histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  Bonne fête de Sainte Cécile (22/11/2020)
  CHANTEURS ET CHANSONS D AVANT (19/11/2020)
  CANTEUX D AVANT (18/11/2020)
  RINTRER CH CARBON (11/11/2020)
  HOMMAGE à mon grand père et à tous les ''Poilus'' (10/11/2019)
  commint ch'est fait eune fille suite (01/11/2020)
  El nœumint d’aiguiliette (01/11/2020)
  COMMINT CHE FAIT EUNE FILLE (31/10/2020)
  Première descente (29/10/2020)
  l'os à moelle (25/10/2020)
  ch' bouillon (25/10/2020)
  dans la rubrique coup de coeur (24/10/2020)
  du coté du Cap Horn (23/10/2020)
  LES ATTRAPES A SOURIS (20/10/2020)
  coureurs cyclistes mauvais souvenirs (17/10/2020)
  coureurs cyclistes bon souvenir (17/10/2020)
  MEMERE EUNE VIE 2ieme partie (12/10/2020)
  la montée en classe (07/10/2020)
  MEMERE EUNE VIE 1ere partie (06/10/2020)
  la boite à pharmacie partie 2 (04/10/2020)
  la boite à pharmacie partie 1 (04/10/2020)
  Tutur (02/10/2020)
  Luis Mariano... (02/10/2020)
  TELEPHONE et FACTEURS partie 2 (29/09/2020)
  Papa et sin gardin (26/09/2020)
  LA POSTE de BRUAY partie 1 (22/09/2020)
  Firestone (20/09/2020)
  départ en carette (20/09/2020)
  LES NOUNOURS (11/09/2020)
  BERCK 2020 SOUVENIRS (03/09/2020)
  ESCURSION IN BELGIQUE (27/08/2020)
  au temps du bio, du qui sont ... (25/08/2020)
  pour alimenter radio coron ... (23/08/2020)
  MIN PREMIER PICHON 3ieme partie (14/08/2020)
  PEQUE A SAINT VALERY partie 2 (07/08/2020)
  PEQUE A SAINT VALERY 1ere partie (04/08/2020)
  Cocu (03/08/2020)
  LES COUPS (31/07/2020)
  Bruay en Artois 1935 (26/07/2020)
  bibilolo de Saint Malo (26/07/2020)
  VOYETTES partie 2 (23/07/2020)
  VOYETTES partie 1 (20/07/2020)
  EPILOGUE : LES COMMERCANTS (08/07/2020)
  PARFUMERIE DELERCE (02/07/2020)
  Jacqueline la bienfaitrice (28/06/2020)
  VETEMENTS MARCHAND FRERES (26/06/2020)
  LE CINÉMA CASINO (22/06/2020)
  IN ARRIVANT AU CERCLE (19/06/2020)
  cha a bien cangé (16/06/2020)
  DU BALATUM OU DU LINO (13/06/2020)
  IN VA CANGER L TAPISSERIE (08/06/2020)
  DERNIERS COMMERCANTS AVANT LE LYCEE (01/06/2020)
  LIBRAIRIE POINT VIRGULE (28/05/2020)
  VERMELLE et DUCOURANT (23/05/2020)
  El doctor et s'passiente (20/05/2020)
  PATISSERIE BOUCLY (19/05/2020)
  Sujet fille de : retour de Merlimont 72 fin (11/05/2020)
  El confinemint (10/05/2020)
  retour Merlimont fin aout 1972 fin (09/05/2020)
  retour Merlimont fin aout 1972 (09/05/2020)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 mememarie ( 02/08/2020)
Bonjour, Je découvr...
 Drit79 ( 08/02/2019)
Mon dernier écrit ic...
 michel.gervois@neuf.fr ( 07/10/2018)
Bonjour à tous les B...
 dufossez jean ( 24/09/2018)
Bonjour les potes J...
 bob 38 ( 22/09/2018)
Bonjour a tous , chu...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
Quo qu in mingeot dins ches corons partie 1
par berlens78 le, 31/03/2020  

Début dé z’années 60, j’ vas essayer dé m’ rappeler chu qu’in mingeot à m’ baraque. Y’ avot pas d’ frigo ni d’ supermarchés pour rimplir sin caddy alors commint qu’in faijot ?

Bin in étot organisés avec chés saisons ; in faijot des conserves l’été qu’in mingeot l’hiver. Y’ avot aussi des zalimints qui s’ conservotent des mos, comme chés pétotes, au fond délle cave, à côté dé ch’ mont d’ carbon. In les ramassot in septembe et alles pouvotent s’ conserver comme cha dins l’ noir jusqu’au mos d’ mars avril d’ l’ année d’après, au momint qu’ chés pétotes nouvelles alles comminchotent à arriver.
Jé m’ rappelle dins l’ cave qu’ cha faijot un sacré mont ! In in ramassot assez pou nourrir 7 personnes pendant plus d’ six mos ! D’ temps en temps, fallot déchinde aller les dégermer ; j’avos quère faire cha ; j’déchindos avec ch’ transistor, j’m’asseyos sur eune vielle cayelle in bos éclairée par eune ampoule qui pindot à ch’ plafond et j’ dégermos chés pétotes eune par eune in acoutant radio Caroline. Pétit à pétit, ch’ mont d’ pétotes dégermées i rattrapot l’aute et que bonheur quand j’arrivos à l’ dernière ! Des fos mémère alle déchindot pou m’ donner un coup d’ main ; ou min frère mais avec li cha dégénérot à tous les coups. Jé n’avos pou l’ matinée et après in étot tranquilles un mos ou deux... Ch’ mont d’ germes, in l’ jétot pas : in l’ donnot à minger à chés glinnes dins ch’ poulailler. Des pommes de terre, in in mingeot souvint. Pas tous les jours mais pas lon …

Après y’avot aussi des conserves, qu’in faijot tout l’été dins des grands bocaux avec tout chu qu’in rapportot dé ch’ camp : des pos d’ chuque, des p’tits pos … L’été, in passot des heures à écosser chés pétits pos et à équeuter chés pos d’ chuques. Pour écosser chés p’tits pos, i fallot artirer ch’ fil, ouvrir l’ cosse in deux avec ses ongles et pousser sur ch’ premier pos avec sin pouche qu’ tous les zautes in dégringolotent dins ch’ l’assiette, in arbondichant comme des balles éd’ ping pong. Chés pos d’ chuque, cha allot pus vite, i fallot juste couper chés deux bouts avec un coutiau pointu. M’ mère alle les lavot dins ch’ l’évier et mémère alle faijot bouillir tout cha pendant des heures dins des grands faitouts, et chés bocaux aussi pou les stériliser. Fallot faire attintion qu’ y avot pas d’air qui rinte alors alle rimplichot chés bocaux à ras bord in les fermant avec des gros élastiques avec eune languette qu’y fallot saquer d’sus pus tard quand un voulot les ouvrir. I fallot du savoir-faire pour pas attraper l’ toxine botulique qu’in pouvot rester paralysé …

Des conserves d’cornichons aussi, qui fallot laver, gratter et laisser séquir au solelle avant d’ les mette dins du vinaigue bouilli avec d’ l’estragon et du poive. Des pétits zoignons qu’i fallot des heures à éplucher in brayant comme des madeleines, et qu’in mettot aussi dins du vinaigue ; cha chétot eune vraie corvée. « Tiens té sais pas quoi faire ? » qu’alle m’ dijot d’un seul coup in m’ véyant imbéter ch’ tchien dins l’ cuisine ; « J’ vas t’ donner d’ quoi t’occuper un momint ! » et alle raménot eune caisse rimplie délle remisse avec des oignons tout pétits et durs à éplucher qu’in n’in véyot jamais la fin. In s’asseyot d’ chaque côté dé l’ tabe et in brayot, in s’ mouchot, in essuyot nos ziux avec ch’ torchon ; in brayot, in rigolot, des fos in attrapot l’ fou rire et in véyot minme pus chés zoignons ! … Si min père i rintrot à ch’ momint là, i demandot « ben quo qui s’ passe ? Y’ a quéqu’un qui est mort ? ». M’ mère alle répondot « nan, ché li là qui m’ fait braire, nan qui m’ fait rire ! jé n’ sais pus, i va m’ rinde folle !.. » . Chés zoignons cha durot jamais longtemps ; j’ préféros laisser cha à mémère qui mettot delle ouate dins sin nez et cha avot l’air d’ ête efficace, alle avot ses ziux à peine humides et pas d’ nasses à sin nez !…

Pour faire chés confitures, y’ avot un après-midi spécial pour cha pendant ch’ mos d’ juillet. In n’avot pas d’ arbes fruitiers, alors chétot des confitures éd’ blettes ou rhubarbe, des fos des preunes quand un voisin nous in donnot ; chés blettes alles vénotent dé ch’ gardin pis dé ch’ gardin à pépère aussi qui n’avot des dizaines éd’ pieds tout du long dé s’ n’ allée. J’avos pas trop quère cha, des blettes, alors j’avos planté dins min gardin à mi 3 groseillers qu’ pépère i m’avot donné et j’ faijos m’ confiture à mi, délle gelée d’ groselles. Mémère alle m’ donnot un coup d’ main passe qu’alle savot commint faire. L’ pus dur chétot d’ trouver un viux torchon prope pou les presser d’dins et récupérer ch’ jus ; passe qu’après cha, ch’ torchon i’ étot tout rouche et in pouvot pus l’ ravoir ; alors ém’ mère alle étot pas fort continte. In faijot cuire ch’ jus avec du chuque, pis , eune fos arfrodi, j’arrivos à in faire deux trois bocaux à confiture … Chétot m’ confiture à mi tout seu ; mais jé l’ faijos quand minme goûter …

Quand chétot l’ temps des quériches, min père y’ allot les cueillir dins ch’ l’arbe in montant su’ ch’ toit dé ch’ poulailler, in batillant avec chés merles qui voulottent tout boulotter .. I les faijot quère avec un grand baton et mémère alle les récupérot dins sin tablier qu’alle ténot avec ses deux mains … In les mingeot pour goûter et mémère alle faijot aussi des quériches à l’alcool, qui fallot les laicher macérer dins ch’ bocal au moins un an avant d’ les chucher … Alors in bas délle cave, y’ avot eune étagère avec plein d’ bocaux d’ quériches, avec chés années marquées d’ sus. Des fos chés bocaux i zétotent tellemint viux, arcouverts éd’ poussière et d’ toiles d’araignée, qu’in pouvot pus lire l’année ; mais in les gardot quand minme.
Quand y’ avot des invités, après ch’ café qu chés hommes i z’in étotent au g’niéve, m’ mère alle m’ demandot d’aller quère ch’ bocal d’ quériches à l’ cave ; j’ prénos chti qui étot intamé et jé l’ raménos su’ l’ tabe. Chés quériches, chétot pour chés femmes ; comme chétot pas fort, soit-disant, j’avos l’ drot d’in minger eune, mais pas d’ boire éch’ jus, chétot pas pour des jeaunes. M’ mère alle servot cha dins des touts pétits verres à pied, comme des vases in miniature, et i fallot les rassaquer et les minger avec eune cuiller pis finir in buvant ch’ verre. Quand chés gins i s’in allotent, qu’ mes parints i restotent à l’ porte pou dire arvoir, des fos j’in profitos pour in chucher cor eune ou deux, qu’ souvint ch’ bocal i étot resté ouvert su l’ tabe …

Pou chés légumes frais, l’été in avot tout chu qui poussot dins ch’ camp ; et l’hiver, i restot cor des porions, des choux, des carottes, des betteraves rouches, qui restotent in terre et qu’in pouvot minger tant qui gélot pas trop fort, que l’ terre alle étot pas dure comme du tchien. Pou les déterrer, i fallot attinde l’après midi que l’ terre alle s’étot un tiot peu récauffée. Quand y’ avot délle neiche, in véyot pus qu’ chés feulles qui dépassotent ; j’ croyos qu’ chés porions i zallotent y passer mais au contraire, qu’i m’avot espliqué min père, l’ neiche alle impéchot qu’ chés racines i gèlent ; et souvint à la fin d’ l’ hiver, y in restot cor.

Dins ch’ gardin, y’ avot aussi du persil, du thym, des échalottes et d’ l’alle. Chés zalles, in les mettot séquir in botte dins ch’ garache, pindus à eune batinsse. Et chés zéchallotes, alles ténotent compagnie à chés pétotes à l’ cave, dins des cageots intassés les uns sur les zautes.

Quo qui s’conservot pas longtemps ? Ch’ beurre, ch’ lait, ch’ fromache, l’ viande… pas grand cosse finalemint . Pour tout cha, in acatot au jour le jour ; y’ avot des marchands ambulants qui passotent souvint eune ou deux fos par semaine.

L’ marchande éd’ légumes pour acater des oignons , des carottes, des navets, pour faire délle soupe ; dé l’ salade, laitue, frisée, scarole, mâche ; des fos des pommes et des bananes, des mandarines in hiver. Cha dépindot des saisons et des zarrivaches.

L’ marchande éd’ fromache aussi qui passot souvint ; in li acatot du beurre, du fromache (du hollande, du gouda), et des fos des œufs germés à faire couver à chés poules pour avoir des pouchins. In mingeot pas gramint d’ fromache et pas d’ yaourts. L’ mercredi, in pouvot li commander aussi eune poule ou un poulet pou l’ samedi.

Pour ché boissons y’avot ch’ marchand d’ bière qui passot tous les semaines ; l’ caisse avec chés boutelles vides alle étot armontée au matin dé l’ cave et attindot derrière l’ porte. Quand i’ arrivot in pouvot pas l’ rater passe qu’in l’intindot de loin avec chés bruits d’ boutelles qu’i querquot et déquerquot d’ sin camion. In li acatot deux caisses éd’ boutelles éd’ bière, eune ou deux boutelles éd’ vin des rochers. Et ché tout ; pas d’iau.

Y’ avot aussi l’ marchande éd’ lait qui laissot eune boutelle in verre devant l’ porte tous les jours au matin d’ bonne heure. Avec une boutelle, in allot eune journée. L’ samedi, alle passot pus tard pour ramasser chés sous délle semaine, qu’alle mettot dins eune sacoche in cuir accrochée à s’ cheinture. In laichot au soir l’ boutelle vide devant l’ porte comme cha alle savot qu’i in fallot eune pleine.

Pou l’ viande y’avot aussi des camions ambulants ; mais jé m’ rappelle pas trop qu’in acatot à eux ; du coq j’ cros bien, pou faire du coq au vin à nouvel an qui fallot l’ laicher trimper deux jours dins du pinard. Ou des lubies dé m’ mère , comme eune pintade … L’ viande in l’acatot amont Nippert.

Ch’ beurre i s’ conservot bien ; fallot seulemint l’ mette au frais pou pas qu’i coule ; dins l’ cave, que l’ température alle dépassot jamais 15° même l’été, cha suffijot. Chés zoeufs, parelle. In hiver, in pouvot mette ch’ beurre déhors su ch’ l’appui d’ ferniette ; et l’été, au fond délle cave. L’ marchande éd’ beurre alle passot aussi souvint ; j’ demandos « eune live éd’ beurre demi-sel » ; y’ avot pas b’soin d’préciser « fermier » …

Cha in faijot du monde qui passot comme cha pour nous approvisioner ; sans parler dé ch’ facteur, qu’ souvint i rintrot aussi boire eune tasse éd’ café avec eune bistoulle quand i apportot l’pinsion à mémère ; l’ marchande éd’ journaux qui passot à 6 heures du matin in glichant la voix du nord in d’sous délle porte. Ch’ garde qui vénot vire éd’ temps in temps si tout y’ allot bien . Ch’ marchand d’ carbon qui vénot vider sin tas devant l’porte ; ch’ rémouleur qui passot pour aiguiser chés coutiaux ; ch’ ramasseu d’ piaux d’ lapins ; ch’ brocanteu qui passot ramasser chés viéz’ries ; des représentants qui vénotent faire essayer des aspirateurs ou des chireusses ; cha in faijot du monde tout cha ! m’ mère alle avot pas l’ temps d’ s’innuyer ! Et alle avot pas b’soin d’ sortir, tout y’ vénot là, à s’ porte !

Ben v’là à peu près tout chu qui fallot pou survive dins chés corons in ch’ temps là. Sans compter qu’in avot aussi un poulailler avec des glennes et des garennes à lapins. In étot des ouvriers mais in vivot comme des sinciers …


 


Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 6 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |