histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  Sainte Barbe in chti : s'vie, traditions (04/12/2008)
  jour de neige 3 (01/12/2021)
  MIN PERE (19/03/2019)
  jour de neige 2 (29/11/2021)
  jour de neige 1 (29/11/2021)
  Bonne fête de Sainte Catherine (25/11/2020)
  LE PATRONAGE (14/11/2019)
  le biftèque (23/11/2021)
  du fin fond de ma mémoire (21/11/2021)
  RETOUR À BRUAY (La fin des vacances à Berck . Épilogue) (31/08/2019)
  CERF-VOLANTS ET AUTES AMUSEMINTS (Les vacances à Berck 10ième partie) (26/08/2019)
  CHÉS CABINES (Les vacances à Berck 9ième partie) (21/08/2019)
  LES VACANCES À BERCK (8ième partie : CH POSTE ÉD SECOURS) (17/08/2019)
  LA JOURNÉE À STELLA (les vacances à Berck 7ième partie) (12/08/2019)
  LA DUCASSE (Les vacances à Berck 6ième partie) (06/08/2019)
  LES VACANCES À BERCK (5ième partie : la baie de l’Authie) (02/08/2019)
  LES VACANCES À BERCK (4ième partie : une journée à Bagatelle) (27/07/2019)
  fer de cordonnier (13/11/2021)
  dernier jour d'école (13/11/2021)
  classe de CE1 (13/11/2021)
  la sente des tombelles ... (13/11/2021)
  LES VACANCES À BERCK (3ième partie : l'après-midi) (20/07/2019)
  Lorette hier et aujourd hui (11/11/2021)
  panneau en haut de Lorette (11/11/2021)
  surschiste , c'est du brin ... (11/11/2021)
  VACANCES À BERCK années 60 (2ième partie : au matin) (16/07/2019)
  VACANCES À BERCK années 60 (1ère partie : départ et arrivée) (10/07/2019)
  HOMMAGE EN TEXTES à Bernard Dourlens (10/11/2021)
  Nounours (07/11/2021)
  hier et aujourd'hui (07/11/2021)
  décoration as' mode.... (03/11/2021)
  le terril du 3 suite (02/11/2021)
  le terril du 3 (02/11/2021)
  Bernard hommage (31/10/2021)
  Décès de Bernard Dourlens (26/10/2021)
  les timbres de la coop (25/10/2021)
  à mon ..... (21/10/2021)
  maquereaux au four du fourneau (20/10/2021)
  la pichenette (20/10/2021)
  Les mots de la mine (20/10/2021)
  petit pont , grand oubli .... (18/10/2021)
  Baignol et Farjon (16/10/2021)
  le tubanéon (16/10/2021)
  blanquette (16/10/2021)
  petit pont , grande histoire (16/10/2021)
  le yaourth au moulin (16/10/2021)
  RACONTE-MOI MA FAMILLE N°17 Paris juste après la guerre (07/10/2021)
  LA NAPOULE 1954 (24/09/2021)
  LES MARIE DU TEMPS JADIS (en français) (22/09/2021)
  LES MARIE DU TEMPS JADIS (21/09/2021)
  Patrimoine (20/09/2021)
  RACONTE-MOI MA FAMILLE N°16 Vacances dans la baie de Somme (15/09/2021)
  HISTOIRES-de-CHTIS et L'ÉCHO du Pas-de-Calais de Septembre 2021 (09/09/2021)
  RACONTE-MOI MA FAMILLE N°15 Des coups de feu dans la nuit (30/08/2021)
  RACONTE-MOI MA FAMILLE N°14 Le triomphe des fourbes (22/08/2021)
  RACONTE-MOI MA FAMILLE N°13 Bière ou Teepol (16/08/2021)
  RACONTE-MOI MA FAMILLE N°12 PAUL-FRANTZ ou PAUL-FRANCE… (10/08/2021)
  RACONTE-MOI MA FAMILLE N°11 De Paris au nid d'aigle... (09/08/2021)
  RACONTE-MOI MA FAMILLE N°10 La libération de Paris en août 1944 (08/08/2021)
  RACONTE-MOI MA FAMILLE N°9 Leur guerre à eux… (08/08/2021)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 mememarie ( 02/08/2020)
Bonjour, Je découvr...
 Drit79 ( 08/02/2019)
Mon dernier écrit ic...
 michel.gervois@neuf.fr ( 07/10/2018)
Bonjour à tous les B...
 dufossez jean ( 24/09/2018)
Bonjour les potes J...
 bob 38 ( 22/09/2018)
Bonjour a tous , chu...


Liens

PEPERE partie 2 sur 3
par berlens78 le, 29/06/2021  

I habitot eune pétite baraque à L’bussière, pas lon dé l’ côte du mont d’Hélin. I avot un grand gardin tout in longueur qui allot in déchindant et tout au bout y’ avot pus d’ baraques, pus rien ; que des camps à perte éd’ vue et des terrils au fond ; et surtout in véyot des lapins courir et faire la carmagnole . In véyot lon et minme jusqu’à l’antenne éd’ Bouvigny ! Sin gardin, in n’in véyot pas l’ bout. Et tout du long dé ch’ l’allée, i’ avot des blettes (aujourd’hui in dirot des groselles à maquereaux), des mûres et des pas mûres ; chétot facile éd’ les zarconnaîte : chés pas mûres alles zétotent vertes et chés bien mûres rouche foncé. Mais fallot pas passer in dernier. Chés blettes alles zavottent des pétits poils tout autour ; j’in mettos eune dins m’ bouque, intre m’ langue et min palais d’in haut ; pis j’appuyos fort d’un seul coup pou l’ faire éclater et tout ch’ jus i s’ répindot dins m’ bouque ! Des fos, i restot eune paire éd’ pépins qu’in arcrachot l’ pus lon possipe … Fallot pas trop abuser d’ chés blettes passe qu’in pouvot attraper la drisse él’ lendemain …

Quand in y allot l’ jeudi, in comminchot par faire un tour à ch’ gardin avec li pis mes parints passe que i’ n’étot fier et contint d’ faire vire ses légumes qui zavotent poussé d’ pis l’dernière fos, l’ semaine d’avant … Des fos i mettot min père à l’ouvrache. Y’avot des arbes fruitiers aussi, avec des preunnes , des pommes, et des quériches … Pour chés quériches, i mettot des filets su’ ché branques pour impécher chés merles d’ vénir tout y boulotter . Et tout du long, conte éch’ grillage, y’ avot des pommiers et des poiriers taillés in espalier ; cha m’intriguot, j’avos jamais vu cha ; avec des paquets là aussi su chés fruits. Chés branques alles zétotent bien droites, bien taillées, et cha faijot vraimint biau.

Pour aller dins ch’ gardin, i mettot eune casquette, pas un capiau ; ch’ capiau, chétot pour sortir in ville, aller à chés mariaches, chés zinterremints. Et i l’artirot in arvénant ; tout l’ monde i rintrot à l’ baraque pour parler et boire eune tasse éd’ jus ; pépère i mettot sin chucrier su’ l’ tabe avec chés pétites cuillers ; et eune sous-tasse avec du chuque éd’ canne, du chuque marron ; et un verre avec des morchiaux d’ chuque candy, qui zavotent des bouts d’ fichelle éd’ dins … Chétot dur, cha fondot pas ; j’ai jamais vraimint bien su à quoi qu’ cha servot chés chuques là .. Sans oublier l’ boutelle éd’ genièffe Wambrechies et l’ boutelle éd’ rhum Negrita : ch’ rhum pour mette dins ch’ café après l’ première tasse ; et ch’ génieffe dins des pétits verres à pied jusqu’à ras-bord. Pour chés femmes, i sortot eune boutelle éd’ triple sec, ou d’ gentiane, chétot moins fort, alles pouvotent pas supporter chés zalcools forts pour chés zhommes, alles zaurotent été vite inguinsses …

Dins chés momints là, jé m’ rapprochos d’ min père pour faire trimpette ; j’ mettos un morchiau d’ chuque dins eune cuiller que j’ laissos flotter au’ d’sus dé s’tasse qu’ y avot l’ bistoulle éd’ dins. In l’penchant un tiot peu, ch’ café i rintrot et i s’in allot imprégner ch’ morchiau d’ chuque qui dévenot comme cha pétit à pétit tout marron. Et après jé l’ mettos dins m’ bouque ; chétot surtout pou ch’ rhum Négrita, qu’ chétot tellemint bon. Et après y’ avot pus qu’à l’ laisser fonde l’ pus longtimps possible. Passe qu’y n’avot pas un deuziinme …

Pis i s’asséyot in bout d’ tabe, à côté dé ch’ l’appui d’ ferniette dù qu’i avot tous ses pipes, eune vraie collection, ringées sur eune espèche éd’ touniquet ; i in cusichot eune, i l’ démontot pour nettoyer l’in d’dins dé ch’tuyau ; pis i curot ch’ fourniau avec eune pétite cuiller, avant d’ commincher à l’ bourrer avec du toubaque ; li i fumot pas du Gris, mais du Clan ; et cha impestot. I faijot cha tout duchemint, tranquillemint, pendant qu’ cha parlot tout autour éd li ; eune fos bourrée, i l’ mettot d’ coin pour l’allumer avec eune allumette, mais cha allot pas ; alors i n’avot toudis un qui s’ lévot pour i donner du fu avec sin briquet ; i saquot 3-4 fos d’ sus, ch’ foyer i dévenot bien rouche, et chétot parti ; y avot pus qu’à arfermer ch’ couverque, eune pétite grille in fer , à appoyer sin coeude su’ l’ tabe in ténant s’ pipe devant s’ bouque et i pouvot raviser l’ conversation ; sans rien dire ; i parlot pas ; i faijot sinne à s’ fille d’aller quère elle boite à biscuits, eune boite in fer qu’in véyot d’sus des paysaches avec des gins in costume d’ bretanne, avec chés grandes coiffes pour chés femmes et chés dintelles.

I parlot pas gramint mais des fos cha s’animot trop ou minme, cha comminchot à s’ disputer ; alors là, i fronchot ses sourcis, i s’ardréchot et i tapot un coup su’ l’ tabe in ravisant tout l’ monde drot dins les ziux ; alors cha s’ calmot, l’ pression alle ardéchindot, et cha pouvot continuer comme avant.

Mi chés discussions d’ grands cha m’intéressot pas trop ; i’ étot 5h et l’heure éd’ raviser Zorro à l’ télé avec ch’ gros sergent Garcia qui faijot toudis qu’ des bétisses. Pépère i l’ savot et i nous allumot l’ télé qui étot au bord dé l’ pièche, à côté dé l’ porte d’ cour. In ravisot Zorro, ou Poly, ch’ bidet sauvache, et les avintures éd’ Saturnin, ch’ canard zinzin. Après, in allot juer un tiot peu dins l’ pétite pièche à l’intrée qui étot rimplie d’ mantiaux. L’été, ou quand i faijot biau, in arsortot des fos pour aller juer dins l’ sablière in fache dé s’ maison ; chétot in trou avec des petites falaises éd’ sabe autour ; in pouvot juer au sabe comme à Berck ; in allot quère des séiaux pis des pelles dins ch’ garache à matante qui avot bâti s’ maison là et in pouvot faire des pâtés pis des catiaux d’ sabe … Après cha, soit in restot pour souper, soit in s’arnallot à pied.

Quand in restot souper, souvint y’ avot du monde . Y’avot pas gramint d’ plache alors i fallot s’serrer, malgré qu’i mettotent chés rallonches à chaque bout dé l’ tabe ; chés jeaunnes y s’asseyotent su les g’noux d’ chés parints. D’abord in mettot su’ l’ tabe él’ grande marmite avec chés pétotes cuites à l’iau d’dins. Pis l’ terrine in terre cuite éd’ paté d’ lapin ou d’ paté d’ lieffe avec él’ gelée tout autour ; pis ch’ bocal à cornichons et ch’ bocal à zoignons ; indispensabes, chés cornichons au vinaigue… I n’a un qui s’ lévot pour couper chés tartines et qui faijot l’ distribution autour dé l’ tabe. In piquot des pétotes avec nos fourchettes, in les épluchot, et in les mingeot comme cha in les trimpant dins du sel qu’in avot versé au bord dé ch’ l’assiette ou sur un coin dé l’ nappe ; des pétotes dé ch’ gardin ou bien qu’i avot glané dins chés camps d’à coté. Des cornichons dé ch’ gardin aussi ; et ch’ pâté, sûremint aussi des lapins d’ chés camps d’à côté, qui faijotent moins l’ malin, là su’ l’ tabe ! …

Après cha qu’ tout l’ monde i étot bien rassasié, in allot s’rhabiller, faire eune baisse à pépère et in rintrot à pied ; y’ avot bien 4-5 kilomètes. Pus tard, mes parint i z’y allotent in auto et mi à vélo ; j’avos quère arvénir dins l’ noir in pédalant pis essayer d’arriver avant eux à l’maison. Plus j’ pédalos vite et plus j’avos dé l’ lumière avec ém’ dynamo et i fallot pas s’arrêter passe que tous chés corons là intre l’rue Louis Dussart et l’rue d’ Divion i zétotent pas fort éclairés ; j’passos l’ long d’ l’usine Faret, avec ses grands murs tout gris pis in haut dé l’ plache Legentil. Des fos chétot tellemint bien qu’ j’artournos faire des détours pour faire durer ch’ plaijis.


 


Contact | ©2005-2021 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 7 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |