histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  Bonne fête de Sainte Catherine (25/11/2020)
  Bonne fête de Sainte Cécile (22/11/2020)
  CHANTEURS ET CHANSONS D AVANT (19/11/2020)
  CANTEUX D AVANT (18/11/2020)
  RINTRER CH CARBON (11/11/2020)
  HOMMAGE à mon grand père et à tous les ''Poilus'' (10/11/2019)
  commint ch'est fait eune fille suite (01/11/2020)
  El nœumint d’aiguiliette (01/11/2020)
  COMMINT CHE FAIT EUNE FILLE (31/10/2020)
  Première descente (29/10/2020)
  l'os à moelle (25/10/2020)
  ch' bouillon (25/10/2020)
  dans la rubrique coup de coeur (24/10/2020)
  du coté du Cap Horn (23/10/2020)
  LES ATTRAPES A SOURIS (20/10/2020)
  coureurs cyclistes mauvais souvenirs (17/10/2020)
  coureurs cyclistes bon souvenir (17/10/2020)
  MEMERE EUNE VIE 2ieme partie (12/10/2020)
  la montée en classe (07/10/2020)
  MEMERE EUNE VIE 1ere partie (06/10/2020)
  la boite à pharmacie partie 2 (04/10/2020)
  la boite à pharmacie partie 1 (04/10/2020)
  Tutur (02/10/2020)
  Luis Mariano... (02/10/2020)
  TELEPHONE et FACTEURS partie 2 (29/09/2020)
  Papa et sin gardin (26/09/2020)
  LA POSTE de BRUAY partie 1 (22/09/2020)
  Firestone (20/09/2020)
  départ en carette (20/09/2020)
  LES NOUNOURS (11/09/2020)
  BERCK 2020 SOUVENIRS (03/09/2020)
  ESCURSION IN BELGIQUE (27/08/2020)
  au temps du bio, du qui sont ... (25/08/2020)
  pour alimenter radio coron ... (23/08/2020)
  MIN PREMIER PICHON 3ieme partie (14/08/2020)
  PEQUE A SAINT VALERY partie 2 (07/08/2020)
  PEQUE A SAINT VALERY 1ere partie (04/08/2020)
  Cocu (03/08/2020)
  LES COUPS (31/07/2020)
  Bruay en Artois 1935 (26/07/2020)
  bibilolo de Saint Malo (26/07/2020)
  VOYETTES partie 2 (23/07/2020)
  VOYETTES partie 1 (20/07/2020)
  EPILOGUE : LES COMMERCANTS (08/07/2020)
  PARFUMERIE DELERCE (02/07/2020)
  Jacqueline la bienfaitrice (28/06/2020)
  VETEMENTS MARCHAND FRERES (26/06/2020)
  LE CINÉMA CASINO (22/06/2020)
  IN ARRIVANT AU CERCLE (19/06/2020)
  cha a bien cangé (16/06/2020)
  DU BALATUM OU DU LINO (13/06/2020)
  IN VA CANGER L TAPISSERIE (08/06/2020)
  DERNIERS COMMERCANTS AVANT LE LYCEE (01/06/2020)
  LIBRAIRIE POINT VIRGULE (28/05/2020)
  VERMELLE et DUCOURANT (23/05/2020)
  El doctor et s'passiente (20/05/2020)
  PATISSERIE BOUCLY (19/05/2020)
  Sujet fille de : retour de Merlimont 72 fin (11/05/2020)
  El confinemint (10/05/2020)
  retour Merlimont fin aout 1972 fin (09/05/2020)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 mememarie ( 02/08/2020)
Bonjour, Je découvr...
 Drit79 ( 08/02/2019)
Mon dernier écrit ic...
 michel.gervois@neuf.fr ( 07/10/2018)
Bonjour à tous les B...
 dufossez jean ( 24/09/2018)
Bonjour les potes J...
 bob 38 ( 22/09/2018)
Bonjour a tous , chu...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
VOYETTES partie 1
par berlens78 le, 20/07/2020  

I n’avot tout partout des voyettes à Bruay ; chétot pas des trous pour raviser derrière chés rideaux ni par chés tros d’ serrure, chétot des raccourchis ; des pétits quémins d’ terre qui passotent au bout d’un gardin, intre deux baraques, au mitan d’ chés corons. I fallot cacher pour les trouver ou ête un habitué dé ch’ quartier.

Eune voyette, ché pas eune rue, ni eune ruelle, alle est pas goudronnée ni arcouverte éd’ pavés. Ché pas non pus un passache, ni un chintier sculpté par les pieds d’chés gins qui zont marché d’ sus pindant des siècles : avant l’arrivée d’ chés fosses, y’ avot rien à Bruay, chétot juste un villache avec des camps tout autour … Eune voyette, cha n’a pas d’histoire, cha vient pas du moyen âche ; cha n’a rien à raconter et y’a rien à vire. Eune voyette, ché sauvache, un tiot bout d’ verdure in plein pays du carbon ; des restes éd’ terrain qu’i zont pas su quoi in faire quand i zont construit chés cités minières et chés corons ; comme des bouts d’ tissu qui restent par terre eune fos qu’ chés rideaux i sont coupés, cousus et qu’ chés bords i sont faits. Des voyettes, ché à personne ; ch’ garde i n’y met jamais les pieds ; in peut y faire chu qu’in veut ; là, y’a pas d’ règlemints.

Eune voyette cha passe intre chés gardins, comme cha, sans d’ mander l’ permission, sans s’ faire vire, sans faire éd’ boucan. Souvint bordée d’ chaque côté par rien, des fos des zaillures, ou jusse des pichenlits. Quand j’étos tiot, j’allos avec min père ou bin mémère rue d’ Ranchicourt à pied avec elle brouette justemint in ramasser des pichenlits pour chés lapins ; j’ prononços des « piche-au-lit » d’un air babache qu’ cha faijot rigoler tout l’ monde. L’ voyette, derrière chés garaches, alle étot à personne ; alors chés pichenlits non pus. I n’avot assez pour tout l’ monde ; enfin, l’ monde éd cheux qui zavotent des lapins. Tout l’ monde i n’avot pas : chés coulonneux par exempe, qui zétotent déjà bien occupés avec leus volatiles, qui zallotent pas s’imbêter in plus avec des lapins. Aller quère dés piche-au-lit avec él’ brouette, chétot comme aller faire un tour éd’ manèche à l’ ducasse ; j’arvos mémère pliée in deux dins s’ vielle robe grise, sin pétit coutiau dins s’ main ; et mi j’étos là qu’ pour cacher à bêtes et raviser qu’i restot pas eune coccinelle dins chés feulles ; et faire un tour à brouette…

Au soir, qui faijot noir, chés voyettes alles zétotent pas éclairées, forchémint ; in véyot pas dû qu’in mettot ses pieds ; in intindot des bruits bizarres, des craquemints, des sifflemints, alors in trainot pas. Y’avot pas qu’ des bruits, y’ avot aussi des bras qui sortotent éd’ chés zaillures pour tirer tes cavux, attraper tin paletot, alors i valot miux rintrer s’ tiête dins ses épaules et passer à grandes zingambées.

L’ voyette dé l’rue d’ Ranchicourt, alle est dév’nue pus tard célèbe dins la France intière du jour au lendemain, passe que ché là qué l’ pétite Brigitte alle a été artrouvée morte. L’ voyette là, alle partot dé l’rue d’ Ranchicourt, intre chés garaches, pour arjoinde él’ grand route ; alle passot intre chés gardins d’ deux corons, l’ rue d’ Divion et l’ rue d’ la Comté, longeot un parc avec eune belle baraque, et alle déchindot sec d’un seul coup su ch’ trottoir rue d’ la République (photos 1 et 2). In y passot pour aller au stade Grossemy, qu’ l’intrée alle étot jusse in fache ; chétot un raccourchi ; souvint in passant, in donnot un coup d’ pied dins ch’ ballon qu’y avot toudis là des jeaunnes qui juotent au foot. In y passot aussi l’ mercredi matin in sortant du catéchisse, mais in coupant après à travers camps et in traversant l’ voie ferrée pour aller à l’école Pasteur.

I n’avot eune aute, pus près dé m’ baraque, au mitan dé l’rue d’ Divion, là aussi à côté d’ des garaches, après l’ famille Pruvost j’ cros bien, qui aboutichot dins l’ rue d’ Mingoval ; mais y’ avot eune barrière et in savot pas trop si in n’avot l’ drot d’y passer alors j’ m’in rappelle pas vraimint ; pis quoi qu’j’ auros été faire rue d’ Mingoval ?!!

Eune des pus belles pour mi, chétot l’ voyette qui allot à ch’ camp d’ min père, au bout d’ l’impasse Verbecq, in fache du stade-parc. Pour y aller, in quittot l’ monde des corons ; après ch’ grand magasin d’ meubes Mayeur, j’ faijos l’ détour par le stade parc avant d’arsortir pour traverser l’ route et d’ rintrer dins l’impasse qui comminchot par eune ferme avec des grands hangars ; pus lon, chétot des pétites maisons d’ pinsionnés, avec des belles tiotes barrières blanques, des géraniums à chés ferniettes ; et au bout dé ch’ l’impasse , in introt dins l’ voyette qui ménot à ch’ camp ; alle longeot eune prairie dù qu’y avot des vaques, derrière des barbelés. Pis dins ch’ tournant, in arrivot à l’intrée dé ch’ camp, sans barrière, ouverte à tous les vints ; l’intrée des vacances, dé l’caleur, l’intrée d’ l’ été ; passe que j’y allos surtout l’été, in plein juillet. Là chétot pus Bruay avec ses corons et ses commerçants, chétot la vraie campanne, avec des vaques, des papillons, des zoziaux, des zodeurs éd’ fleurs sauvaches et d’ bouses éd’ vaques… des mûres, des quériches, des preunnes, des pommes… cha arsennot au paradis.

Si in continuot pus lon que ch’ camp, l’ voyette alla passot intre des zaillures, faijot des tours et des ratatours avant d’ déboucher au bout dé l’ rue Fonck qui étot mitan coron du côté gauche avec des grands zarbes et des gardins devant chés maisons, et mitan résidentielle avec des grandes baraques et des biaux gardins du côté drot (photos 3 et 4). Et d’ là in pouvot arpartir au stade parc. L’ monde i étot pétit … (fin dé l’ première partie)


  ( 4 photos)  


Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 4 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |