père pis après nos grands frères. Mais in s’in foutot que l’iau alle étot sale pusqu’in avot du savon !

Comme in étot chés derniers, in pouvot rester pus longtemps dins l’ bainoire, jusqu’à ce que l’iau alle arfrodiche. In jouot avec des canards in plastique, des arrosoirs. Et souvint, ch’ tien y avot drot aussi à sin bain ! au début i s’ débattot comme un diabe dins l’iau bénite pis, eune fos qu’i étot bien savonné délle tête à s’ queu, i tremnot et i bougeot pus. Eune fos rinché, m’ mère alle l’ posot su l’ cayelle pou l’essuyer et in aurot dit qu’ i avot rétréchi au lavache !! Alle l’inroulot dins eune serviette pour l’armette dins l’ cuisine et là i courot sot tout partout in s’esbrouffant. Nous in comminchot à avoir frod et chétot l’ heure éd’ sortir, d’ s’inrouler dins eune grande serviette et d’courir à l’ cuisine in artraversant l’ cour, pour aller s’ séquir à côté dé ch’ poile avec élle porte dé ch’ four grand ouverte.

Chétot l’rituel du samedi. Après cha in étot propes pou tout l’ semaine ! Et in sintot bon l’ sinliche ou l’ Persavon. In faijot cor in tiot peu l’ sinche in s’arpoursuivant intre chés cayelles avant d’ souper. In n’étot jamais mates. In pouvot s’ trainer à g’noux su ch’ balatum qu’in avot astiqué l’après-midi sans risquer d’ s’arsalir. L’ maison alle étot prope ; nous in étot propes ; ch’ tchien i étot prope. I restot pus que l’ cuisine, que m’ mère alle passot un coup d’ wassingue au soir avant d’aller s’ coucher. Tout i’ étot prêt pou l’ diminche.


  ( 3 photos)  


Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 4 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |