histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  l'os à moelle (25/10/2020)
  ch' bouillon (25/10/2020)
  dans la rubrique coup de coeur (24/10/2020)
  du coté du Cap Horn (23/10/2020)
  LES ATTRAPES A SOURIS (20/10/2020)
  coureurs cyclistes mauvais souvenirs (17/10/2020)
  coureurs cyclistes bon souvenir (17/10/2020)
  MEMERE EUNE VIE 2ieme partie (12/10/2020)
  la montée en classe (07/10/2020)
  MEMERE EUNE VIE 1ere partie (06/10/2020)
  la boite à pharmacie partie 2 (04/10/2020)
  la boite à pharmacie partie 1 (04/10/2020)
  Tutur (02/10/2020)
  Luis Mariano... (02/10/2020)
  TELEPHONE et FACTEURS partie 2 (29/09/2020)
  Papa et sin gardin (26/09/2020)
  LA POSTE de BRUAY partie 1 (22/09/2020)
  Firestone (20/09/2020)
  départ en carette (20/09/2020)
  LES NOUNOURS (11/09/2020)
  BERCK 2020 SOUVENIRS (03/09/2020)
  ESCURSION IN BELGIQUE (27/08/2020)
  au temps du bio, du qui sont ... (25/08/2020)
  pour alimenter radio coron ... (23/08/2020)
  MIN PREMIER PICHON 3ieme partie (14/08/2020)
  PEQUE A SAINT VALERY partie 2 (07/08/2020)
  PEQUE A SAINT VALERY 1ere partie (04/08/2020)
  Cocu (03/08/2020)
  LES COUPS (31/07/2020)
  Bruay en Artois 1935 (26/07/2020)
  bibilolo de Saint Malo (26/07/2020)
  VOYETTES partie 2 (23/07/2020)
  VOYETTES partie 1 (20/07/2020)
  EPILOGUE : LES COMMERCANTS (08/07/2020)
  PARFUMERIE DELERCE (02/07/2020)
  Jacqueline la bienfaitrice (28/06/2020)
  VETEMENTS MARCHAND FRERES (26/06/2020)
  LE CINÉMA CASINO (22/06/2020)
  IN ARRIVANT AU CERCLE (19/06/2020)
  cha a bien cangé (16/06/2020)
  DU BALATUM OU DU LINO (13/06/2020)
  IN VA CANGER L TAPISSERIE (08/06/2020)
  DERNIERS COMMERCANTS AVANT LE LYCEE (01/06/2020)
  LIBRAIRIE POINT VIRGULE (28/05/2020)
  VERMELLE et DUCOURANT (23/05/2020)
  El doctor et s'passiente (20/05/2020)
  PATISSERIE BOUCLY (19/05/2020)
  Sujet fille de : retour de Merlimont 72 fin (11/05/2020)
  El confinemint (10/05/2020)
  retour Merlimont fin aout 1972 fin (09/05/2020)
  retour Merlimont fin aout 1972 (09/05/2020)
  100 ZARTIQUES (02/05/2020)
  siffler ou siffloter ? (26/04/2020)
  La lampe au chapeau (23/04/2020)
  MEDICAMINTS D AVANT partie 2 (22/04/2020)
  la télé et le confinache ... (22/04/2020)
  Abalourd a les pieds lourds (18/04/2020)
  ch' confinache (15/04/2020)
  PHARMACIE DUBOIS (14/04/2020)
  CONFINACHE (08/04/2020)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 mememarie ( 02/08/2020)
Bonjour, Je découvr...
 Drit79 ( 08/02/2019)
Mon dernier écrit ic...
 michel.gervois@neuf.fr ( 07/10/2018)
Bonjour à tous les B...
 dufossez jean ( 24/09/2018)
Bonjour les potes J...
 bob 38 ( 22/09/2018)
Bonjour a tous , chu...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
IN VA CANGER L TAPISSERIE
par berlens78 le, 08/06/2020  

« Ah ! Jé n’ai marre dé l’ tapisserie dins l’ cuisine ! Jé l’ai assez vue ! Et pis alle comminche à être tout sale ; ravisse-me chés traces là tout partout ; pis chés coins qui comminchent à corner ! … I faudrot l’ canger !» . Ché vrai qu’alle comminchot à ête sale avec tous chés finquères dins l’cuisine, surtout derrière ch’ fu, à cause dé ch’ carbon et délle caleur, et autour d’ chés ferniettes, là à cause éd’ l’ humidité. In l’ cangeot pus souvint qu’ dins l’ salle à minger qu’in n’y vivot pas gramint.

L’top départ i’ étot donné par ém’ mère. Cha i prénot comme cha tous les trois ou quatre ans, un coup au matin qu’alle s’ lévot du pied gauche. Min père, li, cha l’imballot pas trop passe qu’i savot qu’ cha allot cor arquère sur s’ guiffe ; alors pour él’ mette devant l’ fait accompli, et bien infoncer ch’ clou, m’ mère, alle saquot sur un coin d’ tapisserie qui vénot tout seu, in l’arrachant sur un mète : « Té vos bien, alle s’ décolle tout seu ! alle est tout pourrie ! in peut pas laisser cha comme cha ! quo qu’i vont pinser chés gins ?! .. ». Alle n’artirot un bout comme cha, par chi par là, surtout autour d’ chés portes ; et après cha, bin, y’ avot pus à barloquer, savoir si i fallot l’ canger ou pas … Et vu l’ dallache, i fallot minme él’ canger rapidemint.

Alors l’ jeudi après-midi, ou l’ samedi, in allot vire chés magasins d’ tapisserie : à la Boule D’ Or, rue Lamendin ; au 6 dins l’ rue Jules Guesdes ; pis cor pus lon, dins eune rue au mitan d’ l’avenue des fleurs, rue Roger Salengro. In rintrant dins chés magasins là, in trouvot des présentoirs tout partout avec chés rouleaux qu’in pouvot dérouler pour raviser chés motifs qui s’ répétotent à l’infini, pis des grands cahiers avec tous chés modèles ! Et des catalogues éd’ frises … (photos 1 et 2) In pouvot s’ perde là-d’dins tellemint qu’i n’avot des tapisseries tout partout, in haut, in bas, dins l’ cour ; cha sintot l’ papier tout neuf. Y’ avot des modèles pour chés viux avec des cavaliers in costume rouche et toque noire avec des cors de chasse et des hordes d’ tchiens, ou des sous-bos avec des cerfs, des faisans ; des modèles classiques avec des fleurs éd’ tous les sortes, et des pus modernes avec des losanches, des figures géométriques d’ tous les couleurs. Des fins, des épais, des gauffrés, dins toutes les largeurs. Si in trouvot pas chu qu’in voulot, in pouvot raviser dins ch’ catalogue et commander.

Eune fos ch’ papier cuji, i fallot trouver l’ frise qui allot avec. L’ frise, chétot des bandes d’ tapisserie pus épaisse d’ tros quate chintimètes qu’in collot à l’ limite dé ch’ plafond et qui servot à mucher chés bords délle tapisserie mal découpés. Souvint chétot des pétits rouleaux d’ motifs à fleurs dorées, in relief ; i’ in fallot deux trois rouleaux et fallot avoir bien calculé passe que chétot cha qui coûtot l’ pus quère.

Pas oublier ch’ paquet d’ colle non pus pour faire ch’ papin. In sortot dé ch’ magasin avec tout cha dins des grands sacs in papier avec des poignées in fichelle et chés rouleaux qui dépassotent. In armontot au cercle , pis l’ rue Alfred Leroy. In rintrant à l’ baraque, min père i’ in déroulot un su ch’ mur, et m’ mère alle s’arculot pour raviser cha d’ tous les côtés : « Ah ouais, cha va faire biau ; in a bien fait d’ prinde ch’ti là ! Ravisse comme ch’ viux à côté i fait tout jeaune ! » in rajoutant « Et quand qu’ ché té vas l’ poser ? » ; min père i marmonnot quèque cosse avec sin mégot dins s’ bouque, qu’i savot pas quand, qu’ i avot ch’ gardin à faire, l’ grillache dé ch’ poulailler à raccommoder, ch’ l’ hangar à armette in peinture, chés cabinets à vider, … « Bon j’ vas vire cha avec ét’ mère » qu’i répondot, in parlant d’ mémère qui habitot avec nous.

L’ tapisserie chétot un traval éd’ précision qu’ min père i faijot avec mémère, pas avec ém’ mère qu’alle étot toudis trop énervée. Min père i parlot pas gramint et mémère non pus ; i allot duchemint mais sûremint et mémère aussi ; alors cha pouvot pas frotter et faire d’ z’ étinchelles. Minme si chétot pas l’ grand amour intre eux deux, pour cha finalemint, i s’intindotent bien ; d’autant qu’i s’ parlotent pas gramint, chacun i savot chu’ qu’i avot à faire. Et comme cha, y’ avot pas d’ prise éd’ bec.

Et un matin, in m’ lévant, ch’ grand jour i étot arrivé ; pus l’ drot d’aller dins l’ cuisine ; in mingeot dins l’ salle à minger . L’ tabe alle étot arcouverte éd’ papier journal, et ch’ balatum avec des vielles loques. Tous chés zaffaires dé l’ cuisine alles zétotent arrivées là, chés cayelles, l’ vaisselle, ch’ tiroir à fourchettes et à coutiaux. Chés cayelles in formica...

Dins l’ cuisine, chés rallonches dé l’ tabe in formica alles zétotent tirées, ch’ papier sur chés murs i’ étot arraché, et ch’ séau à papin juste in d’sous prêt à servir. Ch’ l’armoire à vaisselle i’ étot pus collé à ch’ mur et arcouvert éd’ papier journal. Mémère alle avot mis un viux tablier et min père un viux pantalon et eune quémiche racommodée. Et i zétotent déjà à l’ ouvrache. Ch’ papin, ché min père qui l’ faijot ; un traval éd’ précision ; fallot pas mette trop d’ colle dins ch’ séiau, avec juste él’ quantité d’iau qu’i fallot. Mémère alle versot ch’ paquet duchemint et min père i touillot avec un grand baton in bos au fur et à mesure pour qu’ cha fache pas des grumeaux. Pis l’ laisser arposer un momint pour qué l’ colle à l’ prinne.

Ch’ papin fini, i mesurot chés hauteurs éd’ plafond jusqu’à ch’ carrelache in bas d’ chés murs. I marquot tout cha sur sin carnet avec sin crayon d’ bos pour faire ses calculs passe que chés murs i zétotent tout d’ berzinque et chétot pas possibe d’aller tout drot. I faijot des croquis, i mesurot, i calculot. Eune fos décidé, i faijot des marques su ch’ papier in ténant ch’ rouleau d’un côté avec mémère qui découpot avec des grands ciseaux in suivant ch’ trait. Après, i z’incollotent ch’ morciau découpé avec eune balayette trimpée dins ch’ papin, in faijant cor toudis attintion à pas laicher des grumeaux . Min père i ténot ch’ papier par chés coins du haut, et mémère chés coins du bas ; i montot su ch’ l’escabeau in ajustant l’ in haut au ras dé ch’ plafond, mémère alle fajot ch’ raccord avec ch’ ti d’ à côté qui vénot d’ ête posé. Et eune fos tout cha mis in plache, i passotent l’ lavette à tour de rôle au’ d’ sus et sur chés bords pour bien maroufler tout cha et qu’ cha fasse pas des plis ni des boches.

In rintrant à midi, j’allos jéter discrètemint un coup d’ oeulle in poussant l’ porte dé l’ cuisine ; « Nan ! té rintes pas ! ché pas fini ! reste à côté avec manman ! » ; j’ véyos mémère qui rassaquot sin nez d’ un air désolé qui voulot dire « mi j’ t’auros bien laissé rintrer mais té vos bien, ché pas mi qui fait la loi ichi… ». J’avos quand minme eu l’ temps d’ vire qu’cha avanchot bien ; y’ avot l’ mitan d’ fini, et des bandes éd’ papier tout partout par terre ; cha sintot l’ colle et l’ neuf. Min père et mémère i zavanchotent bien, i prénotent à peine él’ temps d’minger ; i fallot qu’ cha seuche fini in deux ou trois jours ; alors i fallot carburer.

Chés grands murs cha allot vite ; l’ pus dur chétot d’ découper autour dé l’ ferniette, d’ chés prises éd’ courant, d’ chés portes. Et pou finir, i fallot mette élle frise in d’sous dé ch’ plafond, qui avot l’ mérite d’ armucher chés accrocs et chés coups d’ ciseaux hasardeux. Et in mette aussi in bas, au ras dé ch’ carrelache qui faijot office éd’ plinthe in bas d’ chés murs.

L’ deuxième ou trosième jour au soir, quand tout i’ étot fini, in rintrant d’ l’école, in avot enfin l’ drot d’aller vire él’ cuisine, qu’in avot été jusque là confinés dins l’ salle à minger. « Ché biau !!!... » qu’alle s’esclamot m’ mère. Min père i rallumot sin mégot avec sin briquet à essence, mémère alle croisot ses bras sur sin tablier à carreaux, avec un air d’ contintemint. Tout s’avot bien passé, des rouleaux i n’avot eu assez et délle frise aussi, enfin presque : i manquot un tiot bout in haut dé l’ porte mais cha s’véyot pas ; et l’ colle aussi cha avot été un tiot peu juste mais i zavotent rallongé avec dé l’iau et cha avot été. Mais m’ mère alle ravisot ch’ plafond qui paraichot tout sale avec él’ nouvelle tapisserie : « Ché biau mais ch’ plafond i fait sale, asteure, faudrot l’armette in blanc … » ; min père i faijot aller s’ tiête ; « Ouais, qu’alle rajoutot m’ mère, i faudra l’ arfaire ch’ plafond ; pis in mime temps ch’ti dé l’salle à minger et pétète aussi ch’ ti délle pièche à m’ mère... »

« Ah pis ché portes et chés ferniettes aussi, armette eune couche d’ couleur. In va mette du vert l’ fos chi … Et in profiter pour canger ch’ mastic autour d’ chés carreaux … »

Min père y’ avot cor du pain sur la planche.


  ( 2 photos)  


Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 4 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |