histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  UN GRAND GARDIN – 2ième partie (25/05/2019)
  le bouquet de persil de Maman (25/05/2019)
  le nom de la rose (22/05/2019)
  sur le site et sur Facebook (21/05/2019)
  UN GRAND GARDIN – 1ère partie (21/05/2019)
  la préparation du gardin (18/05/2019)
  LESSIVE ET ARPASSACHE (17/05/2019)
  le rechauffement climatique (12/05/2019)
  MIN CERTIFICAT D ETUDES (10/05/2019)
  Biêtises d'éfants partie 2/3 (09/05/2019)
  IN COLO A FITZ JAMES (3ième partie et FIN) (04/05/2019)
  IN COLO A FITZ JAMES (2ième partie) (03/05/2019)
  IN COLO A FITZ JAMES (1ère partie) (02/05/2019)
  gitane mais maïs (01/05/2019)
  porions facebook (01/05/2019)
  pour Annie et France (28/04/2019)
  L' PISTACHE (La piscine) (25/04/2019)
  Biêtises d'éfants partie 1/3 (22/04/2019)
  le gouter , ouais mais ch'est pratique (21/04/2019)
  min tien, confirmation .... (20/04/2019)
  hier ch'est déjà bin loin, aujourd hui ch'est déjà demain (20/04/2019)
  Min Tien (19/04/2019)
  Olhain la fin (14/04/2019)
  toudis au bois d' Olhain (13/04/2019)
  changemints au bois d' Ohlain (13/04/2019)
  ch' bos d' Olhain la suite (12/04/2019)
  ch'bos d' Olhain (12/04/2019)
  EUNN VIE D TCHIEN (12/04/2019)
  Au MONT NOIR avec mes parints (suite et fin) (08/04/2019)
  Un diminche au MONT NOIR à LUNA PARC (06/04/2019)
  Marie-Louisse chal gasconneuse (06/04/2019)
  la magie du persil (06/04/2019)
  la nostalgie , c'est plus ce que c était (31/03/2019)
  UN DIMINCHE A LA MER 2ième partie : la plache (23/03/2019)
  UN DIMINCHE A LA MER 1ère partie : éll’ pêque (22/03/2019)
  Min père que bio texte ... (19/03/2019)
  Min père (19/03/2019)
  ché poubelleux (17/03/2019)
  ch' calendrier de la poste partie 2 (17/03/2019)
  ch' calendrier de la poste partie 1 (17/03/2019)
  Y’A QUEU DE L’ NEICHE ! (13/03/2019)
  la Voix du Nord la fin (10/03/2019)
  la Voix du Nord la suite (10/03/2019)
  J’voudros aller au cabinet (08/03/2019)
  La Voix du Nord chétot aussi cha (10/03/2019)
  décés de Jacques Bodoin (10/03/2019)
  la Voix du Nord à travers les ages (09/03/2019)
  À l’école Pasteur dins les années 60 (60-64) (05/03/2019)
  Raoul et Ronny (03/03/2019)
  la boutele d' gasse (02/03/2019)
  Él’ pus belle école du monte (in patois d’ par ichi) (24/02/2019)
  du sac à malice de Clara, le mimosa (24/02/2019)
  douceur du temps (24/02/2019)
  Nos racines (24/02/2019)
  école Pasteur 1955-1956 (23/02/2019)
  LA PLUS BELLE ECOLE DU MONDE 4ième partie : La neige (Suite et FIN) (23/02/2019)
  le dernier jour à l école , avec monsieur Pruvost (23/02/2019)
  les derniers jours à l école (23/02/2019)
  les bidasses en folie (22/02/2019)
  tomates du maroc 1 roro 29 le kilo en février (21/02/2019)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 Drit79 ( 08/02/2019)
Mon dernier écrit ic...
 michel.gervois@neuf.fr ( 07/10/2018)
Bonjour à tous les B...
 dufossez jean ( 24/09/2018)
Bonjour les potes J...
 bob 38 ( 22/09/2018)
Bonjour a tous , chu...
 Hervé62155 ( 24/12/2017)
Joyeux Noël et Bonne...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
Du marteau piqueur au rabot ……
par Minloute le, 12/11/2004  

Jusqu’en 1960, le charbon sera abattu au marteau piqueur à 62 %.
Dur travail !
Alignés dans une taille de 1m à 1m 20 d’ouverture, un genou à terre, les hommes incisent le massif en de longues rafales.
Ils n’entendent rien, ils ne voient rien.
Assourdis par le bruit infernal de leur outil et des couloirs oscillants, aveuglés par le nuage de poussière, qui masque le plus proche voisin.
Ils n’ont de répit que pour évacuer, à la pelle, le charbon qu’ils ont abattu.
Porter ainsi pendant 6 heures un marteau piqueur pesant 8 kilos, sans le flexible est une dure épreuve.

Un petit mot sur :

Les couloirs oscillants :
Les couloirs oscillants à l’air comprimé évacuaient le charbon, par secousse, jusqu’au pied de la taille.

La haveuse :
La haveuse est une machine équipée de pics, qui parcourt le massif de charbon en faisant une saignée à chaque passage.
La veine, creusée à la base, tombe d’elle même.

Le rabot :
Le rabot, lui, découpe le charbon en tranches minces.

Un convoyeur, haute tension de 5 000 volts, arrivait, au fond dans une sous station, où des transformateurs l’abaissaient à 500 volts, tension nécessaire aux moteurs électriques.

La commande de ces moteurs était en 24 heures, courant pulsé, semi redressé.

La haveuse, puis le rabot allègeront un peu leur peine.

Mais l’effort physique s’est reporté sur le soutènement.

Les bois sont remplacés par des étançons métalliques, beaucoup plus lourds, (100 kg pour un étançon de 1,50 m) et des rallonges articulées qui tiennent le toit en porte à faux.

Leur sécurité y gagne : un étançon supporte une pression de 27 tonnes ; un bois casse à 2 tonnes.

La mécanisation dans les chantiers d’abattage nécessite une électrification poussée avec des règles de sécurité très strictes, en raison de la présence du grisou, ainsi que des moyens d’écoulement plus grands jusqu’à la surface.

Des convoyeurs blindés accompagnant le rabot , et des convoyeurs à bande, immense tapis roulant, évacuent rapidement la production dans des berlines d’une capacité de 3 000 litres et dans des skips, cages qui recueillent le charbon déversé automatiquement par les berlines.


 


Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 6 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |