histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  Sainte Barbe in chti : s'vie, traditions (04/12/2008)
  jour de neige 3 (01/12/2021)
  MIN PERE (19/03/2019)
  jour de neige 2 (29/11/2021)
  jour de neige 1 (29/11/2021)
  Bonne fête de Sainte Catherine (25/11/2020)
  LE PATRONAGE (14/11/2019)
  le biftèque (23/11/2021)
  du fin fond de ma mémoire (21/11/2021)
  RETOUR À BRUAY (La fin des vacances à Berck . Épilogue) (31/08/2019)
  CERF-VOLANTS ET AUTES AMUSEMINTS (Les vacances à Berck 10ième partie) (26/08/2019)
  CHÉS CABINES (Les vacances à Berck 9ième partie) (21/08/2019)
  LES VACANCES À BERCK (8ième partie : CH POSTE ÉD SECOURS) (17/08/2019)
  LA JOURNÉE À STELLA (les vacances à Berck 7ième partie) (12/08/2019)
  LA DUCASSE (Les vacances à Berck 6ième partie) (06/08/2019)
  LES VACANCES À BERCK (5ième partie : la baie de l’Authie) (02/08/2019)
  LES VACANCES À BERCK (4ième partie : une journée à Bagatelle) (27/07/2019)
  fer de cordonnier (13/11/2021)
  dernier jour d'école (13/11/2021)
  classe de CE1 (13/11/2021)
  la sente des tombelles ... (13/11/2021)
  LES VACANCES À BERCK (3ième partie : l'après-midi) (20/07/2019)
  Lorette hier et aujourd hui (11/11/2021)
  panneau en haut de Lorette (11/11/2021)
  surschiste , c'est du brin ... (11/11/2021)
  VACANCES À BERCK années 60 (2ième partie : au matin) (16/07/2019)
  VACANCES À BERCK années 60 (1ère partie : départ et arrivée) (10/07/2019)
  HOMMAGE EN TEXTES à Bernard Dourlens (10/11/2021)
  Nounours (07/11/2021)
  hier et aujourd'hui (07/11/2021)
  décoration as' mode.... (03/11/2021)
  le terril du 3 suite (02/11/2021)
  le terril du 3 (02/11/2021)
  Bernard hommage (31/10/2021)
  Décès de Bernard Dourlens (26/10/2021)
  les timbres de la coop (25/10/2021)
  à mon ..... (21/10/2021)
  maquereaux au four du fourneau (20/10/2021)
  la pichenette (20/10/2021)
  Les mots de la mine (20/10/2021)
  petit pont , grand oubli .... (18/10/2021)
  Baignol et Farjon (16/10/2021)
  le tubanéon (16/10/2021)
  blanquette (16/10/2021)
  petit pont , grande histoire (16/10/2021)
  le yaourth au moulin (16/10/2021)
  RACONTE-MOI MA FAMILLE N°17 Paris juste après la guerre (07/10/2021)
  LA NAPOULE 1954 (24/09/2021)
  LES MARIE DU TEMPS JADIS (en français) (22/09/2021)
  LES MARIE DU TEMPS JADIS (21/09/2021)
  Patrimoine (20/09/2021)
  RACONTE-MOI MA FAMILLE N°16 Vacances dans la baie de Somme (15/09/2021)
  HISTOIRES-de-CHTIS et L'ÉCHO du Pas-de-Calais de Septembre 2021 (09/09/2021)
  RACONTE-MOI MA FAMILLE N°15 Des coups de feu dans la nuit (30/08/2021)
  RACONTE-MOI MA FAMILLE N°14 Le triomphe des fourbes (22/08/2021)
  RACONTE-MOI MA FAMILLE N°13 Bière ou Teepol (16/08/2021)
  RACONTE-MOI MA FAMILLE N°12 PAUL-FRANTZ ou PAUL-FRANCE… (10/08/2021)
  RACONTE-MOI MA FAMILLE N°11 De Paris au nid d'aigle... (09/08/2021)
  RACONTE-MOI MA FAMILLE N°10 La libération de Paris en août 1944 (08/08/2021)
  RACONTE-MOI MA FAMILLE N°9 Leur guerre à eux… (08/08/2021)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 mememarie ( 02/08/2020)
Bonjour, Je découvr...
 Drit79 ( 08/02/2019)
Mon dernier écrit ic...
 michel.gervois@neuf.fr ( 07/10/2018)
Bonjour à tous les B...
 dufossez jean ( 24/09/2018)
Bonjour les potes J...
 bob 38 ( 22/09/2018)
Bonjour a tous , chu...


Liens

CH PAIN DE 700
par berlens78 le, 27/04/2021  

« Quand t’auras fini d’ taper dins tin ballon, t’iras quère du pain àmont Casteele ! » ; i fallot pas me l’ dire deux fos passe que j’avos quère aller à l’ boulangerie, pousser l’ porte pour intrer et sintir d’un seul coup dins mes niflettes tous chés zodeurs éd’ pain frais, d’ brioche, d’ gâtiaux … Avec tous chés pains sagemint ringés dins chés casiers in fer derrière ch’ comptoir et des tout nouviaux tout cauds qui z’arrivotent dins un grand panier d’osier directemint dé ch’ four qui étot dins eune bâtinsse au fond dé l’ cour. J’ cros bien qu’ chétot Monsieur Casteele li-minme, ch’ boulanger , qui les apportot dins l’ boutique in ouvrant tout grand l’ porte dé l’ cour, avec s’ vareusse blanque couverte d’ farine et sin pétit capiau rond d’ mitron...

Y’ avot des pains d’ 700, des boules, des flûtes, et des grands pains d’ trois lives pour chés familles nombreusses. Nous, chétot toudis un pain d' 700 pas trop cuit, avec des fos aussi eune « boule » pour mémère qui mingeot pas gramint ; i n'a qu'i dijotent des boulots mais à m' baraque, in dijot des boules ; jé n'savos pas trop quo qu' chétot un boulot et j'osos pas d'mander .... J'étos bête ... Un boulot pour mi chétot un garchon inrobé, trop gros ; et pour eune fille in dijot « boulotte » … Pas fort biau comme mot. Alors j’avos pas quère ch’ mot là ; et cor moins ch’ mot « bâtard », qu’y avot aussi eune sorte éd’ pain qu’ des gins i z’appelotent comme cha, et j’ comprénos pas passe que pour mi « bâtard » chétot un gros mot. J’ préféros des flûtes, un gros mot plus poli qu’in intindot des fos dire par des « Madame ». Mais des flûtes, chétot pour aller pique niquer alors in n’acatot pas souvint passe qu’in n’avot pas cor d’auto ; mais cha pouvot arriver des fos pour aller in escursion à l’autobus au Mont Noir par exempe.

J' m'in rappelle bien dé ch' pain d' 700 ... Min père i l’ prénot dins ses bras au momint d’ minger ; in étot tous assis autour dé l’ tabe in formica avec chés rallonches et li, i restot d’ bout pour faire él’ croix d’ sus avec sin coutiau. Y' avot que ch' père qui avot l' drot d' faire cha, enfin quand i travaillot pas passe que sinan chétot m’ mère, qui s’imbétot pas avec cha et qu’alle faijot l’ croix n’importe commint, mais tant pire ; et tant que l’ croix alle avot pas été faite, in n'avot pas l' drot dé l' minger. Après i coupot des grosses tartines avec ch' « coutiau à pain », un grand coutiau avec des dints qui servot qu' à cha, et que m’ mère, à l’aute bout dé l’ tabe, alle sortot d’ sin tiroir à cuisine avec chés coutiaux, chés fourchettes et chés cuillers. I restot d’ bout pour couper ch’ pain qu’i ténot dé s’ main gauche conte és’ poitrine avec sin coutiau dins s’ main droite et i posot tous chés tartines coupées dins eune assiette au mitan dé l’ tabe. I n’avot des grosses, des fines, des mal foutues, in avot l’ choix. Quand ch’ pain i’ étot cor tout frais, tout caud, in s’ battot pour chti qui aurot ch’ croûton, croustillant et moélleux. Min père, li, i rouspétot passe que ch’ pain i étot trop mou, qui s’ écrasot et i préférot du pain rassis facile à couper. Mais pas nous …

Après, y’ a eu eune machine à trancher ch’ pain amont Casteele ; eune grosse bastringue in fer avec des ringées d’ dints coupantes toudis in mouvemint, toudis prêtes à morde ; alle mettot ch’ pain devant et i étot tout d’ suite avalé par chés dints, coupé in tranches égales, et i restot pus qu’à l’infiler dins sin paquet et mette eune attache pou l’ fermer au bout. J’osos pas raviser, j’avos toudis peur que s’ main alle seuche avalée avec ; mais Madame Casteele, cha avot pas l’air dé l’ tracasser, à vire l’ vitesse qu’alle faijot tout cha tout in parlant et in servant chés gins. Mais là aussi, i fallot pas que ch’ pain i seuche trop frais passe qu’au lieu d’ête coupé i’ étot tout écrabouillé ; des fos Madame Casteele, pour faire plaisir à ses clientes, alle essayot quand minme mais l’ machine alle voulot pas. Alors, que cujir ? du pain un tiot peu rassis coupé ou du bon pain tout caud et croustillant pas tranché ?... pour mi l’ choix i étot vite fait et j’ rintros avec à l’ maison in l’ mettant conte min nez pour m’ rimplir mes poumons dé s’ bonne odeur. J’auros jamais mordu d’ dins pour goûter passe que j’auros eu eune calotte in rintrant direct et i fallot aussi qu’ min père i fasse l’ fameusse croix d’ sus avant dé l’ minger, passe que cha aurot été « sacrilège » et ch’ pétit Jésus qui passot sin temps à m’ surveiller i m’aurot vu et j’auros cor été obligé d’aller à confesse …

Minger du pain, chétot surtout pour souper, à midi in n’in mingeot pas ; enfin si, des fos, un tiot bout pour « ronguer » l’ sauce éd’ rosbeef par exempe, ou bien l’ mayonnaisse. Pour archiner aussi … Quo qu’in mettot su ch’ pain ? Dé l’ confiture éd’ groselles avec du beurre ou dé l’ compote éd’ pommes qui étot dins des grosses boites éd’ conserve qu’i fallot un ouvre boite pour les ouvrir ; y’ avot pas cor éd’ nutella (arrivé in France in 1966) mais déjà in faijot fonde du « chocolat à cuire » avec du chuque dins eune pétite castrole sur l’ cuisinière et in l’étalot su l’ tartine avec eune cuiller (sans oublier dé l’ ronguer après ; des deux côtés …).

A ch’ pétit déjeuner aussi, chétot eune tartine éd’ beurre (souvint du pain rassis dé l’ velle ou l’ avant velle) qu’in trimpot dins du café au lait et plus tard dins du banania. J’avos quère rouler des boulettes éd' pain intre mes dogts, et les tiquer dins l' guiffe éd' min tiot frère, comme cha pour rigoler ; cha l’ faijot braire et min père cha l' mettot in boule ; i fallot pas juer avec du pain ! ....

Au soir, in pouvot minger eune tartine éd’ pâté d’ liève avec un cornichon pis des pétotes au four ou sautées à l’alle… Eune tartine aussi avec du gruyère fondu qu’in faijot fonde dins eune tasse sur l’ cuisinière (pas d’trop longtemps passe qu’après chétot dé l’ huile … ) ; quand y’ avot pas d’ gruyère, jé l’ faijos avec du « hollande » mais chétot pas parelle, cha fondot pas et cha dév’not comme du caoutchouc ; à s’ demander si l’aute pays du fromache i l’ faijotent vraimint avec du lait (in plus ch’ lait qui sortot d’ chés vaques i devot avoir eune drôle éd’ couleur …)

Pour aller à l’école l’après-midi, qu’in devot goûter à l’ récréation, dins m’ malette y’ avot eune tartine beurrée avec un carré d’ chocolat à croquer Delespaul Havez, i m’ senne, tout cha armuché dins du papier d’argent (d’aluminium ou « alba » qu’in dira après 1965). Avec des fos eune pomme ou eune mandarine l’hiver.

Et pendant chés vacances à berck, qu’in allot passer l’après-midi à la plage, ém’ mère alle avot toudis dins sin sac à commissions note goûter qu’alle avot préparé avant d’ partir : deux tartines beurrées posées l’eune sur l’aute avec dé l’ confiture au mitan ou un carré d’ chocolat, ou bien des fos un morchiau d’ flûte coupé in deux. In mingeot cha in arvénant dé s’ baigner dins la mer, inroulés tout nus dins eune grande serviette, qu’in trennot d’ frod avec la chair de poule. Attintion d’ pas laisser quère él’ tartine dins ch’ sabe passe qu’i n’avot pas eune deuxième … Si cha arrivot quand minme, tellemint que j’ claquos des dints ou qu’un agozile i vénot m’ pousser par derrière pour s’amuser, j’ devos l’ ramasser, artirer ch’ pus gros et m’ résoude à sintir craquer chés grains d’ sabe dins mes dints …

Quand j’intins « pain d’ 700 », ché tout cha qu’ j’arvos ; mais j’ l’intinds pus ch’ mot là d’ pis longtemps… L’ baguette alle a tout rimplaché. Et jé n’ sais pas pourquoi mais des souvenirs éd’ baguette, jé n’ai pas.


 


Contact | ©2005-2021 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 5 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |