histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  LES NOUNOURS (11/09/2020)
  BERCK 2020 SOUVENIRS (03/09/2020)
  ESCURSION IN BELGIQUE (27/08/2020)
  au temps du bio, du qui sont ... (25/08/2020)
  pour alimenter radio coron ... (23/08/2020)
  MIN PREMIER PICHON 3ieme partie (14/08/2020)
  PEQUE A SAINT VALERY partie 2 (07/08/2020)
  PEQUE A SAINT VALERY 1ere partie (04/08/2020)
  Cocu (03/08/2020)
  LES COUPS (31/07/2020)
  Bruay en Artois 1935 (26/07/2020)
  bibilolo de Saint Malo (26/07/2020)
  VOYETTES partie 2 (23/07/2020)
  VOYETTES partie 1 (20/07/2020)
  EPILOGUE : LES COMMERCANTS (08/07/2020)
  PARFUMERIE DELERCE (02/07/2020)
  Jacqueline la bienfaitrice (28/06/2020)
  VETEMENTS MARCHAND FRERES (26/06/2020)
  LE CINÉMA CASINO (22/06/2020)
  IN ARRIVANT AU CERCLE (19/06/2020)
  cha a bien cangé (16/06/2020)
  DU BALATUM OU DU LINO (13/06/2020)
  IN VA CANGER L TAPISSERIE (08/06/2020)
  DERNIERS COMMERCANTS AVANT LE LYCEE (01/06/2020)
  LIBRAIRIE POINT VIRGULE (28/05/2020)
  VERMELLE et DUCOURANT (23/05/2020)
  El doctor et s'passiente (20/05/2020)
  PATISSERIE BOUCLY (19/05/2020)
  Sujet fille de : retour de Merlimont 72 fin (11/05/2020)
  El confinemint (10/05/2020)
  retour Merlimont fin aout 1972 fin (09/05/2020)
  retour Merlimont fin aout 1972 (09/05/2020)
  100 ZARTIQUES (02/05/2020)
  siffler ou siffloter ? (26/04/2020)
  La lampe au chapeau (23/04/2020)
  MEDICAMINTS D AVANT partie 2 (22/04/2020)
  la télé et le confinache ... (22/04/2020)
  Abalourd a les pieds lourds (18/04/2020)
  ch' confinache (15/04/2020)
  PHARMACIE DUBOIS (14/04/2020)
  CONFINACHE (08/04/2020)
  Quo qu in mingeot dins ches corons partie 2 (04/04/2020)
  Quo qu in mingeot dins ches corons partie 1 (31/03/2020)
  asquident à mobylette (30/03/2020)
  à vos masons (29/03/2020)
  UN VIUX pinsées filozofiques (25/03/2020)
  BOITE A TOUBAQUE (23/03/2020)
  BRIQUETS (20/03/2020)
  TINCHON quincaillerie (11/03/2020)
  SPAR INGELAERE le billet a commissions (04/03/2020)
  LEROY Tissus et Rideaux (29/02/2020)
  Précisions concernant des messages trouvés dans le livre d'or (25/02/2020)
  i vont arvenir ch'est sur .... (23/02/2020)
  CHALMIN (22/02/2020)
  un joyeux anniversaire (20/02/2020)
  les 15 ans du site suite (19/02/2020)
  LES 15 ANS DU SITE ! (19/02/2020)
  L'églisse ed Berlancourt (14/02/2020)
  30 ans de mariage ... (09/02/2020)
  AUTOS NOREV ET BAIN DU SAMEDI (09/02/2020)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 mememarie ( 02/08/2020)
Bonjour, Je découvr...
 Drit79 ( 08/02/2019)
Mon dernier écrit ic...
 michel.gervois@neuf.fr ( 07/10/2018)
Bonjour à tous les B...
 dufossez jean ( 24/09/2018)
Bonjour les potes J...
 bob 38 ( 22/09/2018)
Bonjour a tous , chu...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
SPAR INGELAERE le billet a commissions
par berlens78 le, 04/03/2020  

Après ch’ magasin d’ rideaux d’ Linette, y’ avot eune épicerie, qui s’appélot dins l’ temps Ingelaere (Photo 1). Eune vielle épicerie avec un comptoir et des vindeusses avec des tabliers qui prénotent tin billet à commissions pour aller quère tout chu qui étot marqué d’ sus. Eune boutique tout in long avec au fond un rayon charcuterie fromache dù qu’y avot l’ machine à couper du jambon et l’ râpe à fromache. « Ah c’est marqué du jambon ; tu veux combien de tranches mon garçon ? » « Ben 6, des pas trop grosses … » « s’il vous plaît » « et du gruyère râpé ». Du jambon i n’avot pas 36 sortes. Du râpé non pus.

Plus tard ché devenu un magasin SPAR, comme La Ruche qui existot déjà, pis d’ zautes. Chétot l’ début à Bruay des chaines éd’ magasins avec des gérants, des commerçants qui zétotent pus des riches mais des ouvriers comme nous finalemint , des salariés. Et aussi l’ début d’ chés magasins dù qu’in prénot un panier à l’intrée, in gros plastique rouche , qui zétotent impilés z’uns sur les zautes, et qu’in allot s’servir tout seul dins chés rayons ! In pouvot prinde tout chu qu’in voulot, cujir, et après passer à l’ caisse avec sin panier et payer. Fini chés billets à commission qu’in donnot à l’ marchande in arrivant, asteure i fallot tout faire tout seu ! Et surtout, in prenant chés boutelles éd’ Valstar ou d’ vin des Rochers, d’ faire attintion d’ pas les faire quère in les cassant su’ ch ‘ carrelache !!

Donc ch’ billet à commission, j’avos pus b’soin dé l’ donner à l’ marchande ; j’avos qu’ à lire mi-minme chu qui étot écrit d’sus, et cacher dins chés rayons dù que ch’ paquet d’ Ariel i pouvot bien s’ mucher, pis après ch’ paquet d’ macaronis. Mette tout cha dins ch’ panier in plastique et après faire la queue à la caisse. Pou ch’ râpé, i fallot cor demander à l’ vindeusse, jé l’ râpos pas mi-minme ! Ch’ jambon parelle, cha n’existot pas cor dins des paquets tout faits. Alle rapportot cha à ch’ comptoir à l’ patronne qui faijot s’ n’ addition in sortant tout chu qu’y avot dins ch’ panier, tapot chés prix su s’ machine, pis « TOTAL » ; et ch’ ticket à payer i sortot tout seu. Après alle armettot tout cha dins des sacs in papier marron avec ch’ nom INGELAERE marqué d’ sus in grand, ou bien direct dins min filet à commissions.

Payer , « merci Madame au r’ voir madame » et cha y étot. Chétot pas pus compliqué qu’avant. Sauf qu’avant in acatot qu’ chu qui étot marqué su’ ch’ billet à commissions, pis rien d’aute ; in n’avot pas b’soin dé s’ creuser la cervelle, y’avot qu’à lire ch’ billet et ché tout. I fallot rien d’aute ; m’ mère alle avot rien oublié d’ marquer d’ sus, et ch’ commerçant i m’aurot jamais d’ mandé si j’avos pas oublié quéque cosse. Ch’ billet chétot la Bible et i fallot surtout pas l’ perde ; in partant à ch’ magasin, jé l’ serros fort dins m’ main que j’intiquos au fond dé m’ poque.

Mais dins chés magasins là, comme in s’ servot tout seu, y’ avot pus vraimint b’soin d’ billet ; y’ avot qu’ à suive chés rayons, raviser chés produits, et les mette tout in allant dins ch’ panier, in pinsant juste à chu qui manquot à l’ baraque et in essayant dé s’ rappeler pourquoi qu’in étot v’nu là au départ … Mais des fos, in s’ laissot importer, in véyot des trucs qu’in avot pas pinsé au départ, pis cor des zautes , et ch’ panier i s’ rimplichot … Souvint chétot des trucs utiles mais pas toudis ; comme des Mars par exempe ou des paquets d’ chewing gum Hollywood, qu’ jamais cha n’aurot été écrit sur un billet ! … Cha pouvot commincher à arsenner à la Liberté ; in pouvot acater tout chu qu’in voulot, minme si chétot pas vraimint utile ou pas prévu ; in n’ sait jamais, cha pourrot toudis servir. Mais l’ liberté là alle avot un prix , qui étot marqué su ch’ ticket à la fin qui sortot délle machine inregistreusse, qu’ chétot comme à l’ loterie qu’in savot jamais combien qu’in allot dépinser …

Avant, avec ch’ billet à commission, y’ avot chés sous qui zallotent avec, des pièches ou un billet, que m’ mère alle savot au centime près pou combien qu’ j’allos n’avoir . Avec chés magasins là, i vallot miux prévoir plus, prinde un billet pou pas risquer d’ manquer d’ sous pou payer in sortant …

Chés gins i s’ sont pas rindus compte tout d’ suite qu’ chétot eune invention pou leu faire acater plus et leu prinde leu sous … Surtout qu’in y gagnot des points, des vignettes à coller sur des albums ; à Spar, chétot des pétits sapins verts ; in n’avot selon chu qu’in avot dépinsé ; plus in acatot et plus in avot des vignettes. In rintrant, avant minme éd’ vérifier chés commissions, m’ mère alle m’ dijot « t’as pas oublié chés timbes , hein ?... » normalemint, nan ; mais si jé z’avos oublié, jé n’avos pour deux minutes à aller les zarquère passe que ch’ magasin i étot à 20 mètes délle maison !... (photo 2) L’ gérante à ch’ magasin alle avot des grands carnets d’ timbes, avec des feulles éd’ couleurs différintes pour chés points qui zétotent organisés comme des sous : des vignettes qui valotent 1 point, des zautes qui zin valotent 10 et minme 100 j’ cros bien (mais cheux-là in les veyot jamais…). Alle ravisot ch’ ticket d’ caisse et alle découpot chés points in pointillé .. M’ mère alle les collot comme des timbes, in les mouillant avec és’ langue, su’ s’ n’ album à vignettes. Et quand qu’ i étot plein alle allot à ch’ magasin pour gagner un coutiau d’ cuisine ou un verre ou eune passoire ou aute cosse… Des fos aussi alle avot 5 francs ! Cha qui fait qu’in n’allot pus gramint amont Delerue ni amont Marchand passe qu’eux y n’in donnotent pas des vignettes, chétot des commerçants d’ l’ancien temps …Qui s’ rindotent pas cor compte qu’ leu zheures alles zétotent comptées…

Ché supérettes là chétot cor souvint qu’ des produits alimintaires, des épiceries finalemint. Mais après cha, qui leur fallot gagner d’ pus in pus d’ sous, i zont ouverts des super supérettes, des Prisunic, des Nouvelles galeries. Là d’ dins, y’ avot toudis des produits alimintaires , in pus grand, mais surtout tous chés zaffaires qu’in trouvot avant dins chés pétits commerçants dé l’rue Alfred Leroy : délle viande à ch’ rayon boucherie, du fromache à ch’ rayon crémerie, des vêtemints, des polos, des cache-nez, délle quincaillerie, des chucades, des gâtiaux à ch’ rayon pâtisserie, du pain et minme des juets ! , … sauf du troubaque, cha i zavotent pas l’ drot d’in vinde. Au liu d’ faire 5 magasins, in n’in faijot pus qu’un , in gagnot du temps . Pus b’soin d’aller àmont Casteele, pis après amont Delerue, pis à Nippert, pis à Pleinvol … Y’ avot qu’ à aller à Prisunic !

In gagnot du temps sauf qu’in savot pas cor trop quoi in faire dé ch’ temps là mais in pinsot qu’ chétot miux si in pouvot gagner du temps. Avec ch’ temps là, pas s’ faire éd’ mouron, i saurotent bien trouver quéque cosse pou l’occuper et cor nous faire dépinser des sous …Alors i zont inventé « l’ quo_qu’in_pourrot_bien_faire_ch’t’après-midi ? » « Bin_in_va_faire_chés_magasins ! »

Aller faire chés magasins ! cha chétot nouviau !! Jusque là in savot pas trop dù aller pou s’promener, des fos au stade parc mais chétot toudis parelle ; et in n’allot pas aller faire chés vitrines d’ chés commerçants délle rue Alfred Leroy qu’in y allot tous les jours … Alors qu’ chés grands magasins, y’ avot d’ l’ animation, y’ avot du monde tout l’ journée, y’avot du cangemint tous les jours ! Et comme tout l’ monde y allot, in s’y rincontrot là et y’avot pus bésoin d’aller rinde visite à z’uns et à z’autes .. Cha chétot eune vraie sortie, enfin surtout pou chés femmes mais chés zhommes, eune fos fini ch’ gardin et nettoyé ch’ poulailler, i zallotent pas rester tout seu ; alors i z’ y allotent avec leu femme ; pis après, quand tout l’ monde y a eu eune carette, i fallot bien les conduire chés femmes, qu’y n’avot pas cor gramint qui zavotent ch’ permis, vire chés grands magasins à Bethune, à Lens, à Lille …

A Bruay, in allot faire un tour à Prisunic ou aux Nouvelles Galeries, comme cha, pou s’ promener, minme si in n’avot b’ soin de rien ; i zavotent pas cor inventé ch’ mot qui allot avec l’ distraction là, « shopping » mais cha allot v’nir. Avant chés magasins là, jamais in aurot été àmont Nippert ou amont Casteele s’ proméner ! Jé m’ véyos pas rintrer amont Casteele, raviser chés zétalaches, rintrer dins chés rayons, aller vire derrière ch’ comptoir ; pis arsortir comme cha sans rien acater. Mais là in pouvot l’ faire ; et minme, chétot conseillé dé l’ l faire ! Et aussi toucher à tout qu’ amont d’ chés commerçants in n’avot pas l’ drot ou qu’in n’aurot jamais osé. Là, in pouvot prinde et tripoter tout chu qu’y avot dins chés rayons et chés zétalaches, raviser sous tous les coutures, essayer …S’ mette du parfum su’ s’ main pou l’ sintir (amont Delerce i fallot d’ mander !), essayer des gants (à Madrigal l’ vindeusse alle devot les sortir dé l’ vitrine), raviser chés gatiaux et prinde él’ temps d’in cujir un (amont Casteele i fallot avoir cuji avant d’ rintrer !), déballer et essayer des juets (amont Teisserre in pouvot qu’ les raviser de loin dins l’ vitrine), … Et eune fos qu’in avot tout tripoté, tout ravisé, tout sinti, et rien dépinsé, in pouvot s’ acater eune glace à l’italienne in sortant d’ Prisunic, comme si chétot les vacances !...

Chés vraies révolutions, cha s’a pas fait dins les larmes et le sang ; in n’a pas eu b’soin d’Fidel Castro , lénine ou cor Mao … Cha s’a fait in doucheur, comme cha, pétit à pétit ; chés sous i zavotent comminché à tout rimplacher ; et quo qu’in pouvot faire avec des sous ? Ben consommer ; les dépinser ; in allot pas les minger chés sous. Et là, pour les prinde chés sous, ché pas z’idées qui ont manqué !!!

Chés grands magasins, cha cha a été eune vraie révolution ; cha a cangé nos façons d’ vive, cha a créé des nouvelles invies, pis cor’ des nouvelles qu’ chés gins i voulotent toudis d’ plus pis des nouveautés. Des magasins, y’a fallu in faire des d’pus in pus grands ; tellemint grands qu’in pouvot pus les mette dins chés villes alors in a imaginé des zones commerciales, bâties au miyeu d’ chés camps, dù qu’ y avot délle plache à pus savoir quoi in faire. Mais in pouvot pus y’ aller à pied, chétot trop lon ; i fallot eune carette. Dins chés villes qui restot pus grand monde à pied, chés commerçants i zont été obligés d’ vinde pus quère alors qu’ chés grands magasins eux i vindotent d’ moins in moins quère. Alors tout y a fermé . Chés routes ché dév’nu qu’ des zimbouteillaches à n’in pus finir. Et l’ machine alle s’ a imballée …

SPAR, finalemint , cha a été des pionniers … Eune première étape, un virache, là aussi l’ début délle fin. L’ début d’un cancer, d’eune maladie incurabe, él’ consommation. In n’étot pus des gins mais des consommateurs. Maladie qui dure cor toudis mais in n’arrive au bout. I n’a qui comminchent à dire aujourd’hui qu’ cha a été trop lon, qu’i faudrot arvénir in arrière, à chés temps d’avant, dù qu’in étot contints avec pas grand cosse. Qu’ finalemint d’ toudis acater cha rind pas si heureux qu’cha, qu’ tous chés zaffaires alles s’intassent qu’in sait pus quoi in faire. Qu’in acate comme in respire, qu’in devient « accros », dépindants. Et qu’i faudrot pétète s’ poser l’question d’ savoir si in a vraimint b’ soin d’ tout cha pour viffe … I zont minme trouvé un nom à cha : él’ décroissance.

SPAR, chétot quand minme bien au début ; j’in garde un bon souvenir. Chétot y’a cinquante ans et personne i n’a rien vu à r’dire à cha. In s’a tous infourné dins ch’ système là sans savoir dù qu’in allot, mais in avot confiance, chétot moderne, chétot l’ progrès, alors chétot forchémint miux qu’avant. Y’ avot bien par chi par là un ébeué, un escogriffe, pour gueuler qu’in allot dins ch’ mur, mais quo qu’i z’in savotent, chés gugusses là qui zavotent minme pas d’ sous pou aller au coiffeur ?... Comme quand in minge des chucades, qu’ ché bon, et qu’in comprind pas cheux qui disent que ché pas bon ; jusqu’au jour dù qu’ té d’viens diabétique et qu’ té dos prinde des médicaments à vie ; et cha chétot pas marqué su chés paquets …

J’ l’ artrouve pus min billet à commissions … Dù qu’ j’ai bien pu l’mette ?...


  ( 2 photos)  


Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 3 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |