histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  Papa et sin gardin (26/09/2020)
  LA POSTE de BRUAY partie 1 (22/09/2020)
  Firestone (20/09/2020)
  départ en carette (20/09/2020)
  LES NOUNOURS (11/09/2020)
  BERCK 2020 SOUVENIRS (03/09/2020)
  ESCURSION IN BELGIQUE (27/08/2020)
  au temps du bio, du qui sont ... (25/08/2020)
  pour alimenter radio coron ... (23/08/2020)
  MIN PREMIER PICHON 3ieme partie (14/08/2020)
  PEQUE A SAINT VALERY partie 2 (07/08/2020)
  PEQUE A SAINT VALERY 1ere partie (04/08/2020)
  Cocu (03/08/2020)
  LES COUPS (31/07/2020)
  Bruay en Artois 1935 (26/07/2020)
  bibilolo de Saint Malo (26/07/2020)
  VOYETTES partie 2 (23/07/2020)
  VOYETTES partie 1 (20/07/2020)
  EPILOGUE : LES COMMERCANTS (08/07/2020)
  PARFUMERIE DELERCE (02/07/2020)
  Jacqueline la bienfaitrice (28/06/2020)
  VETEMENTS MARCHAND FRERES (26/06/2020)
  LE CINÉMA CASINO (22/06/2020)
  IN ARRIVANT AU CERCLE (19/06/2020)
  cha a bien cangé (16/06/2020)
  DU BALATUM OU DU LINO (13/06/2020)
  IN VA CANGER L TAPISSERIE (08/06/2020)
  DERNIERS COMMERCANTS AVANT LE LYCEE (01/06/2020)
  LIBRAIRIE POINT VIRGULE (28/05/2020)
  VERMELLE et DUCOURANT (23/05/2020)
  El doctor et s'passiente (20/05/2020)
  PATISSERIE BOUCLY (19/05/2020)
  Sujet fille de : retour de Merlimont 72 fin (11/05/2020)
  El confinemint (10/05/2020)
  retour Merlimont fin aout 1972 fin (09/05/2020)
  retour Merlimont fin aout 1972 (09/05/2020)
  100 ZARTIQUES (02/05/2020)
  siffler ou siffloter ? (26/04/2020)
  La lampe au chapeau (23/04/2020)
  MEDICAMINTS D AVANT partie 2 (22/04/2020)
  la télé et le confinache ... (22/04/2020)
  Abalourd a les pieds lourds (18/04/2020)
  ch' confinache (15/04/2020)
  PHARMACIE DUBOIS (14/04/2020)
  CONFINACHE (08/04/2020)
  Quo qu in mingeot dins ches corons partie 2 (04/04/2020)
  Quo qu in mingeot dins ches corons partie 1 (31/03/2020)
  asquident à mobylette (30/03/2020)
  à vos masons (29/03/2020)
  UN VIUX pinsées filozofiques (25/03/2020)
  BOITE A TOUBAQUE (23/03/2020)
  BRIQUETS (20/03/2020)
  TINCHON quincaillerie (11/03/2020)
  SPAR INGELAERE le billet a commissions (04/03/2020)
  LEROY Tissus et Rideaux (29/02/2020)
  Précisions concernant des messages trouvés dans le livre d'or (25/02/2020)
  i vont arvenir ch'est sur .... (23/02/2020)
  CHALMIN (22/02/2020)
  un joyeux anniversaire (20/02/2020)
  les 15 ans du site suite (19/02/2020)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 mememarie ( 02/08/2020)
Bonjour, Je découvr...
 Drit79 ( 08/02/2019)
Mon dernier écrit ic...
 michel.gervois@neuf.fr ( 07/10/2018)
Bonjour à tous les B...
 dufossez jean ( 24/09/2018)
Bonjour les potes J...
 bob 38 ( 22/09/2018)
Bonjour a tous , chu...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
MIN PREMIER PICHON 3ieme partie
par berlens78 le, 14/08/2020  

L’ matinée là, j’ai rien fait finalemint ; j’ai usé presque tous mes viers, qui zétotent mingés par chés crabes et ché tout chu qu’ j’ avos gagné. Mais bon, j’avos appris à péquer, j’ faijos comme é’ zautes, et donc y’avot pas d’ raison qué j’ finiche pas par é n’attrapper un, d’ pichon ! … Et j’avos mis un grelot aussi, au bout dé m’ canne, qu’ j’étos allé acater à ch’ marchand d’ pêque avec eune nouvelle boite éd’ viers …

L’ troisième jour, j’arpars à l’ pêque, bien décidé l’ fos chi, à pas arvénir bredoulle… J’ trouve eune plache éd’ libe intre 2 péqueux, j’ m’ installe, j’ déballe tous mes affaires par terre, j’accroche mes viers et j’ lance ém linne. Au bout d’eune heure, toudis rien ; j’ vas parler un tiot peu avec ch’ viux à côté, et d’un seul coup j’intinds un bruit d’ clochette ; j’ravisse autour éd’ mi et ch’ viux i m’ prind min bras in dijant « ravisse, ché t’ canne ! dépèch’ te, faut ferrer tout d’ suite ! … » ; j’ cœurre à m’ canne, jé l’ prinds et jé l’ soulève éd’ toutes mes forches in arrière, ch’ fil i s’ tind, m’ canne alle s’ plie in deux, mais rien ; rien qui armonte, comme si qu’j’étos accroché au fond. J’ comminche à mouliner pour rimbobiner, mais toudis rien. J’ reste là comme cha in forche, min fil tindu, et d’un seul coup, j’ vos m’ linne qui s’in va in linne droite, m’ canne qui s’ tord à droite à gauche … J’ouve min moulinet pour laicher du mou … cha dot ête un gros ! y’ a des gins qui comminchent à s’attrouper derrière mi pour raviser.

Mi j’in mène pas larche ; j’ai pas cor l’habitude ; j’sais pas trop chu qu’i faut faire. Et min père qui est pas là !! J’ continue à rimbobiner, et pétit à pétit, jé l’ sins ch’ pichon au bout qui s’ débat ; j’ sus pas accroché, y’ a bien quéque cosse au bout, jé n’ rêve pas ! Et au bout d’un momint ché moins dur, ch’ fil i s’ détind, cha vient tout seu ; jé m’rapproche du bord pour raviser tout in moulinant et j’ vos sortir dé l’iau un bout d’ bos tout noir et tout tordu ; « ah bin, chétot seulemint eune branque ! » ; mais nan, cha s’armue, cha s’tortille, ché eune anguille !! Chés gins derrière i m’ crient « vas-y, tiot, saque d’un seul coup ! fort ! .. » Alors j’saque un grand coup ; ch’ pichon i fait un vol plané pour atterrir 5 mètes derrière mi dins l’ herbe au mitan d’ chés gins ! J’ pose m’ canne pour aller vire ; min coeur i bat ; cha y est, jé n’ai attrapé un, min premier pichon !! et eune anguille in plus ! …

Jé n’ savos pas cor qu’ j’étos pas au bout d’ mes ruses avec ch’ l’ affaire là ! J’in étos qu’au début ! Ch’ pichon là, chétot comme un serpent et i m’ faijot peur ; i s’ tortillot dins l’herbe avec eune idée fixe aller dins ch’ canal ; jé n’savos pas commint l’arrêter ; j’ mettos min pied d’ sus mais l’ sale bête là alle glichot in d’sous qu’alle avot l’ diabe au corps d’ arpartir dins l’iau ! Pis chés gins qui ravizotent ! j’avos pas l’air bête !! Avec min pied d’ sus, j’ai réussi à m’pencher su l’ côté pour attrapper min chiffon, jé l’ai jété su ch’ pichon pour pouvoir l’ prinde dins mes mains mais i glichot cor à travers . Ch’ viux à côté i’ est vénu m’ donner un coup d’ main ; li, i avot l’habitude ; i m’ a fait vire commint l’ attraper par s’ tiête in coinchant sin cou intre sin pouche et s’ n’ index, décrocher ch’ l’hamechon. Cha y est l’ bête alle étot au fond d’ min séiau mais alle arrivot quand minme à armonter ; j’ai posé d’ sus m’ boite à pêque avec eune grosse pierre cor’ par au-d’sus.

Ouf, j’avos réussi à m’ dépatouiller avec ch’ bétal là ! Pou l’ momint ! … Sans z’iau, alle allot sûremint clamser tout seule comme cha dins sin séiau, et i restot pus qu’à atteinde. J’ai dû arfaire ém’ linne, que ch’ l’ anguille alle m’avot tout touillé. Et j’ai arlancé. Mais j’étos pus à chu que j’ faijos, j’ pinsos à min pichon derrière mi dins sin séiau ; min grelot i’ aurot cor’ sonné qu’ jé n’ l’ auros minme pas intindu ! Min père i’ est arrivé et jé i’ ai raconté tout l’ histoire. Li non pus i savot pas quoi in faire. Alors i’ est arparti demander à ch’ viux d’à côté, qui i’ a espliqué qu’i fallot i claquer s’ queue par terre d’un coup sec pour i casser s’ colonne vertébrale et qu’ chétot radical. Cha avot pas l’air trop compliqué mais in allot pas faire cha devant chés gins qui ravisotent…

Quand tout l’ monde su ch’ quai à midi i’ a été parti, in a comminché note sale ouvrache. In a pris ch’ pichon avec un torchon et min père i l’a claqué un coup par terre ; mais ch’ pichon i bougeot cor. Mi j’ai essayé d’y fracasser sin crâne avec l’ pierre ; sans résultat non pus. Min grand frère qui étot vénu nous vire pêquer i’ étot armonté, et i nous a traités d’assassins ! I l’ avot belle, li, avec ses mains dins ses poches ! i fallot bien qu’in l’ tue l’ bête là pou l’ minger !... Finalemint in l’a laissée comme cha à mitan estourbie dins ch’ séiau et in est rintrés à pied à l’ location.

Ch’ l’ anguille alle est restée tout l’après midi dins sin séiau qu’in est partis s’ promener ; et in rintrant au soir, in pinsot l’ trouver raide morte ; mais nan, alle s’ tortillot cor ! alors ém’ mère alle a fait bouillir dé l’iau dins ch’ faitout et min père i l’a mis comme cha d’ dins. Là, alle gesticulot cor mais chétot à cause dé l’ iau qui bouillot à gros bouillons …. Mais j’étos quand minme pas rassuré, j’ m’attindos à l’ vire arsortir és’ tiête dé l’ marmite et s’ sauver dins l’ cuisine comme cha tout dépiautée …

Finalemint, i z’ont réussi à l’ faire cuire ; et i l’ont mingé au soir ; mi jé n’ai pas voulu ; minme pas goûté. J’étos pas fier éd mi. J’ m’in voulos. J’ voulos bien péquer mais j’avos pas quère tuer chés pichons. Des zanguilles, pus jamais ; quo qu’ j’allos bien pouvoir péquer d’aute ?... Alors l’ lendemain, j’ai armis un bouchon comme au premier jour avec pas gramint d’ fond et j’ l’ai lancé au mitan dé ch’ canal, pour ête à peu près sûr d’ pus attraper d’anguille ; mais j’ai rien pris d’aute ; et surtout pas d’anguille, j’ étos bien contint finalemint. In m’a pus gramint vu sur chés quais ni à ch’ marchand d’ pêque ; pêquer, cha m’ faijot pus trop rêver.

D’ z’ années pus tard, i z’inventeront le « no kill » …


 


Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 4 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |