histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  Sainte Barbe in chti : s'vie, traditions (04/12/2008)
  jour de neige 3 (01/12/2021)
  MIN PERE (19/03/2019)
  jour de neige 2 (29/11/2021)
  jour de neige 1 (29/11/2021)
  Bonne fête de Sainte Catherine (25/11/2020)
  LE PATRONAGE (14/11/2019)
  le biftèque (23/11/2021)
  du fin fond de ma mémoire (21/11/2021)
  RETOUR À BRUAY (La fin des vacances à Berck . Épilogue) (31/08/2019)
  CERF-VOLANTS ET AUTES AMUSEMINTS (Les vacances à Berck 10ième partie) (26/08/2019)
  CHÉS CABINES (Les vacances à Berck 9ième partie) (21/08/2019)
  LES VACANCES À BERCK (8ième partie : CH POSTE ÉD SECOURS) (17/08/2019)
  LA JOURNÉE À STELLA (les vacances à Berck 7ième partie) (12/08/2019)
  LA DUCASSE (Les vacances à Berck 6ième partie) (06/08/2019)
  LES VACANCES À BERCK (5ième partie : la baie de l’Authie) (02/08/2019)
  LES VACANCES À BERCK (4ième partie : une journée à Bagatelle) (27/07/2019)
  fer de cordonnier (13/11/2021)
  dernier jour d'école (13/11/2021)
  classe de CE1 (13/11/2021)
  la sente des tombelles ... (13/11/2021)
  LES VACANCES À BERCK (3ième partie : l'après-midi) (20/07/2019)
  Lorette hier et aujourd hui (11/11/2021)
  panneau en haut de Lorette (11/11/2021)
  surschiste , c'est du brin ... (11/11/2021)
  VACANCES À BERCK années 60 (2ième partie : au matin) (16/07/2019)
  VACANCES À BERCK années 60 (1ère partie : départ et arrivée) (10/07/2019)
  HOMMAGE EN TEXTES à Bernard Dourlens (10/11/2021)
  Nounours (07/11/2021)
  hier et aujourd'hui (07/11/2021)
  décoration as' mode.... (03/11/2021)
  le terril du 3 suite (02/11/2021)
  le terril du 3 (02/11/2021)
  Bernard hommage (31/10/2021)
  Décès de Bernard Dourlens (26/10/2021)
  les timbres de la coop (25/10/2021)
  à mon ..... (21/10/2021)
  maquereaux au four du fourneau (20/10/2021)
  la pichenette (20/10/2021)
  Les mots de la mine (20/10/2021)
  petit pont , grand oubli .... (18/10/2021)
  Baignol et Farjon (16/10/2021)
  le tubanéon (16/10/2021)
  blanquette (16/10/2021)
  petit pont , grande histoire (16/10/2021)
  le yaourth au moulin (16/10/2021)
  RACONTE-MOI MA FAMILLE N°17 Paris juste après la guerre (07/10/2021)
  LA NAPOULE 1954 (24/09/2021)
  LES MARIE DU TEMPS JADIS (en français) (22/09/2021)
  LES MARIE DU TEMPS JADIS (21/09/2021)
  Patrimoine (20/09/2021)
  RACONTE-MOI MA FAMILLE N°16 Vacances dans la baie de Somme (15/09/2021)
  HISTOIRES-de-CHTIS et L'ÉCHO du Pas-de-Calais de Septembre 2021 (09/09/2021)
  RACONTE-MOI MA FAMILLE N°15 Des coups de feu dans la nuit (30/08/2021)
  RACONTE-MOI MA FAMILLE N°14 Le triomphe des fourbes (22/08/2021)
  RACONTE-MOI MA FAMILLE N°13 Bière ou Teepol (16/08/2021)
  RACONTE-MOI MA FAMILLE N°12 PAUL-FRANTZ ou PAUL-FRANCE… (10/08/2021)
  RACONTE-MOI MA FAMILLE N°11 De Paris au nid d'aigle... (09/08/2021)
  RACONTE-MOI MA FAMILLE N°10 La libération de Paris en août 1944 (08/08/2021)
  RACONTE-MOI MA FAMILLE N°9 Leur guerre à eux… (08/08/2021)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 mememarie ( 02/08/2020)
Bonjour, Je découvr...
 Drit79 ( 08/02/2019)
Mon dernier écrit ic...
 michel.gervois@neuf.fr ( 07/10/2018)
Bonjour à tous les B...
 dufossez jean ( 24/09/2018)
Bonjour les potes J...
 bob 38 ( 22/09/2018)
Bonjour a tous , chu...


Liens

CHA S MERITE
par berlens78 le, 12/04/2021  

In v’là cor eune d’expression qui a disparu … Dins l’ temps, in l’intindot dire souvint l’ réflexion-là ; « té veux avoir des sous ? Cha s’ mérite » ; « té voudros un vélo ? Cha s’ mérite » ; et tout cha comme cha. I fallot faire des efforts pour avoir quèque cosse ; si in bougeot pas sin cul, qu’in restot affalé tout l’ journée su s’ cayelle, in n’avot rien. Et minme pas l’ pitié d’ chés voisins : in étot un fainéant qui n’avot rien et qui l’avot bien mérité !

Mériter ; cha comminchot d’ bonne heure ; bon, quand minme pas à l’ maternité qu’in avot du lolo sans condition d’ mérite, mais pas longtemps après à l’école, avec chés bons points, chés zimaches, ch’ tableau d’honneur. Pour in gagner i fallot travailler, bien faire ses d’voirs, réciter, apprinde à s’ dépasser ; gagner des plaches au classement, arriver premier et minme là, in n’avot pas cor décroché ch’ pompon passe qu’in pouvot cor essayer d’ sauter eune classe, d’attraper l’bourse des mines, d’rintrer à l’école Normale ….

Le mérite, cha devot tirer tout chés jeaunes vers le haut, enfin pas tous, y’ avot gramint d’ réfractaires . Pas forchémint des fainéants, nan, mais des qui z’avotent pas les minmes capacités. In les véyot partir au fur et à mesure dins des zautes directions : certificat d’études, CAP, BEP, ou arrêter l’école et travailler à l’ fosse ou dév’nir apprintis dins un garache. Ché pas biau à dire aujourd’hui mais chés gins là, in dijot qui z’avotent pas réussi, qui z’avotent pas bien travaillé à l’école et i zétotent un tiot peu laissés à l’écart. Pourtant i’ in fallot des ouvriers, des manuels, des mécanos mais in n’in manquot pas comme asteure alors in savot pas ; chétot mal vu d’arrêter l’école.

Un mot rapprochant chétot « méritant » : quéqu’un qui avot gramint d’ mérite mais pas eu grand cosse in retour ; in dijot cha des mères éd’ familles nombreusses, ou qui z’avotent élevé leurs jeaunnes tout seu qu’ leur homme i étot mort à l’ fosse ou à la guerre ; « alle é n’a eu du mérite d’élever ses gosses comme cha tout seule ! ». Des fos, à forche d’avoir été méritant comme cha tout leur vie, i zavotent eune médalle à la fin : médalle d’ la famille, médalle du traval, médalle du mérite … Mais bon ché pas cha qui mettot du beurre dins chés épinards mais au moins cha donnot dé l’ respectabilité.

Au momint des étrennes, qu’in allot souhaiter la bonne année à chés matantes, chétot cor parelle : avant d’ouvrir l’ boite à gaufrettes ou à chucades, matante alle demandot à m’ mère : « Alors i a été sache ? I a bien travaillé à l’école ? Ouais ? Alors tiens min garchon, prinds eune gaufrette … ». Jé n’ sais pas chu qui s’aurot passé si j’avos pas été sache : j’auros pas eu d’ gaufrette ? ou d’étrennes ? Pétête, jé n’ l’ai jamais su. Parelle amont d’ chés commerçants, l’ rondelle éd’ saucisson ou ch’ bonbon à cujir dins ch’ bocal chétot aussi à condition d’ l’ avoir mérité « t’as eu des bonnes notes à l’école ? » ou « t’as bien aidé ta maman ? » « oui m’dame, j’ai aidé ma mère à accrocher le linge dans le jardin ». A l’école, in ville, in famille, et minme à l’église que pour communier, in l’ méritot que si in avot été à confesse avant et qu’in avot bien mis ses sous à la quête… Avec tout au bout, ch’ paradis qu’i fallot mériter aussi in faijant tout bien comme i faut tout s’ vie, tout l’ temps ; juste un pétit dérapache un coup comme cha, un momint d’égaremint et tout i étot perdu et i fallot in dire des jevoussalutMarie et des notrePèrequiêtesaux cieux à n’in plus finir pour espérer l’artrouver sin paradis promis …

Aujourd’hui, jé m’ rinds compte que tout m’ vie alle a été écrite su l’ partition là, chelle du mérite, d’ faire des efforts, qu’y a rien qui est donné comme cha pour rien. Pour minger, i faut travailler ; pour minger plus ou mieux, i faut travailler plus. Pour avoir eune baraque, un gardin, parelle. Eune auto : jé m’ rappelle qu’ in économisot des sous pendant des années avant d’acater s’ première auto d’occasion, qu’in bichonnot comme eune neuve, qu’in allot faire vire à tout l’ monde tellemint qu’in étot fiers d’avoir eune auto, mais surtout d’ montrer qu’in avot su gagner des sous et économiser pour l’acater ! Aujourd’hui des zautos, in les vole, in les brûle comme cha, in in fait des « béliers », des rodéos ; ché parints i n’acatent eune à leurs gosses à 18 ans sans l’mériter, comme cha, juste pour ête comme tout l’ monde . Mais avant, eune auto chétot sacré ; chétot l’ vitrine extérieure dé l’ réussite et donc du mérite. Y’ avot pas d’ trafiquants ni d’ gangsters ni tout cha ; chés gins qui zavotent des belles zautos chétot chux qui zavotent réussi, qui l’avotent mérité in travaillant.

Aujourd’hui, in a tout comme cha sans rien faire. Plus d’ bons points à l’école, minme plus d’ classemints pour pas traumatiser chés jeaunnes et les dégouter d’ l’école, plus d’étrennaches, plus d’ pétits commerçants dé l’ famille, plus d’ messes ni rien ; tout y est dins l’vide, suspindu comme cha à rien, à des zallocations, des RSA, des pétits trafics, des jux de hasard. In n’a plus b’soin d’mériter pour avoir quéque cosse. Tous chés progrès technologiques i z’ont été fait pour cha, simplifier ch’ quotidien, rinde chés gins soit disant plus heureux mais cha les a surtout rindus plus fainéants. Plus b’soin d’ faire des efforts, pour avoir quéque cosse, y’ a qu’à l’ commander sur Internet assis dins sin fauteul et attinde que ch’ facteur i l’apporte dins l’ boite. L’ pire ché pour chés jeaunnes qu’in sait plus leur donner l’ goût d’ l’effort : i z’ont tout sur leu téléphone. Et minme pou s’ déplacher, qu’avant i fallot pédaler sur sin vélo, i z’ont asteure des trottinettes électriques qui vont tout seul … Et à l’ baraque, quand i z’ont faim, i n’ont qu’à ouvrir ch’ frigidaire qui est toudis plein.

Jé m’ rappelle qu’ à 13 ou 14 ans, que j’avos déjà comminché à finquer d’pis eune paire d’ années et qu’ du coup j’étos vite essoufflé à vélo ou in gymnastique, j’avos vu à l’ télé Michel Jazy courir un 5000 m ; 5 km in courant à pied ? Pas croyabe, mi qui étot essouflé et qui n’in pouvot plus au bout d’ 100 m ! Alors un jeudi après-midi, j’ai pris min short et mes tennis et j’ sus allé au stade parc, dù qu’ y avot des vraies pistes in « tartan » autour dé ch’ terrain d’ foot avec des couloirs qui faijotent pile 400 m : j’avos décidé d’ courir mi aussi un 5000m ; j’avos calculé qu’ cha faijot 12 tours et demi. Y’avot pas un tchien dins le stade ; j’ai été m’ déshabiller et mette min short dins chés tribunes et j’sus déchindu tout seu sur élle piste. J’étos sûr que j’y arriveros pas mais j’voulos quand minme essayer, pour vire ; si i n’avot qu’i z’y arrivotent, pourquoi pas mi ? J’ai comminché à courir mais j’sus parti trop vite et au bout d’ 200m j’étos à bout d’ souffle, plié in deux, à l’ ramasse ; i m’in restot cor 4800 à faire ! Quo que j’ fais ? J’arrête là ? J’ continue ? Pourquoi que j’ faijos cha finalemint, y avot personne pou m’ raviser … Et là j’ai compris qu’ chétot pour mi-minme que j’faijos cha, pour avoir d’ l’estime pour mi, pour mériter dé m’ raviser dins eune glace. Alors j’ai décidé d’ continuer, minme in marchant.

J’ sus arparti duchemint, in arprénant m’respiration, pis comminché à trottiner ; cha y est, un tour éd’ fait, plus que 11 !... J’ai continué à trottiner pis accéléré un tiot peu ; j’ sintos m’ respiration s’accorder à mes foulées, j’ comminchos à prinde un bon rythme. Et chés tours i se sont succédé ; j’ai continué ; j’ai fait mes 5000 m ; j’auros cor pu continuer mais j’avos atteint m’ n’ objectif et j’étos FIER éd’ mi. D’ mi tout seu ; et y’ avot personne pour m’applaudir dins chés tribunes. J’ai été boire un coup à ch’ l’abreuvoir pis jé m’ sus rhabillé et j’ sus rintré à m’ maison. In marchant, j’avos l’impression d’ plus ête tout seu, qu’in étot deux ; comme si que j’ m’avos découvert un nouviau camarade, plus fort que mi, qui allot m’accompagner tout m’ vie, qui s’rot toudis là à côté d’ mi …

Cha s’appelle le goût d’ l’effort ; ché vrai qu’ faire des efforts, ché pas dins note nature , qu’in est putôt fainéants et qu’in aurot tendance à s’ bouger que quand in peut pas faire autremint. Mais cha, cha n’apporte pas grand cosse que dé l’ lassitude, d’ l’ indifférence, d’ l’innui et du désespoir. Que faire des efforts, ché dur su l’ momint, mais après que bonheur ! Bonheur dé s’dépasser, d’ête fier, d’ête contint. Dé s’ sintir bien et dé l’faire partager, d’apporter dé l’joie et dé l’ lumière à z’autes.

Chti qui porte l’ flamme olympique, ché pétète cha qui arsint, foulée après foulée, effort après effort : s’ dépasser li-minme pour apporter du bonheur à l’ humanité. Que programme !

Quand in fait des efforts, tout chu qu’in gagne, ché mérité.



 


Contact | ©2005-2021 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 9 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |