histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  Bonne fête de Sainte Cécile (22/11/2020)
  CHANTEURS ET CHANSONS D AVANT (19/11/2020)
  CANTEUX D AVANT (18/11/2020)
  RINTRER CH CARBON (11/11/2020)
  HOMMAGE à mon grand père et à tous les ''Poilus'' (10/11/2019)
  commint ch'est fait eune fille suite (01/11/2020)
  El nœumint d’aiguiliette (01/11/2020)
  COMMINT CHE FAIT EUNE FILLE (31/10/2020)
  Première descente (29/10/2020)
  l'os à moelle (25/10/2020)
  ch' bouillon (25/10/2020)
  dans la rubrique coup de coeur (24/10/2020)
  du coté du Cap Horn (23/10/2020)
  LES ATTRAPES A SOURIS (20/10/2020)
  coureurs cyclistes mauvais souvenirs (17/10/2020)
  coureurs cyclistes bon souvenir (17/10/2020)
  MEMERE EUNE VIE 2ieme partie (12/10/2020)
  la montée en classe (07/10/2020)
  MEMERE EUNE VIE 1ere partie (06/10/2020)
  la boite à pharmacie partie 2 (04/10/2020)
  la boite à pharmacie partie 1 (04/10/2020)
  Tutur (02/10/2020)
  Luis Mariano... (02/10/2020)
  TELEPHONE et FACTEURS partie 2 (29/09/2020)
  Papa et sin gardin (26/09/2020)
  LA POSTE de BRUAY partie 1 (22/09/2020)
  Firestone (20/09/2020)
  départ en carette (20/09/2020)
  LES NOUNOURS (11/09/2020)
  BERCK 2020 SOUVENIRS (03/09/2020)
  ESCURSION IN BELGIQUE (27/08/2020)
  au temps du bio, du qui sont ... (25/08/2020)
  pour alimenter radio coron ... (23/08/2020)
  MIN PREMIER PICHON 3ieme partie (14/08/2020)
  PEQUE A SAINT VALERY partie 2 (07/08/2020)
  PEQUE A SAINT VALERY 1ere partie (04/08/2020)
  Cocu (03/08/2020)
  LES COUPS (31/07/2020)
  Bruay en Artois 1935 (26/07/2020)
  bibilolo de Saint Malo (26/07/2020)
  VOYETTES partie 2 (23/07/2020)
  VOYETTES partie 1 (20/07/2020)
  EPILOGUE : LES COMMERCANTS (08/07/2020)
  PARFUMERIE DELERCE (02/07/2020)
  Jacqueline la bienfaitrice (28/06/2020)
  VETEMENTS MARCHAND FRERES (26/06/2020)
  LE CINÉMA CASINO (22/06/2020)
  IN ARRIVANT AU CERCLE (19/06/2020)
  cha a bien cangé (16/06/2020)
  DU BALATUM OU DU LINO (13/06/2020)
  IN VA CANGER L TAPISSERIE (08/06/2020)
  DERNIERS COMMERCANTS AVANT LE LYCEE (01/06/2020)
  LIBRAIRIE POINT VIRGULE (28/05/2020)
  VERMELLE et DUCOURANT (23/05/2020)
  El doctor et s'passiente (20/05/2020)
  PATISSERIE BOUCLY (19/05/2020)
  Sujet fille de : retour de Merlimont 72 fin (11/05/2020)
  El confinemint (10/05/2020)
  retour Merlimont fin aout 1972 fin (09/05/2020)
  retour Merlimont fin aout 1972 (09/05/2020)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 mememarie ( 02/08/2020)
Bonjour, Je découvr...
 Drit79 ( 08/02/2019)
Mon dernier écrit ic...
 michel.gervois@neuf.fr ( 07/10/2018)
Bonjour à tous les B...
 dufossez jean ( 24/09/2018)
Bonjour les potes J...
 bob 38 ( 22/09/2018)
Bonjour a tous , chu...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
MEMERE EUNE VIE 1ere partie
par berlens78 le, 06/10/2020  

In a tous eu un pépère pis eune mémère ; et minme des fos pusieurs. Mi jé n’ai connu qu’ deux : pépère, l’père éd’ min père qui habitot tout seux dins s’maison à L’bussière. Et mémère qui étot l’mère dé m’mère, qui restot avec nous, dins ch’ coron.

Mémère alle habitot nou maison d’pis toudis ; alle étot vénue au monde in 1896, au 19ième sièque, et cha forchot l’respect. Alle s’appélot Marie-Antoinette, comme élle femme à Louis XVI ! Mais dins s’ famille, i l’appélotent « Toinette ». Alle avot dû s’ marier après la guerre 14 avec s’ n’ homme qui avot été blessé d’un éclat d’obus et alle avot eu qu’eune fille unique, ém’ mère. Et alle étot veuve éd’ pis 45. Alors j’ cros qu’ ch’est pour cha qu’ alle étot vénue vive amont dé s’ fille.

Non seulemint mémère cha a toudis été mémère mais alle a presque toudis aussi eu eune tête éd’ grand-mère. Su’ l’pus vielle photo qu’ j’ai artrouvée, qu’ cha dot dater des années 30, alle a déjà l’ minme figure que 40 ans pus tard. Chés mémères dé ch’ temps là, in aurot dit qu’alles zavotent toudis été vielles, qu’alles zétotent déjà comme cha in v’nant au monde. J’ l’ai jamais vue habillée autremint qu’in gris et in noir ; alle a porté l’deulle tout’ s’ vie, minme quand alle étot pas core veuve. Un corsache gris avec eune jaquette noire, eune longue robe noire et des souliers noirs. Un chignon impeccabe, qu’alle arfaijot tous les jours sûremint mais que j’ l’ai jamais vue faire. Mémère, chétot la discrétion personnifiée. S’ devisse, chétot d’ surtout pas déringer, personne, jamais. Comme si qu’alle s’aurot escusée presque éd’ rester là avec nous. (vire ché 3 photos d’ mémère à 39 ans, 58 ans et 70 ans).

Chétot pas comme cha dins tous chés maisons d’corons ; des mémères, y n’avot pas gramint. In avot la chance dé n’avoir eune qui restot avec nous. Qui savot faire arquère l’iau quand cha comminchot à bouillir trop fort dins l’cuisine intre mes parints, qui savot nous consoler quand in s’faijot disputer, qui nous donnot des chucades in cachette pis pus tard des sous pour acater des cigarettes. Qui nous inménot in promenade, à l’pistache ou au cinéma l’diminche après-midi. Alle étot respectée, comme intouchabe.

Alle habitot avec nous mais pas vraimint ; alle avot s’pièche à elle in bas, avec s’ n’armoire, sin fourniau, sin divan, et s’tabe avec 4 cayelles autour. Alle pouvot fermer s’porte à clé. Mais cha arrivot pas souvint ; seulemint quand qu’y avot des disputes , que m’mère alle laichot tout in plan dins l’cuisine, et qu’alle allot s’refugier dins l’pièche à mémère in claquant l’porte qu’alles fermotent à clé. Alle pouvot rester fermée tout l’après-midi ; m’mère alle étot rancunière et mettot du temps à s’ calmer… L’ pièche à Mémère ; ché là qu’alle vivot dins l’journée ; et au soir alle montot s’coucher in haut dins s’ chambe à elle, que l’ferniette alle donnot su’ l’cour et chés gardins. La d’dins y’avot cor eune grande commode avec des tiroirs, s’ garde-robe avec ses vêtemints et ses cauchures qui sintot l’ cirache, un grand lit in bos avec un édredon, eune cayelle pis des crucifix avec eune branque éd’ buis béni in travers délle croix qu’alle avot fait bénir l’diminche des Rameaux ; à chés murs, des imaches délle Sainte Vierche, dé l’fontaine miraculeusse à Lourdes, d’ Bernadette Soubirousse… Alle vivot comme eune arligieusse.

Mémère alle étot comme un fantôme ; in l’véyot pas souvint mais in savot qu’alle étot là. Toudis prête à rinde service. A faire plaijis. J’avos d’un seul coup invie d’minger des madeleines : alle s’mettot à l’ouvrache, faijot arléver l’pâte, mettot ch’moule à cauffer dins sin four qui allot toudis ; un tiot coup d’huile Lesieur su’ ch’ fond, eune douzaine d’étrons d’pâte , ch’ moule intiqué dins ch’four et un quart d’heure après alle sortot chés madeleines toutes caudes qu’alle démoulot avec s’ cuiller pour pas les casser. Cha sintot bon, chétot délicieux, chétot moelleux, cha croustillot, cha fondot … Elle, alle in mingeot minme pas ; chétot pour nous ; tout pour és’ zautes. Alle faijot aussi des gauffes dins un viux gaufrier in fonte noire, et des gaufrettes croustillantes dins des vielles poeles tout noires aussi comme du carbon… Des gaufrettes, alle in faijot toudis pour un régimint, alors forchémint in pouvot pas tout minger et i’ in restot qu’alle mettot d’ côté dins eune boite in fer carrée avec des grands capiaux d’ bigoudennes qu’ madame Crendal alle avot dû i rapporter sûremint d’un voyache in Bretanne…

Alle mingeot pas souvint avec nous ; l’diminche peut-ête, dins l’ pièche éd’ devant. Alle préparot sin minger dins s’pièche, sur sin fourniau. Après cha alle faijot du raccommodache ou du tricot sur sin divan. In jétant des fos un coup d’oeulle par elle ferniètte qui donnot sur ch’ coin dé l’grand route. Sin calvaire à elle, chétot eune voisine, eune veuve qui étot pus for à plache, qui pésot au moins 130 kilos, qui s’ lavot jamais et qui vénot s’assir sur sin appui d’ ferniette pour raviser chés gins passer dins l’ rue Alfred Leroy ; du coup y’avot pus d’lumière dins s’pièche ! Alors alle tapot à ch’ carreau mais l’aute alle étot aussi sourd que sale et alle bougeot pas. Alors mémère alle s’rasseyot dins sin divan in soupirant pis alle attindot qu’ l’aute alle s’in alle.

Au soir, à chinq heures et demie, alle s’in allot travailler au dispensaire dé l’ rue d’ la République, à côté du Casino. Alle y faijot femme de ménache. Alle étot tout seule pour nettoyer l’ grande salle d’attinte et chés cabinets d’médecins. Laver par terre, vider chés corbelles ; passer un coup sur chés bureaux. Alle y restot jusque 7 h et demie 8 heures, et alle chômot pas ; jé n’ l’ai jamais intindue s’ plainde ; et alle a jamais manqué sin service. Alle a travaillé là jusqu’à pus d’70 ans. Et alle a pas arrêté passe qu’alle étot mate, mais passe qu’ils l’ont obligée qu’alle étot trop vielle soit-disant. Alle avot qu’eune pétite pinsion et cha li faijot eune rallonche . Chétot des sous qu’alle mettot d’côté. Pas pour s’acater …. rien ; j’vos pas quoi qu’alle aurot eu b’soin. Nan, chétot des sous qu’alle mettot d’ côté pour nous, ses pétits zéfants, nous payer chés billets d’ cinéma l’ diminche, l’autobus pour aller au Mont noir, nous acater du chocolat, des cigarettes … Nous donner des étreinnes…

Ch’ dispensaire !... jé y ai bien été !! Pas parce que j’étos souvint malade, nan, mais passe que in étot tout seux là au soir, que j’pouvos m’assir dins ch’fauteul dé ch’ médecin, raviser dins chés poubelles qu’in y trouvot des belles cartes postales, des crayons fantaisie, des bricoles publicitaires que chés laboratoires y leur invoyotent. J’ pouvos aussi m’allonger sur l’tabe d’examen et juer au malate, courir autour d’chés cayelles dins l’salle d’attinte ; et surtout aller m’acater eune canette éd’ schweppes à l’épicerie d’in face pis un ou deux gatiaux à l’boulangerie Latinier à côté du Casino ; avec chés sous à mémère. Et j’arvénos minger cha su’ ch’ bureau d’un docteur qu’alle avot pas cor nettié … Après j’ l’aidos aussi à armette chés cayelles, à vider chés poubelles.. Pus tard quand j’étos pus grand, que j’ faijos des sorties à vélo, in arvénant d’ Divion, j’ m’arrêtos toudis au dispensaire. Mémère alle m’attindot, chés sous y zétotent su’ l’ tabe .. Quand y’ étot tard, j’ l’aidos à fermer pis j’rintros à pied à l’maison avec elle. Y’avot qué l’rue d’ Divion à armonter ; mais bon in habitot quand minme tout in haut …

In rintrant au soir, alle allot dins s’ pièche, des fos s’ faire à minger pas grand cosse, pis tricoter ou arpriser des cauchettes eune heure ou deux ; alle artirot sin dintier qu’ alle mettot trimper dins sin verre à dints su s’ quéminée et alle montot s’ coucher d’ bonne heure avec és’ lampe éd’ poque ou eune bougie pour pas user dé l’ lumière ; et au matin quand in s’ lévot pour aller à l’école, alle étot déjà d’ bout, coiffée , habillée, prête à aider m’ mère pour faire à minger ou l’ lessive ou n’importe quoi d’aute. Mémère, alle avot pas d’vie à elle ; chétot tout pour les zautes.



  ( 3 photos)  


Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 6 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |