histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  Papa et sin gardin (26/09/2020)
  LA POSTE de BRUAY partie 1 (22/09/2020)
  Firestone (20/09/2020)
  départ en carette (20/09/2020)
  LES NOUNOURS (11/09/2020)
  BERCK 2020 SOUVENIRS (03/09/2020)
  ESCURSION IN BELGIQUE (27/08/2020)
  au temps du bio, du qui sont ... (25/08/2020)
  pour alimenter radio coron ... (23/08/2020)
  MIN PREMIER PICHON 3ieme partie (14/08/2020)
  PEQUE A SAINT VALERY partie 2 (07/08/2020)
  PEQUE A SAINT VALERY 1ere partie (04/08/2020)
  Cocu (03/08/2020)
  LES COUPS (31/07/2020)
  Bruay en Artois 1935 (26/07/2020)
  bibilolo de Saint Malo (26/07/2020)
  VOYETTES partie 2 (23/07/2020)
  VOYETTES partie 1 (20/07/2020)
  EPILOGUE : LES COMMERCANTS (08/07/2020)
  PARFUMERIE DELERCE (02/07/2020)
  Jacqueline la bienfaitrice (28/06/2020)
  VETEMENTS MARCHAND FRERES (26/06/2020)
  LE CINÉMA CASINO (22/06/2020)
  IN ARRIVANT AU CERCLE (19/06/2020)
  cha a bien cangé (16/06/2020)
  DU BALATUM OU DU LINO (13/06/2020)
  IN VA CANGER L TAPISSERIE (08/06/2020)
  DERNIERS COMMERCANTS AVANT LE LYCEE (01/06/2020)
  LIBRAIRIE POINT VIRGULE (28/05/2020)
  VERMELLE et DUCOURANT (23/05/2020)
  El doctor et s'passiente (20/05/2020)
  PATISSERIE BOUCLY (19/05/2020)
  Sujet fille de : retour de Merlimont 72 fin (11/05/2020)
  El confinemint (10/05/2020)
  retour Merlimont fin aout 1972 fin (09/05/2020)
  retour Merlimont fin aout 1972 (09/05/2020)
  100 ZARTIQUES (02/05/2020)
  siffler ou siffloter ? (26/04/2020)
  La lampe au chapeau (23/04/2020)
  MEDICAMINTS D AVANT partie 2 (22/04/2020)
  la télé et le confinache ... (22/04/2020)
  Abalourd a les pieds lourds (18/04/2020)
  ch' confinache (15/04/2020)
  PHARMACIE DUBOIS (14/04/2020)
  CONFINACHE (08/04/2020)
  Quo qu in mingeot dins ches corons partie 2 (04/04/2020)
  Quo qu in mingeot dins ches corons partie 1 (31/03/2020)
  asquident à mobylette (30/03/2020)
  à vos masons (29/03/2020)
  UN VIUX pinsées filozofiques (25/03/2020)
  BOITE A TOUBAQUE (23/03/2020)
  BRIQUETS (20/03/2020)
  TINCHON quincaillerie (11/03/2020)
  SPAR INGELAERE le billet a commissions (04/03/2020)
  LEROY Tissus et Rideaux (29/02/2020)
  Précisions concernant des messages trouvés dans le livre d'or (25/02/2020)
  i vont arvenir ch'est sur .... (23/02/2020)
  CHALMIN (22/02/2020)
  un joyeux anniversaire (20/02/2020)
  les 15 ans du site suite (19/02/2020)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 mememarie ( 02/08/2020)
Bonjour, Je découvr...
 Drit79 ( 08/02/2019)
Mon dernier écrit ic...
 michel.gervois@neuf.fr ( 07/10/2018)
Bonjour à tous les B...
 dufossez jean ( 24/09/2018)
Bonjour les potes J...
 bob 38 ( 22/09/2018)
Bonjour a tous , chu...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
PEQUE A SAINT VALERY 1ere partie
par berlens78 le, 04/08/2020  

Cha chétot un vrai rêve éd’ jeaunne : avoir eune canne à pêque ! J’ai attindu longtemps avant dé n’avoir eune, jusqu’à l’âche éd’ 13 ans. Et min rêve i s’a réalisé in 67, avant d’ aller in vacances à Saint Valéry-sur-Somme. Chétot l’ première fos d’ pis au moins 20 ans, et pétête minme d’ leur vie, qu’ mes parints i z’allotent pus in vacances à Berck et in nous avot dit qu’à St Valéry, y’ avot pas vraimint d’ belle plage comme à Berck, mais un port, que la Somme alle arrivot là pou s’ jéchter dins la mer ; et qu’ chétot plein d’anguilles ! Et pour in péquer, i fallot eune canne à pêque !

Des anguilles ! Quo qu’ ché qu’ cha comme pichons ? j’ connaichos bien z’ épinoques, et à ch’ marqué d’ Bruay j’avos déjà vu des roussettes, des merlans, des saurets … mais des zanguilles … Alors j’ai caché dins m’ n’ encyclopédie qu’ j’avos eue pour Noël ; y’ n’avot sur eune image, in aurot dit comme des serpents ! I dijotent que l’ bestiole là alle pouvot respirer in déhors dé l’iau, qu’ alle pouvot faire des milliers d’ kilomètes dins l’océan pou aller s’arproduire dins l’ mer des Sargasses, que cha s’ mingeot et minme que cha avot un goût raffiné… Vinguette ! I fallot qu’ jé n’attrappe eune, raconter cha à mes camarattes ! Mais pour cha, i m’ fallot d’abord eune canne à pêque …

Alors avant d’ partir in vacances ch’ l’année là, à la fin du mos d’ juin, j’ sus parti avec min père à ch’ magasin d’ pêque dins l’ côte des Grands Bureaux acater eune canne. Min père i’étot pas cor’ péqueux, i n’in savot pas plus que mi ; in avot tout à apprinde. Ch’ marchand d’ pêque i s’trouvot au mitan dé l’ côte, avant l’ maternité, à côté d’un magasin d’ poussettes, in fache d’eune quincallerie et d’un marchand d’ rideaux, Dramais j’ cros m’ rappeler (photo 1). Cor eune boutique tout in longueur avec des comptoirs in verre à n’in pas finir et des murs arcouverts d’ tiroirs in bos rimplis d’ plombs, d’émerillons, d’ carnets d’ hameçons... In d’ sous d’ chés vitres, in véyot des centaines éd’ sortes éd’ bouchons, d’ tous les couleurs, des pétits , des grands ; pis des cannes à pêque et d’ z’épuisettes dréchées tout partout dins ch’ magasin.

« Bonjour ! In vient pour acater eune canne à pêque pour min garchon qui veut apprinde à pêquer » ; « Pour pêquer in rivière ? in étang ? … » ; « Putôt pour péquer in mer, in s’in va in vacances à Saint-Valéry … péquer des zanguilles … » ; « Ah ! alors là i vous faut eune canne à moulinet ?... » « euh ! ouais ! pétête ! … in n’y connot pas grand cosse… » ; « Quo qu’ vous voulez, eune canne in bambou ou in fibre de verre ? » ; « les moins quères ché lesquelles ? » ; « in bambou… mais in fibre de verre ché gramint pus solide et cha dure pus longtemps » (photo 2). I croyot pas si bien dire : in a pris l’ canne in fibre éd verre et jé l’ai cor pus d’ 50 ans après … Jé z’avos arpérées tout d’ suite in rintrant chélles lalles, juste à l’intrée derrière él’ porte ; avec des arflets bleus et verts … « Allez p’pa, in prinds eune in fibre d’ verre ! ché pas gramint pus quère et j’ pourrai l’garder tout m’ vie ! Du bambou cha dot s’casser, pis alles sont pas fort belles … ». Cha y est, in étot décidés, tant pis pou ch’ prix, j’allos in payer l’ mitan avec mes sous des étrennes. I n’avot des grandes, des moyennes, des pus pétites ; là j’ai pas eu trop l’ choix ; pour commincher, pour apprinde, eune pétite chétot l’idéal.

Avec cha i fallot un moulinet ; Mitchell bien sûr ; pis eune bobine éd’ fil, des bouchons, des hamechons, des plombs … Des plombs ? pour quoi faire ? « pour ténir ch’ bouchon bien drot à l’ surface dé l’iau » ; un dégorgeoir pour décrocher chés pichons … cha comminchot à faire gramint ; « bon in va toudis prinde tout cha pour commincher, pis après in verra là-bos au fur et à m’sure, si i nous manque quéque cosse … y’ a sûremint aussi un marchand d’ pêque…». Eune bonne nouvelle quand minme : pour péquer in mer, y’ avot pas b’soin d’acater un permis.

J’ sus sorti dé ch’ magasin tout fier cul avec ém’ canne à pêque que j’ ténos drot d’ vant mi ; cha y’ étot ! j’avos eune canne à pêque ; eune vraie ! pas eune branque avec du fil au bout ! J’allos pouvoir aller péquer ; chétot l’ première fos. A Berck, in péquot pas, in allot à la plage ; et j’avos bien péqué deux ou trois fos des zépinoques à chés Wacks à Hesdigneul pis dins ch’ rucheau l’ long dé l’ route à Fitz James in colonie ; mais chétot du bricolache, avec juste un bâton et un fil au bout. Mais là, avec cha, j’étos un vrai péqueux asteure, comme chux que j’ véyos des fos l’ samedi l’ long d’ la Lawe in allant à l’ piscine Grossemy.

In rintrant à l’ baraque, j’ dépavos d’ l’ essayer ; j’ sus aller dins ch’ gardin pour mette ch’ fil dé l’ bobine su ch’ moulinet ; ch’ marchand i m’avot dit d’ pas l’ mette comme cha direct sur ch’ moulinet passe qu’après ch’ fil i s’ tordot et in faijot des touillaches ; qu’i fallot l’ faire passer dins l’ herbe pou l’assouplir. J’ai mis l’ bobine au bout dé ch’ gardin, saqué ch’ fil jusqu’à ch’ poulailler in l’ faijant passer dins chés bordures d’œillets, et j’ai comminché à mouliner duchemint pour l’inrouler. In faijant attintion d’ bien l’ tinde et à pas faire éd’ nœuds.

L’ bobine éd’ fil inroulée su ch’ moulinet, j’ sus arparti dins l’ cuisine monter l’ line : infiler ch’ bouchon et chés plombs ; faire un nœud au bout ; et l’ trimper dins eune boutelle d’iau pour faire l’équilibrache ; cujir un plomb dins l’ boite à plombs et l’ serrer su ch’ fil ; « brin ! trop gros ch’ti là, ch’ bouchon i coule ! … » ; l’artirer, in mette in plus pétit in l’arfermant su ch’ fil avec mes dints ; ah trop pétit ch’ti là, i’ in faut un deuxième. Là cha y est ! parfait ; in appuyant su ch’ bouchon un tiot peu, i s’infonce et pis i’ armonte … ché biau ; i s’ tient bien drot. I reste pus qu’à mette ch’ l’ émerillon au bout et pis un hamechon. In faijant des nœuds avec des boucles. Ch’ marchand i m’avot bien espliqué tout cha, commint monter eune linne, faire des boucles, serrer chés plombs pas trop fort des fos qu’i faudrot n’artirer … ; et i m’avot donné un plioir, pour inrouler l’ linne autour in l’ bloquant avec un élastique su l’ canne. Voilà ; m’ linne alle étot prête. Restot pus qu’à trouver des viers ; i n’avot sûremint au fond dé l’ lessiveuse à épluchures au bord dé ch’ gardin mais j’ verros cha sur plache à Saint Valéry, quand in y sérot.

L’ linne à monter, cha avot été j’avos à peu près compris ; restot ch’ moulinet, et apprinde à lancer . Pour cha, heureusement, j’avos ch’ camp à min père pour m’intrainer. Alors pendant tout eune après-midi , j’ai appris à lancer, ouvrir ch’ moulinet, artirer ch’ frein, prinde ch’ fil dins mes dogts et l’ lâcher juste au momint qué j’ lanços l’ canne avec un gros plomb au bout. A forche, j’arrivos à lancer à peu près dù que j’ voulos. I m’ restot pus qu’à trouver eune boite in fer pour ringer mes affaires d’ pêque d’ dins, cha j’allos vire avec mémère qui n’avot plein s’ n’ armoire. Et attinde él’ grand jour.

J’étos fin prêt pour aller péquer d’ z’anguilles in vacances à Saint-Valéry ; j’avos tout chu qu’i fallot comme un vrai péqueux ; et in plus j’étos intrainé. Cha allot ête un vrai carnache !...


  ( 2 photos)  


Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 8 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |