histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  PEQUE A SAINT VALERY 1ere partie (04/08/2020)
  Cocu (03/08/2020)
  LES COUPS (31/07/2020)
  Bruay en Artois 1935 (26/07/2020)
  bibilolo de Saint Malo (26/07/2020)
  VOYETTES partie 2 (23/07/2020)
  VOYETTES partie 1 (20/07/2020)
  EPILOGUE : LES COMMERCANTS (08/07/2020)
  PARFUMERIE DELERCE (02/07/2020)
  Jacqueline la bienfaitrice (28/06/2020)
  VETEMENTS MARCHAND FRERES (26/06/2020)
  LE CINÉMA CASINO (22/06/2020)
  IN ARRIVANT AU CERCLE (19/06/2020)
  cha a bien cangé (16/06/2020)
  DU BALATUM OU DU LINO (13/06/2020)
  IN VA CANGER L TAPISSERIE (08/06/2020)
  DERNIERS COMMERCANTS AVANT LE LYCEE (01/06/2020)
  LIBRAIRIE POINT VIRGULE (28/05/2020)
  VERMELLE et DUCOURANT (23/05/2020)
  El doctor et s'passiente (20/05/2020)
  PATISSERIE BOUCLY (19/05/2020)
  Sujet fille de : retour de Merlimont 72 fin (11/05/2020)
  El confinemint (10/05/2020)
  retour Merlimont fin aout 1972 fin (09/05/2020)
  retour Merlimont fin aout 1972 (09/05/2020)
  100 ZARTIQUES (02/05/2020)
  siffler ou siffloter ? (26/04/2020)
  La lampe au chapeau (23/04/2020)
  MEDICAMINTS D AVANT partie 2 (22/04/2020)
  la télé et le confinache ... (22/04/2020)
  Abalourd a les pieds lourds (18/04/2020)
  ch' confinache (15/04/2020)
  PHARMACIE DUBOIS (14/04/2020)
  CONFINACHE (08/04/2020)
  Quo qu in mingeot dins ches corons partie 2 (04/04/2020)
  Quo qu in mingeot dins ches corons partie 1 (31/03/2020)
  asquident à mobylette (30/03/2020)
  à vos masons (29/03/2020)
  UN VIUX pinsées filozofiques (25/03/2020)
  BOITE A TOUBAQUE (23/03/2020)
  BRIQUETS (20/03/2020)
  TINCHON quincaillerie (11/03/2020)
  SPAR INGELAERE le billet a commissions (04/03/2020)
  LEROY Tissus et Rideaux (29/02/2020)
  Précisions concernant des messages trouvés dans le livre d'or (25/02/2020)
  i vont arvenir ch'est sur .... (23/02/2020)
  CHALMIN (22/02/2020)
  un joyeux anniversaire (20/02/2020)
  les 15 ans du site suite (19/02/2020)
  LES 15 ANS DU SITE ! (19/02/2020)
  L'églisse ed Berlancourt (14/02/2020)
  30 ans de mariage ... (09/02/2020)
  AUTOS NOREV ET BAIN DU SAMEDI (09/02/2020)
  UN CORDONNIER D L ANCIEN TEMPS (05/02/2020)
  LA GOURMETTE EN ARGENT (03/02/2020)
  Merlimont sous la pluie fin (02/02/2020)
  Merlimont sous la pluie 3 (02/02/2020)
  Merlimont sous la pluie 2 (02/02/2020)
  Merlimont sous la pluie 1 (02/02/2020)
  PETARDS Pleinvol partie 2 (31/01/2020)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 mememarie ( 02/08/2020)
Bonjour, Je découvr...
 Drit79 ( 08/02/2019)
Mon dernier écrit ic...
 michel.gervois@neuf.fr ( 07/10/2018)
Bonjour à tous les B...
 dufossez jean ( 24/09/2018)
Bonjour les potes J...
 bob 38 ( 22/09/2018)
Bonjour a tous , chu...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
PHARMACIE DUBOIS
par berlens78 le, 14/04/2020  

Chaque commerçant dé l’ rue Alfred Leroy i’ avot sin genre, qu’in n’aurot pas pu l’imaginer faire aute cosse comme métier. Ch’ marchand d’ légumes i n’aurot pas pu ête boulanger ; ch’ boucher i n’aurot pas pu ête marchand d’ rideaux ; ni ch’ marchand d’ mobylettes ténir un magasin d’ godasses ! … Mais tous i zavotent un point commun : chétot des commerçants, qui vindotent à des clients.

Mais l’ pharmacie, chétot pas parelle. D’abord chétot pas un magasin, cor moins eune boutique, chétot eune « officine » ; et chés pharmaciens, des docteurs … Pouh… j’étos impressionné. Et in n’étot pus des clients, mais des malades … Ch’ pharmacien , Monsieur Dubois, i’ avot minme un assistant qui travaillot pour li, un « préparateur in pharmacie », André, qui fabriquot chés potions et remèdes dins l’ pièche derrière, intre deux ordonnances. I zavotent des blouses blanques bien propes et bien amidonnées avec eune pétite pochette pour mette chés stylos. Et eune cravate avec ch’ col fermé. Rien qu’à l’ cravate, in s’ rindot bien compte qu’in n’avot pas affaire à des commerçants ordinaires. Dins l’ pharmacie qu’ des fos y’ avot la queue, personne i parlot ; in arténot minme s’ respiration. Monsieur Dubois derrière ch’ comptoir i parlot tout bas avec sin client, comme à confesse. Et si in étot malatte, qu’in sintot monter eune quinte éd’ toux, in s’artournot pour tousser discrètemint dins sin mouchoir à carreaux, ou minme in sortot pour aller tousser dehors. Ou pour aller s’ mouquer.

Mr Dubois, i’ étot grand et fort, avec un grand front dégarni ; i s’ ténot bien drot et s’ voix alle étot claire et bien posée, quand i dijot « personne suivante ! ». Quand i posot ses mains su’ ch’ comptoir, in pouvot vire és’ belle monte dorée et eune grosse chevallière in or pétête aussi. I connaichot tous chés médicamints par cœur, chés noms français et chés noms latins, chés compositions et i marquot sur chés boites avec sin stylo chés posologies que ch’ médecin i avot écrit su ch’ l’ordonnance avec és’ n’ écriture éd’ cat . Rien qu’ cha, déjà, cha imposot l’ respect : commint qu’i arrivot à lire des mots dins des tels gribouillis qu’ nous in n’y comprenot rien, qu’ cha n’arsennot minme pas à des lettes éd’ l’alphabet… Mr Dubois, i m’ faijot quand minme un tiot peu peur passe qu’i riot pas souvint. J’ préféros ête servi par s’ n’ assistant qui avot eune voix douche, qui expliquot bien, et qui étot toudis là, fidèle au poste. Comme in avot un viux médecin des mines, ch’ docteur Augenstreich, souvint chés traitemints chétot des préparations alors i donnot un bon pour vénir les arquère au soir, l’ temps d’ les préparer dins l’ pièche derrière ; là d’dins, in aperchuvot des balanches, des cornues, des éprouvettes, des becs benzène, des fioles éd’ toutes sortes… Et chés murs tapissés d’ tiroirs in bos, pour garder chés médicamints, avec des équelles appoyées d’sus.

Quoi qu’in avot comme médicamints in ch’ temps là : d’ l’aspirine pou chés maux d’ tiête, delle farine éd’ moutarde ou délle pommade Bronchodermine pour faire des cataplasses, du bleu d’ méthylène à avaler eune cuiller au fond dé s’ gorche que l’ lendemain in pichot tout bleu, et eune cuiller éd’ chirop des Vosges Cazé avant d’aller s’ coucher ; des pastilles Pullmol à chucher, qu’ pindant ch’ temps-là in pinsot pus à tousser ; du mercure au chrome, d’ l’ alcool à 90 pour désinfecter chés g’noux couronnés, du camphe, du synthol pour quand qu’in avot mau à ses dints ; d’ l’essence algérienne qu’in mettot eune goutte sur sin cache nez l’hiver avant d’aller à l’école ; délle biafine pou mette su chés brûlures au 3ième degré (quand in avot eu l’ malheur d’attraper l’ porte dé ch’ four sans prinde un torchon), avec eune compresse pou que l’ croûte alle colle pas ; du lansoïl pour chés jeaunnes ou des pilules Dupuis pour chés grands pour quand qu’i zétotent constipés, pis d’ l’ imossel au contraire quand qu’in avot la drisse, pou « immobiliser les selles » …

Un coup j’avos attrapé mau à m’ tiête, j’ sintos eune grosse barre dins min front, et mes larmes i coulotent tellemint qu’ j’avos du mau ; ém’ mère alle avot appelé ch’ docteur Augenstreich qui avot dit qu’ cha devot ête eune sinusite et prescrit des inhalations … pour cha i fallot mélanger d’ l’ Eucalyptol (délle menthe et d’ l’ eucalyptus) dins l’iau bouillante, verser cha dins un bol, et respirer chés zhinalations in collant sin nez au d’sus avec eune serviette su s’ tiête. Chétot pas fort pratique passe qu’in toussot dins ch’ bol in in mettant tout partout, in s’ brûlot ses narines et ses ziux, avec ses nasses qui quéyotent éd’ dins, et in sortot dé ch’ l’ épreuve là rouche comme eune pivoine et bouffi comme un sauret ! Alors, à l’ pharmacie Dubois, m’ mère alle s’avot décidé à acater un inhalateur in alu. Chétot pas donné mais bon, alle allot pas laicher sin garchon dins ch’ t’ état-là, à l’artique éd’ la mort sans rien tinter ! D’autant qu’ cha pourrot cor servir pus tard. Et effectivemint, j’ m’in sus servi pindant des zannées, et minme qué j’ l’ai cor au fond d’eune boite quéque part dins min sous-sol…Avec cha, y’ avot pus b’soin d’ mette éd’ cherviette su s’ tiête, i fallot juste coller sin nez et s’ bouque su chés zimbouts in plastique.

Pou chés angines, laryngites et tout cha, y’ avot un traitemint radical : chés suppositoires ! Des suppositoires fusées qui piquotent à sin cul : cha, jé n’avos horreur. Au soir, avant d’aller m’ coucher, qu’ jé m’ doutos bien d’ chu qui m’attindot, et qu’ j’allos dire arvoir à tout l’ monde in m’ dépéchant et in rasant chés murs, j’étos d’un seul coup arrêté net : « Eh ! … dù qu’ t’es coeurres comme cha Gélinotte ? Viens chi, in va mette tin suppo, baisse tin pyjama ! » qu’alle dijot m’ mère in ouvrant l’ boite à suppositoires ; « Nan m’ man, donne-me le, j’ vas l’ mette tout seul » « Nan, nan, nan, té vas cor aller l’ jéter dins chés cabinets ! .. viens ichi, j’ vas té l’ mette mi minme » ; j’avinchos jusqu’à l’ tabe délle cuisine , et j’m’approchos in arculons dé m’ mère qui m’attindot assis su’ s’ cayelle, avec sin suppo dins s’ main… Alle cachot ch’ trou pou l’intiquer que j’ serros mes fesses éd’ tous mes forches … « Allez, laiche-te faire, cha fait pas mau, té va minme pas l’ sintir ! » « Ché pas vrai, cha fait mau et après cha pique ! » « Nan, chés là i n’ piquent té pas ! ». Pendant qué j’ parlos, j’étos déconchintré, j’ m’arlachos, et j’ sintos eune bonne clique su mes fesses et l’ fusée alle étot partie dins la lune ! …

Mémère, elle, alle prénot des pilules Dupuis pour pas ête constipée, et in minme temps des pilules conte la drisse ! Alle prénot aussi délle jouvence de l’abbé Soury pou ses gambes qui zétotent inflées, et dé l’iau d’ mélisse des Carmes Boyer pou faciliter l’ digestion, jé m’ demande bien pourquoi d’ailleurs, vu qu’alle mingeot presque rien, qu’alle avot un appétit d’ moniau. Pis eune goutte d’iau d’ Lourdes aussi pétête avant d’aller s’ coucher, qu’ cha faijot sûremint des miraques !

Bon mais tous chés médicamints là, in s’in servot pas gramint passe que finalemint in n’étot jamais malade ; eune année chétot l’ rougeole, l’année d’après l’ varichelle, cor l’aute d’après eune bonne coqueluche pis chétot tout ; in étot tranquille, immunisé, vacciné, in pouvot aller courir, in mettant un cache nez pis eune cagoule quand minme, qu’ i fallot pas d’ trop tinter l’ diabe !

L’ pharmacie Dubois alle servot aussi d’ pharmacie mutualiste, que chés gins des mines i pouvotent s’ faire servir in médicamints sans ête obligés d’aller courir à l’ pharmacie mutualisse qui étot tout in bas d’ bruay dins l’ rue Marmottan, cor pus lon qu’ la lawe. Chés pharmacies i faijotent aussi des tours de garde, pour des qui quéyotent malades l’ diminche ; dins ch’ cas là, i fallot courir après ch’ médecin d’ garde, ou bien mette un billet à ch’ dispensaire. Pis attinde qu’i passe. I griffonot eune ordonnance et après fallot trouver l’ pharmacie d’ garde, qui étot marquée dins l’ journal La voix du nord tous les diminches. Des fos fallot courir au 6 ou au 2 ; l’ porte alle étot fermée ; y’ avot pas d’ lumière. Y’avot eune sonnette d’ garde aussi alors in sonnot . Chés néons i s’allumotents z’uns après les zautes dins l’ pharmacie et ch’ pharmacien i vénot ouvrir élle porte. Tout cha chétot quand minme bien organisé ! … Et in n’avot pas bésoin d’téléphone. Pis cor moins d’ GPS. Si chétot eune pharmacie qu’in connaichot pas, in ravisot dins ch’ calendrier des postes, à chés dernières paches, dû qu’y avot ch’ plan d’ bruay avec él’ nom d’ chés rues ; chétot ringé par orde alphabétique, alors avec ch’ nom qu’in avot trouvé dins la Voix du nord, y’ avot qu’à raviser ch’ numéro à côté : B7 ; ch’ plan y étot quadrillé in linnes et in colonnes ; in suivot avec sin dogt, et y’avot pus qu’à trouver ch’ nom dins ch’ carré.

Eune fos qu’in avot vu dù qu’ chétot, y avot pus qu’ à y aller à pied. In faijot tout à pied. Si chétot trop lon et qu’ min père i travaillot pas, ché li qui y allot avec ésse mobylette.

Tout cha pour pas grand cosse passe que chés médicamints, chétot donné au compte goutte ; et souvint cha servot pas à grand cosse ; in avot aussi vite fait d’atteinde qu’ chés microbes i seuchent à mitan clamsés tout seux. Les maladies dé ch’ timps là chétot jamais trop grave, in n’in mourrot pas, pas comme asteure. Y’ avot pas cor d’ sida, pas trop d’ cancer ni tout cha. Quand chétot grave, eune appindicite ou eune patte cassée, in allot à l’clinique Hémery, ou au pire à Lille. Mais tout l’ monde i n’arvénot. Chés gins i mourotent pas d’ maladies ou d’ virus comme asteure. I mourotent juste éd’ vieillesse ; à 75 ans.


 


Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 6 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |