histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  jour de neige 3 (01/12/2021)
  MIN PERE (19/03/2019)
  jour de neige 2 (29/11/2021)
  jour de neige 1 (29/11/2021)
  Bonne fête de Sainte Catherine (25/11/2020)
  LE PATRONAGE (14/11/2019)
  le biftèque (23/11/2021)
  du fin fond de ma mémoire (21/11/2021)
  RETOUR À BRUAY (La fin des vacances à Berck . Épilogue) (31/08/2019)
  CERF-VOLANTS ET AUTES AMUSEMINTS (Les vacances à Berck 10ième partie) (26/08/2019)
  CHÉS CABINES (Les vacances à Berck 9ième partie) (21/08/2019)
  LES VACANCES À BERCK (8ième partie : CH POSTE ÉD SECOURS) (17/08/2019)
  LA JOURNÉE À STELLA (les vacances à Berck 7ième partie) (12/08/2019)
  LA DUCASSE (Les vacances à Berck 6ième partie) (06/08/2019)
  LES VACANCES À BERCK (5ième partie : la baie de l’Authie) (02/08/2019)
  LES VACANCES À BERCK (4ième partie : une journée à Bagatelle) (27/07/2019)
  fer de cordonnier (13/11/2021)
  dernier jour d'école (13/11/2021)
  classe de CE1 (13/11/2021)
  la sente des tombelles ... (13/11/2021)
  LES VACANCES À BERCK (3ième partie : l'après-midi) (20/07/2019)
  Lorette hier et aujourd hui (11/11/2021)
  panneau en haut de Lorette (11/11/2021)
  surschiste , c'est du brin ... (11/11/2021)
  VACANCES À BERCK années 60 (2ième partie : au matin) (16/07/2019)
  VACANCES À BERCK années 60 (1ère partie : départ et arrivée) (10/07/2019)
  HOMMAGE EN TEXTES à Bernard Dourlens (10/11/2021)
  Nounours (07/11/2021)
  hier et aujourd'hui (07/11/2021)
  décoration as' mode.... (03/11/2021)
  le terril du 3 suite (02/11/2021)
  le terril du 3 (02/11/2021)
  Bernard hommage (31/10/2021)
  Décès de Bernard Dourlens (26/10/2021)
  les timbres de la coop (25/10/2021)
  à mon ..... (21/10/2021)
  maquereaux au four du fourneau (20/10/2021)
  la pichenette (20/10/2021)
  Les mots de la mine (20/10/2021)
  petit pont , grand oubli .... (18/10/2021)
  Baignol et Farjon (16/10/2021)
  le tubanéon (16/10/2021)
  blanquette (16/10/2021)
  petit pont , grande histoire (16/10/2021)
  le yaourth au moulin (16/10/2021)
  RACONTE-MOI MA FAMILLE N°17 Paris juste après la guerre (07/10/2021)
  LA NAPOULE 1954 (24/09/2021)
  LES MARIE DU TEMPS JADIS (en français) (22/09/2021)
  LES MARIE DU TEMPS JADIS (21/09/2021)
  Patrimoine (20/09/2021)
  RACONTE-MOI MA FAMILLE N°16 Vacances dans la baie de Somme (15/09/2021)
  HISTOIRES-de-CHTIS et L'ÉCHO du Pas-de-Calais de Septembre 2021 (09/09/2021)
  RACONTE-MOI MA FAMILLE N°15 Des coups de feu dans la nuit (30/08/2021)
  RACONTE-MOI MA FAMILLE N°14 Le triomphe des fourbes (22/08/2021)
  RACONTE-MOI MA FAMILLE N°13 Bière ou Teepol (16/08/2021)
  RACONTE-MOI MA FAMILLE N°12 PAUL-FRANTZ ou PAUL-FRANCE… (10/08/2021)
  RACONTE-MOI MA FAMILLE N°11 De Paris au nid d'aigle... (09/08/2021)
  RACONTE-MOI MA FAMILLE N°10 La libération de Paris en août 1944 (08/08/2021)
  RACONTE-MOI MA FAMILLE N°9 Leur guerre à eux… (08/08/2021)
  RACONTE-MOI MA FAMILLE N°8 Seule avec ses enfants au milieu des lignes allemandes (07/08/2021)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 mememarie ( 02/08/2020)
Bonjour, Je découvr...
 Drit79 ( 08/02/2019)
Mon dernier écrit ic...
 michel.gervois@neuf.fr ( 07/10/2018)
Bonjour à tous les B...
 dufossez jean ( 24/09/2018)
Bonjour les potes J...
 bob 38 ( 22/09/2018)
Bonjour a tous , chu...


Liens

BARAQUE A FRITES
par berlens78 le, 20/04/2021  

Du pus long qu’ jé m’ rappelle, mes premiers souvenirs d’ baraque à frites i vont à « grand-mère » Salmon qui vindot des frites au mitan dé l’ rue des escaliers, à peu près au niveau du REX.

In arvénant dé m’ promener au stade Grossemy avec mémère l’ diminche après-midi, in armontot chés zescaliers, mi quate à quate mais mémère avec gramint plus d’ ruses. J’avos l’ temps d’ les armonter et ardéchinde deux fos avant qu’alle arrive in haut, pis d’ souffler un coup in s’appoyant su l’rambarde d’escalier. Mais l’ pus dur i restot à vénir avec tout l’ rue in viux pavés à armonter jusqu’au cercle. Alors forchémint, i fallot faire eune pause à mi-quémin, et cha quéyot bien passe que chétot justemint au niveau dé l’ baraque à frites.

In l’ véyot d’ long d’abord avec chés ampoules allumées qui pindotent autour sur des fils électriques et tout l’ finquère blanque qui sortot dé l’ quéminée in tôle. Et plus in s’rapprochot, plus cha sintot bon les frites, tellemint bon qu’in pouvot pas résister, qu’in étot obligé d’acater un cornet. L’ mère Salmon, alle les faijot cor’ cuire au gras d’ bœuf, et pas à l’ végétaline ; d’ accord, in mettot du gras plein ses dogts et des fos aussi sur sin paletot mais chétot quand minme bien meilleux qu’ à l’ végétaline qu’alles zavotent pas d’ goût, comme « allégées » qu’ in dirot asteure.

Comme él’ rue alle déchindot fort, pour que l’ baraque alle seuche d’aplomb, l’avant i étot posé sur eune paire éd parpaings et l’insenne i étot quand minme assez haut ; pour mi qu’ j’étos cor pétit, j’ véyos pas grand cosse et i fallot que j’ tienne min bras in l’air pour donner chés sous et prinde min cornet, tout cha in m’ ardréchant sur mes bouts d’ pieds (ortels).

Vu d’in bas, j’ véyos alignés su ch’ comptoir l’ boutelle éd’ vinaigue, ch’ pot d’ picallily et ch’ pot d’ moutarde avec leus grosses cuillers in bos ; et l’ grande boite à sel. Du sel, cha coûtot pas quère et alle ravisot pas à n’in mette des quantités sur chés frites, tellemint qu’ des fos i valot miux jéter chelles du d’sus. Ou alors les noyer dins du vinaigue ! Pour cha aussi alle ravisot pas à l’ quantité !

In fin d’après-midi comme cha l’ diminche, que chés gins i zétotent pas cor’ sortis d’ chés cinémas, i avot pas core la queue , mais du coup souvint chés frites alles zétotent récauffées … Alle in faijot cuire d’avanche tout un stock pour pas faire attinde chés clients quand i zarriverotent tous in minme temps . Alle sortot chés pétotes toutes épluchées d’un gros séiau, in posot eune au bord dé s’ machine à faire des frites, appoyot su ch’ levier d’ tous ses forches et chés frites alles z’arsototent toute faites par l’aute côté. Quand i n’avot assez, alle faijot glicher ch’ tas d’ frites dins sin tablier, et s’artournot vers ch’ bac à graisse éd’ bœuf pour les verser d’dins. Du coup cha faijot un gros nuage d’ finquère blanque qui sortot dé l’ l’ baraque et in n’ véyot pus que l’ silhouette dé l’ mère Salmon qui touillot chés frites dins ch’ bac avec s’ n’ écumette. Après cha, alle s’artournot vers chés clients avec s’ grosse figure toute rouche, ses mèches d’ cavux gras qui sortotent d’ sin chignon, posot ses deux poings su ch’ comptoir , et m’ ravisot in dijant : « Un petit, un moyen ou un grand ? » …

Y’avot pas cor d’ merguez, saucisses, fricadelles, américains et tout l’ tin-toin ; chés merguez alles zavottent pas cor traversé la méditerranée. Y’ avot juste des frites, qu’in pouvot commander avec dé l’ moutarde, du vinaigue et du picallilly .. Et du sel, mais cha y’avot pas b’soin dé l’ dire … A ch’ momint là, in dijot pas cor eune barquette mais un cornet, qui étot fait avec eune feulle éd’ papier marron, genre du cellophane, que l’ mère Salmon alle arrachot eune à eune d’eune pile éd’ papier posé sur sin comptoir, in d’ sous dé l’ grosse boite à sel pou pas qu’alles s’involent. Alle avot l’ coup pour faire chés cornets in un clin d’oeulle, inroulant l’ feulle autour d’ sin dogt et arpliant ch’bout du bas vers l’in haut.

J’ finichos d’ monter l’rue des escaliers avec min cornet, tout duchemint, rassaquant chés frites eune à eune pour les minger ; chés premières alles zétotent brûlantes et i fallot souffler d’ sus deux trois fos et z’ escouer un coup pour artirer tout ch’ sel. Et pis alles zétotent molles alors jé m’ dépéchos d’arriver au fond pour minger chés « croques », ches pétits morchiaux d’ frites bien croustillants, bien roussis ; mais arrivé à ch’ niveau là, y’ avot pus d’ sel … Et ch’ cornet i comminchot à ête tout gras, jé n’avos plein mes mains , et i restot pus qu’à l’ jéchter dins eune poubelle au cercle , pis à chucher ses dogts un par un ..

Arrivés au cercle, cha sintot cor les frites, qui z’in faijotent aussi à la Max pis amont Zaza ; in croisot plein d’ gins bras d’sus bras d’ sous qui mingeotent leus paquets d’ frites avec leurs dogts ; tout in rigolant. Des amoureux qui z’ écangeotent comme cha leus frites, les intiquant dins l’ bouque d’ l’aute in rigolant……. Un paquet d’ frites, chétot la fête, chétot d’ la joie ; et un diminche sans cornet d’ frites, chétot pas un vrai diminche …


 


Contact | ©2005-2021 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 7 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |