histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  excusez me j éto trop jone (23/01/2021)
  chapelle Sainte Barbe (17/01/2021)
  dins s' baraque ... (10/01/2021)
  avec le hachoir au coin del' tabe (10/01/2021)
  cha y est j' su viu (03/01/2021)
  eune bonne et eune heureusse (01/01/2021)
  LE PETIT CHIMISTE (22/12/2020)
  DIMINCHE IN VA AU COLISEE (11/12/2020)
  y a rien au courrier ? (06/12/2020)
  Foot féminin à Bruay (04/12/2020)
  Alle est pas morte Sainte Barbe (B.Cocq-S.Colliez) (03/12/2020)
  Bonne fête de Sainte Catherine (25/11/2020)
  Bonne fête de Sainte Cécile (22/11/2020)
  CHANTEURS ET CHANSONS D AVANT (19/11/2020)
  CANTEUX D AVANT (18/11/2020)
  HOMMAGE à mon grand père et à tous les ''Poilus'' (10/11/2019)
  commint ch'est fait eune fille suite (01/11/2020)
  El nœumint d’aiguiliette (01/11/2020)
  COMMINT CHE FAIT EUNE FILLE (31/10/2020)
  Première descente (29/10/2020)
  l'os à moelle (25/10/2020)
  ch' bouillon (25/10/2020)
  dans la rubrique coup de coeur (24/10/2020)
  du coté du Cap Horn (23/10/2020)
  LES ATTRAPES A SOURIS (20/10/2020)
  coureurs cyclistes mauvais souvenirs (17/10/2020)
  coureurs cyclistes bon souvenir (17/10/2020)
  MEMERE EUNE VIE 2ieme partie (12/10/2020)
  la montée en classe (07/10/2020)
  MEMERE EUNE VIE 1ere partie (06/10/2020)
  la boite à pharmacie partie 2 (04/10/2020)
  la boite à pharmacie partie 1 (04/10/2020)
  Tutur (02/10/2020)
  Luis Mariano... (02/10/2020)
  TELEPHONE et FACTEURS partie 2 (29/09/2020)
  Papa et sin gardin (26/09/2020)
  LA POSTE de BRUAY partie 1 (22/09/2020)
  Firestone (20/09/2020)
  départ en carette (20/09/2020)
  LES NOUNOURS (11/09/2020)
  BERCK 2020 SOUVENIRS (03/09/2020)
  ESCURSION IN BELGIQUE (27/08/2020)
  au temps du bio, du qui sont ... (25/08/2020)
  pour alimenter radio coron ... (23/08/2020)
  MIN PREMIER PICHON 3ieme partie (14/08/2020)
  PEQUE A SAINT VALERY partie 2 (07/08/2020)
  PEQUE A SAINT VALERY 1ere partie (04/08/2020)
  Cocu (03/08/2020)
  LES COUPS (31/07/2020)
  Bruay en Artois 1935 (26/07/2020)
  bibilolo de Saint Malo (26/07/2020)
  VOYETTES partie 2 (23/07/2020)
  VOYETTES partie 1 (20/07/2020)
  EPILOGUE : LES COMMERCANTS (08/07/2020)
  PARFUMERIE DELERCE (02/07/2020)
  Jacqueline la bienfaitrice (28/06/2020)
  VETEMENTS MARCHAND FRERES (26/06/2020)
  LE CINÉMA CASINO (22/06/2020)
  IN ARRIVANT AU CERCLE (19/06/2020)
  cha a bien cangé (16/06/2020)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 mememarie ( 02/08/2020)
Bonjour, Je découvr...
 Drit79 ( 08/02/2019)
Mon dernier écrit ic...
 michel.gervois@neuf.fr ( 07/10/2018)
Bonjour à tous les B...
 dufossez jean ( 24/09/2018)
Bonjour les potes J...
 bob 38 ( 22/09/2018)
Bonjour a tous , chu...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
COMMINT CHE FAIT EUNE FILLE
par berlens78 le, 31/10/2020  

Des femmes tout nues …. Dù qu’in pouvot bien vire cha ? Pas dins chés rues ; pas à l’télé non pus, in n’avot pas ; au cinéma ? Ouais au casino, l’samedi à minuit, y’ avot des films interdits à chés moins d’ 18 ans mais pour rintrer i fallot faire vire és’ carte d’identité ; et contrairemint à chés zautes films qu’y avot toudis des photos accrochées dins chés vitrines à l’intrée, là y’ avot rien : seulemint eune bande éd’ papier noir collée par au-d’sus « INTERDIT aux moins de 18 ans ».

Bon ben alors ché quoi eune fille , à quoi qu’ cha arsenne in d’sous ? Mes camarattes i z’in savottent pas plus que mi, sauf quéques z’uns qui zavotent eune sœur mais i mé n’apprenotent pas grand cosse.

J’auros pu d’mander à mes parints mais i m’aurotent traité d’ cochon ou d’ salopiot ou cor pire d’vicieux. A ch’ maîte à l’école ? cor’ moins et chés cours d’éducation sexuelle i zétotent pas au programme. Alors eune fille, non seulemint in savot pas quoi qu’ chétot mais y’ avot in plus gramint d’ mystère : pourquoi qu’ personne i voulot pas in parler ? chétot si sale que cha ?...

Au lycée, y n’avot qui faijotent les malins mais qui voulotent rien dire ; et in pouvot pas leur demander passe que chétot leur avouer qu’in savot rien. Et i se s’rotent tous foutus d’mi. Demander à eune fille ? J’in connaichos pas ; pis commint li d’mander cha ? « bonjour Brigitte, té pourros m’faire vire commint qu’ ché fait eune fille ? » chétot eune calotte direct.

Bon ben alors ? Que mystère !! à qui qu’ j’vas d’mander ? à mémère ? Cor moins, alle a jamais dû intinde parler d’ tout cha. A min père ? j’auros jamais osé. A min tchien ? I parlot pas pis i’ avot pas l’air non pus bien rinseigné, à vire commint qu’i allot s’frotter sin zizi su l’gambe d’ chés z’invités …

Pour l’in haut, j’ savos à peu près à quoi qu’ cha arsennot : j’allos à ch’ magasin d’ farces et attrappes in bas dé l’ rue des escaliers (là, in m’ connaîchot pas) acater Paris-Flirt (vire chés photos) ; chétot un magazine sensé parler d’cinéma mais chétot surtout pour vire des photos d’ filles avec leux nichons à l’air. Pis des revues d’ naturisme aussi mais l’in bas d’ chés femmes y’ étot toudis armuché d’un bandeau noir. J’vos cor él’ tête dé l’ commerçante dins l’ boutique dù qu’ jé m’ muchos derrière un présentoir in attindant qu’y euche pus personne, quand j’ vénos li d’mander si alle avot archu ch’ dernier Paris Flirt … In plus, alle m’faijot répéter, soit disant que j’ parlos tout bas qu’alle intindot pas … Après j’allos tout au fond délle boutique prinde eune revue naturiste, que j’ mettos in d’sous d’ min Paris Flirt … Au momint d’payer, j’étos tout rouche, mes mains i trennotent ; j’ dijos au r’voir dins mes dints in ravisant ch’ carrelache, j’ fermos l’porte in douche et j’ respiros un grand coup su ch’ trottoir. Un coup d’oeulle tout autour pour vire si j’ connaichos personne qu’i aurot pu vénir cafter à mes parints, et j’ cachos mes revues in d’sous d’ min pull pour armonter l’ rue Alfred Leroy ; ouvrir et pousser l’ porte délle baraque tout duchemint, rintrer, monter chés zescaliers quate à quate et les mucher in d’sous d’ min lit, tout au fond, conte él’ porte dé ch’ garnier qu’ alle étot condamnée.

J’ les ravisos au soir avant d’ dormir, dins min lit in d’sous d’ chés couvertures avec ém’ lampe éd’ poque. J’ les soulevos d’ timps in temps pour acouter si y n’avot pas un qui montot chés zescaliers ; et j’ tournos chés pages duchemint pour pas réveiller min tiot frère qui dormot dins ch’ lit d’à côté.

A l’ducasse du 14 juillet à Bruay, eune fos, pas lon dé ch’pont d’ la Lawe, y’ avot un spectaque de « streap tease » , du « nu intégral » ! I fallot juste payer pour vire eune garnoulle s’ mette tout nue … Des garnoulles, jé n’avos déjà vu in sciences naturelles dins ch’labo, j’ les avos minme disséquées pis torturées à l’gégène, et j’avos pas dû payer pour cha … Mais là chétot pas eune vraie garnoulle, chétot eune femme, eune vraie… Que attraction ! Jé n’avos jamais vu in vrai d’femmes tout nues du haut pis non pus du bas ; des femmes d’abord j’in connaichos pas ; j’avos pas eu d’pétite sœur et m’ mère alle s’ déshabillot dins l’cuisine pour mette és’ quémiche éd nuit quand tout l’ monde i’ étot couché.

Du « nu intégral » qu’ chétot marqué in grand su ch’ l’affiche ! Ah ! ben voilà, ché cha qui m’ fallot, j’allos pouvoir ête rinseigné sur l’in-bas ; malheureusemint i fallot avoir 18 ans et in plus j’avos pas assez d’sous pour payer l’intrée ; pis aussi peur éd’ passer pour un dépravé aux ziux d’tous chés gins qui ravisotent agglutinés à l’intrée in rigolant mais qu’y n’avot pas un qui s’décidot à passer ch’rideau … commint faire ? Arvénir pus tard qu’ y f’ra nuit avec des sous …

Alors j’étos rintré à m’baraque que m’ mère alle m’attindot pour fermer l’porte à clé ; j’étos monté m’coucher, atteinde qu’ alle traverse ém’ chambe, faire sennant d’ dormir, l’acouter fermer l’ porte dé s’ chambe pis l’ lumière, attinde chés premiers ronflemints, et j’étos ardéchindu in faijant attintion d’pas faire craquer chés marches in bos…

M’ r’ habiller dins l’ noir, aller vire dins sin porte monnaie avec élle lampe éd’ poque, prinde chés sous qui m’ manquotent pour payer l’intrée, passer par l’ferniette dé l’salle à minger in l’arfermant comme cha, et ardéchinde à l’ ducasse in courant sur l’aute trottoir pour pas croiser chés gins qui zarmontotent et qui zaurotent pu m’arconnaite. Dins tout cha y’ étot déjà minuit passé, chés manèches i zétotent fermés, i restot pus qu’eune paire éd’ marchands d’nougats pis des gins qui cantotent au mitan dé l’ route, saouls comme des polonais… et bien sûr le spectacle i étot fini et in pouvot pu y aller …. Alors j’ sus arparti rintrer m’ coucher in armettant chés sous dins ch’ porte monnaie.

Mais l’idée alle avot bien germé dins m’tiête et alle étot asteure bien inracinée ; j’avos décidé d’armette cha l’ samedi d’après. Ch’ soir là, j’avos d’mindé à un camaratte éd’ vénir buquer au soir à l’porte pour aller à l’ducasse ; ém’ mère alle voulot pas qué j’sors comme cha si tard mais bon, chétot les vacances, chétot l’ducasse, et j’étos avec un camaratte … In a été su’ l’ plache Marmottan, monter à chés zautos tamponnantes, tout cha ; li i’ avot des j’tons gratuits passe que au matin i’ allot aider à nettoyer et à installer chés manèches avec chés forains … Su’ l’ coup d’11h du soir, j’y ai dit que j’ dévos rintrer et j’sus parti m’ mucher derrière chés zarbes él’ long d’ la Lawe ; in attindant dé l’vire armonter. Et là min cœur i comminchot à taper fort passe que j’allos essayer d’ rintrer dins ch’ baraquemint et vire des femmes tout nues…

J’avos loin d’avoir 18 ans, mais j’ai dit que j’ vénos d’ les avoir et qu’in m’avot donné des sous pou’ m’ n’ anniversaire ; et m’ carte d’identité ? ah ! Brin ! j’ l’avos laichée à l’maison ; j’habitos là-bos tout in haut dins l’ rue des aviateurs, après le stade-parc, j’allos pas faire tout l’ route pour aller l’arquère ! … in plus ché m’ n’ anniversaire !... « bon allez-y, çà va pour une fois, vous pouvez entrer » . Acater in ticket in cachant mes pièches dins min porte monnaie pour pas croiser les ziux dé l’ caissière qu’alle devot m’ prinde pour un biau vicieux elle aussi … faire vire min ticket à un qui contrôlot l’intrée devant ch’rideau, m’ glicher à l’intérieur, …

Chétot plein d’finquère et d’ lumière bleue ; y’avot des gins debout devant mi et j’ véyos rien ; j’ voulos pas m’ faire armarquer alors j’allos pas leu demander dé m’ laisser passer … Y’ avot dé l’ musique qui allot fort pis chés gins qui faijotent des Oh ! des Ah ! pis cor des zautes réflexions . Jé n’ savos pus dû m’ mette ; j’ voulos vire et un minme temps j’ osos pas demander pardon à chés gins dé m’ laisser passer pour raviser chés femmes tout nues ….

Finalemint j’ai pas vu grand cosse ; enfin si, à la fin, quand chés gins i zont comminché à sortir, qu’ j’ai pu m’ rapprocher dé l’ scène, et vire des fesses tout roses qui s’arnallotent derrière ch’ rideau in s’ balanchant …

Vu l’ prix qu’ cha avot coûté, j’étos vraimint déçu, qu’in plus j’avos rien vu et qu’ j’étos pas plus avanché sur la question…

Ché l’première et l’ dernière fos qu’ j’ai été là d’ dins (vous m’ crorez si vous voulez) ; après cha, j’avos un camaratte qui allot l’ diminche in escursion in Hollande pis qu’i rapportot des magazines éd’ femmes tout nues intégral qu’ là bos chétot in vinte libe ; i buquot à l’ porte él lundi matin, j’allos ouvrir juste l’in haut, i sortot d’ sin blouson eune revue et i mé l’ montrot in l’ténant par in bas ; j’avos pus qu’à m’pencher au-d’ sus dé l’ porte pou raviser, enfin pas longtemps, passe qu’i fallot faire attintion ; chétot pus dangereux que d’ vinde « la cause du peuple » …

Ben ! Alles zavottent des poils là aussi chés femmes ?... pis rien d’aute ? Y’ avot rien à vire ? alors pourquoi qu’i z’in faijotent tous autant d’ mystères ?...

J’étos pas au bout d’ mes découvertes.



  ( 4 photos)  


Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 4 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |